Accueil Blog

[Manga] 50 Nuances de Gras, le tome 1

50 Nuances de Gras - Banner

50 Nuances de Gras est la nouvelle licence de Doki Doki, le tome 1 vient de sortir le  02 Mai 2019 au prix de 7,50 euros. 50 Nuances de Gras se présente comme un isekai inversé en effet cette fois ci ce sont les personnages, féminins, d’un monde heroic fantasy qui arrivent dans notre monde. Vous y retrouverez le thème plutôt classique du manga du harem de jolies filles avec des scènes plutôt Ecchi pour vous ravir les mirettes.

50 Nuances de Gras, synopsis :

Naoe travaille dans un centre de massages et de bien-être, où il soulage les gens de leurs petits bobos. Mais le jour où il voit débarquer Erufuda, une étrange jeune femme un peu grassouillette, il comprend qu’il a affaire à un cas critique…

50 Nuances de Gras - 01

Sa patiente n’est autre qu’une elfe, coincée dans notre monde à cause de son surpoids ! Erufuda a commis l’erreur de goûter à la nourriture terrestre et depuis, elle est complètement accro aux frites ! Avec son sale caractère et sa totale mauvaise foi, l’elfe est loin d’être commode… Et Naoe va découvrir qu’elle n’est pas la seule créature fantastique à avoir besoin de son aide pour rester en pleine(s) forme(s) !50 Nuances de Gras - 02

En effet dans le monde heroic fantasy la nourriture n’est pas aussi savoureuse car les épices sont des produits de luxe et l’huile sert plus à faire frire les ennemis lors de batailles que des frittes.

Naoe va donc aider Erufuda à retrouver son poids d’origine. Car pour voyager de monde en monde en plus de maîtriser la magie, il faut avoir le même poids à l’aller comme au retour, de plus elle ne rentre plus dans sa tenue sexy d’elfette. C’est à partir de cette rencontre que Noae va complètement changer de vie. Il va rencontrer une elfe noir, une sirène, une mandragore, une ogresse et même une lycanthrope !

50 Nuances de Gras - 03

50 Nuances de Gras, le dessin :

Le dessinateur et scénariste, Synecdoche, est quelqu’un qui aime les jolies plastiques tant sur les courbes et les formes. Le dessin est très solide. Il y a un très beau travail sur les ombrages, on remarque de suite la technicité pour faire ressortir un visuel très proche de la réalité sur la peau. Le design des personnages n’est pas révolutionnaire pour de l’heroic fantasy mais le fait de mettre ces personnages dans des habits modernes apporte un petit vent de fraicheur. Il y a du dynamisme dans les traits de mouvement et de grandes planches ecchi qui vont vous faire briller les yeux. On regrettera cependant les fonds de cases qui manquent de détails et font parfois bien vide. Je pense qu’il s’agit d’un choix esthétique du à la méthode de parution dans le Comic Gum Japonais.

50 Nuances de Gras, le scénario : 

Comme le tome est un assemblage des chapitres sortis dans le Comic Gum, chaque chapitre est une petite histoire qui a pour but de vous faire rire ou sourire pour vous changer les idées dans la journée. Le tome 1 est un vrai régal et je suis content de l’avoir dans ma collection, c’est avec plaisir que je le rouvrirai d’ici quelques semaines !

50 Nuances de Gras - 05Pour résumer, 50 Nuances de Gras est le parfait petit manga pour les fans d’humour, de jolies formes bien rebondies. Le prochain volume est déjà pré-commandé chez mon libraire et pour le moment il n’y a que 4 tomes au Japon. Il semble donc qu’il s’agira d’une série courte. Un petit pêché mignon comme une portion de frittes en sortant du sport finie avant d’être arrivé à la maison. Attention cependant le titre est pour les plus de 15 ans. Le prochain tome sortira le 03/07/2019 ! 

Space Base – Course aux points dans l’espace

Salut les Commodores ! Après avoir régné sur l’Antiquité dans 7 Wonders, sur votre fief dans Carcassonne, vous avez envie de grands espaces et de dominer une flotte galactique? Space Base vous propose d’essayer. Dans Space Base, vous pourrez gérer et développer une flotte de vaisseaux spatiaux pour imposer votre grandeur. Ce jeu de dés de John D Clair pour 2 à 5 joueurs est édité par AEG et Edge.

Avec quoi construire sa flotte?

En lisant “jeu de dés” sur la boîte, je m’attendais à une ribambelle de dés à jeter ou à combiner et bien non. Space Base n’en contient que deux, mais en revanche une belle quantité de cartes, au format original. Les plateaux personnels sont en carton bien épais et de belle taille, on a une zone de jeu personnelle confortable pour jouer. C’est à peu près tout pour le matériel. Il y a également les petits cubes translucides, comme dans Pandemic Legacy qui servent de marqueurs, je les aime toujours autant.

Tout est rangé dans un thermoformage bien pensé. Les cartes restent à peu près en place, même une fois le jeu rangé à la verticale.

Parés au déploiement?

La mise en place est simple et rapide. Chaque joueur se muni d’un plateau personnel représentant sa base et d’un set de vaisseaux standards (identiques pour tous les joueurs) et les installe. La base est divisée en 12 secteurs dans lesquels vous placerez vos vaisseaux. Leur secteur d’amarrage d’un appareil est indiqué en haut à droite de sa carte. Pour le début de partie vous aurez donc un vaisseau dans chacun des secteurs de la base, comme vos concurrents. 

Au centre de l’aire de jeu, on dispose les cartes Vaisseaux en trois piles distinctes selon leurs niveaux et on crée 3 rivières de 6 cartes, comme on peut le faire dans Splendor ou Gizmos. Ils pourront être achetés au cour de la partie et on complète la ligne à chaque fois qu’un vaisseau la quitte.

Voilà, la mise en place est terminée, on tout le monde est prêt à se lancer dans la course au développement de sa flotte. Car oui, le but du jeu est de rassembler le premier 40 points de victoire, ce qui déclenchera la fin de partie.

Miniville dans l’espace ?

Les tours sont rapides et simples. Le joueur actif lance les deux dés, à partir de leurs résultats il a deux solutions. Activer les vaisseaux correspondant aux secteurs dont les numéros sont indiqués par chacun des dés ou le secteur désigné par la somme des deux.

Lorsqu’on active le vaisseau présent sur un secteur en étant joueur actif, on résout l’effet indiqué dans le cartouche. Ça peut aller du gain d’argent à l’acquisition de vaisseaux en passant par le gain de revenu (c’est différent de la monnaie du jeu, on y revient juste après). Certains vaisseaux peuvent être chargés pour déclencher un effet plus puissant aux tours suivants comme choisir les faces de ses dés au lieu de les lancer! Ce qui est vraiment pratique pour créer et maîtriser une stratégie.

Ensuite, avec l’argent gagné (et/ou économisé) durant les tours précédents vous aurez l’occasion d’acquérir un vaisseau depuis la zone centrale en en payant son coût. Petite subtilité, lorsque vous achetez un appareil, tout votre capital est dépensé. Si vous possédez 14 crédits et que le vaisseau que vous convoitez coûte 9 crédits, les 5 crédits excédents sont perdus. Votre curseur revient sur 0. C’est assez déstabilisant au début.

Le vaisseau que vous venez d’acquérir viendra se placer sur le secteur correspondant de votre base et l’appareil qui y était stationné sera déployé. Il est alors retourné et placé sous votre plateau personnel en laissant dépasser son extrémité qui contient également un cartouche. En ce qui concerne le déploiement, c’est pratique visuellement, pour mettre le premier vaisseau ça se passe assez bien en général (ça coince quand même parfois). Mais par contre pour mettre la deuxième carte déployée d’un secteur, c’est plus compliqué. On peine à attraper la première carte pour passer la seconde dessous sans tout décaler ou déplacer.

Ensuite on réapprovisionne la base, c’est à dire que l’on remet le curseur Crédits sur la même valeur que celle indiquée par le curseur sur la piste de Revenus, ce qui déterminera votre budget de départ pour les tours suivants.

Mais Space Base a une originalité. Lors des tours, aucun joueur n’est spectateur. Lorsque l’on n’est pas le joueur actif, on va avoir la possibilité d’utiliser les ressources de ses vaisseaux déployés, en suivant les mêmes règles que le joueur actif.

C’est une mécanique qui m’a beaucoup plu. On développe une stratégie sur deux fronts et on n’est jamais sans rien faire. Que l’on soit le joueur actif ou non, on récolte les fruits de sa flotte. Il est important de penser l’acquisition de ses vaisseaux en fonction du bonus qu’il apportent en tant que joueur actif mais également aux bénéfices reçus durant le tour des autres joueurs.

Couleurs tombées du ciel

En ce qui concerne la direction artistique de Space Base, elle me plait beaucoup. Les visuels sont très colorés et rappellent ceux des certaines séries animées comme Final Space ou encore Space Dandy.
Les cartes sont illustrées avec de nombreux vaisseaux différents, bien que ca n’ait pas réellement d’impact en jeu, on apprécie la diversité des illustration.
Sur les éléments de gameplay purs, les icônes des cartes sont vites assimilés. Les parties sont fluides, durant la première on s’est pas mal référés aux sections d’aides du livret de règles mais le temps passe vite du fait de la permanente activité des joueurs.
Petit reproche en ce qui concerne les dés : le “1” des dés à six faces est remplacé par l’icône de fusée des points de victoires. C’est joli, sauf qu’en jeu ça n’a aucun lien avec les points de victoire, et aucune utilité en jeu, donc ça a entraîné quelques confusions par moment parmi certains des joueurs.

Conclusion

Space Base est un jeu de dés dans lequel les participants devront développer leur base et leur flotte stellaire. La particularité du titre est que les joueurs ne sont jamais passifs. Le joueur actif récolte les produits de sa flotte à quais, alors que dans le même temps les autres joueurs récoltent ceux de leur flotte déployée.

Un marché d’achat est installé au centre de la table, dans lequel les joueurs viendront chercher leurs nouveaux appareils qui viendront s’amarrer à leurs bases. La course aux 40 points de victoire est lancée! A vos bases Commodores!

La Récap de la Rédac

Nombre de joueurs de 2 à 5 commodores
Durée d’une partie environ 45 minutes
Editeur AEG & Edge
Prix 40 €

 

Trover Sauve l’Univers – Ca va salement schwifter!

Salut les aliens! Trover Sauve l’Univers est un jeu tout droit sorti de l’esprit de Justin Roiland, un des co-créateurs de Rick and Morty. Il vient de sortir et, en ce début juin et on a eu l’occasion de l’essayer pour vous en faire un retour. Le jeu est disponible sur PS4 depuis le 31 mai, il est développé par Squanch Studio et distribué en France par Just For Games, en version physique!

Disclaimer !

ATTENTION, ce jeu n’est clairement pas à mettre dans toutes les mains. On y parle de violence, de sexe, de drogue avec des termes crus et grossiers. (Tout ça rien que dans les 10 premières minutes de jeu, et ça ne s’arrête pas après). Si vous connaissez la licence Rick and Morty, vous ne serez pas dépaysés, sinon, soyez préparés.

Rentrons dans l’histoire comme *insérez un truc sale ici, laissez parler votre imagination*

Dans Trover Sauve l’Univers, vous incarnez un Séant, un être qui a littéralement les fesses collées à un fauteuil. On est dans un univers SF, donc le fauteuil peut se déplacer. Alors que le Séant promène ses deux chiens, Glorkon, un être maléfique s’empare des deux animaux et les insère dans ses orbites, ce qui lui confère un pouvoir considérable. (Accrochez vous pour le scénario et l’univers du jeu, on sent que les scénaristes et concepteurs sont pour le moins… Créatifs…). Dès lors, un personnage étrange et violet (avec également deux petits personnages insérés dans ses orbites) débarque chez vous, et vous embarque avec lui pour sauver l’univers. Mais Trover ne peut se déplacer seul, il  retire un de ses bébénergies des orbites et vous le confie. La créature fusionne avec votre manette et vous dirigez Trover. Très vite on vous informe que les Inacteurs veulent vous rencontrer. Les Inacteurs, grands architectes du monde s’ils faisaient quelque chose de leurs journées vous somment de mettre fin à ce tourment.

Bougez Trover avec vos mimines

Trover Sauve l’Univers est un titre d’action plateformes compatible PS VR. On voit d’ailleurs qu’il a été pensé pour les casques de réalité virtuelle à son déplacement.

Trover se déplace en 3D et pour progresser dans l’histoire vous le faites avancer dans des arènes, de base en base. Evitant ainsi le motion sickness pour les joueurs VR. Une fois arrivé sur la base, votre siège se téléporte jusqu’à elle et vous pouvez recommencer. C’est assez malin comme principe et beaucoup plus cohérent que de déplacer son propre personnage par téléportations successives comme dans certains jeux VR.
Petite précision, je n’ai pas le PS VR, mais le jeu est également très agréable sans et j’imagine qu’il doit proposer une très bonne immersion.

Très rapidement vous obtiendrez la possibilité de faire prendre de l’altitude à votre fauteuil pour avoir un meilleur point de vue sur l’action. Ce sera indispensable pour progresser dans l’aventure, ne serait-ce qu’au niveau de la visibilité des bases mais également des plateformes et un peu plus tard, des puzzles. Vous aurez régulièrement des choix à faire, influant ainsi sur le déroulement du scénario.

Du trash en veux-tu, en voilà!

En soi le jeu n’est pas très dur sur les phases de plateformes, les énigmes ne sont pas trop retorses non plus, tout comme les combats contre les quelques ennemis qui peuplent l’univers du jeu. Du coup… Pourquoi jouer à Trover Sauve l’Univers alors? Et bien pour la qualité de son écriture et la richesse de son univers déjanté qui se joue des codes du jeu vidéo.

Encore une fois, c’est un univers et un humour très particulier, gras et quasiment sans limites. Les dialogues sont un régal à suivre pour peu que l’on accroche. N’essayez pas de compter le nombre de “Fuck” dans les lignes de dialogues c’est une tâche titanesque. On “suivra” Trover dans différents environnements allant du paysage montagneux, boisé à un zoo en viande…. De nombreuses péripéties et rebondissements vous attendent dans cette quête du sauvetage de l’univers.

Je vois des bébés partout

Un des plus du jeu est la collecte des bébénergies cachés un peu partout dans les niveaux. De base, je n’aime pas les collectibles mais … là c’est différent. Les courtes descriptions des bébénergies qui se débloquent à chaque fois qu’on en trouve sont tellement drôles (pour la plupart) que j’ai voulu toutes les avoir. Ils m’ont eu par l’humour! Certes, ça rallonge “artificiellement” la durée de vie du jeu mais contrairement à d’autres jeux, je me suis senti “récompensé” du temps investi dans la recherche.
L’audio du jeu est intégralement en anglais, mais des sous-titres français sont proposés. Et c’est une excellente chose, certains personnages parlent très vite et ont pas mal de souffle. Les traducteurs ont fait un très bon travail d’adaptation et y ont glissé des références très françaises.

Différentes facettes d’un même univers

Visuellement, les formes sont simples et colorées mais le jeu n’est pas dénué de détails pour autant. Les environnements sont sympa, en particulier celui du zoo en chair, on ne retrouve pas souvent ce genre de panoramas mêlant humour et body horror dans le jeu vidéo. On retrouve la patte “Rick & Morty” dans les polices d’écriture, les yeux et les bouches des personnages… Les familiers de la série animée ne seront pas dépaysés.

L’ensemble du jeu m’a vraiment donné l’impression de prendre part à un épisode d’un spin off de Rick & Morty, que j’affectionne particulièrement. C’est la première fois que j’ai ce sentiment aussi poussé dans un jeu, et j’ai beaucoup apprécié.

En ce qui concerne la durée de vie, il faut compter cinq ou six heures pour venir à bout du jeu en ligne droite et vous pourrez en rajouter trois ou quatre pour la collecte des bébénergies. Ce n’est pas extrêmement long, mais suffisant pour passer un bon moment et s’amuser. De plus, étant pensé pour le VR dont les sessions de jeu ne sont en général pas très longues, c’est parfait. Un DLC gratuit est prévu pour bientôt, personnellement j’ai hâte d’y retourner pour voir quelles surprises nous réserve le studio Squanch.

Conclusion

Trover Sauve l’Univers est un jeu que je conseillerai aux amateurs d’humour trash et qui souhaitent retrouver l’esprit décalé de Rick and Morty. Le jeu n’est pas très long, surtout fait en ligne droite, mais ça serait passer à côté de quelque chose. Le côté plateforme aventure est très simple et ne devrait jamais vous poser de problème. L’intérêt du titre n’est pas là mais dans ses dialogues et son écriture. On est là pour lire des saloperies scathophiles et être outragé par l’absence de limite du titre ! Prévu pour être joué en VR mais nullement indispensable pour apprécier l’aventure, Trover Sauve l’Univers est un jeu qui marque par son côté décalé, si vous aimez ce genre d’humour vous passerez forcément un excellent moment surtout qu’il est proposé à un prix réduit (environ 30€).

KonoSuba le donjon RPG – Gameplay et spot TV japonais

Entergram vient de sortir une video du jeu de 7 minutes et un spot télévisé japonais pour KonoSuba : La Bénédiction de Dieu sur ce monde merveilleux! Labyrinthe d’espoir et rassemblement d’aventuriers! Le prochain dungeon RPG basé sur les populaires light novel, manga et séries animées.

KonoSuba : Bénédiction de Dieu sur ce monde merveilleux! Labyrinthe d’espoir et rassemblement d’aventuriers! devrait sortir sur PlayStation 4 et PS Vita le 27 juin au Japon.

La vidéo de Gameplay de Konosuba : 

Le Spot TV de Konosuba : 

Le jeu est déjà disponible en précommande dans sa version simple et collector sur PS4 et/ou PS Vita. On espère une sortie occidentale mais je pense que vous pouvez aller allumer un cierge…

La version collector de ce KonoSuba contiendra : 

  • Le jeu PS Vita ou PS4
  • Un art book
  • Un code DLC pour des tenues  pour les personnages  :
  • Un thème pour la PS Vita ou PS4.
  • Un DLC bonus pour les premièrs tirages du jeu : Jeu de formation de déesse inutile: KonoSuba: La bénédiction de Dieu sur ce monde merveilleux! Éduquez cette déesse inutile! Le rideau se lève sur le projet à grande échelle qui transformera l’inutile déesse Aqua en une merveilleuse divinité. Dans le but de revitaliser la ville, la guilde des aventuriers organisera le «concours Miss Axel». En entraînant la déesse Aqua et en l’instruisant, montrez lui le chemin vers «Miss Axel».Dans ce jeu d’entraînement aux statistiques, vous apprendrez à Aqua à travailler, à se cultiver, à participer à des quêtes et même à passer des vacances dans le temps qui reste jusqu’au concours «Miss Axel». Vos statistiques, et les fins multiples se joueront en fonction de vos stats finales.Quel genre d’Aqua aurez-vous élevé le jour du concours? Tout dépend des conseils de Kazuma (le joueur).

    Voici la version normale ou collector sur PS Vita ou PS4.

Blue-Winged Chevalier – le Trailer !

Experience a publié le premier trailer de Blue-Winged Chevalier, son remake de Students of Round .

L’histoire de Blue-Winged Chevalier : 

En 868, le combat final entre la lumière et les ténèbres dans le château du démon Dreigohr. La bataille entre le Roi Démon Ol-Ohma et les chevalier de la Table Ronde s’achève…

La défaite de la lumière.

À partir de ce moment, le pays d’Alda était couvert de désespoir. Les ténèbres ont pénétrées dans la terre et la mer, des gens poussés par la folie, des hordes de monstres recouverts des crocs… Dans un monde dirigé par le Roi Démon, la paix qui existait autrefois n’était plus.

—100 ans à compter de ce jour, le chevalier qui était tombé a eu une nouvelle vie. Il est de nouveau sur terre pour accomplir un serment fait il y a longtemps qui ne pouvait être rempli. Guider les «étudiants» qui l’attendent dans ce nouvel âge. Et vaincre le Roi Démon avec le «pouvoir des liens».

Quelque part à Alda où la pluie froide tombe, le rideau se lève doucement sur la bataille entre la lumière et les ténèbres.

Les «liens authentiques» avec vos étudiants sont indispensables.

À propos de Blue-Winged Chevalier : 

Approfondissez vos liens et volez dans le ciel!

Encore une fois, 10 ans plus tard. Redressez-vous comme un chevalier de lumière, approfondissez vos liens avec vos camarades «étudiants» et défiez le pouvoir des ténèbres. En ajoutant des éléments de simulation tels que “manger” et “dialoguer” aux éléments traditionnels des Dungeons RPGs tels que la création de personnages, l’exploration de donjons et la collection d’objets, les joueurs vivront une histoire dramatique et personnelle.

Principales caractéristiques de Blue-Winged Chevalier : 

  • Un dernier Dungeon RPG de fantasy traditionnel pour PS Vita

    Le titre final d’Experience pour PS Vita. Ce remake du très demandé Students of the Round s’appuie sur l’expérience accumulée au cours des 10 dernières années pour créer  des donjon-RPGs que vous pourrez apprécier confortablement.

  • Tant de nouvelles fonctionnalités que vous voudrez jouer à nouveau

    Les graphismes des personnages et le CG de l’événement viennent d’être dessinés. Une nouvelle fonctionnalité «Création de personnage» a été mise en place. Vous pouvez profiter de diverses personnalisations en fonction de votre style de jeu. En plus de cela, d’autres éléments tels que l’ajout de «Trial Quests» et de la musique de fond remasterisée sont également présents.

  • Inclu Stranger of Sword City Revisited

    Inclue Stranger of Sword City Revisited , qui se déroule plusieurs centaines d’années après Blue-Winged Chevalier , est inclus dans le jeu. Profitez d’un dungeon RPG dans un univers fantasy traditionnel avec des graphismes profonds, où vous renaîtrez dans un autre monde, à votre avantage.

Vous pouvez également écouter plusieurs exemples de la bande son de Blue-Winged Chevalier, en cliquant sur le CD en bas à droite, CD qui sera en bonus de précommande et 1ère impression : ICI 

Super Fantasy Brawl – La baston sauce heroic fantasy se profile sur Kickstarter

Salut les héros ! On vous a déjà parlé à plusieurs reprises de Super Fantasy Brawl, le jeu nous avait fait une super impression lors du festival de Cannes et on avait hâte d’en savoir plus ! Le Kickstarter approche et les informations commencent à tomber. Faisons un tour d’horizon de ce que nous connaissons sur Super Fantasy Brawl !

Nouveau kickstarter de Mythic Games prévu du 25 juin au 3 juillet, oui une semaine, c’est un format court !

Plaçons le contexte : Dans le monde de Fabulosa, la guerre et les conquêtes étaient monnaie courante jusqu’à ce qu’arrivent des magiciens. Ces mages ont réglé tous les problèmes du monde grâce à leurs sorts. Vous voulez des ressources, hop une montagne d’or ! De nouvelles terres ? Un nouveau continent rien que pour vous ! De la nourriture, voici un festin éternel !

Plus aucune raison de guerroyer, plus de conflits, plus de batailles, enfin un monde de paix et de tranquillité…Bref, on s’ennuie ferme !

Les peuples de Fabulosa perdirent leur joie de vivre dans tout leur bonheur (ironique non ?) et demandèrent aux magiciens de créer une compétition où tous les anciens héros des guerres passées se confronteraient dans une arène spécialement créée pour.

Deux coups de baguette magique plus tard, l’arène était construite, les héros passés ressuscités et les vendeurs de hot-dogs déjà en train d’arpenter les tribunes.

Le Super Fantasy Brawl était né ! Les combats glorieux allaient pouvoir reprendre !

Prenez place, les combats vont commencer

Le principe de Super Fantasy Brawl est très simple : deux équipes de trois héros, que vous choisissez, vont s’affronter dans une arène et vont tenter de gagner des points soit en réalisant des objectifs variables, soit en mettant KO les adversaires.

Une fois KO, un héros n’est pas mis hors jeu, il revient dès le prochain tour et sans malus pour ne pas handicaper le joueur. Par contre, celui qui a réussi à le mettre KO gagnera un niveau qui augmentera sa puissance !

Chaque héros vient avec 6 cartes, 2 jaunes, 2 bleues, 2 rouges. Vous mélangez toutes les cartes de vos trois héros (donc 18 cartes, bravo les matheux), vous en piochez 5 et vous pouvez en jouer 1 de chaque couleur pour faire avancer ou combattre votre héros.

Une fois les 3 cartes jouées, vous refaites entièrement votre main et c’est à l’adversaire de jouer.

Vous enchaînez les tours jusqu’à ce que l’un des joueurs arrive au nombre de points déterminant la fin de partie (5 points en partie standard).

Un jeu de société tourné vers le jeu organisé

Une des volontés de l’éditeur est que Super Fantasy Brawl devienne un jeu compétitif avec un suivi dans le temps, et surtout une présence en boutique avec des tournois réguliers comme on peut en voir avec YU-GI-OH ou Keyforge.

Tournois et lots seront de la partie. Les participants pourront repartir avec lots qui restent encore à définir mais on peut espérer cartes brillantes, tapis, tokens spécifiques, décors et pourquoi pas des figurines alternatives ? 😀

Pour garder le jeu vivant et attractif au fil du temps, des nouveaux héros vont paraître à un rythme mensuel/bi-mensuel. Ces nouveaux personnages, disponibles en boutiques, viendront compléter ou renouveler vos compositions d’équipes.
Et l’on parle aussi de héros inédits qui ne font pas parti de ceux disponibles lors du KS. Les backers auront donc un intérêt également à se déplacer en boutique.

Le prix de ces nouveaux héros sera de 10 euros environ.

Le but avoué est de créer des championnats d’envergure nationales ou internationales ! Avec des parties de 20/25 minutes par joueur, le jeu est dynamique est permettra de proposer des tournois facilement.

Je parle par joueur car Super Fantasy Brawl a été pensé pour 2 joueurs mais une variante à 4 est également prévue, avec 2 héros par participant et même une version solo !

Le lore du jeu étant développé, il n’est pas exclu que des grosses compétitions viennent affecter l’univers de Fabulosa selon les résultats des championnats.

L’arrivée en boutique et la livraison aux backers est prévue pour le premier trimestre 2020, il se pourrait bien que des tournois aient lieu dès le prochain Festival International des Jeux de Cannes !

Le Matos

Niveau matériel, c’est chatoyant on ne peut pas le nier. Les figurines sont magnifiques et la direction artistique vraiment plaisante.

Elle vous fait penser à quelque chose ? En rapport avec des orcs et des nains ? C’est normal, l’un des illustrateurs vient de chez Blizzard et a travaillé sur World of Warcraft. On reconnaît le style, on s’était fait la remarque en sortant du FIJ de Cannes. On s’était dit “Visuellement c’est Hearthstone en jeu de figs”. Par ailleurs, on apprécie que chaque carte ait une illustration unique.

On a hâte de pouvoir en voir plus lors de PeL !

Contenu du KS

On s’éloigne un peu du format classique de Mythic Games avec des centaines de figurines pour se recentrer sur un jeu plus accessible mais toujours aussi riche.

Le Kickstarter proposera 12 figurines de 35mm pour les humains. Qui sont loin d’être majoritaires ! Les trolls, phœnix, homme-tigres et autres créatures devraient être plus autour des 50 mm. On apprécie l’attention particulière apportée aux socles texturées qui rendent toujours très bien ! Chaque héros aura son style, ses forces et faiblesses, qu’il faudra faire entrer en synergie avec les autres personnages de son équipe pour remporter la victoire. 

Vous y trouverez également toutes les cartes, pions et tout le matériel pour jouer forcément. Une seule arène pour le moment. Si d’autres cartes sont prévues, on ne devrait pas les voir tout de suite. Sûrement dans une “saison 2”.

On le précise tout de suite, aucun élément de gameplay ne sera exclusif à ce Kickstarter. Tous les héros seront disponibles dans le commerce par la suite. C’est un point obligatoire s’ils veulent que le jeu organisé prenne et se pérennise !

Par contre les backers auront en avant première les douze premiers héros, alors que les exemplaires boutiques n’en contiendront que six. Les six autres seront commercialisés dès le premier jour de la sortie boutique avec d’autres héros inédits pour que les backers puissent aussi diversifier leurs équipes.

Si vous voulez le roster complet dès le départ et à prix intéressant, vous savez quoi faire.

A quel prix me direz vous ? 49 dollars pour le jeu de base et les 12 héros. Contre 40€ pour la version boutique à seulement 6 héros.

La version kickstartée est vraiment plus avantageuse financièrement, sans parler du plaisir d’avoir les 12 héros dès le départ pour varier les compositions. Notez qu’à cette version aucun Stretch Goal ne sera rajouté! Ils ne gonfleront pas la boîte artificiellement en la vidant pour la remplir ensuite.
Cette politique est de plus en plus courante, si on perd en “show” on gagne en transparence. C’est un choix qu’on comprend même si  personnellement on aime bien le côté “WOW AMAZING!” des campagnes avec Stretch Goals.

On parles des douze héros depuis un moment maintenant, mais voici à quoi ressemblent leurs concept arts, Léonidas de Mythic Games a eu la gentillesse de nous faire parvenir les illustrations de tout le roster! On le remercie chaleureusement et on vous laisse profiter de ces superbes visuels :

Un all-in sera également proposé aux alentours de 90 dollars, regroupant tous les “addons” qui vont être proposés pendant la campagne. Mythic Games souhaite garder un peu de mystère pour cette dernière et dévoiler les surprises petit à petit, on ne sait pas bien ce que va contenir ce all-in. Mais n’étant pas du gameplay, on peut s’attendre à des ajouts cosmétiques, peut-être d’autres jetons, sleeves, éléments 3D, tapis en néoprène pour remplacer l’arène, une piste d’objectifs différentes, etc… On ne peut que spéculer pour le moment. A part sur une chose : Une boîte de rangement pour vos 12 héros. D’après Léonidas, cette boîte devrait mettre en valeur vos figurines. Un genre de diorama avec décors peut-être ?

Pour avoir la réponse à cette question et à toutes les autres, on vous donne rendez-vous le 25 juin pour le début de la campagne Kickstarter de Super Fantasy Brawl. Vous pouvez compter sur nous pour suivre ce lancement et la suite de la campagne, on est prêts à entrer dans l’arène!
Pour les chanceux qui iront se perdre dans les allées de Paris est Ludique, des tables de démo seront disponibles sur le stand de Mythic Games.

Suite du programme des éditeurs pour Paris est Ludique !

Salut les joueurs ! Après notre premier article, on continue notre petit tour d’horizon des différents auteurs et jeux présents à Paris est Ludique pour pouvoir organiser notre planning de festival, et vous partager les infos que l’on a recueillies auprès des différents acteurs de cet événement qui se tiendra pelouse de Reuilly les 29 et 30 juin.

PEL

Asmodee

On s’attaque à un gros morceau avec Asmodee, qui aura comme d’habitude son Asmo Plazza, regroupant tous les éditeurs distribués par la marque aux deux dés.

Les jeux sont regroupés sous différentes tentes, par public visé ou par éditeur. Avec des jeux familiaux ou plus orientés core gamers, il y en aura pour tous les goûts et il y a des chances pour que tout le monde s’amuse.
Sous les tentes Famille, vous pourrez découvrir ou rejouer à de grands classiques comme Abalone, Carcassonne (d’ailleurs on vous parle très bientôt de la Big Box), Catan ou Citadelles. Ces valeurs sûres du jeu de société ont conquis un large public au fil des années, des décennies pour certains ; mais elles seront accompagnées de “petits nouveaux” comme l’Île infernale. Cette nouvelle édition du célèbre titre de notre enfance reviendra animer les tables.

La tente Famille + accueillera de bien belles choses, qu’on affectionne particulièrement dont Keyforge. Le jeu de cartes à decks uniques de Richard Garfield vient d’avoir sa première extension, l’occasion de le découvrir si vous n’avez pas encore franchi le pas. Il n’est pas impossible qu’on ne tape pas un peu le carton là bas avec Younz. Si vous êtes amateurs de cartes et de combo, on vous recommande chaudement Res Arcana qui sera également jouable sous cette tente. Combinaisons et gestion de ressources au programme, c’est du très bon! Michel strogoff sera également présenté, ne connaissant pas du tout ce titre et ayant aimé le roman de Jules Verne. Je passerai me renseigner à l’occasion du festival.

Les joueurs plus hard core trouveront leur bonheur avec des présentations de A Song of Ice and Fire, le jeu de figurines dans l’univers de Game of Thrones. Vous allez enfin pouvoir créer les batailles que méritait la licence. Les amateurs de joutes spatiales pourront découvrir la V2 de X-Wing pour des affrontements tactiques.
Attention, info à prendre avec des pincettes, on nous a annoncé que Star Wars – la Bordure extérieure serait jouable sur le salon, mais entre temps la date de sortie à été repoussée de presque deux mois… A voir ce qu’il en sera sur place, mais on espère pouvoir poser nos mimines dessus le temps d’une partie. Pour rester dans le jeu un peu technique, CMON aura également sa tente bien remplie avec Gizmos, Foodies et son nouveau jeu Victorian Masterminds à l’esthétique sublime.

Il reste bien d’autres surprises à découvrir, dont de nombreux jeux en version surdimensionnée, n’hésitez pas à vous arrêter et faire quelques parties !

Catch up Games

L’éditeur de Fertility ne sera pas en reste, pas de sortie à proprement parler pour PeL mais ils présenteront Pharaon, leur prochain projet qui sortira au mois de septembre de cette année. Le plateau circulaire est original, le graphisme est beau, tous les voyants sont au vert pour avoir affaire à un jeu très sympa. Il ne restera qu’à voir ce que donne le jeu niveau mécaniques sur le salon!

En parallèle, Catch Up travaille pour avoir un autre proto jouable d’un jeu qui paraîtra l’année prochaine. On espère que tout se sera bien passé pour eux et découvrir ce nouveau titre sur le salon.

Funforge

Chez l’éditeur au logo souriant jaune, l’année a été assez prolifique et ne devrait pas s’arrêter en si bon chemin !
Des tables seront mises à disposition dès l’entrée sur le stand n°51 pour jouer à leurs titres : Patchwork et ses déclinaisons Express et Doodle, ainsi que Gingerhouse, Bärenpark (une extension vient d’être annoncée!) et Tokaïdo dont les championnats de France ont toujours lieu en ce moment.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce dernier voit sa gamme s’agrandir avec un nouveau jeu Namiji, dans le même esprit. On y arpente les mers du japon en s’arrêtant dans des stations pour faire des points. On vous rassure, les stations ne sont pas les mêmes que dans Tokaïdo. De nouvelles mécaniques apparaissent et font de Namiji bien plus qu’une re-thématisation du premier.

Nouveauté toujours avec Foothills, un jeu de gestion d’équipe d’ouvriers de pose de chemins de fer (un thème pareil, on l’avait pas vu venir !) Une mécanique sympa de cartes avec effets sur le recto et le verso qui devraient conduire à des parties tendues à 2 joueurs.

Le proto de Guardians sera aussi à l’essais sur les tables de PeL, dans ce jeu coopératif, il faudra se liguer pour battre les forces du mal à coups de dés ! Pas de visuel hélas, le jeu étant encore en “Work In Progress” ! :D*

Yoka By Tsume

Pas de nouvelles sorties chez Yoka By Tsume pour Paris est Ludique, vous y retrouverez des jeux dont nous vous avons parlé : Saint Seiya (Vite les extensiooooons ! :D), Feed Ze Troll et Contract. Mais ils préparent également leurs prochaines sorties et vous proposent de découvrir leurs prototypes ! Soyez les premiers à essayer les jeux qui sortiront en fin d’année : 13 couronnes et Baron Voodoo !

Mythic Games

Direction l’éditeur spécialisé dans les Kickstarters : Mythic Games ! Lors de ce Paris est Ludique, on trouvera plusieurs jeux à essayer. Tout d’abord (et même surtout !) Super Fantasy Brawl, le jeu de combats de héros qui sera en financement participatif au moment de PeL. Le titre sera jouable sur place pour se laisser convaincre de backer le jeu, le Kickstarter étant lancé le 25 juin jusqu’au 3 juillet.

On vous en a dit un peu plus lors de la vidéo récapitulative de Tric Trac sur Super Fantasy Brawl mais on compte bien vous en dire beaucoup plus prochainement ! 😀
(D’ailleurs notre article est sorti :p)

HEL, The Last Saga, est un jeu qui mettra en scène un groupe d’aventuriers Vikings qui viennent d’arriver sur des terres loin d’être amicales. Un jeu coopératif ou semi-coopératif selon les modes, où la survie sera votre plus gros souci. A moins que certains membres du groupe n’aient d’autres projets en tête et que vous soyez sur leur chemin… Le jeu sera en financement participatif après l’été, mais PEL sera l’opportunité d’apprécier les figurines et les artworks “en vrai” si vous ne les avez pas vus à Cannes. De notre côté, on retrournera y faire un tour pour se refaire plaisir à contempler la vitrine.

Sur les tables du salon, il y aura Solomon Kane, le jeu de figurines narratif aux centaines de cartes (Le Late Pledge est toujours ouvert), Reichbusters pour dézinguer du nazi boosté au VRIL (Late Pledge toujours accessible également).

Joan of Arc, le jeu aux livraisons à base de 42 kilos de matériel est en train d’arriver petit à petit chez les joueurs, et sera également de la partie. D’ailleurs, des parties commencent à voir le jour sur internet. La version boutique de Joan of Arc arrivera en fin d’année ou en début d’année prochaine, et il est de plus en plus probable qu’une réimpression du Kickstarter soit lancée d’ici la fin de l’année !

Nuts Publishing

Direction le stand n°6 pour y retrouver Nuts Publishing, comme pour beaucoup, le festival est l’occasion de sortir une nouveauté, Palm Island qui se joue entièrement dans sa main ! En utilisant un paquet de seulement 17 cartes, on peut améliorer et transformer son village pour gagner plus de ressources, de capacités et de points de victoire. Une partie dure 8 tours.
Vu qu’on peut jouer partout et tout le temps à Palm Island, une animation spéciale est prévue. Laissez vous tenter, une partie ne dure que 15 minutes ! 

Toute la gamme L’Ombre de Kilforth sera disponible sur le salon, avec la possibilité de se procurer le jeu qui vient d’être livré aux backers. Les illustrations sont complètement folles. On aime beaucoup le travail réalisé dessus. Arrêtez vous pour voir l’extension de l’Expédition Perdue : La Fontaine de Jouvence. Ainsi que leurs projets participatifs : Spacecorp, D-Day Dice. Ainsi qu’en exclusivité leur prochain Kickstarter : Mini Rogue !

MAD

Chez le distributeur fou, on trouve de nombreux éditeurs dont La Chèvre (Demandez lui pourquoi ce nom !) qui présentera Dans Les Cordes. Le jeu est arrivé chez les backers et il se trouve maintenant en boutique. Défiez Léo Blandin et les autres joueurs lors d’un championnat de boxe ! Jeu dédicacé, goodies ou carte à votre nom à gagner ! Ou plongez vous dans la gestion d’un marais salant avec Saline. On rappelle que le beurre doux sert juste à graisser les chaînes de vélo et devrait être interdit à la consommation.

Blue Cocker

On termine ce deuxième tour d’horizon avec l’éditeur au chien bleu. Vous pourrez y trouver des extensions du fameux Roll & Write Welcome : La chasse aux œufs/La guerre atomique et Le camion de glace/Zombies. En plus de vous apporter un nouveau thème, vous trouverez un mode solo pour vous entraîner à faire le plus beau lotissement.

welcomeMais vous y trouverez peut être également le prototype de Welcome Las Vegas, la suite de Welcome !

Si vous n’êtes pas très papier, allez jeter un œil à la version surdimensionnée de Save The Meeple. Sauvez ces pauvres petits êtres de bois des vils humains qui veulent les exploiter dans leurs jeux de société !

Voici pour ce deuxième petit programme de PeL. Une fois encore n’oubliez pas que ce festival n’existerait pas sans les bénévoles qui donnent du temps et de l’énergie pour que vous puissiez passer un super weekend ludique ! Un sourire et un merci ne coûtent rien mais leur redonneront le moral quand ils devront nettoyer le site ! Merci à vous hommes et femmes en orange qui doivent s’activer et stresser à seulement 2 semaines du festival

 

Carcassonne – La big box : 1 jeu, 11 extensions, des heures de plaisir.

Salut les châtelains! Il est de ces jeux cultes que l’on découvre sur le tard, Carcassonne est l’un de ces titres pour nous. Arrivés dans le monde du jeu de société il y a quelques années, nous avons étés happés par le flux constant de sorties et n’avons pas pris le temps de jouer à tous les grands classiques de la chose ludique.

Il est temps de se rattraper et de se frotter à Carcassonne! Et on vise gros car nous allons vous parler de la Big Box Carcassonne, est-ce le meilleur moyen de s’y mettre?

Nombre de joueurs de 2 à 6 bâtisseurs
Age conseillé à partir de 7 ans
Durée d’une partie environ 30 minutes + quelques minutes par extension
Auteur Klaus -Jürgen Wrede
Illustrateur Chris Quilliams et Anne Pätzke
Editeur Zman Games et Edge
Prix 60 €

 

Vieilles pierres?

La big box contient le jeu de base et 11 extensions ! Au niveau matériel, ça se traduit par de nombreuses tuiles carrées, quelques jetons, pas mal de meeples de différentes formes et un plateau de scores.

Fidèle à ses racines allemandes, Carcassonne reste malgré tout sobre en matériel, mais attention,il est de qualité.

Le plus de cette box est son insert thermoformé qui permet d’organiser toutes ces extensions et de les distinguer. Un petit diagramme de proposition de rangement est imprimé au dos du couvercle. A l’utilisation c’est vraiment très pratique pour mettre rapidement en jeu la ou les extensions choisies. Mais ça demande un peu d’organisation et de temps au rangement…

Le thermoformage et son guide de rangement

Chaque extension est repérée sur les tuiles par un petit symbole qui lui est propre. Ils sont assez discrets pour ne pas gêner en jeu, et bien sûr assez visibles pour pouvoir permettre le tri en fin de partie. Tout est rassemblé dans une énorme boîte bleue ciel, il reste même de la place, une fois tout dépunché, pour éventuellement ajouter d’autre matériel. Car, malgré les 11 extensions présentes dans la boîte, il y en a encore quelques unes vendues séparément.

Quelques tuiles d'extensions différentes et leurs symboles

Vous trouverez dans cette big box : Carcassonne et les extensions : la rivière, l’Abbé, Auberges et cathédrales, Marchands et bâtisseurs, Les Ornithoptères, Les Hérauts, Les Bacs, Les Mines d’or, Mage et Sorcière, Les Voleurs et enfin, les Agroglyphes.

Bâtissez mon bon seigneur.

Ce qui fait en partie la force de Carcassonne c’est l’efficacité de son gameplay et sa rapidité d’explication. Les règles du jeu de base tiennent en 4 pages, bien illustrées et agrémentées d’exemples.

Dans Carcassonne vous devrez construire des cités, des routes et des abbayes pour engranger des points en fin de partie. Chaque joueur effectuera ses actions avant que le tour ne passe au suivant. Les tours sont décomposés en trois phases.

la première action est obligatoire, il s’agit de piocher une tuile et de la placer dans l’aire de jeu, en respectant des règles de pose. La continuité des terrains doit être assurée, tout comme les routes. On ne peut pas coller une prairie ou une ville sur une route. On retrouve le principe présent dans Isle of Skye, en un peu plus stricte.

La deuxième action sera de poser un meeple sur sa tuile si vous le décidez. Ceci permet de revendiquer un route, une abbaye ou une ville. et permettant d’engranger des points lorsque l’une ou l’autre sera fermée.

Les villes sont considérées complètes lorsqu’elles sont ceinturées de murailles, les routes lorsqu’elles sont entre deux villages et les abbayes lorsqu’elle sont complètement entourées de tuiles terrain. Cependant, il est impossible pour un joueur de mettre un de ses meeples sur une zone déjà revendiquée par un adversaire. Vous sentez la stratégie arriver? Le placement est capital, en installant vos tuiles ville assez proche de celles revendiquées par un autre joueur, vous pourrez faire communiquer les deux cités en développement et celui qui aura le plus d’influence marquera les points.

Il faudra être assez généreux en Meeples pour contrôler certaines zones, mais les utiliser également à bon escient car une fois vos sept pions utilisés vous ne les récupérerez qu’en fermant une ville ou route. La gestion des meeples est très importante, il faudra trouver le bon rythme pour dépenser ses bonhommes de bois sans pour autant se retrouver à court et donc privé de faire des points lors de bonnes opportunités.

Les extensions peuvent êtres ajoutées au bon vouloir des joueurs, il est même possible de jouer avec les 11 extensions en même temps. Chacune d’elles a environ une page de règles, quelquefois légèrement plus… Il est très facile de se dire “pour cette partie, on ajoute ça?”, les explication du nouveau module prennent 3 minutes et on est prêts à jouer. Certaines sont plus évidentes que d’autres à ajouter pour les premières parties, comme l’abbé. Il a des règles de pose et de scoring très simples à assimiler et ne rallonge pas la durée d’une partie.

Une de mes extensions préférées est la Rivière. extrêmement simple à mettre en place, elle va néanmoins permettre un démarrage différent de la partie. On ne place plus la tuile de départ classique au centre du jeu, elle est même exclue de la partie. A la place, les joueurs vont piocher à tour de rôle dans une nouvelle pile de 12 tuiles qui vont former la rivière. On a une situation de base très étirée et une organisation de partie très différente.

Evidemment en ajoutant des extensions vous augmenterez un peu la durée des parties. Certaines rajoutent des tuiles, d’autres demandent un peu plus de réflexion… Dans tous les cas, le temps ajouté reste très acceptable. La durée de l’extension est d’ailleurs indiqué dans le livret.

La beauté à l’Allemande

On sent avec Carcassonne qu’on est en présence d’un jeu à l’allemande. Mais les visuels accusent bien leurs années. Par contre, une fois de plus il y a quelque chose qui m’a bloqué pendant un moment, c’est la perspective appliquée aux remparts. Ca fait un peu nazi de l’architecture mais ces assemblages de murailles piquant vers l’intérieur m’ont fait très mauvaise impression au début. Avec le temps, la qualité du jeu aidant j’en ai fait abstraction.


Carcassonne fait partie de ces jeux dont le visuel peut sembler peu sexy au premier abord mais qui cache une vraie profondeur et un grand intérêt au niveau du gameplay.

Les meeples sont de couleur vives et avec des formes traditionnelles et facilement identifiables. On retrouve même des petits meeples cochons tout mignons dans l’extension Marchands et Bâtisseurs. Tout est fonctionnel et au service du jeu, on reconnaît l’efficacité des designs à l’allemande.

Conclusion

La Big Box de Carcassonne regroupe le jeu de base et 11 de ses extensions dans une seule et grosse boîte. Ce classique du jeu de pose de tuiles et de placement demandera stratégie optimisation pour en sortir vainqueur. Parfait pour initier les joueurs au jeu moderne, facile à expliquer et à comprendre, les parties s’enchaînent facilement et surtout avec plaisir.

Construisez des routes, des cités fortifiées mais exploitez également des mines d’or et déplacez vous en ornithoptères… Chaque extension apporte sa petite mécanique qui vient enrichir un gameplay simple mais extrêmement efficace.

A notre sens, cette big box est le meilleur moyen de se lancer dans Carcassonne et ce pour plusieurs raisons. Déjà, c’est un excellent jeu et bien que riche de base, les extensions viennent apporter une rejouabilité conséquente au titre. De plus, financièrement parlant c’est très avantageux. Le jeu de base est vendu autour d’une trentaine d’euros (avec les extensions Rivières et Abbé déjà incluses), donc pour environ 25 euros de plus vous lui rajoutez directement 9 autres extensions. Certaines sont vendues 15 euros… Le calcul est vite fait.

La Récap de la Rédac

Nombre de joueurs de 2 à 6 bâtisseurs
Durée d’une partie environ 30 minutes + quelques minutes par extension
Editeur Zman Games et Edge
Prix 60 €

Un premier avant goût de Paris est Ludique !

PEL

Salut les Festivaliers ! L’année dernière nous vous avions parlé du festival parisien : Paris Est Ludique et nous en avions fait un débrief à la suite.

Cette année on change un peu les choses ! On a été demander en amont à quelques éditeurs ce qu’ils avaient de prévu pour PeL pour nous mettre l’eau à la bouche ! On commence à préparer notre itinéraire ludique, et voici ce qui a retenu notre attention.

Voici ce que nous ont répondu les différents éditeurs :

BLAM !

Le festival sera l’occasion de poursuivre la diffusion de Chakra et Space Explorers, le premier étant tombé rapidement en rupture, son retour devrait satisfaire les joueurs n’ayant pu trouver leur exemplaire.
Il sera également possible d’y faire dédicacer son jeu par l’illustratrice, Claire Conan.

Mais c’est aussi la sortie de Montmartre ! Le jeu de majorité basé autour des peintres de notre capitale sera en là en avant première. Nous vous en avions rapidement parlé lors de notre débrief de Cannes.
Des exemplaires seront en vente en avant première et en dédicace par l’auteur Florian Sirieix (Imaginarium) et l’illustratrice Jeanne Landart. Attention toutefois, les stocks sont limités, un site de précommande pour réserver votre exemplaire vous assurera d’avoir le vôtre

Repos Production

PeL c’est souvent synonyme de grosse chaleur, on passera se mettre à l’abris sous les sombreros de Repos Production, et on vous conseille d’en faire autant !

Il y aura une zone proto avec Last Bastion, anciennement appelé Last Hope, qui devrait sortir pour Essen ! Coopération et planification seront les maîtres mots de la partie. 😀

Le jeu d’Antoine Bauza est sublimé par les illustrations de Piero et Nastya Lehn.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On sent que les illustrateurs ont des influences Seigneur des Anneaux, Vikings, Zelda ! 😀

Vous avez loupé les hommes en costume doré à Cannes ? Pas d’inquiétude, les Golden Boys seront de retour pour vous faire jouer à Just One !

Jouez avec les mots avec le nominé au Spiel Des Jahres. (Nous on mise tout sur lui !) Fous rires garantis (les tenues des Golden Boys ne sont pas prévues en extension par contre…)

Matagot

Petit saut chez l’éditeur au chat noir pour apercevoir ce qui se trouvera sur les tables :

Leur nouveau jeu de Roll & Write Dungeon Academy sera en exclusivité au festival ! L’occasion de partir affronter des monstres et récolter des trésors pour essayer de récupérer son diplôme d’aventurier ! En vente en exclusivité 2 mois avant sa sortie dans le commerce, il y aura même la possibilité d’échanger avec l’auteur Julian Allain.

Bien sûr qu’il y aura aussi les autres jeux de leur catalogue. N’hésitez pas à faire un détour vers les tables de L’île au trésor. On me susurre à l’oreille qu’une chasse au trésor pourrait être organisée…
Captain SONAR serait lui aussi mis à l’honneur avec un tournoi lui étant dédié, pour prouver que l’on est le meilleur équipage de sous marin !

IELLO

Partons pour le stand n°33 avec IELLO, chez eux, 2 ambiances ! La première dédiée au enfants avec les jeux de la marque LOKI avec au programme des nouveautés ainsi que des titres à venir : Monsieur Carrousel, Zoo Run et Little Battle.

Alors que de l’autre côté, c’est la gestion qui sera de mise avec Little Town et Ishtar. Le premier proposera de construire au mieux une ville placée sur un plateau commun et de profiter des constructions des autres joueurs pour marquer un maximum de points. Placement d’ouvriers et de tuiles seront de la partie.

Plateau recto/verso, bâtiments disponibles et objectifs personnels garantiront une grande rejouabilité.

Le second est plus énigmatique. Tout ce que l’on sait c’est qu’il est en relation avec la déesse Ishtar et la légende de la création de Babylone où, un humble jardinier tellement attristé de ne pouvoir faire pousser un jardin dans le désert attendrit la déesse qui lui offrir une source miraculeuse avec laquelle il créa les légendaires jardins de Babylone. Intrigués ? Nous aussi ! Surtout quand on sait que Bruno Cathala et Evan Singh sont aux commandes !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dernière nouveauté : Ninja Academy apparaîtra avec un nuage de fumée dans la gamme Mini Games !

Gigamic

Beaucoup de jeux sur le stand Gigamic : 

Des anciens jeux :

  • Gagne ton Papa
  • Trésors des lutins
  • Bazar bizarre Junior
  • Wazabi
  • Klask
  • Kontour

Mais surtout des nouveautés !

  • Roulapik
  • Le Roi Sommeil
  • Catham City
  • Mission Calaveras
  • Compagnons
  • 6 qui surprend
  • Galèrapagos et son Extension
  • Detrak
  • Yogi Guru
  • Squadro géant

Compagnons vient de sortir, on vous dirige vers cette petite vidéo de présentation qui vous dira tout ce qu’il y a à savoir en quelques minutes

L’éditeur est bien connu pour ses jeux en bois au rythme effréné. Que diriez-vous de mesurez vos talents aux autres joueurs ? Direction la partie Tournoi de PeL pour des parties de Quarto ou de Kontour !
Toujours sur le stand de Gigamic vous pourrez vous affronter dans un tournoi de Klask ! Le jeu a des compétitions officielles et même un championnat du monde !

Origames

Impossible de louper l’énorme stand n°75 d’Origames pour voir leurs nouveautés :

Le Grand Jeu (c’est son nom ! :D) : On y incarne un membre de la haute société qui souhaite impressionner ses pairs par son raffinement et son sens de la démesure. Il faudra certes dépenser des sommes folles pour y parvenir, mais le plus grand péché serait de devenir pauvre !

La troisième extension de Clank! L’Or et la Soie : Remettez en jeu votre titre du plus grand voleur de donjon, mais cette fois dans une mine d’or (presque) désaffectée puis dans le château d’une royale arachnide. Par quels trésors se laisser tenter en premier ?

Sakura, le jardin de l’empereur : Le printemps est arrivé, les cerisiers sont en fleur, et l’empereur s’apprête à faire sa promenade annuelle. Comme chaque année, en votre qualité de peintre de la cour, vous essayerez de saisir l’image parfaite de ce moment. Mais cette année sera, votre, année !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On pourra aussi s’essayer à d’autres jeux de l’éditeur : Le Renard des Bois, Mission Pas Possible, tous les Clank!, Gunkimono, Passages Secrets, Arboretum, Pandaï, Reykholt, L’Auberge des Pirates.
Mais également des jeux en co-édition avec La Boite de Jeu : It’s a Wonderful World, Clash of Rage et Cerbère. Il y en a quelques uns que l’on n’a pas encore essayé, on compte bien remédier à cela pendant le festival.

Dans l’espace dédié aux jeux géants on retrouvera Pandaï et Archimage.

Et pour les plus compétitifs d’entre vous, allez admirer la finale du championnat de France de Clank! édition 2019 ! Qui sera le meilleur voleur de l’année ?

Lucky Duck Games

La nouveauté chez Lucky Duck Games est la localisation en français de The Grimm Forest ! Un jeu de programmation mais aussi de bluff ! On y incarne les neveux des petits cochons et on devra construire 3 maisons pour remporter la partie.

Pour récupérer les ressources nécessaires, il faudra programmer où aller les chercher. Forêt, carrière de briques, champs de blé ou marché.

Tout va bien si chacun va de son côté. Sinon, il faudra partager les ressources ! Heureusement les “amis” de la forêt seront là pour nous aider et surtout mettre des bâtons dans les roues des autres joueurs ! Envoyez le Loup, le Chaperon Rouge, le Géant, le Chat Botté et beaucoup d’autres saboter les plans de vos concurrents !

L’un des gros atouts de La Forêt de Grimm est son matériel qui a l’air somptueux. Entre les figurines et les maisons en 3D, on va se régaler. On a hâte de le découvrir !

Prenez le temps de regarder la vidéo de déballage pour vous rendre compte par vous même ! Si vous êtes convaincu, une précommande est possible avec 6 cartes promo offertes. Si vous ne l’êtes pas, passez faire un tour sur le stand des Palmidés pour vous faire une idée 😀

Plus d’éditeurs et de programme bientôt !

L’article étant déjà assez long, on vous réserve d’autres annonces dans un deuxième article ! :p

Et pour s’y retrouver

Un petit plan général du festival pour vous aider à repérer tout ce petit monde et commencer à préparer votre weekend !

Et surtout n’oubliez pas que Paris est Ludique c’est surtout et avant tout des bénévoles qui se donnent à fond pour que tout les visiteurs passent un super weekend ludique dans un cadre très agréable et toujours dans la bonne humeur.

Pensez à remercier les hommes et femmes en orange pour leurs efforts et leurs sourires, ils le méritent !

Agricola – Retour à la Terre

Salut les p’tits laboureurs ! Il est des jeux qui ont un nom marqué le monde ludique et celui là est un monument ! Si comme Manu Larcenet vous en avez marre des villes et du rythme effréné qu’on vous y impose, aller hop ! Retour à la terre ! Prenez vos bottes et relevez vos manches, on vous parle d’Agricola !

 

Nombre de joueurs 1 à 5 paysans
Age conseillé à partir de 12 ans
Durée d’une partie environ 90 minutes
Auteur Uwe Rosemberg
Illustrateurs Klemens Franz
Editeur Funforge
Prix 45  €

La petite maison dans les champs

Agricola propose un but simple : faire un maximum de points en ayant la ferme la plus prestigieuse. Entendez par là, la plus grande, la plus prospère. Pour remporter la médaille d’Agriculteur de l’année, il faudra gérer au mieux vos cultures, élevages mais aussi votre ferme.

Gestion à l’Allemande

Le maître mot d’Agricola c’est “gestion”. On est sur du pur jeu à l’allemande avec des presque cube en bois, là dessus ils ont fait un effort ! On est sur un jeu signé Uwe Rosenberg, ça donne tout de suite le ton.

Mais vous nous connaissez, on est plus Eurotrash que Kubenbois sur Pixel Adventurers. Quand on nous a parlé d’Agricola les premières fois c’était “Whoula, y’a pas de figurines ? Des dés ? Non ? Des illustrations qui caressent la rétine ? Non ? Bon baaaaah… Tiens c’est quoi cette boîte à côté qui est toute brillante, parle m’en plutôt ! Oui oui on jouera à Agricola après…”

Joues avec nous ! On est sympa !

On nous ventait les mérites d’Agricola depuis longtemps mais repoussés par un visuel pas forcément avenant et surtout la promesse d’un “jeu de gestion complet et pour joueurs experts”, on était toujours passé à côté. Grosse grosse grooooosse erreur de notre part.

On tempère quand même, Agricola est un pur jeu de placement d’ouvriers, si vous n’aimez pas le genre, n’espérez pas trouvez une révélation avec ce titre. Panzerodin est “un peu” réfractaire au genre et malgré mon enthousiasme, il n’a pas du tout été convaincu.

Le labourage c’est cool

On vous le dit tout  de suite, on a passé un excellent moment avec Agricola et je suis le premier surpris de le dire. Ce jeu est malin, riche et avec un thème qui permet une compréhension des mécaniques. Et ça c’est assez rare pour être souligné. Tout a du sens dans Agricola !

Les ressources et les actions ne pourraient être que des cubes en bois de couleur mais non, tout est lié, imbriqué et judicieusement agencé pour qu’une fois lancé dans la partie, on comprenne parfaitement pourquoi on doit payer tant de ressources ou pourquoi on en gagne tant. Malin, vraiment !

Hey Oh Hey Oh on va au boulot…

Dans Agricola, vous incarnez une famille d’agriculteur du 17ème siècle qui veut faire prospérer sa ferme.
Pour la faire prospérer, il faut réaliser des actions. Pour les réaliser, il faudra placer vos agriculteurs sur des cases du plateau commun.

Les action sont variées, récolte de ressources, devenir premier joueur (très important!), avoir des bêtes (moutons, bœufs, cochons), labourer, planter, récolter, agrandir votre ferme ou votre famille, etc.

Toute la vie d’une ferme se dévoile petit à petit. Si les actions sont limitées en début de jeu, à chaque tour, une nouvelle action va être rajoutée pour multiplier vos possibilités.

Comme dans beaucoup de jeux de pose d’ouvriers, en vous plaçant sur une action, vous l’entravez pour les autres joueurs. Le placement est primordial et au cœur même du jeu.

Prospérez et multipliez

Votre nombre d’actions par tour est dépendant de votre nombre d’agriculteurs. L’agrandissement de la famille sera un objectif à atteindre rapidement ! Mais pour l’agrandir, il faudra avoir la place pour accueillir plus de monde.
Il faudra donc développer la ferme et surtout récolter les ressources nécessaires à l’édification d’une nouvelle pièce. Sans oublier de prévoir de quoi nourrir votre famille et le nouvel arrivant.

Par ce court exemple, vous comprenez que pour arriver à son but, il faut prévoir à l’avance beaucoup de paramètres. On ne décide pas du jour au lendemain d’avoir un personnage de plus dans sa ferme, ça se prévoit, ça s’anticipe. Et ça se complique quand on se fait piquer les actions dont on avait besoin pour les réaliser !

Si vous ne jouez pas en pensant 2 à 3 tours à l’avance dans Agricola, vous êtes bons pour la famine et devoir mendier votre pain à vos adversaires. Jetant la honte et le parjure sur votre famille ! (En fait vous perdrez 3 points mais ça revient au même !)

Au fil des 14 tours, autant d’actions vont se rajouter et multiplier le champ des possibles. Il faudra être prévoyant et anticiper suffisamment à l’avance si vous voulez réussir à prospérer. 14 tours ça va très vite !

Mais aussi se spécialiser

Chaque joueur en début de partie recevra 7 cartes d’aménagements mineurs ainsi que 7 cartes Savoir Faire. Ces 14 cartes seront les seules que vous aurez et vous permettront d’organiser votre stratégie. Attention tout de même ! Pour construire ces Aménagements ou poser ces Savoir Faire, il faudra activer l’action correspondante. Vous privant donc d’une autre action qui pourrait avoir son importance.

Ne prenez pas à la légère les Aménagements Mineurs et les Savoir Faire mais surtout ne pensez pas que tous les construire vous assura la victoire. Soyez malins et adaptez vous à votre main sans en devenir l’esclave !

Matériel et illustrations

Agricola a eu une refonte graphique en 2016 à l’occasion de ses 10 ans. C’est cette version que l’on vous présente dans cet article.

Non seulement le style allemand des dessins est un peu moins austère mais les pions de ressources ont été remplacés par des pions à la forme des ressources. C’est plus joli mais aussi plus intuitif. On identifie tout de suite ce que l’on cherche.

Petit easter egg caché dans Agricola, si vous observez les tuiles des maisons, vous y verrez des jeux de l’auteur sur la table. On peut y apercevoir Bohnanza, Patchwork mais aussi Agricola !

Variantes et rejouabilité

L’une de mes surprise en ouvrant les livrets, car il y en a 2, c’est les nombreuses possibilités de personnaliser une partie pour qu’elle corresponde à vos attentes ou au public.

Passant de la version simplifiée sans les cartes d’Aménagement Mineurs ou les Savoir Faire à des modes plus complexe avec des modules supplémentaires (Marché de ressources, d’animaux, activités secondaires) qui rajoutent des nouvelles possibilités d’action. Ou tout simplement un modo solo qui peut déboucher sur un mode campagne. Agicola est riche, très riche en contenu !

Les modes de 1 à 4 joueurs ont des faces différentes pour s’adapter au nombre de joueur. On n’est pas obligé de tous sauter sur le bois pour faire nos bâtiments !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Extensions

Si jamais vous n’êtes pas repu avec le contenu présent dans la boîte, Artifex, une extension avec 120 cartes est disponible. 60 nouveaux Savoir Faire et 60 Aménagements mineurs pour enrichir et surtout varier encore plus vos parties d’Agricola.

Alors pour info Artifex veut dire :

  1. Artisan, celui qui pratique un métier avec art, artiste.
  2. Maître dans un art, spécialiste.
  3. Auteur, créateur de quelque chose.

Merci Wikipedia !

Au final ?

Agricola est un jeu de pose d’ouvriers qui est un monument du monde ludique. Jeu purement allemand avec ses forces et ses faiblesses. Si vous aimez la programmation et l’anticipation vous serez aux anges avec Agricola. Par contre si vous être réfractaire aux jeux à l’allemande, vous risquez de vous ennuyer pendant une partie.

A ceux qui veulent tenter l’aventure agraire, Agricola vous transporte dans la gestion d’une ferme au XVII ème siècle. Vous devrez faire prospérer votre exploitation en labourant, cultivant, construisant et élevant tout ce qui est possible pour gagner les points qui vous mèneront à la gloire ! (Relative quand même, vous êtes tout de même des pécores du  XVII ème, votre plus grande fierté est de survivre !)

Il faudra anticiper et prévoir dans Agricola. Chaque action se prévoit à l’avance et s’anticipe. Il ne suffit pas dire dire “Demain je fais de l’élevage de moutons” pour devenir le maître du marché ovin. Si vous ne voulez pas vous retrouver bon dernier et encore pire, faire l’aumône pour manger, il va falloir réfléchir vos actions plusieurs tours à l’avance. Le jeu étant relativement court, 14 tours, il ne faudra pas trop se disperser si vous voulez arriver à vos fins.

Des dizaines de cartes vous assurerons des parties uniques à chaque fois ! Si vous aimez les jeux à l’allemande, laissez-vous tenter par la vie à la campagne d’Agricola, vous aurez entre les mains, l’un des meilleure représentant du genre.

Récap de la Rédac

Nombre de joueurs 1 à 5 paysans
Age conseillé à partir de 12 ans
Editeur Funforge
Prix 45  €

Les plus populaires

Peepoodo & The Super Fuck Friends

Salut les pervers, tout d'abord on va mettre les choses au clair, cet article n'est PAS DU TOUT pour les enfants ! Merci de...