Salut les Aventuriers ! Je vous parle aujourd’hui de l’Ile Infernale et c’est un moment un peu spécial pour moi car c’est un jeu sur lequel j’ai énormément louché étant gamin, et que je n’ai pas eu l’occasion d’essayer à l’époque. Originellement sorti à la fin des années 80 chez MB, L’Ile Infernale de JR HoneycuttChuck KennedyRob DaviauJustin D. Jacobson et Bruce Lund revient en cette année 2019 porté par Restoration Games et Edge, distribué par Asmodee

Voyage dans le passé

Les trentenaires voient certainement de quoi il s’agit. Pour les plus jeunes, L’Ile Infernale est un jeu de plateau en 3D dans lequel il faut être l’aventurier le plus habile et malin pour s’emparer du plus de trésors possible et s’échapper de l’île. Le plus précieux de tous étant le coeur de Vul-Kar, mais attention à son courroux ! 

Pour les nostalgiques et les curieux, voici la pub de l’époque :

Gardez les images en tête pour voir l’évolution qu’a subi le jeu pour son retour en 2019. Issu d’une campagne Kickstarter ayant rassemblé plus de 23 000 backers l’Ile Infernale revient sur nos tables !

A la découverte de l’île

Le format de la boîte et le matériel sont assez impressionnants. Plus grande que celle de Twilight Imperium IV, elle renferme un matériel de belle taille et de bonne qualité. Le plateau de jeu est en trois parties, en plastique thermoformé. Il sera à assembler à chaque début de partie, une fois fait, le résultat est bluffant. la taille est conséquente, mais c’est surtout le relief qui fait de l’effet. Je retrouve mes 6-8 ans et laisse la magie parler. Pour cacher le vide sous le plateau de la vue par les cotés, deux éléments en punch sont à placer sur les flancs du plateau et embellissent le tout.

Le petit hélicoptère en punch à assembler est clairement du gadget, mais apporte à l’immersion et c’est agréable à regarder. Les billes représentant les boules de lave sont de bonne facture, tout comme les jetons trésor en punch et les différentes cartes. 

Les personnages incarnés par les joueurs sont symbolisés par de petites figurines colorées à petite échelle, mais identifiable facilement en jeu.

Les arbres et les ponts/échelle en plastique sont faciles à assembler et apportent encore plus de verticalité et d’immersion au plateau, on aime beaucoup. Tout comme la gueule de Vul-Kar qui est impressionnante et trône fièrement au centre de l’île. 

L’aventure commence

Le but du jeu est très simple, il faut s’emparer d’un maximum de trésors et parvenir à s’échapper de l’Ile Infernale en empruntant l’hélicoptère.

La partie est découpée en tours que chaque joueur effectue à tour de rôle. Les actions sont très simples, on redresse son personnage s’il était tombé durant un tour précédent, on joue une carte Action, on en pioche une nouvelle et on remet l’île à zéro (on replace les billes et les ponts/échelle s’ils ont bougé).

Les cartes actions, au cœur du jeu comportent plusieurs informations essentielles. Premièrement, le nombre de cases que vous devrez parcourir durant votre tour. C’est un impératif, si la carte indique un déplacement de 8 cases, il faudra s’y tenir. Pendant les déplacements, vous pourrez récolter des trésors voire même le Cœur de Vul-Kar. Les jetons trésors rapportent des points en fin de partie suivant le nombre. Plus vous en aurez d’une couleur, plus ils vaudront cher. Il est également possible de s’arrêter prendre des photos sur certaines cases de l’île. Vous récupérerez alors une carte photo qui rapporte des points uniquement si vous êtes dans l’hélicoptère en fin de partie.

Ensuite les actions en bleu sur la carte sont optionnelles. Elles peuvent consister en plusieurs choses comme faire pivoter un élément du décor sur l’Ile, pousser une bille de braise ou déclencher un cataclysme.
Ça offre plusieurs intérêts stratégiques. Orienter un arbre peut influer sur les trajectoires que prendront les billes lors d’une prochaine chute, mettant ainsi votre figurine à l’abri. Si votre figurine tombe, vous perdez un trésor (en le donnant à un adversaire si c’est lui qui vous a fait chuter). Il est donc important de se mettre à l’abri. Mais faire pivoter un obstacle c’est aussi la possibilité de faire tourner la gueule de Vul-Kar vers vos adversaires ! 

Pour apporter encore plus de piment, les joueurs disposent de cartes Souvenirs, qui se déclenchent sous certaines conditions, indiquées sur les cartes. Ces rebondissement dynamisent encore plus le jeu et peuvent vous sortir d’un mauvais pas, ou titiller les autres joueurs!

Une course aux trésors sans pitié

C’est ce qui est très plaisant dans l’Ile Infernale, on est sans cesse en train de se faire des coups bas ou essayer de piquer des trésors aux autres joueurs. Pour tenter de déjouer les plans adverses, vous pourrez tenter de traverser l’île en empruntant le réseau de cavernes à l’aide du dé. Mais vous ne connaîtrez pas votre destination avant que le dé n’ait rendu son verdict.

Le fait de ne relever son personnage qu’au début de son tour est intéressant, on ne peut pas perdre plusieurs trésors pendant le tour des adversaires s’ils vous font chuter à l’aide d’une boule de feu ou lave via une carte Cataclysme.

Avec ces cartes cataclysme, vous avez l’opportunité de lancer les boules de feu présentes dans la faille (en bas de l’île) par la tête de Vul-Kar. Ces cartes Cataclysme sont défaussées sur une piste spéciale qui, une fois remplie déclenche un jet de billes de lave de la gueule de Vul-Kar et en rajoute une après coup. Si la balafre contient 4 billes à la fin d’un tour, ça déclenche la fin de partie. C’est également le cas si un joueur retourne sur l’héliport en ayant 3 photos de couleurs différentes. 

Une île infernale paradisiaque?

Visuellement parlant, l’Ile Infernale en met plein les yeux à tous les points de vue. Par sa taille imposante, ses couleurs vives et son matériel 3D, l’Ile Infernale en impose. L’illustration de la boîte et des cartes sont également très colorées et dynamiques. Les illustrateurs ont sût garder l’esprit du jeu des années 1980 en le remettant au goût du jour.  La magie opère aussi bien sur les adultes nostalgiques que sur les enfants. On a très peu l’occasion dans le jeu de société de voir des plateaux aussi verticaux. Il faut aller chercher du côté des wargames avec les décors 3D mais le budget est tout de suite plus conséquent. 

Les cartes aide de jeu sous forme de visas sont bien pensés, ajoutent à l’immersion

Ne perdez pas le petit papier qui indique comment ranger tout le matériel dans la boîte sous peine de galérer un moment pour tout y faire tenir. Même avec cette aide j’ai du mal à refermer la boîte convenablement.

Conclusion

L’Ile Infernale – La malédiction de Vul-Kar est un objet ludique assez singulier. C’est un remake du célèbre jeu des années 1980 qui revient 30 ans plus tard.

Le jeu s’adresse clairement à un public familial et rempli parfaitement son rôle en apportant du fun à toute la tablée. Il faut simplement récolter le plus de trésors possible en prenant garde aux dangers de l’île mais également aux autres joueurs qui ne manqueront pas d’essayer de vous mettre des bâtons dans les roues. Les coups bas pour se piquer des trésors sont monnaie courante mais il faut composer avec l’île, son relief et sa végétation.

Voir les billes dévaler les pentes de l’île est un plaisir immense chez les enfants, et les grands enfants nostalgiques. Avec une bonne interaction entre les joueurs, de l’opportunisme et un soupçon de chance, on part volontiers à l’exploration de cette île pour en récupérer les trésors!

La Récap de la Rédac

Nombre de joueurs de 2 à 4 joueurs
Durée d’une partie environ 45 minutes
Editeur Restoration Games
Prix environ 60 €

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.