Salut les p’tits rolistes ! On vous a déjà parlé jeu de rôle et équivalents sur le site mais n’étant pas des grands pratiquants du loisir, nous avons une vision assez éloignée des grandes campagnes demandant moultes sessions pour en voir la fin. Néanmoins, nous avons toujours été attiré par les jeux de rôle, leurs univers et leurs possibilités. Même s’il faut avouer que les livres de règles de 450 pages ont toujours été un frein. Aussi bien pour celui faisant le GM que pour les joueurs qui ne veulent pas toujours passer une heure ou plus à la création du personnage. Bref ! Le jeu de rôle, c’est cool mais c’est aussi contraignant sous pas mal de formes. Amis rôlistes, n’y voyez pas une injure, j’aimerai pouvoir passer des soirées entières autour d’une table à imaginer des aventures folles mais j’ai déjà du mal à organiser correctement une raclette à 6… Alors une campagne de JDR, autant m’asseoir dessus…

Et puis vint le confinement…

C’est une nouvelle pour personne, le confinement a pas mal changé les règles pour tout le monde et y compris pour les éditeurs de jeux. Nous avons pu jouer à pas mal d’adaptations en ligne des jeux de société, existant ou à venir, dont un jeu de rôle un peu particulier : Pour la Reine.

Je vais être franc de suite, j’étais clairement pas emballé à la lecture du résumé que voici :

« Pour la Reine est un jeu de construction d’histoires à l’aide de cartes, accessible à tous et qui se joue en quelques minutes.
Choisissez votre Reine parmi les illustrations proposées dans la boîte – ou imaginez la vôtre en vous fiant à votre imagination – puis laissez-vous guider en répondant aux cartes Question afin de tisser ensemble un récit empli d’amour et d’héroïsme, mais aussi de trahisons et de doutes !« 

Mais au détour d’une soirée sans rien d’autre à faire (mon confinement est d’une tristesse…) j’ai accepté la proposition de Bragelonne Games d’essayer leur nouveau jeu. J’ai trainé Panzerodin avec moi (que je sois pas le seul à souffrir si jamais !) et nous étions partis pour une session virtuelle autour d’une interface web et d’un discord.

Ok c’est cool ta vie mais le jeu ?

On y vient ! Pour la Reine est une boîte bac à sable de récit narratif. Les joueurs se posent autour de la table, ouvrent la boîte, mention spéciale à la boite que j’aime beaucoup avec son fourreau.

Ils choisissent une Reine parmi les 14 présentes dans la boite. Les reines sont variées et peuvent coller à différentes époques et/ou épopées. On a même des Reines mystiques qui sentent bon le pentagramme. Les illustrateurs, trop nombreux pour être cités ici mais listés dans le tableau en fin d’article, ont fait un un super travail sur les différentes têtes couronnées avec des styles vraiment différents.

Une fois la Reine choisie, la tablée (numérique ou non) prend place et chacun va lire une carte instruction à son tour.

Cette première étape permet d’expliquer les règles à tous, sans qu’il y ait de maître du jeu mais aussi pour prendre le rythme du jeu qui sera constitué de deux phases :

  • Lecture de carte avec un texte d’ambiance et une question
  • Réponse à cette question et échange avec les autres joueurs autour de la table

Et on enchaîne les tours comme ça jusqu’à tomber sur une carte spéciale :

Et là vous décidez d’une réaction appropriée selon votre parcours. On fait la somme de toutes nos aventures, de ce qu’on a dit, subit, inventé et vécu pour décider de défendre ou non la Reine.

Parcours ? Quel parcours ? Où est ma fiche de personnage ?

Pas de fiche de personnage, pas de dés, pas de règles, pas de statistiques, vous n’avez que votre imagination et un paquet de cartes pour vous aidez à progresser dans la construction de votre personnage.

Pour la Reine est un jeu qui vous prend par la mains en posant les questions que vous auriez dû vous poser lors de la création de votre personnage avant une session classique de jeu de rôle. Sauf que répondant à tour de rôle aux questions, vous devrez intégrer les réponses des autres joueurs pour créer votre personnage et faire vivre l’univers qui se met en place petit à petit. Chaque joueur apportera sa pierre à l’édifice, une phrase, un personnage, une anecdote ou tout autre élément raconté par un autre joueur pourra être la base de votre réponse à la prochaine question. Le récit va s’enrichir de lui même au fil de la partie et avec des questions qui ne sont pas toujours en accord avec la vision première que vous aviez de votre personnage, il faudra faire preuve d’imagination pour vous adapter. Du jeu de rôle réduit à sa plus simple essence en fait.

C’est assez fabuleux, la façon dont on arrive à nouer des sentiments d’attachement ou de rancœur pour un personnage qu’on a seulement fait vivre au travers de réponses à quelques questions.

Un jeu bienveillant

Dans Pour la Reine se trouve une carte « X », cette carte est un joker mis à la disposition de toute la table pour pour éluder une conversation ou éviter une question que l’on trouverait trop personnelle, perturbante, gênante, etc. Bref, qu’importe la raison, si vous êtes mal à l’aise, vous avez la possibilité, simplement en touchant la carte, sans vous justifier de vous protéger d’une discussion qui nuirait à un agréable moment passé autour du jeu.

Si j’étais assez dubitatif sur cette carte au départ, promis je suis pas sans cœur mais je n’ai jamais été confronté à cette situation, j’ai compris en échangeant avec diverses personnes que cette carte n’est pas là pour être un « chat perché » que l’on sort à tout bout de champs pour bloquer la partie. Loin de là, elle est garante d’une bonne atmosphère autour de la table. Même si elle n’est jamais utilisée, pour celles et ceux qui peuvent se sentir désarçonné par certaines thématiques, la carte est là pour les protéger d’un moment désagréable.

Une gamme est née

Pour la Reine vient d’un système de jeu appelé « For the Story » créé par Alex Roberts. De cette gamme, plusieurs jeux vont voir le jour prochainement.

Donjons et Siphons dans lequel vous allez incarner troll, fée, zombie, squelette et autres bestioles du bestiaire fantastiques dans un donjon mais pas pour le défendre ou le conquérir. Pour entretenir son réseau de plomberie et à la fin de la partie, élire le meilleur représentant syndical ! Oui c’est complètement bizarre mais ça marche bien ! Un système de duo est mis en place dans Donjons et Siphons pour toujours avoir un partenaire à qui poser une question et ainsi plus facilement créer des conversations entre les joueurs.
Il a, à mon sens, un côté plus abordable, la fantasy est toujours plus riche et facile à détourner, et le côté duo permet de refiler la patate chaude pour s’appuyer sur un partenaire quand on est un peu en panne sèche d’inspiration.

Un troisième opus s’appelant Rituel et basé sur des univers plus fantastiques et dans lesquels vous devrez réussir à accomplir un rituel et décider d’être loyal à votre culte ou non au moment de la réalisation du rituel. Nous n’avons pas joué à cette version et ne pouvons pas vous en dire beaucoup plus pour le moment.

Les deux opus devraient sortir début 2021 alors que Pour la Reine est déjà disponible en magasin.

Pour préserver les distances sociales :

Le système For the Story est libre de droits et a été librement adapté par plusieurs créateurs sur des thèmes très variés. Vous pouvez trouver sur la plateforme en ligne For the Drama, plusieurs aventures à partager en ligne, il vous suffit de créer une salle, partager le code pour que les autres joueurs vous rejoignent et d’un chat vocal pour partir dans une aventure d’environ 30 à 60 minutes.

On la défend au final ?

Oui ! Pour la Reine est un jeu qui m’a surpris et qui malgré son thème qui ne m’attirait pas du tout, m’a fait passer un excellent moment. Le jeu vous prend en mains de bout en bout et vous emmène dans une aventure que vous aurez créé de toutes pièces mais en vous apportant les briques élémentaires du récit. Parfois contraignant, il faudra savoir s’adapter pour répondre aux questions posées par le jeu et qui vont à l’encontre de ce que vous aviez imaginé en premier lieu pour votre personnage. Si jamais la question posée vous dérange trop ou si le récit d’un autre joueur vous gêne, une carte X servira de garde fou et permettra de stopper toute discussion trop désagréable à n’importe quel joueur.
Etant un jeu narratif, il repose sur la volonté des joueurs de s’y plonger. On ressent tout de suite quand des joueurs sont à l’aise avec l’exercice et il faudra un tour ou deux aux plus novices pour s’approprier leur personnage et vivre l’aventure comme la leur. Régit par des règles simples et limpides qui sont déroulées en quelques minutes, Pour la Reine est un jeu format apéro qui permet de vivre des grandes aventures en toute simplicité et qui permet d’initier au jeu de rôle en ne gardant que le plaisir de se raconter des histoires sans s’encombrer de toutes les règles et statistiques qui peuvent rebuter les joueurs.

La Récap de la Rédac

Nombre de joueurs de 2 à 6 joueurs
Age conseillé à partir de 14 ans
Durée d’une partie De 30 à 60 minutes
Auteur Alex Roberts
Illustrateurs Alena Zhukova, Arlei Dormiendo, Caleb Hosalla, Constance Bouckaert, Denise Jones, Elisa Cella, Joyce Maureira, Klaudia Bulantová, Lauren Covarrubias, Maegan Penley, Shel Khan, Stephanie Böhm
Éditeur Bragelonne Games
Prix : Environ 15€ Philibert Playin
Parkage Ludum

Les liens présents dans le tableau récap sont affiliés chez Philibert.netPlayinLudum et Parkage. En passant par eux pour vos achats, vous pourrez soutenir le site, en nous permettant d’acheter de nouveaux jeux. Merci à ceux qui le feront !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.