Boite du jeu VarunaSalut les paléontologues ! Il y a un peu plus d’un an, nous vous avions parlé de Demeter, un flip & write qui était alors la première création de Matthieu Verdier sous l’égide de Sorry We Are French. Aujourd’hui il est temps de repartir à l’aventure puisque la suite de Demeter, Varuna est dès le 9 juillet dans toutes les bonnes boutiques ludiques. C’est toujours Matthieu Verdier qui est aux manettes, le tout sublimé par David Sitbon et encore une fois édité par SWAF

Demeter et VarunaL’exploration de Demeter est à présent terminée et vous avez eu tout le loisir d’analyser les espèces terrestres de dinosaures qui peuplent cet objet céleste. Une nouvelle expédition est mise en place pour étudier la planète marine de Varuna et c’est à bord de votre sous-marin que vous allez devoir optimiser vos sorties aquatiques et vous focaliser sur la découverte d’espèces encore inconnues. 

On prend les mêmes et on recommence ?

Pourtant sous-titré “Demeter 2”, Varuna peut tout à fait être appréhendé sans pour autant avoir disputé une seule partie du précédent jeu. Suite oblige, les mécaniques du jeu restent globalement les mêmes. En 13 tours (12 dans le premier épisode), il va falloir mettre ses neurones en ébullition pour découvrir des espèces, se déplacer ou encore améliorer son véhicule de façon optimale. Les actions restent relativement similaires, et le gameplay à base de Flip & Write est lui aussi toujours d’actualité.

Mise en place de Varuna

Même si le contenu de la boîte est relativement identique, nous allons tout de même faire un petit tour du propriétaire. On retrouve tout naturellement un bloc de feuilles qui à première vue est inbuvable tant il regorge d’informations, des cartes d’actions sur lesquelles nous reviendrons en détail par la suite, un plateau d’objectif accompagné de ses 12 tuiles, et enfin les tuiles espèces à découvrir et quelques jetons de découverte. Comme Demeter dans lequel on retrouvait des cartes bonus pour Ganymede, on nous offre ici des cartes bonus pour un autre jeu qui n’est autre que … Demeter lui-même. 

La mise en place de la partie est donc assez rapide avec un contenu réduit. On mélange les cartes actions en fonction de leurs types, on place la règle d’objectifs et on en pioche quatre ainsi que quatre jetons découverte, puis ensuite les tuiles d’espèces sont placées sur le côté. Chaque joueur prend alors un feuillet et entoure un point de départ parmi les trois proposés. 

Cartes d'actions de Varuna

La mise en place et le contenu sont relativement similaires avec Demeter donc, puisque l’on retrouvait dans ce dernier les mêmes tuiles objectifs et espèces. On arrive enfin au cœur du titre : la feuille de jeu que chaque joueur complète au fil des tours. On reste dans la même veine un peu surchargée de la feuille de Demeter, avec énormément d’informations incompréhensibles à première vue. Celui-ci se découpe en plusieurs zones. Une première pour cocher les actions au fil des tours, une autre pour noter les évolutions apportées au sous-marin lors de l’expédition, une pour débloquer les découvertes, une autre pour les objectifs et enfin la plus grande partie réservée à l’exploration.

J’avoue avoir eu du mal à m’y retrouver et me sentir un peu désabusé devant toutes ces informations. Même si la mécanique de Flip & Write est souvent synonyme d’accessibilité dans bon nombre de titres, Varuna n’est clairement pas destiné à un public de joueurs ponctuels, mais plutôt à des ludistes confirmés. L’auteur a toujours revendiqué vouloir faire un titre encore plus « joueur confirmé » que Demeter et c’est un pari gagné. Il faudra plusieurs parties pour comprendre l’arborescence de possibilités qu’offre Varuna.

Feuillet de jeu

J’avais été clairement séduit par l’illustration de la boîte du jeu et je m’attendais à une esthétique proche de ce style dans les cartes et autres éléments de jeu. Finalement les cartes et le feuillet sont relativement sobres et ne reprennent en rien ce style si particulier, et ce n’est peut être pas une mauvaise chose. Avec des illustrations trop détaillées, le jeu aurait peut-être perdu le peu de lisibilité qu’il offre à l’œil non expert et aurait définitivement laissé sur le côté une partie de son public.

Au travail !

La présentation du matériel terminée, on rentre dès à présent dans le vif du sujet et on équipe son scaphandre pour descendre dans les profondeurs de Varuna. Les règles sont denses, et on va donc faire l’impasse sur pas mal de points, tant il faudrait détailler toutes les étapes à réaliser à chaque tour. Globalement, un tour de jeu se déroule de la même façon. On commence par dévoiler une carte d’action de chaque type, puis on en choisit une. On commence alors par entourer dans la zone d’action du feuillet la case correspondant puis on subit les éventuels dégâts apportés par les cartes non choisies. Parfois, il va falloir privilégier une carte avec de gros dégâts pour ne pas avoir à les subir, alors que l’on aurait souhaité avoir les effets d’une autre. Un petit dilemme qui permet d’éviter de faire sombrer son sous-marin trop rapidement et de perdre la partie. 

Zone d'actions

Enfin, on réalise l’action que l’on a choisie. J’ai parlé des cartes d’actions un peu plus haut, et il est temps de présenter chacune d’elles. A son tour, le joueur peut donc : 

  • Déplacer son sous-marin
  • Utiliser son sonar
  • Etudier des dinosaures
  • Améliorer sons sous-marin
  • Découvrir des dinosaures

Tout comme dans Demeter, après avoir réalisé l’action, on résout l’action bonus en remplissant la case précédemment entourée. Ceux-ci deviennent plus intéressants au fil de tours, allant d’un simple déplacement en début de partie, à un déplacement de 4 zones pour la dernière case par exemple. On retrouve le système de combos explosifs du premier titre. 

L’objectif de Varuna est donc de débloquer un maximum d’espèces de dinosaures en les étudiant et en naviguant dans les différentes zones du feuillet. Avec l’action de déplacement on peut se rapprocher d’espèces encore non débloquées ou encercler des bonus et les obtenir, avec le sonar il est possible de débloquer de nouvelles espèces pour ensuite les étudier. Découvrir un dinosaure correspond au fait de colorier une partie de son anatomie dont le pictogramme est sur la carte d’action. Enfin, améliorer son sous-marin permet de débloquer des petits bonus sympathiques pour la suite comme de déplacer son sous-marin d’une case supplémentaire ou utiliser son sonar une fois de plus. Ces améliorations remplacent les bâtiments de Demeter.

Débloquage de dinos !

Au fil de la partie, on peut également débloquer des découvertes qui apportent des bonus en fin de partie pour le décompte des points, doper sa protection et ainsi subir moins de dégâts ou encore débloquer des objectifs dévoilés en début de partie et qui apporteront un certains nombre de points selon les conditions inscrites sur ceux-ci (nombre de dinosaures découverts, un nombre de découvertes effectuées etc…).

A la fin des 13 manches, on fait le décompte des points selon de nombreux critères. Pour les premières parties et sûrement pendant quelques autres encore, il faudra faire avec le livret de règles pour ne pas oublier une spécificité. Une aide de jeu reprenant les pictogrammes les moins clairs aurait été un plus pour que chaque joueur puisse faire le décompte de son côté sans attendre les autres. 

Fin de mission

Varuna est un jeu de Flip & Write dont les mécaniques sont similaires à son prédécesseur. Le but du jeu est de découvrir un maximum d’espèces de dinosaures en un nombre défini de manches, en anticipant ses déplacements et en choisissant de façon optimale les cartes d’actions que l’on privilégie. Avec seulement 13 tours, l’optimisation est au cœur du jeu et il faut bien réfléchir à chaque action avant de prendre sa décision. Même avec un temps de réflexion, les parties sont assez courtes puisqu’elles dépassent rarement 30 minutes. En enchaînant les parties, on s’affranchie rapidement d’un retour aux règles, puisque les mécaniques sont très fluides et facilement mémorisables. Gros avantage également, il est tout à fait possible de jouer seul à Varuna. On trouvera également quelques succès à débloquer, à la manière des jeux vidéo. 

En reprenant les grandes lignes de Demeter, Varuna approfondit les mécaniques en ajoutant de nouvelles idées. Cependant n’ayant pas eu l’opportunité de mettre les mains sur Demeter depuis sa parution, je ne peux que vous conseiller de retourner lire l’article qui lui a été consacré. Plus habitué des Flip & Write un peu plus simplistes comme la série Welcome, je dois avouer que j’ai eu beaucoup de mal à appréhender l’ensemble des règles de Varuna tellement il existe de combinaisons possibles pour optimiser son évolution. Cependant, après plusieurs parties on observe une belle courbe de progression et on prend d’avantage plaisir à l’optimisation en apprivoisant les règles. 

Le titre s’adresse clairement à un public averti qui n’a pas peur des règles assez denses et que la présence de nombreux pictogrammes et petits détails n’effraie pas. Pour les plus novices il faudra un bon nombre de parties avant de prendre du plaisir à explorer les fonds marins, mais le titre est loin d’être rebutant, le plaisir de l’optimisation et la progression des scores sont des moteurs puissants qui vous emmèneront loin dans les profondeurs !

La Récap de la Rédac

Nombre de joueurs 1 joueur ou pus
Age conseillé à partir de 14 ans
Durée d’une partie Environ 20 minutes
Auteurs Matthieu Verdier
Illustrateurs David Sitbon
Éditeur Sorry We Are French
Prix : Environ 24€ Philibert Playin
Mille et un jeux Ludum

Les liens présents dans le tableau récap sont affiliés chez Philibert.netPlayinLudum et Mille et un jeux. En passant par eux pour vos achats, vous pourrez soutenir le site, en nous permettant d’acheter de nouveaux jeux. Merci à ceux qui le feront !

1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.