Salut les ludistes ! La présentation est un peu tardive mais on vous parle aujourd’hui de la dernière box dédiée aux jeux de société que l’on a reçue : Ludum box Discovery.
Ludum, le site marchand en ligne dédié aux jeux de société propose également une box de jeux mystères trimestrielles. Nous vous les présentons depuis le début car nous avons été séduits par l’offre. 

Le principe est simple, sous la forme d’un abonnement trimestriel, vous recevez une box contenant 2 jeux sélectionnés en fonction de votre profil de joueurs. Il y en a pour tous les profils allant des jeux d’ambiance aux jeux stratégiques en passant par les jeux familiaux ou enfants. De plus, un magazine spécialement concocté par la rédaction de Ludum vient accompagner les jeux en les présentant, fournissant un accès aux règles en audio et en proposant des compléments tels que des interviews, des démos et des présentations de jeux marquants.

Niocodemus

Le premier titre de la sélection Discovery box, dédiée aux jeux stratégiques, n’est autre que Nicodemus, de Bruno Cathala et Florian Sirieix, édité chez Bombyx.
Le célèbre inventeur Nicodemus Gideon va prendre sa retraite. Après des années à œuvrer pour la fabrique des rêves, il est temps de se reposer. Seul un de ses deux apprentis, incarnés par les joueurs, pourra prendre sa suite. Pour se départager, les apprentis se livrent une bataille d’inventions acharnée.

Le but du jeu est d’obtenir au moins 20 points de victoire avant son adversaire. Pour cela, les joueurs devront réparer des machines et accomplir des objectifs. Le jeu est articulé autour d’un plateau central servant à accueillir les cartes Machine jouées par les participants (le Bric-à-brac) en attendant qu’elles soient réparées.
Dans Nicodemus, les joueurs jonglent habilement entre gestion de ressources et moteur de jeu. En effet, une fois réparées, les différentes machines produiront des ressources permettant de réduire le coût de production des machines dans le Bric-à-brac. Les parties durent environ 45 minutes mais sont intenses tant en rebondissements qu’en calculs.

De notre côté, on n’est que très peu réceptifs à la direction artistique d’Imaginarium, illustré par Felideus Bubastis, et donc par extension à celle de Nicodemus qui est du même artiste. Ça n’a pas été facile de passer outre pour se consacrer pleinement au jeu, tant elle est marquée et présente. Cela dit, il aurait été dommage de se priver du jeu à cause de ses graphismes, c’est valable pour de nombreux jeux d’ailleurs, car une fois la partie lancée, on s’est laissés porter et on a pris plaisir à construire nos moteurs de productions et à compléter les objectifs. 

Les parties de Nicodemus sont tendues et dynamiques. Les interactions entre joueurs sont assez présentes, en utilisant les machines rouges, le joueur adverse est obligé de se défausser de machines de sa main ou de remettre des ressources dans la réserve. De plus, si un joueur doit piocher des ressources mais que la réserve est vide, il va directement taper dans celle de l’adversaire !

On a été très agréablement surpris par notre première incursion dans le monde d’Imaginarium avec ce Nicodemus. Bruno Cathala et Florian Sirieix démontrent une nouvelle fois avec ce titre que leur réputation dans le monde du jeu n’est pas usurpée. Nicodemus est une valeur sûre pour les joueurs désireux de se lancer dans une partie intense, tout en gardant un côté accessible avec ses règles simples. 

Les Hauts Fourneaux

Le deuxième jeu de la sélection Ludum de ce trimestre est Les Hauts Fourneaux créé par Ivan Lashin. Ce titre édité par la Boîte de Jeu invite les joueurs à endosser le rôle d’industriels du XIXe siècle pour se livrer une course à la prospérité. 

Les Hauts Fourneaux utilise la mécanique d’enchères. Les joueurs vont tenter de remporter des cartes Entreprises pour créer un moteur de production de ressources efficace. Mais le jeu ne se contente pas de cela. Il introduit une notion de “compensation” pour les joueurs qui n’ont pas remporté l’enchère sur une carte, permettant d’obtenir des ressources ou d’en transformer. Ainsi, les jetons enchère dépensés ne sont pas tout à fait perdus, et entrent même dans une réflexion stratégique.


Les cartes Entreprise ont deux faces et peuvent être améliorées en cours de partie pour proposer plus d’options, notamment pour gagner de l’argent, synonyme de points de victoire en fin de partie. 

Le jeu est très accessible mais propose des options et variantes de jeu pour les joueurs qui désirent s’investir un peu plus dans le gameplay. En proposant des cartes Industrielles, qui ajoutent des effets de jeu ou la variante Chaîne de Production qui impose de jouer les effets des cartes Entreprises dans l’ordre d’acquisition, le jeu prend un tout autre aspect stratégique et devient très profond. 

Le terme de “course” utilisé en introduction de ce paragraphe consacré aux Hauts Fourneaux n’est pas usurpé car une partie ne dure que 4 tours. Lors de nos premières parties ça nous a paru un peu frustrant mais, premièrement ça donne furieusement envie de relancer une partie dans la foulée et deuxièmement, ça pousse à l’optimisation et on a adoré.
Chaque partie suivante est plus fouillée stratégiquement et pour nous c’est une très bonne expérience. Au niveau ergonomique, le marqueur compte tour carré est très bien pensé et agréable à l’usage. C’est un détail qui montre le soin apporté à la réalisation du jeu. 

Les Hauts Fourneaux est très malin et prouve qu’avec 3 pages de règles et une partie rapide de 30 à 45 minutes en seulement 4 tours, on peut éprouver de très bonnes sensations ludiques. L’ensemble est enrobé d’une direction artistique signée Oleg Yurkov qui nous plait beaucoup, c’est donc un succès sur tous les tableaux pour nous.

Le Magazine

C’est le petit plus de Ludum outre leur, toujours très bonne, sélection. Chaque trimestre, ils concoctent une revue papier de grande qualité pour présenter leur sélection trimestrielle mais également d’autres sujets tournant toujours autour du monde ludique. 

Grand amateur de livres audio et podcasts, j’aime toujours autant les règles audio qui, même si elles n’affranchissent pas d’une lecture du fameux livret, permettent d’avoir une belle ébauche. 

Dans ce numéro, Ludum parle un peu plus de Vincent et Fabien, les deux créateurs de la société, oui ça fait un peu égocentré dit comme ça mais les vendeurs de jeux de société sont des acteurs à part entière du circuit ludique. Il est intéressant d’avoir leur point de vue. 

Un petit supplément central comme le poster format A3 des magazines de nos folles années de jeunesses est une présentation de Cap Color au travers de 8 dessins à colorier. Ce jeu de Charles Chevallier et Laurent Escoffier demande de colorier habilement des cases d’un dessin, commun à tous les joueurs, pour tenter de faire un maximum de points. Les bonus et malus sont plétores et demanderont de bien connaître les règles de score pour entamer sereinement la partie. 

Un coup de projecteur est également mis sur Gang of Four, que je ne connaissais que sous sa forme jouée avec des cartes classiques : le Président ou le Trou du cul. Lire cet article m’a redonné envie d’y jouer et de découvrir Gang of Four surtout !

La boutique en ligne 

Ludum c’est aussi une boutique en ligne avec des tarifs très intéressants. Si vous êtes abonné à leur box, vous avez droit au Pass Ludivor qui peut amener jusqu’à 15% de remise supplémentaire sur le site. Vous pouvez désormais, sans avoir souscrit à une box, profiter aussi de ces avantages contre un abonnement. Personnellement, on conseillerait plutôt de vous abonner à une box tant qu’à faire.
On vous conseille vraiment d’aller jeter un oeil à leur boutique, non pas parce que l’on a un lien affilié (quoique ! Merci à ceux qui l’utilisent !) mais parce qu’on a une confiance absolue dans la qualité de la gestion des colis via Ludum, nous sommes à la 9ème Box et nous n’avons jamais eu aucun problème de jeu abîmé ou perdu. Le SAV est aux petits oignons si besoin et les tarifs sont vraiment attractifs.

Conclusion

Avec cette sélection Ludum propose deux titres intéressants et stratégiques. On est toujours agréablement surpris en ouvrant une box Ludum et ce trimestre n’a pas fait exception. Les titres se multiplient chaque mois toujours plus et il est parfois difficile de dénicher la petite trouvaille qui fera mouche. Si vous avez un doute pour les fêtes de fin d’année, n’hésitez pas à offrir une box Ludum à vos proches, c’est un chouette cadeau allant du plaisir de recevoir un colis (qui n’aime pas ça ?), en passant par celui de découvrir une belle sélection, à celui de jouer à des bons jeux! 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.