Escape Quest est un magazine trimestriel présentant des jeux d’aventure inspirés des Escapes Games et des Jeux de Rôles. C’est lors de mon attente dans un aéroport que j’ai pu découvrir ce magazine qui est très intéressant pour tous les fans de jeux de société ainsi que les fans d’escape game et d’énigmes.

Chaque numéro est une aventure indépendante dans laquelle vous êtes le personnage principal et au cours de laquelle vous devrez résoudre de mystérieuses énigmes pour déjouer tous les pièges que vous rencontrerez… Vous l’avez compris on reprend ici le principe du livre dont vous êtes le héros qu’on saupoudre d’énigmes et de reflexion.
Escape Quest vous propose de partir à la découverte de nombreux mondes imaginaires grâces à des mécaniques de jeu novatrices vous permettant de progresser et trouver de nouveaux élément pour avancer dans l’aventure.

Seul dans Salem 

Le numéro que j’ai eu la chance de découvrir est le numéro 3, Seul dans Salem, dont le jeu et les illustrations sont de Julien Mindel.

Après un long voyage, vous voilà enfin à Salem. Depuis tout petit, vous vous gavez de mythes et légendes à propos de sorcières et aujourd’hui, vous entrez de plain-pied dans leur histoire – la vraie.

Venu pour visiter la ville où se sont tenus les fameux procès de 1692, vous n’en repartirez pas avant de tout en connaître. Votre curiosité est sans limite, peut-être un peu trop même… Vivez une aventure indépendante dans laquelle VOUS êtes le personnage principal et au cours de laquelle vous devrez résoudre de mystérieuses énigmes pour déjouer tous les pièges que vous rencontrerez… Visitez les lieux emblématiques de la ville et essayez de percer le mystère des sorcières en résolvant les énigmes qui se dresseront sur votre chemin. Mais attention ! Seule une logique implacable associée à un sens de l’observation et de déduction vous permettront de réussir ! Saurez-vous relever le défi ?

Le début de l’aventure 

Le début de livre commence par des règles plutôt simple. Il faut résoudre les énigmes pour savoir à quel page vous rendre, sur la pages où vous allez vous rendre se trouve dans un encart le numéro de la page dont vous venez. Cela permet de savoir si vous êtes vraiment à la bonne page suivant la réflexion que vous venez de faire.

Exemple, au tout début de l’aventure vous avez cette énigme qui est page 8. A partir ce ça, à quelle page irez-vous?

Si vous avez répondu 48, vous avez juste ! Comme vous pouvez voir dans la case jaune se trouve le numéro de page d’où vous venez.

Les énigmes augmentent en difficulté au fil du livre, nombre de fois les énigmes vous ferons réfléchir longuement pour trouver la bonne solution. Et, de nombreuses de fois j’ai fait un “Oh putain” en trouvant la solution. Si jamais vous êtes vraiment vraiment bloqué, il faut savoir qu’a la fin du magazine se trouvent deux pages collées ensemble avec l’ensemble des solutions.

L’histoire vous laisse embarquer tel un scénario de jeu de rôle dans lequel vous commencez une journée banale puis tout va mal. Alors que vous visitez Salem, le guide n’est pas à ce quoi vous vous attendiez. Vous vouliez visiter le Salem des sorcières, non pas l’histoire de la ville ! Vous rentrez dans le musée des sorcières mais il n’y a personne au guichet vous vous décidez à pousser une porte entrouverte.. Là commence votre aventure !

La critique 

Escape Quest est un très bon magazine pour tous les fans d’escape games (la fin va d’ailleurs vous donnez très envie, mais chut pas de spoil). Les énigmes commencent facilement puis se durcissent au cours de l’aventure. Ce a quoi je ne m’attendais pas c’est l’utilisation du magazine en effet ce n’est pas un simple livre et il faudra être parfois inventif avec le format. De plus dans le rabat, se trouve des éléments prédécoupés que vous allez collecter au fur et à mesure de votre avancée. Ces éléments sont soit des indices soit des accessoires vous permettant de résoudre des énigmes. Escape Quest brille également par sa qualité d’impression et de travail sur les illustrations. Le magazine est beau, le papier est bien épais avec un effet velours ce qui explique sont prix de 12,90 euros.

Comptez environ 2-3h pour finir le magazine.

On reprochera cependant que la rejouabilité est presque nulle et certaines illustrations sont en anglais, sans traduction, ce qui pour un phobique de la langue de Shakespeare peut être rédhibitoire. Cependant ces illustrations ou texte ne sont jamais au coeur des énigmes. La seconde question que je me pose est, si les magazines suivant ne seront pas répétitifs car j’ai déjà eu affaire à certaines de ces énigmes dans des escapes games. Mais je pense qu’il y a suffisamment de quoi faire pour rendre chaque numéro intéressant.

Il y a pour les moments 3 magazines de sortis qui sont disponibles soit chez votre buraliste soit sur le site de Don’t Panic.  Est-ce que ce genre de magazine vous intéresse ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.