AccueilMédiaLivresJeff Grimal - L'artbook indispensable

Jeff Grimal – L’artbook indispensable

-

Salut les esthètes ! Il y a quelque temps, Thomas rédigeait une news sur la sortie prochaine d’un ouvrage compilant les œuvres de Jeff Grimal, un artiste bordelais complet qui crée des œuvres musicales mais également visuelles avec notamment la peinture. Il y a peu, je n’étais familier de l’univers de l’artiste qu’au travers de quelques pochettes d’album croisées ci et là chez des amis, notamment celles de The Great Old Ones parmi les vinyles de Thomas.

Lors de notre passage au Muscadeath 2022, dans la partie consacrée au merch, nous nous sommes arrêtés sur le stand des Editions des Flammes Noires. Il était possible de feuilleter entre autres, L’artbook de Jeff Grimal, ce qui m’a convaincu de repartir avec un exemplaire.
Nous avons aussi échangé avec Emilien Nohaïc, gérant des Editions des Flammes Noires, et Saad Jones, auteur de romans également au catalogue de l’éditeur breton. Je ne vais pas m’étendre plus que cela sur les Éditions des Flammes Noires pour le moment, il est fort possible que l’on vous prépare un article dédié à l’éditeur très prochainement.

Le Grimmoire

Pour revenir à l’ouvrage en question, il arbore de belles dimensions : 24×32 cm et 184 pages. Il est disponible en deux versions : une standard avec couverture souple et une édition collector dotée d’une couverture rigide alternative et accompagnée d’une série de 7 prints ainsi qu’une sérigraphie A4 de la série TAROT créée par Jeff Grimal et réalisée par Ëmgalaï Grafik. Cette série possède d’ailleurs un chapitre dédié dans l’artbook pour pouvoir pleinement en profiter.

Ayant pu voir l’ouvrage et les différents “goodies” lors du Muscadeath, je me suis orienté vers la version collector. Pour aborder la question du prix, la version standard est proposée à 35€ contre 60€ pour l’édition plus luxueuse et enrichie des prints. Le contenu de l’ouvrage reste strictement le même, il n’y a que la reliure (et les prints) qui diffèrent.
Au niveau de la qualité, les ouvrages présentent une belle finition. Le papier est assez épais, la qualité des photos de l’artbook est impressionnante, la couverture rigide est bien épaisse… Il ne reste qu’à voir comment les ouvrages se comportent dans le temps, mais je ne suis pas inquiet sur ce point. L’artbook à déjà accusé plusieurs lectures et n’a pas bougé d’un poil. 

Du texte pertinent

Les œuvres de Jeff Grimal sont accompagnées dans cet ouvrage de textes rédigés par Raphaël Verguin. Sans rentrer dans l’analyse toile par toile, le musicien officiant dans Rïcïnn, Psygnosis, Spectrale présente l’état d’esprit général traversant les séries d’œuvres de Jeff Grimal. Les textes sont assez efficaces et donnent de bonnes clés de compréhension pour tenter d’interpréter les œuvres de Jeff Grimal.

Pour continuer sur la partie textuelle du livre, il faut mentionner qu’il est préfacé par Gérald Minali, manager au sein du label français de Black Metal Les Acteurs de l’Ombre (LADLO). The Great Old Ones, groupe dans lequel à joué Jeff Grimal en tant que guitariste, est édité par LADLO, les deux hommes se connaissent donc et la préface n’en est que plus pertinente. 

En ôtant le préface et la dernière partie plus textuelle, le livre est découpé en 9 parties chacune consacrée à une série d’œuvres.

Des œuvres évocatrices

En tant qu’artiste, Jeff Grimal a créé plusieurs séries de peintures dont Cidatel qui ouvre l’ouvrage. On navigue ensuite entre des œuvres beaucoup plus figuratives ou abstraites selon que l’on s’attarde sur les séries Nature ou Abstrait justement. Les photos de l’artbook sont de très belle qualité et rendent hommage aux œuvres de l’artiste. Les peintures de Jeff Grimal, ont beaucoup de relief, avec de gros amas de matière et on parvient à les voir même en photos.
Si vous n’êtes pas familier de l’art de M Grimal et que ça ne vous paraît pas très clair, vous pouvez visionner cette vidéo sur la création de Citadel 17 pour avoir un aperçu du processus de création d’une toile et du rendu final avec le relief qu’elles peuvent avoir.

Cela dit, l’artiste explore diverses techniques et propose notamment une série en noir et blanc, utilisant tantôt les traits , les pointillés ou les grands aplats noir et blancs. Personnellement j’aime beaucoup cette série très figurative qui contient les œuvres Le chant du Kraken et Le Roi Céleste. L’esthétique globale est très proche de celle du tatouage et propose un jeu de contraste très intéressant. On peut voir au travers de toutes ces séries que l’artiste maîtrise

Mon affect pour l’oeuvre de Lovecraft a été une fois de plus comblé en découvrant le chapitre consacré au Maître du fantastique. Entités tentaculaire, citées cyclopéennes sont à l’honneur avec la série éponyme.
Certaines de ces œuvres ont été utilisées pour les pochettes d’albums de The Great Old Ones et sont particulièrement puissantes et évocatrices. Une de mes préférées est celle de Tekeli-li, de laquelle transpire toute la rudesse de l’environnement « accueillant » le récit des Montagnes Hallucinées.

Certaines de ces œuvres ont quelque chose de Turner ou de Beksinski, deux autres artistes dont j’apprécie énormément les œuvres. 

La fin de l’ouvrage est un peu plus fournie en textes. Toutes les illustrations utilisées comme pochettes d’albums sont rassemblées et commentées par les groupes en question. C’est l’occasion de découvrir le point de vue de Gorod, 20 seconds Falling Man, ou le ressenti personnel de Jeff Grimal  pour les visuels que l’artiste a produit pour les différents albums. Encore une fois l’ouvrage ne déborde pas de texte, les paragraphes ou la page consacrée aux pochettes de chaque album va à l’essentiel. 

L’ouvrage s’achève par une entrevue très instructive avec l’artiste, dans laquelle il revient sur ses émotions lorsqu’il exerce son art, son état d’esprit et sa vision du monde. Découvrir en quelques mots l’homme derrière les pinceaux donne quelques clés de compréhension, ou du moins quelques éléments d’interprétation. 

Comment se procurer l’artbook?

Si vous avez l’occasion de passer en festival Metal, vous croiserez probablement les Editions Flammes Noires au Merch. En suivant leurs différents comptes de réseaux sociaux, on voit qu’ils sillonnent la France pour partager leur passion aux festivaliers. Ils étaient d’ailleurs présents au Motocultor de cette année, mais notre planning chargé ne nous avait laissé que peu de temps pour se balader au merch et nous avions fait, à tort, l’impasse sur une visite de leur stand. Pour se procurer leurs ouvrages, il y a donc la solution en ligne en passant par leur boutique mais aussi sur les festivals, avec parfois des prix un peu plus avantageux que sur le store en ligne. Par exemple, le livre Non Serviam – L’histoire officielle de Rotting Christ est proposé en festivals au prix de 20€ contre 23€ sur le site (auquel il faut ajouter des frais de port pour une commande inférieure à 80€). 

Conclusion

L’artbook de Jeff Grimal est un beau livre, dans tous les sens du terme : le contenu est merveilleux et l’édition de qualité. Il a fait l’unanimité au sein de l’équipe. On le recommande évidemment aux fans de Metal, mais également aux amateurs de fantastique et d’univers sombres. Les passionnés de musiques (et d’arts) sombres en général devraient y trouver leur compte et 

1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

LES PLUS POPULAIRES

PS Vita – Solutions aux problèmes les plus connus

29
Vous avez une PS Vita, elle vous accompagne dans les transports ou c’est votre valeureux sujet lors que vous présidez sur votre royaume de...
Philibert