Salut les invités ! La fête bat son plein, vous avez été invité chez La Bête. La fameuse riche et velue figure de royauté transformée par un sortilège en monstre qui attend le véritable amour pour retrouver sa forme d’homme. En attendant, il organise des soirées meilleures que celles de l’ambassadeur. Comme tous les habitants du royaume magique vous êtes invité à sa réception, la fameuse Mascarade de Grimm. James Hudson ainsi que Ben et Tim Eisner ont mis le concept en forme pour donner ce jeu original édité par Lucky Duck Games.

Les invitations

Nous vous avons déjà parlé d’un jeu Grimm, La Forêt des Frères Grimm, mais La Mascarade des Frères Grimm n’en est pas la suite ! Il s’agit d’un jeu totalement indépendant et aux mécaniques complètement différentes. Les deux titres partagent un univers commun, mais ont reçu un traitement mécanique différent.

On reste dans l’univers des contes de fées avec des personnages rendus célèbres par les films de Disney : La Belle et la Bête, Cendrillon, Le Grand Méchant Loup, etc. Mais cette fois-ci, La Mascarade de Grimm est un jeu qui base son gameplay sur la mécanique des identités cachées. Vous devrez trouver la personnalité de chaque invité en vous gardant bien de révéler la votre.

Un thème classique mais revisité

Si les jeux à identités cachés sont légion, La Mascarade des Frères Grimm apporte des variations qui le rendent original et très agréable à jouer :

Les 8 personnages ont tous leur objet fétiche mais aussi celui qui les révulse et les amènera à se dévoiler. Le but de chaque joueur sera de collectionner 3 objets qui lui sont favorables pour remporter la manche ou d’éliminer les adversaires en leur donnant les artefacts néfastes, avant d’avoir eux-même deux de ces artefacts maudits. Pour savoir quel artefact est convoité et lequel éviter, tout est indiqué sur les cartes Personnage et le plateau central. Les objets bienfaisants sont représentés sur fond bleu ciel en haut de la carte, alors que les objets du malheur sont sur fond noir et en bas de la carte.

A son tour, un joueur va devoir piocher 2 artefacts l’un après l’autre dans le deck dédié. Après avoir pioché le premier, il va devoir décider de le donner à un adversaire ou bien de le garder. Le deuxième artefact pioché sera gardé ou donné en fonction de l’action réalisée juste avant. Si vous avez gardé le premier, vous donnerez le deuxième et inversement, si vous avez donné le premier, vous garderez le deuxième.

C’est une mécanique simple mais qui demande de la prise de risque et les choix sont parfois difficiles ! Car ces actions sont lourdes de conséquences parfois mais donnent surtout des informations que les adversaires vont collecter tout au long de la partie pour tenter de percer le secret de votre identité.

Il est tentant de donner un deuxième artefact semblable à un adversaire pour le faire tomber, mais si c’est son bénéfique, vous allez l’avancer. Les déductions et le bluff vont vous accompagner tout le long des parties.

Ne pas se fier aux apparences

Régulièrement, des joueurs prendront des artefacts sans valeur pour donner des informations erronées et mettre les autres sur de fausses pistes. Mais pas seulement ! Une fois les deux actions de pioche faites, vous aurez la possibilité de faire une action optionnelle qui pourra s’avérer payante ! Il faudra vous défausser de deux artefacts similaires.

Ces actions sont au nombre de 3, et 2 sont choisies au hasard à chaque manche. L’autre est donc commune à toutes les manches, il s’agit de l’action Pointer du Doigt. Alors que les différentes action optionnelles permettent de faire circuler des jetons Artefact entre les joueurs, de glaner des informations en regardant des cartes personnages ou de faire jouer des jetons Preuve aux autres joueurs.

On n’en a peu parlé jusqu’à présent, mais le plateau central représente les 8 personnages pouvant être incarnés par les participants. Un rappel des artefacts du bien et du mal pour chacun est également présent. Un joueur pourra être amené à placer un marqueur Preuve, avec l’action Indiscrétion par exemple, sur le portrait d’un personnage qu’il n’est pas. Donnant ainsi à tous les autres joueurs des informations permettant de décrypter son identité..

L’action optionnelle qui reste en permanence sur l’aire de jeu est Pointer du Doigt. En défaussant donc deux artefacts, vous aurez l’opportunité de deviner l’identité d’un joueur. Cette action est à double tranchant car en cas de bonne supposition, vous remportez deux jetons Rose servant de points en fin de partie, mais en cas d’erreur, c’est le joueur adverse qui remporte un jeton Rose. C’est le meilleur moyen de démasquer les autres joueurs mais aussi de créer de petites rancunes qui ne demanderont qu’à se régler en jeu.

La fête est finie

La manche prend fin dès qu’un joueur arrive à collecter 3 de ses artefacts du Bienfait ou alors quand tous les joueurs sauf un sont démasqués. Ça peut arriver assez vite si l’on ne fait pas bien attention et qu’on laisse un joueur collectionner ses artefacts dans son coin. En cours de partie il faut faire attention à ce que l’on joue, ce que les autres tentent de mettre en place comme stratégie tout en compilant les informations sur les identités de chacun.


Cependant être démasqué ne signe pas la fin de la partie. On continue la partie mais avec des règles un peu différentes pour tenter de démasquer les autres joueurs et continuer d’engranger des Roses. En effet après avoir été démasqué, on ne pioche qu’une carte artefact, qu’on ajoute à sa main et dans un deuxième temps on donne à un joueur une des cartes de sa main. L’occasion de peut être régler quelques comptes, mais surtout de ne pas être inactif le reste de la partie.

Le rappel

Pour aller plus loin dans les parties, La Mascarade des Frères Grimm propose une variante avec des cartes Pari. Lorsqu’on est démasqué on peut choisir une carte Pari permettant de gagner autant de points que le trophée de la manche si on a la carte du personnage qui la remporte.

Une autre variante apporte des cartes Capacité Spéciales aux joueurs ayant amassé le moins de points dans la manche précédente. Elles permettent aux joueurs de traverser la manche un peu plus sereinement s’ils ne sont pas à l’aise avec le bluff ou la stratégie. C’est un outil que l’on a utilisé pour faire découvrir le jeu aux plus réticents sur le bluff. Le Grand Méchant Loup par exemple gagne le pouvoir de regarder une carte personnage non utilisée s’il réalise une action Pointer du doigt infructueuse. C’est un petit plus qui a su relancer l’intérêt des joueurs pour une partie qu’ils pensaient perdue. En apportant de l’asymétrie au jeu cette variante amène également une rejouabilité différente.

Et enfin la dernière variante, qui est aussi notre préférée est celle des trésors. On ne joue quasiment plus qu’avec elle pour le petit plus en bluff qu’elle instaure. Un jeton Trésor peut être combiné à une carte Artefact pour effectuer une action. On ne dispose que d’un seul jeton trésor mais ce peut être une bonne occasion de se débarrasser d’un artefact du malheur pour réaliser une action optionnelle. Autour de notre table de jeu cette variante a apporté un peu plus de dynamisme et on a adoré la possibilité de pouvoir se faire des crasses en plus.

Tout le monde est sur son 31

Encore une fois, le jeu est superbe. Même si on a beaucoup moins de matériel, et pas de figurines comme dans La Forêt des Frères Grimm, les visuels de Mr. Cuddington n’en restent pas moins mis en valeur. L’artiste avait déjà œuvré sur le précédent jeu dans cet univers et assure donc la cohérence graphique de la gamme. Ils donnent au jeu l’atmosphère féerique que l’on attend à l’évocation du nom Grimm. Les représentations des personnages des célèbres contes ont été revisités et se distinguent des standards imposés depuis des années par Mickey. L’effet peinture rend vraiment bien, tous les personnages sont réussis et bien que le matériel soit assez discret en jeu, l’ambiance fonctionne bien.

Une réception réussie?

La Mascarade des Frères Grimm est un jeu à identités cachées dans lequel les participants devront se démasquer et collecter des artefacts. Le but va être pour chaque joueur de collecter des artefacts du bien avant ses adversaire ou avant d’obtenir 3 artefacts du Mal.

A tous les tours les joueurs vont devoir ajouter un artefact à leur collection et en donner un à un autre participants. C’est à ce moment la qu’il faudra faire preuve d’ingéniosité et de bluff pour ne pas se faire démasquer et se rapprocher de la victoire. Tenter de transmettre ses artefacts semble judicieux, mais si c’est trop voyant, les adversaires peuvent vous démasquer. Ou pire, vous pourriez arranger un adversaire en lui offrant un artefact qui le rapprocherait de la victoire.
Dans La Mascarade des Frères Grimm on se jauge, on tente des choses et on recoupe les informations pour tenter de faire tomber le voile de l’identité des autres joueurs. Mais au final, on passe surtout un bon moment avec ce titre simple et efficace.

La Récap de la Rédac

Nombre de joueurs de 2 à 5 joueurs
Age conseillé à partir de 8 ans
Durée d’une partie environ 30 minutes
Auteur Ben Eisner, Tim Eisner et James Hudson
Illustrateur Mr. Cuddington
Éditeur Lucky Duck Games
Prix : Environ 25€ Philibert Playin
Parkage Ludum

Les liens présents dans le tableau récap sont affiliés chez Philibert.netPlayinLudum et Parkage. En passant par eux pour vos achats, vous pourrez soutenir le site, en nous permettant d’acheter de nouveaux jeux. Merci à ceux qui le feront !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.