Salut les Aventuriers. Après avoir délaissé quelques temps la lecture de manga (mis à part une récente relecture de To Love Darkness), Goblin Slayer m’a remis le pied à l’étrier! C’était une très bonne découverte dont je vous parlerai prochainement dans un article dédié. Mais en voyant que Les Montagnes Hallucinées, le plus long récit de H.P. Lovecraft allait être adapté en manga, j’ai poursuivi dans ma lancée.
Cette adaptation de l’oeuvre de l’Écrivain de Providence par Gou Tanabe est découpée en deux tomes. Le premier est paru le 04 octobre aux éditions Ki-oon, et la suite se fait déjà désirer.

L’Ouvrage

Avant de s’attaquer au contenu, attardons nous sur l’objet. Le livre est de plus grande taille qu’un manga standard, avec ses 15 x 21 cm il laisse de la place à l’auteur pour s’exprimer, et aux lecteurs de quoi apprécier le travail de Gou Tanabe. L’ouvrage est relié avec une couverture effet cuir qui rend parfaitement bien. On a l’impression d’avoir un carnet de voyage du début du siècle dernier entre les mains.
Le résumé à l’arrière est inscrit en profondeur dans la matière, c’est du plus bel effet. L’illustration de couverture est quand à elle sublime et donne le ton du récit. Le regard dément de Dyer qui se détache de la composition cauchemardesque est fantastique.

Le synopsis

Les Montagnes Hallucinées retrace les aventures d’une expédition scientifique lancée en 1930. Ayant pour but de collecter des échantillons géologiques en Antarctique, cette expédition est dans les premières à se lancer à la conquête de cet immense désert glacé.

Un des membres de l’équipe fait une découverte incroyable qui va perturber le bon déroulement de l’expédition et amener les scientifiques à s’enfoncer plus loin dans les terres désolées de l’Antarctique, là où aucun humain n’avait posé le pied avant eux.

L’auteur de ce manga prend quelques libertés avec le récit original. Premièrement, le point de vue narratif change. Il abandonne la première personne chère aux oeuvres de Lovecraft pour adopter un récit à la troisième personne. Ce qui est bien plus pertinent dans l’adaptation graphique. Ensuite, l’organisation du récit change également. Le passage du roman durant lequel le personnage principal, ici Dyer, fait part au lecteur de ses motivations sur le récit qui va suivre, que l’on retrouve au début de beaucoup d’oeuvres de Lovecraft, a été supprimé. Gou Tanabe l’a remplacé par un court extrait du récit futur, mettant le lecteur directement dans l’ambiance.

Visions de ténèbres

En ce qui concerne le travail d’illustration, il est également de haut niveau. Gou Tanabe, dont j’étais complètement passé à coté des travaux jusqu’à présent, n’est pas un novice dans les illustrations du monde de Lovecraft. En effet, le mangaka a déjà adapté Je suis d’ailleurs et Le Molosse de l’Ecrivain de Providence.

Le style réaliste de l’auteur illustre très bien le récit de Lovecraft. J’ai relu le roman après avoir terminé le premier tome des Montagnes Hallucinées et le parallèle entre les deux m’a surpris.

Certains panorama s’étalent sur une double page, permettant de profiter au mieux du talent de l’auteur pour les illustrations de paysages. Les personnages et les décors ne sont pas en reste également, ils sont détaillés et soignés, excepté pour les chiens. Etrangement, je ne les trouve pas très réussis, mais bien qu’ils apparaissent fréquemment dans le récit ce n’est pas non plus dérangeant.
Les incursions fantastiques dans le récit sont évidemment le point que j’attendais et appréhendais le plus. Gou Tanabe représente très bien l’ambiance oppressante et hostile du continent Antarctique soumis à la présence d’Anciens. L’horreur est représentée et donne naissance à de superbes dessins. Si le début du récit est très scientifique et réaliste, il glisse peu à peu vers l’horreur et la folie si chères à Lovecraft.

Conclusion

Si vous êtes amateurs des écrits de Lovecraft vous retrouverez l’essence de l’oeuvre. Mais si vous ne connaissez pas cet univers, la version manga proposée par Gou Tanabe peut être une excellente porte d’entrée vers ce monde sombre et horrifique. 
Le premier tome des Montagnes Hallucinées par Gou Tanabe est un bel et bon ouvrage. Tant l’objet que le contenu sont travaillés et rendent hommage à l’oeuvre de Lovecraft. Le changement de point de vue narratif est maîtrisé et promet un tome 2 passionnant. J’attends ce dernier tome avec grande impatience! J’espère que la nouvelle collection de Ki-oon – Les Chef-d’Oeuvres de Lovecraft sera la plus complète possible.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.