Salut les stratèges ! Besoin d’un jeu rapide pour déterminer qui se colle à la vaisselle, de trancher sur qui a raison sur tel ou tel sujet? Pour cela il faut un jeu facile à installer, à comprendre et tout aussi rapide à pratiquer. Asmodee nous a fait parvenir un exemplaire d’Otrio, un titre abstrait de Brady Peterson, qui était complètement passé en dessous de nos radars jusqu’à présent. Mais depuis quelques semaines on s’est rattrapés et on a passé pas mal de temps dessus. On vous parle plus en détails de ce jeu 

La mise en place du jeu est très rapide, chaque joueur reçoit un set de 9 pions colorés. Ils sont de 3 tailles différentes, on les place autour du plateau sur les emplacements prévus à cet effet. Tout le monde est ainsi prêt à se lancer dans la partie en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. 

L’explication des règles est tout aussi rapide puisque les actions d’un joueur sont limitées au placement d’un pion par tour sur le plateau. Le pion peut être placé sur n’importe quelle place libre de sa taille sur une des 9 cases du plateau, peu importe la couleur des pions qui pourraient déjà être présents sur cette même case. A noter qu’une fois en place, un pion ne bougera plus de la partie. 

Pour remporter la partie, c’est très simple : il faut réaliser un « Otrio », c’est à dire former un ensemble de 3 pièces, de même couleur, et :

  • De même taille,
  • De taille croissante, du plus petit au plus grand,
  • De taille différente mais sur la même case. (ils ne sont pas alignés mais vous avez saisi le principe).

Le joueur qui arrive à réaliser une de ces conditions en premier met fin à la partie en criant « Otrio ». Nous nous sommes affranchis de cette règle pour nos parties, pour rester concentrés et très souvent en relancer une immédiatement. 

Otrio peut être pratiqué de 2 à 4 joueurs. En duel, chacun des joueurs recevra 2 sets de pions, pouvant ainsi changer à loisir la couleur du pion joué. Mais la condition de victoire reste inchangée, ce sont bien 3 pions de la même couleur qui doivent être groupés pour former un Otrio, pas 3 pions contrôlés par le même joueur. Au-delà de 2 joueurs, chacun a son propre set, et l’autre couleur de pions sera remise dans la boîte. 

S’en suit alors un jeu intense de placement et de contre de chaque coup de l’adversaire pour l’empêcher de parvenir au bout de sa stratégie. Pouvoir jouer à l’intérieur ou autour d’autres pions est un twist que l’on a apprécié. Il faut certes être assez vigilant au début, pour ne pas passer à côté d’un coup parfois évident que l’adversaire met en place, mais on s’y fait très vite et ceci pousse le jeu un peu plus loin. 

Attention c’est parti pour les comparaisons douteuses, mais pas trop quand même. Avec Otrio, on a eu l’impression de jouer à une version Blitz de Quarto. Ou encore un Morpion un peu dopé en version multijoueur. On retrouve les associations variées pour réaliser la combinaison gagnante du Quarto, et le plateau de 3×3 cases du morpion. Si la boîte indique 10 minutes, on n’a que très rarement atteint cette durée pour une partie. En revanche, nos sessions de jeu s’étalent sur une vingtaine de minutes car on ne peut s’empêcher de relancer immédiatement quelques parties. 

Bien qu’il ne révolutionne rien, Otrio s’est révélé chez nous très addictif et se fait une place assez régulièrement sur nos tables de jeu. La version 4 joueurs et le positionnement possible de plusieurs pions sur la même case viennent contrebalancer les techniques pour remporter la partie à coup sûr à deux joueurs du Morpion classique.

La sobriété poussée à l’extrême

En ce qui concerne l’esthétique du jeu, elle est très sobre. Le design épuré est quelque chose qui revient très souvent dans les jeux abstraits. 

Ici, les cercles de couleur se détachent bien du plateau blanc et l’ensemble est efficace et très clair en jeu. (bien que peut être un peu moins lisible pour les joueurs daltoniens avec la présence de pions verts et rouges.) S’il faut trouver un point négatif sur le matériel, ce serait au niveau du rangement. 

En effet, un couvercle thermoformé vient se poser sur le plateau. Sur ce thermoformage on vient ranger tous les pions avant de refermer la boîte, ce qui maintient tout en place. Ceci fait qu’avant chaque nouvelle session de jeu, il faut déplacer les pions du thermoformage vers le plateau, et inversement au rangement. Ce n’est l’affaire que de quelques dizaines de secondes mais on aurait préféré un rangement qui permette un lancement de partie à l’ouverture du couvercle de la boîte. 

Passé ce pinaillage ergonomique, on n’a pas trouvé grand chose à redire sur le matériel d’Otrio. Tout est d’une telle simplicité et efficacité qu’il est difficile d’y trouver des points négatifs. 

Conclusion

Otrio est un jeu abstrait de placement dans lequel, pour remporter la partie, les joueurs devront réaliser un « Otrio », une combinaison de pions de leur couleur. Reprenant le principe du Morpion, mais en l’adaptant intelligemment, Otrio de Brady Peterson propose une expérience simple, rapide mais intense.

Expliqué en quelques secondes et mis en place dans le même temps, le jeu peut être pratiqué en duel, mais également jusqu’à quatre, de quoi corser un peu plus le défi. Très lisible, ce titre abstrait est devenu récurrent lors de nos sessions de jeu. Si vous cherchez un jeu efficace pour lancer des parties rapides et occasionnelles, s’adressant à tout type de public, Otrio pourrait bien faire l’affaire.

La Récap de la Rédac

Nombre de joueurs de 2 à 4 joueurs
Age conseillé A partir de 8 ans
Durée d’une partie environ 10 minutes par partie
Auteur Brady Peterson
Illustrateur Spin Master Games
Editeur Spin Master Games
Prix : environ 20€ Philibert Playin
Mille et un jeux Ludum

Les liens dans le tableau récap sont affiliés chez Philibert.netPlayinLudum et Mille et un jeux. En passant par eux pour vos achats, vous pourrez soutenir le site, en nous permettant d’acheter de nouveaux jeux. Merci à ceux qui le feront !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.