Salut les Scientifiques, on revient un peu vers le jeu vidéo après avoir parlé pas mal de jeu de société, parceque c’est cool aussi. Voici une nouveauté qui n’en est pas vraiment une, la présentation de Axiom Verge – Edition Multiverse. Si le jeu commence à dater un peu, cette édition physique est belle est bien toute fraîche puisqu’elle est sortie le 26 janvier sur PS4, Switch et PS Vita. Le jeu est disponible en version “standard” sur PS4 et Switch, mais le seul moyen d’avoir une version physique pour Vita est de passer par cette Edition Multiverse. C’est Just For Games qui distribue en France le jeu de Thomas Happ. On est pas mal branchés PS Vita chez Pixel Adventurers, c’est donc cette version qu’on a choisi de vous présenter pour ce test. Elle a dut subir de nombreux reports, l’ouverture des précommandes était au mois de juin dernier pour une sortie en août, il aura finalement fallu attendre la fin du mois de janvier pour pouvoir mettre la main dessus, mais est ce que le jeu et l’objet sont à la hauteur de cette attente?

Axiom Verge, présentation :

Parlons d’abord du jeu ; Axiom Verge est un jeu indépendant d’action/aventures type Metroidvania sorti en mars 2015 sur PS4 en démat. Il est important de rappeler qu’il est le projet d’un seul homme, Thomas Happ, qui à absolument tout fait sur son jeu : le code, les graphismes, le level design et même le son. Le jeu a plus ou moins rapidement été porté sur les autres plateformes (PC, Vita, Xbox One…tout), mais c’est au début de l’année 2018 qu’il arrive physiquement chez nous.

Synopsys : 

Au niveau du scénario, l’histoire prend place en 2005 et on suit le périple de Trace, un scientifique travaillant dans un laboratoire au Nouveau Mexique. Alors qu’il lance avec ses collègues une grosse machine scientifique avec plein de boutons et qui fait de la lumière, il y a une anomalie et le bâtiment s’effondre. Trace sent son moment venu, mais alors qu’il pense être mort, il se réveille dans un monde biomécanique très étrange dans lequel il entend une mystérieuse voix qui le guide dans un premier temps. C’est comme ça que démarre la quête de Trace pour découvrir où il se trouve et percer les mystères de ce monde si particulier.

Le jeu est très classique dans son approche du metroidvania, vous allez parcourir les écrans à la recherche d’items conférant des améliorations pour votre personnage ou de nouvelles capacités. Les petits power ups sont disséminés un peu partout dans les niveaux, sous des tas de gelée ou derrière des rochers, à vous de bien tout fouiller pour les découvrir. Les armes et autres items sont pour la plupart accessibles après les salles de boss, après les avoir défaits.

Les boss sont intéressants et une fois leurs faiblesses découvertes, ils ne vous résisteront pas bien longtemps. En général vous trouverez un point de sauvegarde à côté de leurs salles, donc pas de panique.

On sera souvent confrontés à des obstacles infranchissables devant lesquels il faudra passer son chemin, mais en revenant plus tard avec l’item adéquat, le passage se débloquera sans problème.

Petite particularité qui fait le charme du jeu, Axiom Verge vous laisse vous débrouiller tout seul. Les indications sont réduites au strict minimum, la carte se dévoile au fur et à mesure (vous n’avez pas de trace du chemin emprunté comme dans certains Metroidvania). C’est un aspect que j’ai beaucoup apprécié, on se perd facilement dans le monde d’Axiom Verge, mais en prêtant attention à l’environnement, à l’utilisation des objets qu’on a à disposition, on se sort vite de l’impasse.

Note perso : Ce point de vue est tout à fait personnel, en en discutant avec Quentin de Band Of Geeks, il a regretté l’absence de téléporteurs dans le jeu qui auraient facilité la navigation entre les niveaux.

Les contrôles sont simples et ergonomiques, on utilise même l’écran tactile pour certains objets comme le Disruptor, ce qui évite des changements d’armes inutiles. La navigation entre les armes se fait avec le stick droit. Cet item permet de “glitcher” le décor et d’accéder à de nouvelles zones, ou d’altérer le comportement de certains ennemis. Ca fonctionne bien en jeu, c’est fluide, c’est tout ce qu’il fallait. On tire avec Carré en appliquant une direction avec le stick gauche pour des combats en mouvement ou on peut maintenir L pour rester immobile tout en orientant ses tirs avec le stick.

Un univers à part

En ce qui concerne la direction artistique du jeu, là encore c’est du haut niveau, surtout si on se rappelle que Tom Happ est tout seul à avoir travaillé sur son jeu! Le pixel art est magnifique, j’ai un énorme coup de coeur pour les entités biomécaniques que rencontre Trace au cours de ses aventures. Elles me rappellent certaines oeuvres de H. R. Giger, et comme c’est un artiste que j’aime beaucoup… ça a fait mouche.

 

Les boss sont également très bien représentés, les animations fluides et détaillées. Le bestiaire est assez riche et varié, tout comme les environnements qui fourmillent de cachettes et autres passages secrets.

Un autre point fort du jeu est sa bande son. Thomas Happ à signé de très bons morceaux électro qui ont très vite rejoint ma playlist. L’ambiance du jeu est à la fois cohérente et immersive, l’OST d’Axiom Verge finit de parfaire une oeuvre de qualité.

Le contenu de l’Edition Multiverse

Comme je vous l’ai dit en intro, le jeu est proposé en version simple et Multiverse sur plusieures plateformes. Pour évacuer la question qui “fâche” tout de suite, le jeu est proposé en version simple sur PS4 pour une vingtaine d’euros et (forcément….) un peu plus cher sur Switch pour 24.99 € en général. Et là vous vous dites “s’il y a une éditoin Multiverse, il doit y avoir des bonus et ça va coûter un bras” mais NON! Elle est disponible au prix de 29.99€ dans tous les bons magasins en ligne ou près de chez vous.

Voyons en détail le contenu de cette édition bien fournie :

Le jeu, évidemment, avec la même jaquette que l’édition standard. Un artbook de 32 pages, avec une couverture souple glacée. Il contient de nombreux croquis préparatoires et annotations de Tom Happ. Attention! il est aussi plein de spoilers, donc il serait dommage de se jeter dessus dès l’ouverture de la boîte, même si la qualité des illustrations invite fortement à le faire…

Vient ensuite un poster double face avec d’un côté un artwork en grand format et de l’autre une carte détaillée du monde d’Axiom Verge, que je me suis interdit de regarder pendant le jeu pour me garder intact le sentiment d’aventure.

On y trouve également un Blu-Ray avec plus de cinq heures de bonus en vidéo avec un documentaire sur Axiom Verge, une interview de Tom Happ, un speedrun et une partie executée par Tom Happ et Dan Adelman.
Tous ces beaux objets sont rangés dans une boite cartonnée exclusive à cette édition.  

Si vous voulez encore compléter votre édition Multiverse en y ajoutant l’OST du jeu sur CD, c’est possible car Micromania le propose en bonus de commande, apparemment il en reste donc si le jeu vous tente, foncez! Et petit clin d’oeil sympathique, les deux illustrations des pochettes cartonnées de l’OST et du Blu-Ray sont complémentaires!

Pour conclure rapidement, l’édition Multiverse est l’édition que méritait Axiom Verge. Cette petite pépite du jeu indépendant trouve enfin l’écrin adéquat, qui le met encore plus en valeur. L’édition Multiverse de Just For Game est, pour le prix d’une trentaine d’euros (on a vu des jeux standards plus chers que ça) complète et de qualité. Elle propose au joueur un voyage total dans l’univers d’Axiom Verge et on aime ça, on aimerait voir fleurir plus d’éditions de ce genre.

Axiom Verge est disponible depuis le 26 janvier en version physique standard sur PS4, et sur Switch aux alentours d’une vingtaine d’euros et l’Edition Multiverse aux alentours de la trentaine d’euros.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.