Salut les Tibiscuits ! Les fêtes de Noël approchent à grands pas, à l’occasion je vous propose de vous plonger dans l’univers d’un des contes de Grimm au travers du dernier jeu de Phil Walker-Harding (Bärenpark dont on vous parle bientôt!) édité en français par Funforge : Gingerbread House.

Il était une fois…

L’histoire de Gingerbread House se situe dans le conte Hansel et Gretel, sauf que vous jouez une sorcière.
Vous avez réalisé une maison en pain d’épice et vous aimeriez bien que celle-ci reste entière, sauf que tous les personnages de contes passant dans le coin vous grignotent un bout de portail ou de fenêtre.

Il est temps d’apprendre à ces mangeurs de murs qui vous êtes et de pouvoir enfin terminer votre maison !

Les ingrédients du succès

  • 4 plateaux représentant les 4 maisons de départ pour les sorcières. Chaque plateau est différent et recto/verso pour diversifier vos parties
  • Des tuiles doubles représentant des pains d’épices
  • Des jetons pains d’épices reprenant les formes des tuiles
  • Des tuiles joker
  • Des tuiles escaliers
  • Des cartes personnages, représentant les vandales qui essayent de manger votre maison
  • Des cartes bonus pour augmenter votre score final

La première chose qui surprend quand on attrape la boîte de Gingerbread House, c’est son poids. Le matériel à l’intérieur de la boîte est tout en carton de qualité. Dès qu’on commence à dépuncher on se rend compte de l’épaisseur des tuiles. C’est tout de suite rassurant pour la durée de vie du matériel. Seules les cartes dénotent un peu et sont un peu plus légères que ce à quoi on pourrait s’attendre. Mais n’étant pas manipulées à outrance, elles ne devraient pas bouger dans le temps, les plus précautionneux d’entre vous peuvent toujours les sleever pour garantir un état parfait dans le temps.

Une mécanique sucrée

Dans Gingerbread House, vous devrez empiler des tuiles pour construire votre maison.

Chaque sorcière commence avec une base de maison et 15 tuiles doubles faces au hasard. Ces tuiles sont empilées et constitueront la réserve de tuiles, vous en révélez 3 et le jeu peut commencer.

Chacun votre tour vous allez pouvoir jouer une des 3 tuiles de 2 façons différentes :

La première est en plaçant l’une des tuiles double révélée sur votre maison pour continuer sa construction.

A chaque fois que vous recouvrez des symboles, vous en résolvez les effets.

Si la tuile recouvre un symbole pain d’épice, vous prenez dans la réserve un jeton pain d’épice de cette couleur,si c’est un escalier, vous prenez un escalier, etc…

Vous ne pourrez pas placer vos tuiles n’importe comment dans votre maison, à croire qu’un PLU de la forêt vous oblige à respecter deux règles :  

  • Il faut que vos tuiles ne dépassent pas de la limite de la maison et qu’elles reposent toujours sur une base stable
  • Vous ne pouvez les placer que si les tuiles en dessous sont au même niveau.

Une fois la phase de construction réalisée, vous pouvez essayer de capturer un des personnages en l’attirant avec les jetons pains d’épices collectés lors de la phase construction.

Hansel et Gretel sont plus dur à attraper que le Diable, si ça c’est pas une preuve…

Si vous réussissez à en attraper un, vous aurez le droit de placer une tuile joker supplémentaire lors de ce même tour.

Ces tuiles permettent de remplacer n’importe quel symbole, vous pouvez choisir de récupérer des jetons pains d’épice, des escaliers, etc…

La deuxième façon de jouer une de vos tuiles double est en la défaussant, vous obtenez 2 jetons escaliers à la place mais devez sauter l’étape de capture d’un personnage.

Les escaliers sont creux en leur centre car ils ne déclenchent pas d’effet quand ils recouvrent une tuile mais permettent de voir le symbole sur lequel ils sont déposé pour pouvoir déclencher celui ci quand une tuile viendra recouvrir les escaliers.

Si lors de votre tour, vous réussissez à compléter un étage, vous aurez le droit à une carte bonus, ces dernières portent bien leur nom et vous accorde des points supplémentaires en fonction du texte présent sur celles-ci.

A noter que lors de la première parties, ces cartes sont utilisées sur leur côté verso, où seul des points sont présents pour faciliter la compréhension de la première partie.

Les textes étant très clairs et une aide de jeu venant compléter les cartes bonus, rien ne vous empêche de commencer directement avec les cartes bonus du côté texte pour une première partie.

Quand tous les joueurs ont posé leur dernière tuile, on entame le décompte des points, le joueur avec le plus grand score devient la sorcière la plus influente de la forêt et peut être une future magnat de l’immobilier.

Une belle décoration

Gingerbread House se démarque de ses congénères germains par une jolie direction artistique très colorée, le jeu est lisible. Les personnages qui viennent grignoter votre maison sont tous tirés de différents contes et on a plaisir à les reconnaître. Ils ont été la base de nombreuses interruptions quand nous avons joué avec des enfants, à chaque nouvel intervenant, les enfants nous racontait le conte, souvent leur version d’ailleurs, d’où était tiré le personnage. C’était un effet du jeu inattendu mais totalement bienvenu.

Un rangement aux petits oignons

C’est un détail mais pas si anodin, l’intérieur de la boîte a été travaillé dans Gingerbread House, on y retrouve de jolies illustrations mais également des compartiments pour que tout tienne en place quand on range le matériel. C’est le genre de détail qu’on apprécie chez Pixel Adventurers.

Un jeu de Noël

Gingerbread House est le jeu familial par excellence, facile d’accès avec des règles simples, stratégique avec ses choix de pose de tuiles et ses cartes bonus qui peuvent changer la fin de la partie. Devoir construire en pain d’épice en emprisonnant des personnages de contes de fées permet de revisiter tout l’univers de Grimm aussi bien pour les adultes que pour les enfants, ces derniers se prennent au jeu rapidement et se font un devoir de capturer ceux qu’ils aiment le plus. Les plus âgés chercheront l’optimisation dans la pose de tuiles pour s’assurer la victoire en faisant se dresser la plus belle maison en pain d’épice de toute la forêt ! Un jeu parfait pour les fêtes qui se joue très bien en dégustant avec une tasse de chocolat.

La Récap de la Rédac

Nombre de joueurs 1 à 4 joueurs
Durée d’une partie 30 à 60 minutes
Éditeur Funforge
Prix 30€

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.