Salut les metalleux ! Il y a quelques jours est sorti Kodex Metallum – L’art secret du Metal décrypté par ses symboles écrit par Alt 236 et Maxwell. Les deux vidéastes de Youtube ont collaboré pour produire un grimoire qui recense et analyse les détails de l’iconographie du Metal, paru dans la collection Hoëbeke des Éditions Gallimard.

En règle générale je suis assez frileux en ce qui concerne les livres écrits par des Youtubeurs. Craignant des produits de consommation plus que des objets culturels, je m’y aventure rarement. Cependant, je suis un grand amateur des vidéos d’Alt 236 pour leur qualité et le travail fourni par le vidéaste. De son côté Maxwell n’est pas en reste, l’alliance des deux personnalités ne laissait donc que présager un ouvrage de qualité, je me suis donc laissé tenter.

Black Shining Leather

Avant de se concentrer sur le contenu, on ne peut taire plus longtemps la qualité du contenant. L’ouvrage en tant qu’objet est superbe. De belle taille (22.7 x 2.8 x 27.8 cm) et avec une couverture rigide en simili cuir noir, le livre interpelle grâce à l’illustration dorée réalisée par Fortifem, le duo d’illustrateurs français bien connu des amateurs de metal, mais pas que ! Ensuite, en prêtant un peu plus l’œil aux détails, on découvre tout un décor floral qui sert de cartouche aux noms des auteurs, dans un effet cuir repoussé subtil. L’ensemble est très élégant et la couverture rigide assure sa pérennité. 

Le papier est très épais et agréable. Plusieurs fois je me suis surpris à penser avoir deux pages entre les doigts, alors que non. 

Néanmoins, j’adhère moins au choix d’avoir laissé les marques d’impression sur le livre. Ne vous étonnez pas de ces marques, ce n’est pas un défaut d’impression mais Alt 236 a éclairé ma lanterne à ce sujet, c’est un choix graphique pour casser l’effet “vieux grimoire”. Le Kodex Metallum est un très beau livre et ces marques, à mon sens, tranchent vraiment trop avec l’ensemble. C’est dommage mais l’intérêt du livre reste entier et vous les oublierez rapidement tant votre œil sera happé par les pochettes d’album.

“Symbols and signs to know us by”

Les deux vidéastes ont déjà collaboré sur un projet commun : The Art of Metal, publié sur la chaîne Youtube de Maxwell. La vidéo de plus de 75 minutes est passionnante et on est captivés dans ce voyage à travers l’art et le temps. Kodex Metallum propose un voyage qui s’en rapproche mais sans faire doublon. Bien entendu, les deux œuvres ayant été réalisées par les mêmes créateurs, on trouve forcément des similitudes, mais assez de différence pour justifier le visionnage et la lecture des deux supports.

Les 192 pages que contient l’ouvrage sont richement illustrées, par les pochettes d’album évidemment, mais également par Fortifem et Mathias Leonard. Le contenu est divisé en 10 chapitres de taille variable, et ce sont plus de 80 mots clés qui sont passés à la loupe, et surtout leurs différents traitements dans l’univers du Metal.

Les chapitres s’ouvrent sur un titre en latin et une superbe gravure réalisée par Fortifem. Ensuite le découpage est assez efficace puisqu’on a le mot et toute son analyse sur la page de gauche, et la page de droite illustre ce concept par l’exemple avec des pochettes d’albums. Mais ce n’est pas tout ! Chaque analyse est accompagnée d’une petite œuvre de Mathias Léonard qui vient appuyer le thème. 

Fortifem a également signé la couverture de cet ouvrage. Et pour le coup, je dois avouer que je la trouve particulièrement réussie et fidèle à l’esprit de l’ouvrage. Avec Kodex Metallum, on a vraiment l’impression qu’on nous offre les clefs pour découvrir le Metal et son univers tentaculaire.

Tout le spectre de l’imagerie Metal est balayé, on trouve ainsi des entrées très pragmatiques comme le loup, le grand bouc, les tanks mais également des concepts un peu plus généraux comme le Lifestyle ou l’abstraction. En discutant avec Younz de l’ouvrage, il a soulevé le fait qu’il trouvait certains sujets très clichés, comme “Le Seigneur des Anneaux” ou “l’Acier”. L’évocation de ces thèmes est effectivement très convenue, mais certains groupes comme Summoning ont basé leur discographie sur l’oeuvre de Tolkien par exemple. Ne pas mentionner ces entrées si évidentes c’était passer sous silence d’énormes pans de la culture metal, ça aurait été dommage. 

Enriched by Evil

Tous les thèmes sont abordés simplement et mêlent anecdotes sur les groupes et analyses plus pointue avec aisance. Kodex Metallum est très agréable à lire. Je n’ai pu m’empêcher de le dévorer d’une traite, mais j’y retournerai de manière plus ponctuelle à l’occasion. C’est un livre qui peut tout aussi bien se savourer par petites sessions en prenant juste quelques thèmes et en explorant autour de cela. 

Tous les visuels présentés dans cet ouvrage ne s’adressent pas à tout le monde. Bien qu’on nous épargne les plus explicites comme la pochette de Reek of Putrefaction de Carcass ou celle de Dawn of the Black Hearts de Mayhem, certains peuvent tout de même être dérangeants. Selon la sensibilité du lecteur, certains chapitres seront plus éprouvants que d’autres à lire. Personnellement j’ai découvert de nombreux groupes que je suis allé écouter par la suite. On profite bien des artworks présentés dans le livre. Certains sont quasiment à la taille des pochettes de CD originales et d’autres sont même plus grandes, format que l’on ne voit pas souvent (à moins d’avoir les vinyles), donc de quoi profiter au maximum des détails. 

J’ai apprécié que Kodex Metallum ne se contente pas de présenter les visuels et symboles des albums les plus connus du Metal. Maxwell et Alt 236 nous guident dans les méandres de l’imagerie musicale pour nous faire découvrir les codes les plus obscurs du genre. En ce sens, l’ouvrage s’adresse tant aux connaisseurs qui souhaitent approfondir leurs connaissances du Metal qu’aux néophytes curieux qui souhaitent découvrir cet univers.

C’est précisé à plusieurs reprises dans le livre mais le Metal a, au fil du temps, créé ses propres codes et peut paraître hermétique aux non initiés. Sans dire qu’on est pris par la main, les auteurs accompagnent le lecteur pour tenter de rendre un peu plus accessible l’imagerie du Metal, et ouvrir cet univers à tout le monde. 

Thus spake the nightspirit

Pour aller un peu plus loin, j’ai demandé à Alt 236 s’il accepterait de répondre à quelques questions pour intégrer ses réponses à la chronique. Il a immédiatement accepté et s’est montré extrêmement bienveillant, donc un grand merci à toi Alt si tu lis ces quelques lignes! Je vous laisse donc découvrir le contenu de mon échange avec Alt 236 sur Kodex Metallum : 

Bonjour Alt 236, et merci d’avoir accepté de répondre aux quelques questions qui suivent. Pour celles et ceux qui ne te connaissent pas encore, pourrais-tu te présenter?

Alt 236 – Je m’appelle Quentin, j’ai quarante ans et je m’occupe de la chaîne Alt 236, que j’ai créée il y a quatre ans. C’est une chaîne qui parle de vertige artistique, plus ou moins sous toute ses formes. J’aime beaucoup interroger les images, leur symbolique, la façon dont elles sont crées, d’où elles viennent, comment est-ce que les images parlent entre elles ; que se soit dans un même genre, par exemple l’Horreur, mais aussi en allant vers d’autres genres comme la peinture,  le jeu vidéo, les comics. Et aussi montrer comment tous ces médiums sont reliés par l’art, la création et la symbolique. Donc voilà, c’est un peu tout ça que j’essaie d’interroger sous la forme de petits voyages. Je fais moi-même les musiques, je prends une voix de conteur etc… J’essaye vraiment d’emmener les gens dans ces univers, comme si on était en train de les explorer

Comment s’est passée ta rencontre avec Maxwell et comment vous est venue l’idée de cet ouvrage sur le metal? 

Alt 236 – En fait c’est assez dingue. Avant de rencontrer Maxwell, je regardais sa chaîne donc je le connaissais sans qu’on ne se soit jamais parlé et puis un jour, j’ai fait une vidéo sur les Ténèbres dans laquelle je parlais de pochettes de Metal et où je disais que les ténèbres étaient une thématique qui s’était beaucoup retrouvée dans la Metal et dans ses visuels. Je ne sais pas s’il a vu cette vidéo là, ou comment ça s’est passé, mais un jour j’ai reçu un coup de fil. Je ne sais même pas comment il a eu mon numéro d’ailleurs, il faudra que je lui demande. Et il m’a dit “Salut, c’est Maxwell, j’ai fait une chaîne de Metal” et je lui ai répondu “Mec, je connais trop, salut !”, il m’a ensuite dit qu’il avait envie de faire un docu sur l’art du metal. De mon côté, je rêvais de parler de ça, depuis plusieurs mois, sauf que j’avais aucune légitimité en terme de connaissance et de culture du Metal. Parce que voilà, c’est pas un genre où tu peux te ramener et dire des trucs sans connaître un minimum les choses. Et du coup, dès que j’ai vu que quelqu’un avec qui on s’est très bien entendus directement pouvait apporter ce que je ne pouvais pas faire, tout en me permettant de m’éclater à parler de ces choses là, j’ai dit “oui” direct! On a fait le docu d’abord, et à la suite, une éditrice nous a contactés pour imaginer un format livre, autour du même thème, et après on a dit oui. Mais avec Maxwell, ça s’est fait pendant le docu sur le metal, et après ça s’est fait totalement par hasard.

L’éditeur vous a laissé carte blanche pour la réalisation de cet ouvrage?

Alt 236 – Complètement. C’est l’éditrice qui s’appelle Marie, qui travaille chez Hoëbeke une succursale de Gallimard,  qui a vu le docu et sans être spécialement férue de Metal, et y a vu un potentiel culturel intéressant. Je pense qu’elle s’est dit tout de suite “si je leur propose un truc j’ai beaucoup plus intérêt de les laisser faire le projet qui les excite plutôt que de leur imposer des choses”. Je ne sais pas vraiment ce qu’elle s’est dit mais en tous cas elle nous a fait confiance et a toujours été hyper enthousiaste et motivante. C’est génial de tomber sur des gens comme ça qui doivent bosser dans des entreprises avec tous les risques de la fabrication, des envois, tout un tas de trucs qui sont assez stressants et économiques et en même temps de voir qu’elle nous a totalement fait confiance.

Elle a toujours poussé à essayer de faire le meilleur truc possible, et même au niveau des illustrations. Par exemple c’est Maxwell qui a proposé Fortifem et Mathias Léonard, elle a vu leur travail et a dit oui tout de suite. vraiment trop bien, il n’y a pas eu de “Ah oui, vous êtes sûrs…?”. Et pour autant on ne sentait pas quelqu’un qui dit “si tu veux, je m’en fiche”. Quand un producteur ou un productrice arrive à faire confiance et à soutenir l’artiste ou le créateur ou créatrice, franchement on ne se rend pas compte à quel point ça peut être une force aussi. On parle souvent de la production comme quelqu’un qui dit oui, qui dit non, qui corrige des trucs pour que ce soit bon pour le marché, et bien pour autant, il y a aussi plein de gens passionnés qui veulent vraiment voir naître des projets qui les excitent autant que toi en tant que créateur. Et du coup Marie, c’était complètement ça. C’était un énorme plaisir de pouvoir parler de Metal en plus, qui n’est pas très mainstream, pour faire un beau livre un peu culturel, dans une maison d’édition qui sort des trucs sur la peinture sur les musiciens… C’était cool aussi d’aller dans ces contrées là avec eux. Le Metal est tout de même très répandu, il y a des millions de gens qui en écoutent, pour autant t’en entends jamais à la télé… C’est là, mais dans un monde parallèle. Dans le mainstream le Metal n’est pas vraiment très représenté, en tous cas en France.

Le duo d’illustrateurs Fortifem a réalisé des visuels pour Kodex Metallum, et signera également la couverture de l’édition collector d’Astra Mortem, ton nouveau projet littéraire. J’en déduis donc que votre première collaboration s’est bien passée. Peux-tu nous en dire un peu plus sur cette rencontre, ainsi que celle avec Mathias Leonard?

Alt 236 – Très vite on a eu l’idée avec Maxwell de faire un codex. On savait qu’on voulait parler de ça, mais tu peux donner plein de formes différentes à un ouvrage. La direction artistique, le concept que tu vas mettre derrière va changer le choix des personnes avec qui tu vas collaborer. Très vite, on s’est dit que ce qui serait cool à faire ce serait un codex pour essayer de retrouver un petit peu la fascination qu’on peut avoir avec ces livres un peu étranges, des grimoires mystérieux. Donc il y avait l’envie de faire ça mais sans tomber dans le livre de potions / jeu de rôles / magicien / Gandalf.

Très vite on s’est penchés vers les artistes qui seraient capables de faire un travail assez proche de la gravure pour récupérer ce côté un peu éternel et intemporel et en même temps très classe. Du coup Mathias et Fortifem étaient dans ce style là, on a passé plein d’artistes en revue avec Maxwell, mais Mathias et Fortifem étaient en tête de liste, mais on ne savait pas s’ils accepteraient. Déjà ils ont dit oui tout de suite, et c’était trop cool, et ça a été assez naturel dans le sens où on les a utilisés, pour utiliser leur style et leur talent précis. En tous cas, ce qu’on en percevait, et on n’a pas eu à les emmener ailleurs que ce qu’ils aimaient faire. Donc ça s’est passé assez naturellement. Il y a plus eu cet échange en disant à FortifemOn aimerait que vous fassiez la couv et dix entrées de chapitres qui ont chacun une thématique, la voici et ce dont on va parler dans les chapitres”, il ont eu tous les éléments de l’écriture pour voir un peu où on allait, et après ils ont vraiment fait ce que eux avaient en tête. Et ça a été des coups de coeur direct, il n’y a pas eu d’allers et retours en disant “ça, ça ne va pas…”. Que dalle, on a reçu les illustrations comme des gosses en faisant “Ouah !” et Marie était trop contente aussi. Et Mathias, j’en parle même pas. Il devait faire 80 gravures pour tous les chapitres, donc c’était un taf encore plus énorme et on a été ravis dès le départ. C’est des gens qui ont une finesse, une sensibilité, une culture artistique qui est ouf. C’est un bonheur de bosser avec des gens comme ça, t’as pas besoin de te battre ou d’expliquer mille fois ce que t’as en tête. Il suffit d’utiliser le bon langage et ça va direct dans le sens où on veut tous aller. Et ça c’était vraiment génial. C’est pas toujours comme ça d’ailleurs dans les projets artistiques à plusieurs, clairement. Souvent c’est difficile de marier plein de visions, plein d’égos… tout ce que tu veux… Et là ça a été naturel.

Comment vous-êtes vous répartis le travail autour de cet oeuvre (recherches et écriture) et combien de temps avez-vous travaillé sur ce projet?

Alt 236 – Il y a eu un peu toutes les formes possibles et imaginables. On ne s’est pas donné de marche à suivre ou de méthode à suivre. On est d’abord partis sur des articles qu’on avait envie d’écrire. Il y en a eu quelques uns que Max ou moi on a écrits tout seuls, parce que c’était des thématiques qui nous parlaient, on a écrit le truc, on l’a envoyé à l’autre et l’autre a fait “C’est mortel, c’est bon, peut être juste rajouter telle ou telle chose”. Il y a eu des petits ajustements, mais aussi d’autres où on a fait moitié-moitié, des fois où il y en a un qui posait ses idées avec les 5 trucs qu’il verrait bien dire la dessus, et l’autre le mettait en forme en rédigeant lui même avec sa partie en plus. Il y a vraiment eu tous les trucs. 

Ce qui est sûr c’est qu’on a relu, corrigé, échangé etc… jusqu’à presque ne plus réussir à pouvoir dire qui l’avait écrit, ce qui est un peu le cas aujourd’hui. Maxwell a apporté tout ce qui est culture, anecdotes, le choix des pochettes etc, et moi ce qui est plus analyse d’images et de symbolique. Avec un peu des deux aussi parce que je m’y connais un peu en Metal et lui aussi en art et en analyse, mais voilà, ça a été hyper organique et naturel dans notre écriture. Alors qu’encore une fois, je n’avais jamais écrit un truc à quatre mains, sauf sur des scénarios, des choses comme ça où tu fais des brainstorms et des réunions où tu décides des trucs, mais là écrire, c’est vraiment intime comme activité et on n’est pas des écrivains qui avons sorti vingt bouquins non plus, c’est stressant comme exercice. Mais on s’est soutenus et ça s’est fait sans trop de douleur.

Ca se ressent à la lecture, tout est fluide et j’ai dévoré le bouquin.

Alt 236 – C’est vrai? Et honnêtement, t’as trouvé ça bien? T’as des critiques? Dis nous si ya des trucs que tu as regretté, des trucs pas clairs, qui t’ont semblé faux?

Pas vraiment, si j’avais à en faire une, ce serait juste une toute critique de passionné, parfois une page par thème c’est presque trop court. J’aurai aimé que ça aille plus loin, que ce soit plus développé. Il y aurait presque moyen de faire un petit livre sur chaque thème mais ça aurait changé le format de l’ouvrage.

Alt 236 – Bien sûr, on est d’accord. Après, ce n’était pas le but. L’idée c’était de garder ce côté encyclopédie ou codex, pour essayer d’intéresser plein de gens qui ne connaissaient pas forcément. Mais effectivement c’est frustrant, même nous on a dû faire juste 2500 signes par thème alors qu’il y en a clairement, tu pourrais faire des bouquins dessus. Donc oui c’est sûr, on va peut-être faire 80 bouquins derrière (Rires), mais j’en doute. En tous cas pas comme ça. Mais t’as raison et si c’est que ça le vrai problème, à savoir  “On en voudrait plus” c’est plutôt chouette. 

Ce que je disais dans la petite chronique que j’ai écrite avant, c’est que j’ai apprécié le fait que Kodex Metallum s’adresse à tout le monde. Aux passionnés qui cherchent à compléter leurs connaissances en anecdotes ou en analyse mais aussi aux néophytes qui veulent mettre un pied dans l’univers du Metal, par le biais de l’iconographie qui est plus universelle que la musique.

Alt 236 – Je suis tout à fait d’accord avec toi et c’est intéressant. On a essayé, mais c’est un exercice qui est difficile  de parler à la fois aux gens qui sont spécialistes de quelque chose et en même temps de dire à quelqu’un qui débarque “Mais non t’inquiète, il y a de la place pour toi aussi, rentre on va t’expliquer”. Et je pense que les gens ne sont pas bêtes. Quand tu expliques les choses, quand tu introduits, quand tu donnes une porte d’entrée autre que “Je mets à fond du gros Death Metal, c’est ça le Metal et si t’aimes pas t’es nul” – non pas que ce soit ce que disent les gens  – mais ça serait la pire façon d’introduire quelqu’un dans un univers. Donc nous on essaye vraiment de rentrer avec une technique de l’entonnoir. On essaye d’ouvrir sur une thématique qui parle à tout le monde, qui est de montrer et de dire “Je vais vous emmener dans un endroit où des gens ont creusé un truc particulier, ils ont été hyper loin et ils ont un propos à dire”. Les gens finalement sont toujours curieux. Et j’ai envie de dire, le Metal est quand même une des choses qui fascine, y compris par son iconographie, des gens qui n’en écoutent pas forcément. En fait, le Metal c’est un état d’esprit, c’est un décorum, c’est un style vestimentaire, c’est devenu énormément de choses tu vois? Les pochettes en sont une partie importante parce que ca donne aussi les T-shirts, les logos… C’est fou comme le Metal dépasse quelque part en aura les gens qui en écouteraient uniquement.

Et même pour mon cas particulier, j’ai plutôt écouté du rock ou du rock un peu bourrin dans ma jeunesse, mais j’ai jamais été hyper deep dans du Black du Death ou des choses comme ça, en tous cas c’est venu beaucoup plus récemment quand j’ai redécouvert ça en étant plus adulte, mais pour autant dans ma jeunesse ça m’est arrivé d’acheter des magazines genre Hard’N’Heavy parce qu’il y avait un hors série sur le Black ou une thématique un peu ouf. Je n’écoutais pas les groupes mais j’adorais lire leur histoire.Tout ce qu’il s’est passé avec le Black, les églises et tout ce qu’on voit dans le docu Until The Light Takes Us que j’ai bouffé en trouvant ça mortel. Mais pour autant j’ai pas été écouter 50 trucs de black derrière, j’en connaissais un peu mais voilà. Depuis la vidéo et ma rencontre avec Maxwell je suis devenu un gros fan de Vader sur certains de leurs albums, j’ai découvert des trucs de ouf, même en Death, même en Black. Summoning je suis devenu ultra fan. Il faut laisser aussi la place aux gens. Tu peux découvrir le Metal à 40 ans, trouver ça trop cool et on s’en fout.

Il y a vraiment aussi dans ce livre l’idée de ne pas rester dans sa chapelle satanique, tu vois? Mais sans tomber dans “Le Metal pour les nuls” ou un truc qui viendrait flatter par les mauvais côtés. On pourrait très bien parler de Metal par les trucs un peu polémiques, en disant que les trucs un peu sales et crados. Tu peux entrer dans le Metal comme ça, avec “Le livre choc du Metal”… J’espère que ce n’est pas ce que tu as ressenti !

Ah non, pas du tout ! On sent que ce n’est pas votre démarche

Alt 236 – C’est plutôt une déclaration d’amour ! On voulait que les gens le prennent comme une invitation, et une déclaration d’amour.

Comme ça tu peux parler aux gens qui sont dans le même état d’amour que toi, qui vont se retrouver là dedans – ça confirme des choses, tu découvres de belles illustrations qui ont été créées pour et de belles pochettes… Il y a un truc entre le livre d’art et en même temps un petit essai, une piste de réflexion pour ouvrir des portes… Pour les gens qui vont le lire, même s’ils sont spécialistes de Metal, je suis sûr qu’il y en a quand même qui vont découvrir quelques albums qu’ils ne connaissent pas, faire des rapprochements qu’ils n’avaient pas forcément et tout.

Ca a été mon cas, j’ai apprécié de ne pas retrouver que les gros groupes ou pochettes ultra connues. 

Alt 236 – Il y a des incontournables, mais tu vois même pour nous, sur les groupes sud-américains par exemple il y a des trucs ou on a un peu diggé pour trouver des infos qui ne sont pas très accessibles si t’es pas sur un forum sud-américain. Encyclopaedia Metallum a été d’une grande aide pour ça et pour trouver des pochettes ! Il n’y a pas de la littérature et des vidéos sur tout, il y a quand même des thèmes qui restent à explorer, clairement. 

Il n’y avait pas vraiment de livre sur l’iconographie du Metal. Il y a Art of Metal, mais qui est quelque chose de plus historique, de plus chronologique et qui pour le coup montre beaucoup moins d’images, qui est uniquement en anglais… Il y avait un autre trucs aussi mais pas axé sur les pochettes vraiment, c’était sur la culture, les piliers du Metal, comment l’histoire s’était déclenchée, qui avait ramené le premier le corpse paint et tout.

Ce n’est pas vraiment l’approche qu’on a la dessus. Nous c’était vraiment un livre d’images sur lequel on vient parler des images qu’on regarde mais même si on parle beaucoup de la musique, en disant voilà pourquoi ils sont choisi telle image et tout, on parle vraiment plus d’iconographie que de musique.

Et ça, ça n’avait pas été vraiment fait comme ça. Du coup c’est ce qui nous a intéressé aussi dans cette idée de codex, de voyage iconographique un peu mystérieux, surtout avec l’idée de déchiffrer. C’est quand même très codifié, et même si on ne fait pas d’analyse universitaire, il y a quand même beaucoup de choses que les gens peuvent décoder maintenant.

Je suis sûr qu’après la lecture du livre, quelqu’un qui ne connaissait rien au Metal peut se pointer dans un shop de Metal et être moins perdu et pourrait reconnaître un T Shirt de Heavy d’un T shirt de Grind. Et c’est cool de pouvoir permettre ça à des gens qui ne connaissaient pas. 

Pour le coup, l’illustration de couverture est vraiment bien réalisée. Le livre donne les clefs du Metal au lecteur!

Alt 236 – Alors un truc qui est ouf, je ne sais pas si tu l’as remarqué, mais les deux mains qui tiennent la clef – c’était l’idée de dire avec ce livre vous pourrez avoir une clef pour entrer dans cet univers – tu remarqueras qu’elles ont dix bagues, et chaque bague correspond à un chapitre. Chaque petit symbole se retrouve en haut du médaillon double page de Fortifem en début de chapitre. C’est le petit truc caché, mais caché sur la pochette. Ils ont poussé le truc jusque là. Et on les retrouve dans le pentagramme derrière aussi avec les symboles.

Tu vois, ce qui est trop cool aussi, en petit détail, c’est qu’avec avec Marie l’éditrice, on trouvait que mettre nos noms et celui de la maison d’édition en doré pour aller avec le logo classe ça aurait cassé le côté beau livre. Elle a été OK pour les mettre sur un bandeau, de mettre les noms dans la gravure en noir, pour qu’ils soient là mais que tu ne les vois pas au premier coup d’oeil. C’est un risque aussi pour la maison d’édition qui aurait pu dire “On met le logo!”. C’est trop cool d’avoir accepté toutes ces petites choses, même si bien sûr il y a les aléas de l’édition, les allés-retours entre les correction et tout le travail qu’il faut faire et qui n’est pas toujours facile, mais en vrai on était tellement heureux de voir qu’elle nous a suivis jusqu’au bout. C’est même elle qui a proposé la couverture cuir en nous montrant l’exemple d’un autre livre sur Cartier-Bresson qui était magnifique en nous disant “ça vous dirait de faire un truc dans ce genre là?”. On a rebondi là dessus, elle en a discuté avec Fortifem qui a proposé des idées au niveau de la fab’ et d’autres trucs. Tu vois c’est ce genre de projet ça. Quand j’ai reçu mon exemplaire auteur et que je l’ai eu entre les mains, c’est une émotion de ouf. Ne serait-ce que d’ouvrir le bouquin et de sentir l’odeur du livre, tu fais “Ouah, c’est un vrai livre et tout !”. Et on a halluciné sur la qualité du papier. Marie avait dit qu’elle voulait un beau papier, mais ce que sait un éditeur sur la fabrication, toi tu en le sais pas en tant qu’auteur donc quand on l’a reçu c’était “Ah ouais, c’est aussi classe que ça?! Yes, trop bien!

C’est un peu un rêve de gosse aussi de faire un livre. Déjà c’est une super belle aventure, et en plus sur un thème comme ça ou tu peux aller loin. Ils nous ont même laissé mettre des pochettes assez ghetto. Il n’y a pas eu de trucs “C’est un livre grand public”, ils nous ont laissé éditorialement totalement libres, hors les corrections, mais totalement libres.

Même moi ya des images où j’ai un peu de mal à regarder. Il y a un ou deux thèmes où j’ai laissé Maxwell

Si t’as envie de faire ton kiff t’y vas, ou même si t’as envie d’aller explorer les pochettes de Grind t’y vas, mais les pochettes de Grind c’est quand même chaud. C’est comme aller sur Rotten.com, tout le monde n’est pas prêt. Et on en parle dans le livre, c’est justement des gens qui sont hors des circuits et qui veulent un peu s’exclure du truc. C’est intéressant de l’analyser, mais je trouve ça ouf qu’ils nous aient laissé mettre quelques pochettes. Mais ça explique bien aux gens. En voyant le truc tu vois vraiment tout le panorama : t’as des pages avec de la gravure en mode Lucifer trop beau et d’autres avec des photos de cadavres, et après t’en as une autre avec des trucs un peu caricature rigolo. Je trouve ça hyper cool d’avoir fait ce rangement, mais il y avait aussi une idée derrière ça. C’est de dire, quand tu prends le recul qui apparaît quand tu fais une classification – c’est un peu ce que je fais pour mes vidéos, et Maxwell aussi – tu commences par une phase de recherches ou tu compiles un peu tout, et après tu commences à ranger. En fait, une fois que tu prends une pochette et que t’es capable de la ranger dans un de tes 60 dossiers, tu sais que t’as à peu près fait le tour et que tu as vu un peu le panorama. Quand tu ouvres ton dossier “Graphisme” par exemple où tu as mis toute tes pochettes, même si elles sont toutes différentes, elles vont toutes avoir un truc en commun, c’est que c’est les pochettes qui utilisent le graphisme. Et c’est un peu ça la démarche, on a essayé de faire un truc, on a pris du recul et on s’est dit en voyant toutes les pochettes de Gore Grind “Voilà c’est ça qui ressort”. Il y a un peu l’idée de résumer, mais aussi de donner une entrée vers le truc pour donner des clefs de compréhension pour quelqu’un qui voudrait aller plus loin comme tu le disais tout à l’heure.

Je pense qu’au delà des livres, c’est un peu le travail de recherches que tout le monde fait. Il y a un travail de recherches qui va dans tous les sens, tu ne veux pas passer à côté de quelque chose, tu y vas avec un esprit ouvert, tu prends tout et après du te dis “Bon, j’ai un énorme bordel devant moi, comment je le range?”. Et c’est vraiment au moment où tu fais cet exercice de rangement que tu commences à réfléchir à comment tu vas structurer, comment tu vas ranger, de quoi tu vas parler ou pas parceque c’est trop anecdotique ou hors sujet. Tu vas passer par pleins de filtres ce gros travail de recherches tous azimuts que tu as fait. En faisant ce travail là avec Maxwell on est arrivés à dire “il y a 95 chapitres”, et on a dû en choisir un peu moins pour une question de pagination, et tous pleins d’autres trucs qui arrivent. En gros c’est vraiment cette technique d’entonnoir et de rangement d’une grosse masse d’informations. Et après il y a les questions de style pour essayer d’écrire de façon harmonieuse et faire de belles tournures de phrases sans être pompeux.

Il y a tout un travail stylistique plus compliqué parce qu’on n’est pas des écrivains, donc j’espère que c’était quand même assez agréable à lire. T’as pas eu l’impression que c’était écrit par deux personnes en même temps?

Non pas vraiment. Par moments je me suis amusé à essayer de reconnaître les styles en me disant que ça ressemblait plus au style de Maxwell ou au tien, mais au final j’ai aucune certitude.

Alt 236 – Même au niveau des thématiques, dès que t’entends parler de Jérôme Bosch, tu te dis “Ca c’est Alt”, et quand t’entends une grosse anecdote sur Euronymous, tu sais que c’est Maxwell, il y a aussi ça. Mais ça c’est pour les gens qui nous connaissent et qui nous suivent – peut être la majorité des lecteurs – mais il y a aussi des gens qui vont tomber là dessus sans nous connaître. Notre nom est en noir et pas mis en gros sur le bouquin, il n’y a pas nos photos genre “Coucou c’est nous”, on a essayé de s’effacer derrière la beauté du bouquin. Je pense qu’il y a des gens qui vont assez vites oublier qu’on est deux Youtubeurs. C’était un truc qui nous faisait presque peur d’être des Youtubeurs pour écrire un livre. Tu peux vite tomber dans un truc genre “ça y est, on leur a proposé de faire de la thune avec leurs chaines et ils font un truc pour faire du produit dérivé”. Ca peut être parfois la critique qui est faite, et on voulait vraiment pas que ce soit perçu comme ça. 

On s’est très vite libéré de ça, on est passionnés, on veut faire le plus beau livre de la Terre à notre façon, et on a juste pensé à faire le truc le plus cool pour que les gens kiffent quand ils vont le lire et l’ouvrir. On s’est vite détachés de tout ça, et finalement j’ai pas lu un seul tweet qui dirait ça, les gens sont ultra-bienveillants avec nous, il faut le reconnaître. D’ailleurs je voudrais remercier ici les gens qui ont préco en masse, il y a eu un soutient de ouf, qui fait du coup aussi bouger un peu l’édition. On a vécu ça un peu aussi avec Astra Mortem à côté, par le biais d’un financement participatif, qui est un truc incroyable, qui permet de choses dingues, mais c’est aussi génial de voir que là on est dans une maison d’édition classique mais que pour autant il y a aussi des gens qui s’intéressent à ce qui se fait sur Youtube, à essayer de repérer des gens qui peuvent avoir des choses à dire. Et encore plus dans une boîte qui appartient à Gallimard, c’est pas une boite de fanzine packs.

C’est hyper encourageant de voir qu’ils nous ont laissé faire. Et apparemment, il y a même des gens chez Gallimard qui ont aimé le bouquin alors que ce ne sont pas du tout des metalleux. C’est aussi agréable de voir ça, il faut le reconnaître. C’est cool de voir quand les choses changent dans un sens qui me semble être le bon.

 

Peux-tu nous raconter ton premier contact avec le metal? 

Alt 236 – Ma première vraie rencontre avec le metal, ça a été vers 13-14 ans alors que j’écoutais Guns’n Roses avec Use your Illusion I & II et que j’avais découvert Nirvana avec l’Unplugged, j’étais encore un jeune visiteur dans le monde du rock on va dire,  et un soir, mes parents n’étaient pas là, c’est ma soeur qui me gardait, elle a 4 ans de plus que moi elle avait 18 ans et elle devait avoir une copine qui venait à la maison ce soir là. Elles allaient me garder en tant que petit frère. Et sa copine écoutait du rock, c’était un peu une metalleuse, elle avait un Perfecto, elle était fan de films d’horreur, elle avait des patchs de ouf, vraiment une metalleuse, sauf que je ne savais pas vraiment ce que c’était. Et ma soeur lui dit “Mon petit frère écoute du rock, est ce que tu pourrais lui ramener 2-3 albums? Comme ça il va écouter ça et on sera tranquilles”. Donc sa copine, Céline – que j’embrasse si jamais elle lit ça, et que j’ai pas revue depuis 25-30 ans tu vois, il y a un truc de l’ordre de l’enfance quoi – me ramène 3 albums. Il y avait Demanufacture de Fear Factory, celui avec la cage thoracique en code barre, un des albums d’Immortal et The Bleeding de Cannibal Corpse. Je t’assure que ça a été ultra mystique parce que j’étais assez innocent, à l’époque je n’étais pas du tout quelqu’un de déviant, j’écoutais un peu de rock et j’avais déjà l’impression d’être un méga loubard en écoutant un slow des Guns, pour te donner l’ambiance. Cannibal corpse je l’ai mis direct en disant “Ouah qu’est-ce que c’est?!”, ça fait bizarre quand t’es pas préparé. Ca m’a fait vraiment peur, genre une peur d’ado de se dire “j’écoute un truc presque dangereux”. Parce que dans cette musique, c’est ça qui est génial quand on parle de musiques extrêmes, il y a aussi un truc où tu expérimentes une oeuvre d’art qui dépasse le stade du plaisir pour passer dans le stade de l’expérience. De l’expérience va découler un plaisir, d’autant plus dès que tu connais et que tu commences à t’enfoncer dedans, mais la première fois que tu rencontres ce genre de démarche, de proposition artistique – parce que c’est une proposition artistique un album de Death, et bah du coup ça fait des trucs de plaisir de tout casser, de totalement libre et de fou donc il y a un côté excitant,  mais en même temps c’est tellement sombre, tellement noir, l’imagerie est tellement baddante… T’as l’impression d’entendre des démons chanter, y’a un truc assez mystique. Au point de m’avoir fait peur et de pas dire “j’en écoute” mais plus “oh la la c’est dangereux!”. Après j’ai écouté du Korn, j’ai été voir Slipknot en concert, je suis né en 1980 donc j’ai vraiment vécu toute cette période Neo Metal de plein fouet. Mais voilà, c’est un souvenir grave mémorable !

Même Immortal ça m’avait choqué à moitié. Il y avait vraiment un truc fasciné / choqué, il y avait ce mélange là. Et en fait avec les années je me suis encore intéressé à tout ça, mais sans vraiment en écouter. C’est avec Maxwell, en faisant nos recherches pour le docu et pour le livre que là vraiment j’ai eu la curiosité de ouf de dire “Cette pochette est ouf, qu’est-ce qu’ils font comme musique?” et de prendre des grosses claques. Parfois de moins aimer, mais j’ai découvert des trucs, comme je te disais, comme Vader, Behemoth, plein d’autres groupes que j’ai pas en tête pour le moment mais des trucs géniaux.

As-tu d’autres projets en cours dont tu peux nous parler?

Alt 236 – Hors Astra Mortem qui va être notre Grand Oeuvre dans l’année à venir, on attend la fin de la campagne pour s’y mettre, à côté de ça je voulais dire à ceux qui suivent la chaîne que Maelstrom n’est pas mort ! Ca fait même deux ans qu’on bosse dessus, en développement etc… C’était un pilote que j’avais fait sur la chaîne et il n’y avait qu’un épisode. J’ai été contacté par un producteur avec qui on essaye de le développer avec des moyens qui ne sont pas ceux de la chaîne, ni ceux d’un financement participatif, mais ceux de la production plus classique. C’est un projet que j’ai depuis des années, avant même la chaîne, donc c’est quelque chose que je rêverai de voir exister, simplement ça prend un temps incroyablement long et est compliqué à construire, mais c’est ultra excitant et on a bon espoir que ça se fasse.

A côté de ça il y a les vidéos de la chaîne classique, il y a le nouvel album qui sort début 2021… C’est un peu un de mes problèmes, je suis toujours avec plein de projets, et certains qui prennent du temps. Le livre par exemple ça faisait 6 mois qu’on était dessus. Astra Mortem ça fait quasiment un an qu’on en parle avec Sullivan, c’est avec l’arrivée de Mehdi que c’est vraiment devenu Astra Mortem. C’est tombé un peu en même temps mais ce n’était pas voulu.

Un dernier petit mot pour conclure?

Alt 236Un grand merci à toi déjà pour cette interview trop cool et un grand merci à toutes celles et ceux qui nous soutiennent. Je sais que ça fait classique, mais si tu savais comme c’est concret et réel dans ma vie, si tu savais comme c’est une chance dans la vie d’un créatif d’avoir des gens qui lui témoignent du soutien et de la confiance ! Parce qu’il y a tellement de gens doués qui ne trouvent pas leur public et qui abandonnent, etc… C’est une énorme chance d’être soutenu. Et avec Maxwell, chacun dans nos espaces respectifs on va dire, on est extrêmement gâtés de beaucoup de bienveillance. Je pense qu’on essaye de faire un peu tout de notre côté pour en envoyer aussi, mais vraiment si tu savais comme c’est un plaisir au quotidien de s’asseoir à son bureau et de se dire “ce que je vais faire aujourd’hui, il y a des gens que ça intéresse et qui m’envoient de la force”. C’est incroyable à quel point ça donne de la force. Il faut le dire de temps en temps, c’est pas forcément un discours qu’on entend beaucoup mais ça me semble évident. Et dans les faits c’est vraiment réel, donc merci à tout le monde et en route pour de nouvelles aventures !

Merci d’avoir pris le temps de nous accorder cette petite entrevue, et merci pour ta patience et ta gentillesse face aux soucis techniques qui ont ponctué cette discussion. On te souhaite une bonne continuation et le meilleur pour tes projets en cours et à venir ! A bientôt et merci de rendre accessible à tous la beauté des univers sombres et vertigineux que tu explores.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.