Salut les architectes ! On part explorer le Royaume des Sables et surtout le bâtir avec la nouvelle localisation de Légion Distribution. Le Royaume des Sables est un jeu de Ji Hum Wei pour 1 à 4 joueurs. Les Illustrations de Maisherly Chan, en particulier la couverture sont très avenantes et donnent envie de pénétrer dans ce monde qui semble doux et paisible. 

Synopsis

Le Royaume des Sables, une réalité parallèle source de la magie, est en train de mourir. Après des milliers d’années d’utilisation excessive, la magie a presque disparu. Face au péril, la reine de Ragusa s’est lancée dans une quête pour sauver son foyer, voyageant vers le Royaume des Sables. En tant que magicien royal, vous devez agir rapidement pour l’aider à stabiliser et régénérer la magie.” Voici comment le jeu nous est introduit sur le site de Légion Distribution.

Le matériel

Une plus petite boîte comparée à celles auxquelles Légion nous a habitué avec Black Rose Wars ou Village Attacks. C’est normal, Le Royaume des Sables est un des trois jeux de l’éditeur Taïwanais Emperor S4  dont Légion Distribution est en charge de la localisation et la distribution en France. Les deux autres titres sont Discovery : L’âge des découvertes et Balade à Burano, mais nous en reparlerons très bientôt plus en détails. 

Mais ce n’est pas parce que la boîte est plus petite qu’il n’y a  pas beaucoup de matériel. On se retrouve avec beaucoup de tuiles en punch ainsi que de nombreuses cartes. Les plateaux personnels sont cartonnés, un peu fins, il faut faire attention en les manipulant. Ces plateaux sont recto verso et comportent une face standard et une face avancée.

La partie

Le but du jeu dans Le Royaume des Sables est de maîtriser la magie pour construire le Royaume. Pour cela, différents mages vont s’affronter dans cette course aux bâtiments et rétabliront l’équilibre dans la magie. On parle de course car dès qu’un joueur collecte 10 sabliers (représentés en haut à droite des cartes bâtiment), on termine le round et la partie prend fin. Il faut donc garder un œil sur les réalisations de vos adversaires pour ne pas se faire surprendre. 

Chaque joueur a son plateau personnel. Pour bien comprendre la suite il faut s’y attarder un peu. Ce plateau comporte un quadrillage sur une zone claire et une autre plus sombre. La zone claire représente l’espace sur lequel vous pourrez bâtir vos monuments. En début de partie il n’est pas possible de construire sur la zone plus foncée, mais ce pouvoir se débloquera par la suite. En montant en niveau vous pourrez grappiller quelques cases sur la partie sombre pour placer vos bâtiments. 

Rétablissons la magie

En début de partie, les joueurs reçoivent au hasard 3 tuiles runiques et les placent dans leur zone personnelle à proximité de leur plateau de joueur. En cour de jeu, on pioche dans une rivière de tuiles pour avoir toujours un choix parmi trois tuiles dans son espace personnel. Ces tuiles représentent des runes que les mages vont placer sur leur plateau en respectant la forme de la tuile. Pour cela, ils prennent 3 fragments runiques de même couleur que ceux de la tuile et les placent sur leur plateau. 

Ça fait plus de manipulations que de placer la tuile directement, mais ça a son importance et une (grande) utilité en jeu. En effet, les conditions nécessaires pour compléter les cartes bâtiment nécessitent un arrangement particulier que l’on ne peut avoir en plaçant des tuiles complètes les unes à côté des autres.
A la place, lors de l’ajout d’une nouvelle tuile sur le plateau personnel, on peut remplacer un ou plusieurs fragments runiques par les nouveaux pour obtenir une configuration qui correspond à celle de la carte bâtiment que l’on s’est fixée pour objectif.
L’autre aspect non négligeable c’est la flexibilité que cela apporte en terme de révision de stratégie. Si la carte que l’on visait est complétée avant nous par un des autres joueurs, toute l’organisation n’est pas forcément à jeter. On peut éventuellement la revoir en cour de route pour l’adapter à celle d’une autre carte bâtiment. 

La construction, au cœur du jeu

Quand un joueur complète un bâtiment, il prend la carte correspondante au milieu de l’aire de jeu et défausse les fragments runiques de son plateau qui sont remis dans la réserve.
Cette carte est placée à côté du plateau joueur et reste visible pour le reste de la partie car elle comporte le nombre de points gagnés, les sabliers qui déclencheront la fin de partie quand un joueur en accumulera 10 ainsi que des bonus de carte.
Ces bonus sont gagnés par le joueur immédiatement à la construction. Ils sont de deux types (qui peuvent être mixés) et symbolisés en bas de carte. Ils consistent en un gain d’Esprits bonus ou de niveau. 

Les Esprits

Les esprits bonus sont des jetons que le joueur va recevoir. Ils ont la même fonction que les fragments runiques, mais ont quand même leurs petites particularités. La deuxième action possible dans le tour d’un joueur est d’invoquer les esprits. Elle consiste à placer des jetons de son espace personnel sur son plateau et/ou à réorganiser ceux qui sont déjà en place. 

En jeu, on se rend vite compte qu’il est important de réaliser dans un premier temps des bâtiments de niveau peu élevé qui offrent des Esprits bonus jaunes et bleus. Ces ressources sont nécessaires pour créer des constructions de niveau 3 et seulement présente sous la forme d’esprits. Attention donc à ne pas tous les laisser aux autres joueurs si vous ne voulez pas leur simplifier la partie !

Pour nous, toute cette flexibilité et cette adaptabilité sont des gros plus en faveur du Royaume des Sables. On ne se retrouve pas coincés en cours de jeu par manque de place ou parce que la carte bâtiment que l’on visait n’est plus disponible.

Les niveaux

Le gain de niveau dont on parlait un peu plus haut est représenté par un petit curseur en bois à faire avancer en bas de son plateau personnel. Il symbolise le nombre de cases grises sur lesquelles vous pourrez vous étendre en plus des cases claires. C’est assez pratique de débloquer cette capacité, pensez-y lors de vos parties. Les bâtiments de niveau 3 ont tendance à s’étendre un peu en longueur, donc pour suivre plusieurs projets en même temps, il est important d’avoir quelques emplacements supplémentaires.

La fin d’un règne

Dès qu’un joueur accumule 10 sabliers, on termine le round et la partie prend fin. On fait le total des points acquis par chacun (visibles en haut à gauche des cartes Bâtiment).
Evidemment les bâtiments de niveau 3 rapportent plus de points, mais ils sont également plus généreux en sabliers. Dans la partie on en construit pas des dizaines de bâtiments, ce qui la rend rapide et fluide.

Les modes Avancé et Solo

Les plateaux personnels sont imprimés recto-verso, avec une face avancée. Les différences avec la version classique résident en l’utilisation d’un pouvoir spécial. Chacun des six plateau à son propre pouvoir. Le début de partie asymétrique sera plus prononcé que dans la version standard où seule la zone de construction claire diffère.

Dans le coin inférieur droit on trouve un médaillon sur lequel on place un jeton cristal (chargé sur une face et déchargé sur l’autre). En utilisant le pouvoir on décharge le cristal. Pour pouvoir l’utiliser à nouveau, il faut compléter une carte bâtiment dont un des fragments runique recouvrait une case contenant une icône cristal. 

Les différents pouvoirs octroyés par les médaillons vont du gain de niveau à l’échange d’esprits ou de tuiles runiques. Ils apportent de nouvelles possibilités en jeu et permettent un plus grand contrôle sur les parties. Ils n’ajoutent pas réellement de difficulté, mais plus de nouvelles opportunités. On peut donc les intégrer rapidement à ses parties pour profiter au mieux de toutes les possibilités du jeu.

Le mode solo quant-à lui se pratique avec quasiment les mêmes règles que la version multijoueurs mais sur un nombre de rounds limité à 14. Une fois de plus, dans ce type de jeu je ne suis pas fan du solo, je lui préfère le multijoueur compétitif. Mais c’est tout à fait personnel et il m’a permis de me familiariser avec les règles avant de le présenter à Younz et aux autres joueurs de notre entourage pour nos parties. 

Des visuels royaux?

Visuellement parlant, le jeu est très sobre. Les tuiles et fragments runiques sont de trois couleurs (rouge, vert et marron) ce n’est pas l’idéal pour les joueurs daltoniens, mais chaque type de rune a son propre symbole, le rendant accessible. 

Les cartes Bâtiment ont de belles illustrations, tout comme la boîte. le style est très proche de ce que l’on trouve dans les RPGs japonais.
Le Royaume des sables ne propose pas une débauche de visuels plus impressionnants les uns que les autres, mais il n’en a pas besoin. En jeu, il est lisible et efficace, une grande qualité pour les jeux de ce type.

Conclusion

Le Royaume des Sables est un jeu de pose de tuiles dans lequel les joueurs s’adonnent à une course aux points en construisant des bâtiments. Les joueurs récupèrent des tuiles de la rivière commune et en placent les runes sur leur plateau personnel. Chaque fragment runique est positionné suivant le modèle de la tuile, le but étant de reproduire des schémas indiqués par les tuiles bâtiment.  

On retrouve des similitudes avec des titres de placement de tuiles comme Gingerbread House ou Patchwork, mais le fait de pouvoir remplacer certains fragments runiques par ceux d’une nouvelle tuile ajoute une touche de nouveauté au genre. J’ai aimé la modularité apportée par les fragments runiques.

Le Royaume des Sables n’a pas une débauche de matériel, il reste sobre et efficace. Il permet une bonne rejouabilité avec des zones de départ asymétriques et des pouvoirs uniques à chaque plateau.

On construit, on nettoie le plateau, on anticipe les constructions futures en espérant ne pas se faire piquer celle que l’on convoite. Un bon jeu de placement de tuiles compétitif permettant de jouer sans se retrouver bloquer grâce à des pouvoirs permettant des modifications en cours de jeu.

Un bonne porte d’entrée pour le genre.

La Récap de la Rédac

Nombre de joueurs de 1 à 4 joueurs
Durée d’une partie entre 30 et 45 minutes
Auteur Ji Hua Wei
Illustrateur Maisherly Chan
Editeur Emperor S4 / Légion Distribution
Prix environ 35 €

 

Les liens dans le tableau récap sont affiliés chez Philibert.net. En passant par eux pour vos achats, vous pourrez soutenir le site, en nous permettant d’acheter de nouveaux jeux. Merci à ceux qui le feront !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.