Salut les Pilotes ! Subdivision Infinity DX vient de débarquer sur Nintendo Switch, Playstation 4, Xbox One et PC, via Steam. Il s’agit d’un shooter spatial avec une vue à la troisième personne. Ce titre développé par Mistfly Games et édité par Blowfish Studios embarque les joueurs dans le cockpit d’un vaisseau spatial pour des heures de pilotage. Voyons ce que nous avons pensé de ce shooter.

Un pitch qui tient sur un timbre poste galactique

On y incarne le Sergent Jed Riddle qui est chargé d’enquêter sur la mystérieuse coupure de communication d’une station minière. Aux commandes de son vaisseau, il se rend sur place et tente de découvrir ce qui a causé ce silence radio.

Il s’avère que des Mercenaires s’en sont pris à la station de minage convoitant un mystérieux Element 122. L’enquête va mener Riddle plus loin que ce qu’il ne croyait.

Parés au décollage?

Les missions du jeu sont assez variées, même si les différents chapitres de la campagne sont organisés de la même manière. On a 4 missions standards, un combat de boss et deux missions d’exploration par chapitre. Dans les missions standard, on nous propose des quêtes d’extermination, d’escorte, de collecte d’informations… Même si l’on retrouve dans chacune des éléments communs, comme l’élimination de petites patrouilles adverses, on apprécie la variété proposée.
Les combats de boss sont intéressants également. On se retrouve à affronter des bâtiments de plus en plus imposants et les patterns sont sympas. 

Si le premier acte de la campagne est relativement simple, on comprend rapidement par la suite la nécessité de faire évoluer ses armes et vaisseaux pour s’en sortir. Pour acquérir de nouveau appareils il faudra soit farmer les coffres et composants dans les missions d’exploration ou l’argent pour les acquérir directement dans le Hangar. Les armes quant à elles peuvent être acquises dans le magasin et améliorées dans l’inventaire. 

Au rapport !

Les missions d’exploration renferment des coffres disséminés sur toute la carte. Les retrouver vous permettra de vous approprier leur contenu, souvent des crédits et des composants pour débloquer de nouveaux appareils. Les conteneurs sont bien cachés et quasiment introuvables à moins de passer des heures à errer dans la zone. Pour simplifier la recherche, des sondes les détectant sont à vendre au magasin mais leur prix est assez élevé… Je vous recommande donc de chercher les plus simples un moment et d’ensuite passer aux sondes pour les coffres récalcitrants.
Au cours de ces missions il sera également possible de collecter des matières premières en minant des astéroïdes grâce à un rayon laser extracteur. Les vaisseaux ont une capacité de cargo, limitant les ressources que vous pourrez ramener de vos expéditions interstellaires.

Toutes les stats des vaisseaux augmenteront en fonction de l’argent que vous investirez dedans et des pièces que vous améliorerez. On acquiert pas mal de crédits au fil de la campagne, il y a également possibilité de refaire des missions, mais les gains sont dérisoires. Pour les matières premières et les parties de vaisseaux, tout sera dans les missions d’exploration. 

Il a vraiment rien dans le *** ton coucou !

On n’a pas une vitesse incroyable dans Subdivision Infinity. Cependant certains affrontements sont tout de même nerveux. Mais ça apporte surtout un sentiment d’immensité des objets et de l’espace alentours.

Je me suis fréquemment arrêté au détour de stations ou d’astéroides pour admirer le paysage désolé de l’espace. Le contexte de Subdivision Infinity est essentiellement minier, puisque tournant autour de l’Element 122. Les designs des vaisseaux et des super structures spatiales m’ont bien plus. Il n’y a certes rien de révolutionnaire mais c’est de la SF sobre que j’apprécie. Il n’y a pas de vaisseaux qui brillent de partout comme ceux de Naboo dans Star Wars ni une tripotée de peluches qui s’incrustent dans l’aventure.


Les effets de lumière sont superbes et même si quelques textures sont un peu baveuses lorsqu’on s’en approche (comme pour les astéroïdes) elles sont rapidement occultées par le rendu global qui est plutôt bon.

Quelques petits points techniques

La durée de vie tourne autour de la dizaine d’heures pour mon expérience, en mode normal. J’ai pas mal voyagé dans les missions d’exploration avant d’utiliser les sondes et quelques missions m’ont donné du fil à retordre. En jouant en facile et en utilisant plus de sondes la durée de vie est évidemment un peu moindre. Subdivision Infinity DX n’est pas très long mais est proposé à un prix réduit. Il est proposé au prix de 12.99 € sur les différents stores en lignes des consoles et Steam. Le jeu est uniquement en démat pour le moment. Petite info qui peut avoir son importance, le jeu est uniquement en anglais pour l’instant (audio et sous titres) mais une mise à jour est prévue prochainement pour apporter de nouvelles langues comme le français, l’allemand, le portugais, l’espagnol et le russe. 

Petit point sur les trophées, je n’en parle pas souvent dans les tests, mais pour une fois le platine est accessible et bien fait. Il demande juste de faire le jeu à fond, on ne se retrouve pas avec des défis ou actions tordues à faire. On nous demande de terminer le jeu et d’acheter/crafter tous les vaisseaux, c’est cohérent 

Le mot de la fin

Subdivision Infinity DX est un très bon divertissement proposé à petit prix. L’expérience proposée est très agréable et mine de rien les missions sont variées. On se prend au jeu et on ne voit pas le temps passer et on se retrouve à enchaîner les missions pour connaître le fin mot de l’histoire.
Le jeu propose un univers SF de qualité et visuellement c’est très réussi, passé quelques textures un peu datées. Les skins des vaisseaux sont plaisants et les affrontements dynamiqes. Ce Subdivision Infinity DX est une très bonne surprise que l’on vous recommande en cette fin de période estivale. 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.