Salut les zoophiles passionnés d’animaux ! Notre chronique du jour porte sur New York Zoo d’Uwe Rosenberg, paru récemment au catalogue de Super Meeple. Une fois de plus, comme l’indique le petit Meeple masqué sur la boîte, il ne s’agit pas d’une réédition à laquelle l’éditeur aurait apporté sa patte, mais d’une localisation. Super Meeple poursuit son partenariat avec Feuerland, avec qui on les a déjà vu collaborer sur Fuji notamment ou Terra Mystica (une de leurs grosses annonces récentes), pour proposer ce nouveau jeu au thème très sympathique.

Avec Younz nous sommes arrivés dans le jeu de société “moderne” il y a environ 5 ans alors que l’on s’est procuré Star Wars Assaut sur l’Empire. Dans le paysage ludique, certains noms d’auteurs reviennent souvent et c’est le cas notamment d’Uwe Rosenberg. Alors si à nos débuts on était plus attirés par les jeux de figurines à scénario, on s’est aperçus que les autres genres procurent des sensations ludiques tout aussi intenses. Ainsi,  des œuvres d’auteurs comme Uwe Rosenberg que l’on laissait à tort de côté ont peu à peu trouvé le chemin de nos tables de jeu. Après s’être familiarisé à son univers et ses mécaniques avec Patchwork, Nova Luna ou encore Agricola, on a remis le couvert avec New York Zoo.

Let’s build !

Le principe du jeu est très simple, tout comme dans Barenpark, il faut aménager son parc zoologique avec des enclos à animaux et par la suite des attractions. Le premier à remplir entièrement sa grille est déclaré vainqueur. 

 

 

 

Ainsi, pour la mise en place, chaque joueur reçoit un plateau personnel et les deux meeples animaux de l’espèce représentée dessus. Selon le nombre de joueurs, la zone à compléter est plus ou moins étendue. Au centre de la table, on place le plateau commun autour duquel on dispose (selon un ordre précis en fonction de leur taille) les tuiles enclos, et le pion Éléphant dessus, qui servira à tous les joueurs de marqueur de déplacement. Les tuiles attractions qui servent un peu plus tard sont laissées à proximité de l’aire de jeu.

Dans New York Zoo, tous les joueurs vont déplacer le même pion éléphant de 1 à 4 cases sur le plateau central. On retrouve un peu la mécanique de Nova Luna, avec un nombre de cases de déplacement laissé à l’appréciation des joueurs. Les emplacements avec des tuiles et les ronds bleus avec des animaux sont considérés comme des cases de déplacements. Quand un joueur choisit de s’arrêter sur une d’elles, il prend la tuile du dessus de la pile ou prend de la réserve les meeples animaux indiqués. Ils sont alors placés directement dans le zoo. Pas de règle de placement pour les tuiles, elles peuvent être disposées dans n’importe quel sens et ne doivent pas forcément être adjacentes à une autre, on est l’architecte de son parc. Pas de soucis non plus pour placer les suricates à côté des renards, tout ce petit monde cohabite à merveille.

En ce qui concerne les animaux acquis de cette manière, ils doivent être placés dans un de vos enclos, ou une habitation (cases violettes à gauche du plateau personnel). Si on a dit qu’ils cohabitent bien dans des enclos voisins, il n’est pas possible de mélanger les espèces au sein d’un même enclos. Les meeples animaux doivent donc être placés avec leurs congénères.

Des règles de placement s’appliquent pour les animaux, pas 2 en même temps dans le même enclos, possibilité d’en déplacer dans les cabanes de réserves, de déplacer des animaux d’un enclos vers un vide, etc… 

Le miracle de la vie

Au cours des déplacements, les joueurs dépasseront des “balises” spéciales (mais qui ne comptent pas comme une case lors du déplacement), qui déclencheront des naissances dans les enclos possédant au moins deux individus des espèces concernées.
A ce moment-là, les joueurs qui remplissent ces critères ajoutent un meeple animal de la même espèce dans l’enclos.
Mais ce n’est pas tout ! Pour les parties à 2 et 3 joueurs il existe la règle des naissances bonus. Comme si voir les animaux faire des petits inspirait leurs voisins, on ajoute pour chaque naissance, une naissance dans un enclos voisin.

Toutes ces règles n’ont qu’un seul but : vous donner la possibilité de créer des chaînages de naissances dans vos différents enclos pour que les animaux se reproduisent le plus possible. Le choix du nombre de déplacements n’est plus innocent après avoir intégré  ces règles. On ne va pas chercher que la pièce intéressante pour son zoo. Le calcul s’enrichit des possibilités que l’on offre aux adversaires et des bénéfices que l’on en tirera en effectuant tel ou tel choix. 

Un zoo bien équipé

On a parlé de tuiles attractions en début d’article sans plus les mentionner par la suite. Et pour cause, leur action n’intervient qu’après le remplissage complet d’un enclos. Dès qu’un enclos est plein de bestioles toutes mignonnes, vous le videz, tout en gardant un animal si vous en avez envie, et vous prenez une attraction à ajouter à votre zoo.

Les attractions sont de plusieurs formes et tailles, comme les enclos. Si les premières prises sont souvent les plus grosses pour occuper un maximum d’espace, on se retrouve rapidement à prendre les petits stands de nourriture pour combler les espaces entre les enclos. Les tuiles sont limitées, il va falloir être un minimum visionnaire pour emboîter toutes les formes du mieux possible, et optimiser l’occupation du sol de son zoo. Comme on l’a dit plus tôt, la fin de partie est déclenchée dès qu’un joueur remplit complètement son plateau personnel.

Du matos digne de Super Meeple

On commence à être habitué à des jeux de haut vol chez Super Meeple, New York Zoo ne fait pas exception, si vous aimez les petits meeple en bois, vous allez être ravis ! 

Flamants roses, suricates, pingouins, kangourous, renards et éléphants, toutes ces espèces ont leurs figurines en bois et en nombre ! C’est très agréable à manipuler et on a une vraie impression d’agrandissement de nos pensionnaires lors des naissances grâce à tous les meeples. Les silhouettes sont bien découpées et rapidement identifiables grâce aux couleurs. 

Tout cela reste parfaitement jouable et ne crée pas d’effet domino au moindre faux mouvement. Vu ma maladresse, c’est à noter comme excellent point ! Les zoos acquièrent un peu de relief, de couleurs, ils sont très agréables en jeu et parfaitement lisibles. 

On ferme les portes du Zoo, la visite est terminée

New York Zoo est le nouveau titre de Uwe Rosenberg. Au menu : Placement de tuiles et avancée d’un pion commun sur une piste toute aussi partagée par les autres joueurs  Si les noms de Patchwork ou Nova Luna vous parlent, vous êtes en terrain conquis.
L’auteur est pile dans ce qu’il sait faire, avec New York Zoo il continue de peaufiner les mécaniques qui lui sont chères et le fait toujours avec talent.
Dans ce nouveau titre, vous devrez remplir votre zoo, non seulement d’enclos et d’attractions qu’il faudra encastrer du mieux possible mais aussi d’animaux ! Vous allez devoir gérer la reproduction de diverses espèces au sein de votre zoo pour le faire prospérer. 

Cette nouvelle mécanique qui vient exploiter les tuiles que vous aurez précédemment placées est vraiment agréable et permet des combos assez jubilatoires. 

Le tout est servi par un matériel magnifique comme sait le faire Super Meeple et vous permettra de mettre la main sur des meeples flamants roses ou suricates ! 

Un bon jeu qui parlera à tous les fans de Patchwork tout en leur apportant un petit plus appréciable, qui vient renouveler l’expérience. 

La Récap de la Rédac

Nombre de joueurs de 1 à 5 joueurs
Age conseillé à partir de 10 ans
Durée d’une partie Environ 45 minutes
Auteur Uwe Rosenberg
Conception graphique Felix Wermke
Éditeur Super Meeple
Prix : Environ 30€ Philibert Playin
Parkage Ludum

 

Les liens présents dans le tableau récap sont affiliés chez Philibert.netPlayinLudum et Parkage. En passant par eux pour vos achats, vous pourrez soutenir le site, en nous permettant d’acheter de nouveaux jeux. Merci à ceux qui le feront !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.