Salut les manchots ! Aujourd’hui on vous propose de découvrir la compilation Prinny 1-2 : Exploded and Reloaded qui sortira le 16 octobre 2020, développée par Nippon Ichi Software et édité par NIS America. Cette compilation exclusive à l’hybride de Nintendo regroupe les titres Can I really be the Hero ? et Dawn of Operation Panties respectivement parus en 2009 et 2010 sur PlayStation Portable.   

Issus de l’univers de la série des jeux de rôles Disgaea, les Prinnies sont des petits manchots explosifs représentant les âmes d’humains qui sont condamnées à vivre dans le sous-monde pour expier leurs fautes. 

Un scénario profond

Alors qu’ils sont persécutés par la sombre Etna, les Prinnies se voient contraints de réaliser une mission de la plus haute importance pour celle-ci : récupérer les ingrédients pour préparer un ultra dessert ! On se rend donc vite compte que le scénario n’est qu’un prétexte à la progression de nos pingouins, et celui du second épisode n’arrangera pas les choses. Il sera cette fois-ci question de rattraper un voleur … de culotte. Contrairement aux jeux originaux, les titres bénéficient dans ce portage d’une traduction Française qui donne lieu à des dialogues ponctués de pointes d’humours très appréciables. On se prend régulièrement à sourire bêtement devant des absurdités pourtant basses de plafond, ce qui permet de contrebalancer avec la difficulté énorme que propose les jeux. 

Difficulté puissance 1000 

Si l’univers tout mignon de Prinny peut laisser penser que les titres ne seront que des jeux de plateforme en 2D sans grande difficulté, il n’en est rien. En effet, malgré 1000 vies qui sont attribués au joueur en début de partie, il est impossible de ne pas mourir encore et encore, soit à cause des ennemis, soit à cause des phases de plateforme qui ne sont pas particulièrement bonnes. Concernant les ennemis, ceux-ci ne sont pas spécialement retors et en venir à bout ne pose pas de problèmes particuliers, mais en difficulté normale, vous ne pourrez être touché qu’une fois avant de mourir et retourner au précédent point de passage. Impossible à diminuer la difficulté dans le premier épisode pour jouer sans trop se prendre la tête, un mode “couche-culotte” a été intégré au second opus pour permettre d’être touchés jusqu’à 3 fois. Si les joueurs acharnés n’y verront pas de gros soucis, ceux qui voudraient seulement passer du bon temps sur un plateformer de qualité tourneront rapidement les talons. 

Même si l’intrigue des deux opus est totalement différente, le déroulé de l’aventure se présente quant à lui de la même façon. Il sera question de parcourir différents univers dans un ordre que vous jugerez bon, en tenant compte de la difficulté de base de chaque environnement, et de la difficulté globale qui augmentera au cours de l’aventure. Ainsi, un niveau difficile de base pourra le devenir encore plus au fil des 10 heures qui vous sont allouées pour boucler les aventures. Vous êtes donc totalement libres de parcourir l’aventure comme bon vous semble, et de défaire les quelques boss qui viendront ponctuer la fin de chaque niveau. 

En parlant de ceux-ci, il faudra rapidement apprendre les patterns de leurs attaques car seulement 3 minutes vous seront allouées pour en venir à bout. Passé ce délai, il faudra recommencer encore et encore. Heureusement, ceux-ci on des actions rapidement assimilables et c’est plutôt sur vos capacités à réagir qu’il faudra compter.

A l’assaut avec mon pingouin et mon couteau

Les deux opus sont donc finalement très classiques dans leurs déroulés. Pour parcourir les différents niveaux et venir à bout des ennemis, nos manchots bénéficient de très peu de possibilités. Ainsi, il sera uniquement possible de sauter sur les ennemis pour les étourdir, de les trancher à l’aide d’un petit couteau, ou bien de leur envoyer des rafales tranchantes en plein saut. Dans le cas de cette dernière attaque, l’animation passera dans une 2D isométrique particulièrement bien réalisée, mais qui pourra parfois poser des soucis de caméra dans des endroits exigus. Quelques phases en véhicules viendront également ponctuer l’aventure, mais ils n’ont que très peu d’intérêt et seront vite oubliés.

Malheureusement, il va falloir composer avec un gameplay rigide qui accuse les années. Déjà bien compliqué de part la présence de nombreux ennemis, on ajoute à l’ardoise des sauts qui ne permettent pas de jouer de façon fluide. En effet, une fois en l’air, il est impossible de changer de direction ou bien de ralentir son avancée comme dans tout bon jeu de plateforme qui se respecte depuis 20 ans. Il est donc obligatoire de calculer chaque saut pour être certain de ne pas tomber dans le vide ou sur un ennemi qui vous tuerait en un coup. C’est vraiment un énorme soucis de gameplay qui risque de vous faire perdre de nombreuses vies pour rien. Si le joueur normal risque de rapidement décrocher face à une rigidité d’un autre âge, les plus courageux feront fi de cela et ne manqueront pas de revenir régulièrement à leur partie pour tenter d’aller toujours plus loin.

Dépassé mais pas à la ramasse 

Simples portages des versions PSP, les deux titres n’ont pas bénéficié d’une refonte graphique pour leur sortie sur Switch. On retrouve le style graphique propre à la portable de Sony à sa belle époque, avec des environnement très cubiques et un flou qui donne son petit charme. Si ce n’est pas bien dérangeant en mode portable, mais passer sur un grand écran nous fait bien comprendre que les jeux accusent tout de même 10 ans depuis leurs sorties originales. S’ils ne brillent pas par leur réalisation, les jeux n’accusent cependant pas trop le poids des âges grâce à une 2D qui vieillit plutôt bien et des soupçons de 3D qui ne choquent pas l’oeil.

Conclusion

Prinny 1-2 : Exploded and Reloaded est le portage sur Nintendo Switch de deux titres parus sur PlayStation Portable à la fin des années 2000. S’ils n’ont pas bénéficié d’une refonte graphique qui aurait pourtant été appréciée, les deux titres restent tout de même très agréables à jouer pour peu que la difficulté extrême ne vous rebute pas. Si vous n’êtes pas un adepte des die & retry, il sera sûrement bon de ne pas vous procurer cette compilation car les difficultés liées au gameplay risque de vous faire passer un mauvais moment. 

Les plus téméraires pourront quant à eux prendre énormément de plaisir à essayer de caler au mieux leurs actions et rendre à Etna ce qui lui revient dans cet univers particulièrement accrocheur. 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.