AccueilMédiaMusiqueHellfest 2023 - Jour 2 - Vendredi

Hellfest 2023 – Jour 2 – Vendredi

-

Le vendredi, c’est la journée qu’on attendait le plus, Alex nous a même rejoints pour l’occasion. La programmation de cette deuxième journée de festivités nous parlait fortement. Le temps était également clément puisqu’on avait un ciel voilé mais sans pluie et des températures très convenables permettant de profiter du festival en t-shirt.

Après une première nuit relativement courte, à cause de Jean Louis téléphonant pour dire qu’il n’avait plus que 43% de batterie et que son chargeur solaire n’allait pas fonctionner à cause de la météo, nous avons repris le chemin du site de concerts. Tout ça de bonne heure car nous étions réveillés tôt, mais surtout pour assister à la prestation de Vended. Le groupe nous avait fait très bonne impression lors de son passage au Motocultor l’année dernière. Nous avions raté un morceau du show, et il n’était pas question que ça recommence cette année. Le groupe de jeunes américains, dans lequel évolue la progéniture de Corey Taylor (chanteur de Slipknot) a proposé un set très solide et efficace. Le public était au rendez-vous devant la Mainstage pour cette ouverture de deuxième journée. Maquillage, jeu de scène énergique et compositions qui font leur effet en live… on n’a pas vu la demie-heure qui leur était accordée passer, on en aurait même pris un peu plus ! Nous avions même repris notre décompte des “Fucking” et autres variations dont Griffin Taylor est friand, et avons lâché l’affaire une fois la trentaine passée 😀

Retour sous la tente de l’Altar pour découvrir en live Venefixion. Le quatuor breton propose un death metal old school très efficace. C’est une découverte faite en épluchant le running order de cette édition et j’avais très envie de les voir sur scène. La prestation était sobre, avec tout de même un corpse paint sanglant, le groupe ne fait pas dans les fioritures. Ça riffe bien, le chant est gras, c’est tout ce qu’on attend d’un groupe de death old school.

On a repris nos habitudes de la veille et on a enchaîné les pas de côté pour voir Belenos se produire sous la Temple. Le groupe se produisait très peu de temps (30 minutes), on est restés sur notre faim, on ne va pas se le cacher. On aime beaucoup le Black Metal pagan de la formation bretonne, mais ils ont apparemment rencontré des soucis techniques car leur prestation a démarré en retard. La bande de Loïc Cellier nous a tout de même gratifié de leur hymne Morfondu qui fait toujours son effet, le tout dans une communication minimale avec le public. Cela n’a pas eu l’air de déranger l’audience qui était quand même présente à cette heure si matinale. Nous avons cependant du mal à comprendre comment un groupe comme Belenos qui existe depuis quasiment 30 ans, ne peut pas être programmé plus haut sur l’affiche. La qualité est là, le public aussi.

Le temps de prendre une petite bière, nous nous sommes bien placés sous la même tente pour assister au show des sudistes d’Acod dont nous avons découvert l’existence il y a quelques mois. Découverte tardive car le groupe existe depuis 2006, mais ça ne nous a pas empêché de mettre ce groupe bien en haut de notre liste des concerts à ne pas rater. Pour leur premier Hellfest, ils ont assuré un set avec un son mixé aux petits oignons pour bien discerner tous les membres ainsi que les pistes pré-enregistrées, mais aussi une prestation scénique de qualité. Le public était également bien présent, avec une tente bondée comme pour les gros groupes de fin de soirée. Un plaisir de voir que les groupes français peuvent émerger et toucher autant de monde ! On vous parlera plus en détail du groupe dans une interview que nous avons pu faire le samedi.  

Ce fût ensuite au tour d’Akiavel de nous nettoyer les oreilles avec du bon gros death. Même si le groupe est plutôt récent (formé en 2018) et que leur premier album ne remonte qu’à 2020, la tente était plus bien remplie. Nous ne connaissions pas vraiment avant le festival, mais y jetterons un coup d’œil ! Pour finir de se mettre le public dans la poche, le groupe a fait monter sur scène Niko le leader de Tagada Jones ainsi que le représentant d’ESP (je crois…) pour reprendre à la perfection Roots Bloody Roots de Sepultura. Une excellente façon de laisser une trace dans l’esprit des festivaliers qui se rappelleront ce bon moment.

Le temps d’une petite sieste au niveau de la Valley sous le gros son de Bongripper (que nous ré-écouterons car c’était vraiment cool !), il était désormais temps de débuter le plus gros challenge du week-end. De 16h40 à 2h du matin, aucun répit n’allait nous être laissé car nous avions toujours quelque chose à voir. Il y en avait même pour tous les goûts car nous sommes passés d’Unearth dont nous n’avons pas grand-chose à dire car ce fût assez banal, à Weedeater qui fut particulièrement … dérangeant. Seul Alex savait à quoi s’attendre, et nous avons passé un excellent moment devant un style qui d’habitude nous laisse plutôt de marbre. Le frontman y est pour beaucoup, avec ses grimaces et mimiques risibles tout le long du show, mais certainement aussi car sa voix est originale. On ne peut que vous conseiller de jeter une oreille à leurs albums, en temps de canicule c’est la parfaite bande son !

Panzer adore les hommes huilés, et encore plus quand ils sont en slip et se font des câlins sur un ring. C’est donc tout naturellement qu’il voulait revivre sa tendre jeunesse et entendre Metalingus d’Alter Bridge. J’avais un peu peur car dans mon esprit c’était un groupe un peu chiant, mais en fait pas du tout ! Myles Kennedy qui œuvrait un temps avec Slash mène sa bande sur des compositions entraînantes et là encore je prends plaisir à en écouter depuis. Mais quand on a de bonnes surprises, il faut aussi de grosses désillusions. Ce fût le cas du concert de 1349 qui fut une purge monumentale. Le son était inaudible, même pour Panzer qui les connait toutes, la caisse claire de Frost ne ressemblait à rien et par-dessus le marché nous nous sommes tapé un public désagréable. Belphegor qui fut rajouté bien tard sur l’affiche en remplacement de Suffocation a bien rattrapé le tir, suivi par Gorgoroth qui fut une claque monumentale. La setlist proposée a couvert quasiment toute la discographie du groupe (sauf Ad Majorem Sathanas Gloriam sûrement à cause de droits avec Gaahl) et c’est pour Panzer sûrement le meilleur concert du weekend. On a en effet pu entendre des titres issus de Pentagram, et Antichrist, chose qui semblait être proscrite du temps ou Gaahl officiait dans le groupe. Pour le remplacer il semblerait que ce soit Hoest de Taake qui ait prêté ses cordes vocales à la formation norvégienne. Le rendu était assez convaincant avec une bonne énergie.

Nous voulions enfin voir Bloodbath et Botch mais la fatigue l’a emportée et nous avons préféré faire un tour de grande roue pour voir le début de Sum 41 et leur ultime participation au festival. En effet le groupe a annoncé qu’à l’issue de cette tournée et après la sortie de leur prochain album, ils rangeront les baggys, les vans et les guitares pour conclure 27 ans de carrière. Ca m’a fait un petit pincement au cœur car c’est un groupe que j’écoute depuis que je suis ado, et pour une fois je pourrais dire d’un groupe qu’ils se sont arrêtés au bon moment. Le chant est encore très bon et les compos font toujours leur effet, donc c’est toujours mieux de rester sur un bon souvenir. Le public était assez réceptif, sûrement ému et heureux de pouvoir assister à une fin de carrière.  

La journée du vendredi fut intense avec pas moins de 14 concerts dans les pattes, mais c’était sans compter sur le metal corner qui nous a attiré avec ses chaises longues et sa musique d’ambiance. Mais ça … c’était avant le drame et que retentissent les premières notes de Toxicity, marquant le début d’un énorme mashup de tubes metal des années 90/2000 avec des classiques tels que le générique de Premiers Baisers et autres joyeusetés. Avons-nous terminé sur une chenille et un cours d’aérobic sur Maniac de Carpenter Brut ? Peut-être… 

Thomas
Thomas
J'ai découvert les jeux vidéo bien trop tôt pour que ça n'affecte pas mon développement, j'essaye depuis de faire des QTE dans la vraie vie et de faire des CTRL-Z de mes décisions.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

LES PLUS POPULAIRES

Spellbook – Apprenez-les tous !

0
Salut les Enchanteurs ! Space Cowboys nous a fait parvenir le petit dernier qui s'ajoute à leur catalogue pour qu'on puisse s'en faire une...