Salut les méchants ! Il est temps d’arrêter de faire de la gestion d’hôtel et de décrypter des codes ! On arrête de plaisanter ! On se reprend en main et on accepte son identité de vilain à part entière ! Travaillez votre plus beau rire maléfique, aujourd’hui vous incarnez les forces du mal dans Villainous !

Les racines du mal

Puisqu’il faut commencer quelque part, commençons par citer les génies maléfiques derrière Villainious : Prospero Hall (Kero) aux commandes des mécaniques infernales, les Studios Disney aux pinceaux, Ravensburger à l’édition et Iello à la distribution. L’équipe machiavélique est au complet !

Les plans de conquête du Monde ! Le votre en tout cas !

Car oui comme dans Victorian Masterminds vous incarnez le méchant ! Vous allez devoir user de tous les moyens possibles pour exécuter vos machinations.

Enfin tous, non. Ceux spécifiques au personnage que vous allez incarner. Car Villainous est un jeu asymétrique, chaque joueur va jouer d’une façon différente selon l’avatar le représentant.

Et qui sont-ils ?

Des grands méchants de l’univers Disney !

Capitaine Crochet, Prince Jean, Jafar, Reine de Cœur, Ursula et Maléfique.

Ils sont tous représentés par ces figurines stylisées, si on les identifie bien en général, celle du Prince Jean est la plus dure à reconnaître si on ne se souvient pas de la forme de la couronne. Car non ce n’est pas un calice !

6 jeux en 1

Comme dit plus haut, Villainous est un jeu asymétrique où chaque Vilain aura son but et sa façon de gagner. Mais contrairement à Root, tout le monde joue de la même façon.

Chaque joueur disposera des mêmes actions qu’il pourra réaliser pendant son tour.

C’est dans la manière de gagner et le déroulé de la partie que les différences se feront sentir. Par exemple le Prince Jean doit accumuler 20 jetons de pouvoir, la “monnaie” du jeu alors que Crochet doit vaincre Peter Pan sur le Jolly Roger.

Pour progresser, à son tour, chaque joueur devra déplacer son avatar sur un lieu différent de sa position précédente et pourra faire les actions situées sur ce nouveau lieu.

Chaque personnage à une façon bien particulière de jouer et les deck l’accompagnant seront uniques.

Les decks ?

Oui car il y en aura 2, le premier, celui d’action va comporter tous les alliés, objets et actions en faveur de votre grand méchant.

Le deuxième par contre sera le deck Antagoniste, qui pour une fois comportera tous les héros des films Disney associés au méchant. Ce deck, ce n’est pas vous qui l’utiliserez mais vos adversaires et forcément, contre vous.

L’alliance des gentils

Ces pauvres fous essayant de contrecarrer vos machinations ne se rendent pas compte qu’ils sont manipulés par d’autres vilains. Les battre ne sera que leur rendre service. Ils sont bien gentils à toujours vouloir se mettre en travers de votre chemin mais ils sont un poil agaçant à venir vous empêchez de faire vos actions.

Les héros pourront en effet se loger dans la partie haute des lieux de votre plateau, vous privant des deux actions du dessus. Bien évidemment, c’est souvent les actions qui vous sont nécessaires pour avancer vers votre but.

Pour les déloger, faites appel à vos sbires ! Les alliés seront votre force de frappe contre tous ces bons héros qui veulent vous empêcher de dominer le monde.

Du Disney ? C’est pour les enfants ?

Oui, mais pas complètement. Le jeu est assez varié en terme d’actions pour qu’il y ait une vraie réflexion de la part du joueur pour mener à bien son plan machiavélique. Mais il est également assez simple pour être compris par un public assez jeune. Surtout que les livrets aident vraiment à comprendre la stratégie globale du personnage et comment la mettre en oeuvre.

Villainous reste un jeu de cartes et donc il est soumis au hasard du tirage. Quand pour certains personnages, Jafar par exemple, il est nécessaire de tirer telle ou telle carte action, les parties peuvent avoir des temps morts où vous ne faites qu’accumuler des jetons pouvoir et des sbires sans pouvoir avancer dans votre quête principale. Alors vous défaussez vos cartes. Et vous espérez tomber sur celle qu’il vous faut. Heureusement pour éviter que celle qui vous est nécessaire soit la toute dernière, certaines cartes vous permettront d’aller chercher LA carte qu’il vous faut.

On s’agace un peu du tirage par moment, quand on voit que nos adversaires tirent les bonnes cartes pendant qu’on stagne…

Heureusement les cartes Fatalités, le deck plein de héros, est là pour ralentir la progression des joueurs. Avec ces dernières, un équilibrage va s’effectuer entre les joueurs, dès que l’un va prendre la tête, les autres vont lui taper dessus pour ralentir sa progression.

Cet équilibrage automatique entre les joueurs permet de palier aux petites disparités des différents personnages. Ces disparités feront hurler certains joueurs qui trouveront le jeu mal équilibré mais hey, si le monde était juste, on ne jouerait pas des méchants !

Certains personnages ont besoin des héros pour progresser dans leur quête. Alors que vous souhaitez les entraver, “faire tourner” le deck de Fatalité va faire avancer le joueur vers la victoire. Par exemple s’acharner sur Crochet fera sortir plus rapidement Peter Pan, l’avançant dans sa quête. C’est assez contradictoire et il faut bien prendre en compte ce paramètre quand on joue. Heureusement des cartes permettent d’entraver cette progression mais encore une fois, on est soumis au hasard du tirage.

Sinister 6 ? 

S’il est bien prévu sur la boîte que le jeu est jouable de 2 à 6, nous vous conseillons tout de même de vous restreindre à des configurations à 2 et 3 joueurs. A 2, le jeu est rapide et se répond bien mais la meilleure configuration est, pour nous, à 3 où l’équilibrage par les joueurs se fait d’elle même et est assez rapide pour ne pas décrocher.

Les renforts arrivent

Et si parmi ces 6 méchants, votre Vilain préféré n’y est pas, deux nouvelles extensions sont déjà prévues et devraient amener encore plus d’asymétrie dans le jeu. Compatibles avec les méchants de la boîte de base, nous avons hâte de voir les mécaniques qui seront déployées pour les 6 nouveaux méchants qui seront :

Le Docteur Facilier de la Princesse et la Grenouille, la Méchante Reine de Blanche Neige et Hadès d’Hercule.

Pour la deuxième extension, nous aurons Scar du Roi LionRatigan de Basile Détective Privé et Yzma de Cuzco.

Ces extensions seront les bienvenues pour amener de la rejouabilité à Villainous. Car si l’envie d’essayer chaque personnage est présente, une fois que c’est fait, on tourne un peu en rond. Certains auront à cœur d’optimiser leur façon de jouer avec un personnage en particulier mais soyons francs, beaucoup n’iront pas au delà d’une partie par personnage.

Une édition splendide

S’il y a bien une chose que l’on ne peut pas reprocher à Villainous, c’est la qualité de son édition. Tout est superbe !

Les figurines stylisée sont très sympa, en plastique transparent de très bonne qualité et avec une finesse dans les détails et les rainures qui n’apparaît que quand on prend le temps d’apprécier la figurine de près.

Les plateaux de chaque méchant est plié juste comme il faut, on sait tout de suite lequel s’approprier.

Un livret explicatif dédié à chaque méchant permet d’apprendre les bases de la stratégie et même les cartes clés pour jouer correctement son personnage.
Il est assez concis et permet en 3 minutes de faire le tour rapidement d’un personnage inconnu. C’est malin, rapide et très efficace quand on veut essayer un nouveau méchant sans se taper tout le deck de cartes pour tenter de comprendre le paterne à appliquer.

Et forcément des cartes aux illustrations somptueuses. Ça fait longtemps que je n’ai pas vu ces films mais j’ai l’impression que ces illustrations ne sont pas spécialement tirées des films. On y reconnait des moments clés mais les dessins ont l’air d’originaux et pas seulement d’un simple “screen” d’une scène. Elles ont aussi une touche plus moderne que dans mes souvenirs, comme passées par un filtre instagram qui leur donnerait une seconde jeunesse.
Je vois tout à fait Ursula utiliser Instagram ^^

Les dos des cartes ne sont pas en reste, personnalisés pour chaque méchant, ils sont travaillés et rendent très bien.

Petit ajout bien agréable, la feuille qui récapitule toutes les actions possibles possède au dos un rappel des conditions de victoire de chaque personnage. Assez utile pour éviter la question récurrente “Attends, tu gagnes comment déjà toi ?”

Le chaudron qui accueille les points de pouvoir, il fait son petit effet au milieu de la table, il reste néanmoins assez fragile, à manipuler avec précautions !

Dernier élément du jeu mais aussi le premier que vous allez voir, la boîte. D’un superbe vert toujours associé aux méchants de Disney, son illustration donne le ton sur la qualité du reste du matériel.

Quand le monde te persécute, tu te dois de persécuter le monde 

Villainous est un jeu de cartes asymétrique dans l’univers de Disney mais qui a la particularité de vous faire jouer les méchants ! Au menu : Jafar, Ursula, Crochet, Prince Jean, Reine de Cœur et Maléfique. Que du beau monde ! Chacun à sa façon vous devrez essayer d’accomplir son plan machiavélique tout en mettant des bâtons dans les roues des autres vilains.
Rapide à prendre en main avec ses mécaniques simples et ses petits livrets explicatifs pour chaque méchant, Villainous est un jeu familial doté d’une superbe édition à la hauteur des studios Disney. S’attardant sur des films en dessins animés et non en 3D, les références parleront aux trentenaires qui pourront faire découvrir ces petits chefs-d’oeuvre de l’animation aux plus jeunes.
Néanmoins le hasard résultant du tirage des cartes peut être un frein à ceux qui aiment une mécanique maîtrisable. Il ne faudra pas s’offusquer d’une mauvaise mains et d’un acharnement des autres joueurs quand vous approchez de la victoire. Il ne conviendra pas aux gros joueurs qui cherchent un jeu rempli de stratégie et d’anticipation. Par contre par pour son aspect graphique et la facilité à comprendre les enjeux de chaque méchant et la simplicité des actions, il peut être un très bon fer de lance pour faire découvrir le jeu de société à un nouveau public et surtout aux plus jeunes.

La Récap de la Rédac

Nombre de joueurs 2 à 6 vilains, mais évitez au delà de 6
Durée d’une partie Environ 20 minutes par joueurs
Auteurs Prospero Hall
Illustrateur Studio Disney
Éditeur Ravensburger
Prix 40 €

 

Les liens dans le tableau récap sont affiliés chez Philibert.net. En passant par eux pour vos achat, vous pourrez soutenir le site, en nous permettant d’acheter de nouveaux jeux. Merci à ceux qui le feront !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.