Salut les Chasseurs de primes ! Une horde monstres (bien que tout mignons) déferle sur le village, les habitants ont besoin de braves pour en venir à bout. Charmés peur leur trogne adorable, ils succombent aux créatures. Et c’est là que vous intervenez ! Monster Rush de Theo K. Mavraganis est paru en 2017 chez Artipia Games. Il est édité en français et vient de sortir cette année en tant que deuxième titre du catalogue de Funny Fox Games. Il s’adresse à un public plus jeune et familial que Ceylan, les chasseurs peuvent commencer à jouer à partir de 8 ans. 

L’attirail du chasseur

Avant d’entrer dans le vif du sujet, passons en revue le matériel contenu par cette jolie petite boîte. Elle ne contient pas de plastique ! Que ce soit l’insert qui maintient les cartes ou le plateau, tout le matériel est en carton.

Les cartes Monstres sont de grande taille et de bonne qualité, tout comme les cartes Armes et Sorts, en plus petit format carré mais d’aussi bonne facture. La présence du plateau est surprenante. Il n’est absolument pas indispensable pour les parties, mais c’est un petit plus qui embellit l’aire de jeu. Si vous souhaitez avoir une version plus portable du titre pour l’emmener en vacances, les deux paquets de cartes suffisent pour jouer.

La chasse est ouverte !

Monster Rush est un titre très facile à mettre en place, à expliquer et dans lequel on s’amuse immédiatement. 

Pour lancer une partie il faut installer le plateau, diviser les cartes monstres en trois piles et les cartes Armes et Sorts en autant de paquets que le nombre de joueurs. Chaque participant devra tenir son paquet de cartes Armes et Sorts dans une de ses mains et les révéler avec l’autre. 

Et voilà, que la chasse commence ! 

Anatomie d’un monstre

Pour bien comprendre le jeu et la chasse, il faut regarder d’un peu plus près les cartes Monstre. En haut, on voit le nombre de points que rapportera la créature si elle est capturée. Ensuite, en bas on trouve les symboles des armes ou sorts à utiliser contre elle pour la mettre hors d’état de nuire au village.

A chacun de leur tour, les joueurs vont révéler une de leurs cartes Armes et Sorts devant eux. Ils la posent alors face visible sur l’aire de jeu. On continue ainsi (sans les recouvrir, elles doivent rester visibles) jusqu’à ce qu’un des chasseurs décide de capturer un monstre.

La capture ne peut se faire que lorsque tous les symboles Armes et Sorts nécessaires à sa capture sont présents sur la table. On ne tient pas compte que des cartes posées devant soi, il faut avoir un œil sur celles que les autres participants ont jouées également !

Pour s’emparer de la carte monstre dont les symboles sont réunis parmi les cartes Armes et Sorts jouées, il faut être le premier à poser sa main dessus. Monster Rush fait parti de ces jeux où il faut enlever bagues et montres avant de jouer si vous ne voulez pas abîmer les cartes ou vos doigts !

Tout un panel d’armes à disposition

Parmi les cartes Armes et Sorts basique on en rencontre de six types différents. L’épée, la hache, l’arc, et les magies de feu, glace et foudre. Il y a cependant une carte faisant office de Joker : le bâton de sorcier. Ce puissant artefact permettra de remplacer n’importe quel symbole Armes et Sorts de votre choix pour mettre la main sur un Monstre.

Certaines cartes Armes et Sorts sont un peu différentes. Quelques unes d’entre elles possèdent deux symboles, pouvant accélérer considérablement la capture. On pense qu’il manque deux symboles pour un monstre, on se relâche et un joueur sort le combo qui complète un Monstre ! Il faut être constamment sur le qui-vive.
D’autres cartes Armes et Sorts représentent des Attaques ratées. L’arme représentée au milieu est brisée et dans chacun des coins on a une croix rouge qui nous indique l’échec de l’attaque. Mais attention encore une fois, un coup d’oeil trop rapide sur une de ces cartes un peu éloignée peut induire en erreur.

La capture et le verdict

Si le joueur ayant revendiqué la capture d’un monstre a raison, il prend alors la carte, la place devant lui et marquera les points indiqués en haut en fin de partie. En revanche, s’il se trompe il prend quand même la carte mais la placera face cachée devant lui. Elle comptera comme un malus de -1 point en fin de partie. Dès qu’un joueur a essayé de capturer un monstre, chacun ramasse ses cartes Armes et Sorts devant lui et les replace sous son paquet.

On prononcera l’arrêt de la partie quand la dernière des cartes Monstre d’un tas sera capturée. Chaque joueur fait le calcul de ses points en additionnant les points des cartes de chaque monstre capturé, sans oublier les malus. 

Il ne faut pas une table trop grande pour que tous les monstres soient accessibles facilement à tous les joueurs. On aime la tension à chaque révélation de carte. Tout le monde se regarde dans le blanc des yeux, se repasse en mémoire les symboles présents et celui qui manquerait pour compléter une carte…  Le fait de ne jouer qu’avec une main pour révéler ses cartes et taper sur les monstres accentue cette sensation. Dans le genre Monster Rush est très bon. On retrouve les sensations de Gobbit ou de Tapage Nocturne.

Variante perso 

On ne bricole pas souvent les règles des jeux, mais on a fait une exception avec Monster Rush. Ce n’est pas qu’elles ne fonctionnent pas, au contraire, mais on a adapté le jeu en version “Adultes”. N’allez pas imaginer quoi que ce soit de sale avec des monstres ! Le jeu étant orienté pour un jeune public, nous avons juste introduit une petite variante qui ajoute de la difficulté, en mixant Monster Rush et Poule Poule. Avec un public plus jeune on conserve évidemment les règles de base, qui permettent aux enfants de profiter du jeu. Mais quand on a envie de corser un peu le défi, on utilise des cartes Attaque Ratées pour annuler une carte du même symbole déjà présente. Ca nous rajoute une petite contrainte de mémoire et d’observation supplémentaire qu’on aime bien.

Le charme des monstres n’opère pas que sur les villageois

Tomasz Larek, l’illustrateur du jeu, propose une vision très sympathique de ces petites bêtes. Les visuels sont soignés et chacune des créatures est présentée sous plusieurs stades d’évolution, à la manière des Pokémons

Avec leurs grands yeux, leurs couleurs vives et leur air blasé pour certains, ils apparaissent tout mignons, même l’araignée. Chez nous, ils ont bien fonctionné auprès de tous les publics. Jeunes et moins jeunes les ont appréciés. 

Conclusion

Monster Rush est un jeu d’observation et de rapidité dans lequel les joueurs devront capturer des monstres. Les cartes Monstres indiquent quel arsenal les chasseurs devront rassembler pour les attraper. A tour de rôle, les joueurs vont révéler une de leurs cartes Armes et Sorts et la placer devant eux. 

Dès qu’un chasseur voit que tous les symboles armes et sorts nécessaires pour capturer un monstre sont présents sur la table, il doit taper sur la carte du monstre en question. S’il a raison, il marquera les points en fin de partie ; dans le cas contraire, il recevra un malus de points.

En associant observation et rapidité, Monster Rush est un titre familial qui apporte une bonne ambiance autour de la table. Porté par une direction artistique drôle et très colorée, il saura occupé vos petits monstres pendant les weekends ou fêtes de fin d’année. Si vous cherchez à passer un bon moment, il est tout indiqué avec son esprit fun et dynamique!

La Récap de la Rédac

Nombre de joueurs De 2 à 5 joueurs
Durée d’une partie environ 10 minutes
Auteur Theo K. Mavraganis
Illustrateur Tomasz Larek
Éditeur Funny Fox Games
Prix Environ 20€

 

Les liens dans le tableau récap sont affiliés chez Philibert.net. En passant par eux pour vos achats, vous pourrez soutenir le site, en nous permettant d’acheter de nouveaux jeux. Merci à ceux qui le feront !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.