Salut les Survivants! On est dans notre période “Extensions” en ce moment, c’est en partie la faute aux sorties, mais tan mieux, on apprécie le principe de se replonger dans des jeux qu’on a aimés avec des nouveautés. Cette fois-ci on retrouve la ville de Pogoren, là où on l’avait laissée, en plein conflit armé. La population civile est prise en otage par cette guerre qui n’est pas la sienne et This War Of Mine raconte les histoires de personnages dans cette horreur.

Nombre de joueurs De 1 à 6 joueurs
Durée d’une partie environ 90 minutes
Age Conseillé à partir de 18 ans
Auteurs Michał Oracz et Jakub Wiśniewski
Illustrateurs Michał Oracz et Paweł Niziołek
Editeur Edge
Prix 45 €

 

L’extension Mémoires de la Cité en Ruine se présente sous la forme de 6 modules à intégrer dans le jeu de base. Ils viendront enrichir l’expérience de jeu, et disons le tout de suite, encore corser les parties. On vous recommande d’ailleurs de ne pas tout ajouter d’un coup. Chaque module apporte son lot de difficultés, tout d’un coup serait vraiment trop violent. Le livret de règles précise également qu’il vaut mieux se familiariser avec ces modules sur la face “Normale” du plateau de jeu.Au niveau du matériel, on a de tout, des figurines, des plateaux de jeu, des cartes, c’est très complet. Comme dans le jeu de base, tous les éléments sont de qualité : les cartes sont toilées, les plateaux épais et les figurines bien sculptées. On y trouve un nouveau carnet de scripts qui vient enrichir celui de la boîte de base, et une petite surprise sur laquelle on reviendra en fin de chronique.

Les différents modules :

Emira, la sans-abri

Elle est le 13ème personnage du jeu et comme de trop nombreuses personnes lors de conflits armés, elle a tout perdu et cherche un peu de sécurité. C’est le module le plus simple à intégrer aux parties de TWOM. composé de sa carte personnage et d’une figurine, elle suit les mêmes règles que les autres. On la croisait de temps en temps dans les scripts du jeu de base, on peut désormais la faire participer activement aux scénarios. Elle a une grande valeur d’empathie qui en fait un personnage intéressant à jouer.

Le Chat

Les humains ne sont pas les seuls à souffrir dans TWOM, les animaux de compagnie tentent aussi de survivre. vous pourrez ajouter ce petit félin à vos parties. Il a également sa figurine toute mignonne, mais est surtout utile en jeu. A n’importe quel moment de la journée, vous devrez lancer le dé Noir, suivant le résultat le Chat aura des actions différentes. Il pourra ramener de la nourriture ou bien diminuer le mal-être d’un personnage. Le petit chat apporte sa pierre à l’édifice.

J’aime beaucoup jouer avec le chat, c’est un module très simple à intégrer, facile à jouer et terriblement cohérent dans l’univers.

Les égouts

Un des ajouts les plus velus apportés par cette extension. Les égouts constituent une nouvelle zone à explorer, avec ses dangers mais aussi ses espoirs de salut.

Ils sont constitués de plusieurs éléments : 8 tuiles, 12 cartes Couloir et 10 cartes Salles. Véritable labyrinthe souterrain, le réseau d’égout ne sera pas facile à parcourir, mais on y trouve tout de même des ressources, mais pas que… Vos survivants ne sont pas les seuls à les parcourir en quête de quelques ressources à ramener au camp, des voyous arpentent également ces sombres couloirs. Le système de progression est assez déroutant et on a vraiment une sensation de désorientation en s’y aventurant.

Le marché

Le marché est un autre module introduit par cette extension. La guerre touche tous les types de population et les paysans et fermiers locaux viennent en ville pour essayer de vendre leur surplus de production. Pour assurer leur sécurité, ils font appel à des voyous qui les défendrons ainsi que leur précieuse cargaison. A la fin d’une phase de collecte on peut choisir de se rendre au marché pour acheter, échanger voire voler des objets. Très pratique pour arrondir les fins de journées peu fructueuses en terme de collecte, il faudra tout de même faire attention à ne pas s’attirer les mauvaises grâces des fermiers et des voyous.

Les scénarios

La surprise dont nous vous parlions en début de chronique est l’ajout de 5 enveloppes scellées à ouvrir sous certaines conditions. On retrouve le même principe que dans Zombie Kids Evolution ou Une Histoire de Pirates dont on vous a parlé plus récemment. Dans l’équipe on apprécie beaucoup ce type de contenu “Legacy mais pas trop” qui fait évoluer le jeu avec le temps sans détériorer le matériel. L’augmentation du contenu est réversible sans souci, si vous accueillez de nouveaux joueurs dans vos parties vous avez la possibilité de les retirer, ou non, facilement à l’image des autres modules de cette extension Mémoires de la Cité en Ruine. La boîte de Mémoires de la Cité en Ruine contient 5 feuilles de scénarios pour prolonger l’expérience de la boîte de base. Bien que tous soient de qualité, ma préférence va à “Du Sang dans la Neige” qui traite intelligemment de la suspicion au sein d’un groupe restreint.

Les mesures désespérées.

Dernier module de ce pack d’extensions, les mesures désespérées. Le principe de ce paquet de cartes est magnifiquement bien résumé dans son intitulé. Ce deck de 7 cartes pourra entrer en jeu à la mort, ou abandon du groupe, d’un de vos personnages. A cette condition vous pourrez utiliser l’effet d’une carte. Par exemple lancer un dé noir et diminuer de 2 le Mal-être de chaque personnage dont l’empathie est supérieure au résultat. Mais rien est gratuit dans This War of Mine… Le Mal-être de chaque personnage dont l’empathie est inférieure ou égale au résultat du dé se verra augmenté de 1. Les mesures désespérées peuvent octroyer une construction plus rapide ou un vol plus efficace au Marché…

Facile à intégrer au jeu il pourra vous sauver la mise par moments, ou précipiter votre perte.

Sublime horreur

Au niveau artistique, Mémoires de la Cité en Ruine est dans la même veine que la boîte de base. que ce soit au niveau des illustrations mais aussi au niveau de l’écriture. Et c’est sur ce dernier point que le jeu se démarque, à mon sens, du reste de la sphère ludique. Les scripts scénaristiques sont toujours aussi travaillés, cohérents et surtout poignants. J’ai trouvé que l’intégration d’Emira, qu’on avait pu apercevoir ci et là dans la boîte de base, en tant que personnage jouable est une excellente idée et ajoute à l’empathie qu’on pouvait déjà avoir pour elle. Le ton général de l’aventure est toujours très grave et dramatique, c’est pour ça qu’il ne conviendra pas à tous les publics. En revanche, la qualité d’écriture est toujours de très haut niveau et les joueurs sont placés dans des situations extrêmement poignantes. Après, de mon point de vue, ce n’est pas gratuit. Sans partir sur une pseudo philosophie de comptoir, Mémoires de la Cité en Ruine et This War Of Mine en général amènent à chacun un questionnement et une réflexion très intéressante.

Conclusion

Mémoires de la Cité en ruine est une extension comprenant plusieurs modules à intégrer dans This War Of Mine. De taille et de difficultés variables ces différents modules sont à incorporer progressivement à vos parties.

Cet addon est vraiment complet en contenu. Un nouveau livre de scripts viendra enrichir vos parties et prolonger l’expérience. Toujours très mature dans son contenu et avec une difficulté assez  élevée, cette extension reste fidèle à l’esprit de la série et en respecte le ton. Les situations morales compliquées sont toujours présente et on ne se lance pas dans une partie de This War of Mine comme dans une partie de Fou par exemple. Le jeu demande un certain investissement en terme de temps, les parties tournent autour de l’heure, mais demandent à être refaites pour les remporter. Sans parler de l’investissement émotionnel qui est souvent très prenant. Mais on est récompensés par une narration très immersive et de qualité.

La Récap de la Rédac

Extension pour This War of Mine
Nombre de joueurs de 1 à 6 joueurs
Durée d’une partie environ 90 minutes
Editeur Edge
Prix 45 €

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.