3000 TruandsSalut les bandidos, s’il y a bien quelque chose qui lie notre amitié dans l’équipe, c’est le bluff, les coups bas et surtout le film Le secret de Brokeback Mountain, pour le côté cowboy bien sûr ! Le 23 septembre 2022 toutes nos passions vont être assouvies avec la sortie de 3000 Truands, édité par Unexpected Games. Dans ce jeu de Corey Konieczka (à qui l’on doit notamment Assaut sur l’Empire, Twilight Imperium), illustré par David Ardila et Matijos Gebreselassie il va falloir ruser pour être le premier à récupérer un trésor technologique abandonné par Le Voyageur, un visiteur du futur qui a subitement disparu. Avant l’arrivée des fédéraux, chaque bande de truands incarnée par autant de joueurs va tout mettre en œuvre pour s’emparer de ces mystères !

Mise en place

Chaque joueur doit choisir un chef de bande parmi les 4 disponibles et reçoit le plateau de jeu associé. Le choix peut se faire un peu au hasard, puisque les personnages n’ont pas de caractéristiques propres et le choix n’influe donc pas sur le cours de la partie. On dispose ensuite sur son plateau individuel, un jeton homme de main directement en prison, les points de réputation sur l’emplacement 0 du plateau commun et on mélange nos cartes de poker. Ces cartes sont centrales dans le déroulement de la partie, car ce sont elles qui permettent de bluffer ou non, et de réaliser des actions. On y revient dans quelques lignes, le temps d’aborder ce qui fait le nom du jeu : les 3000 truands ! En effet, pour que deux parties ne se ressemblent jamais, les auteurs du jeu ont eu la bonne idée de permettre jusqu’à 3000 combinaisons de personnages. Pour ce faire, il faut associer une carte personnage avec une carte métier qui sont transparentes, et les glisser dans une pochette en plastique colorée en fonction du niveau des personnages. On termine par choisir les trésors qu’il faudra découvrir, en les plaçant au hasard sur les emplacements concernés.

Dégaine, Cow-Boy

Une partie se déroule sur 2 journées (dans le jeu, on vous rassure) qui comportent chacune 4 tours. Au cours de chaque tour, il faudra commencer par miser en choisissant une carte de poker que l’on a en main et la placer sur son plateau. Chaque emplacement comporte une récompense (avoir le droit de regarder discrètement une carte objet, remporter quelques dollars ou voler un objet). Là où la mécanique devient intéressante, c’est que l’on peut bluffer ! En effet, il est obligatoire d’annoncer sur quel emplacement on place la carte de poker, mais il est possible de bluffer !

Cependant, jouer au plus futé comporte des risques et peut se retourner contre vous. N’importe quand pendant le tour du joueur, les autres qui le soupçonnent de bluffer peuvent décider de placer un homme de main sur la carte jouée, ce qui aura pour conséquence de la dévoiler obligatoirement en fin de manche. Vous avez bluffé et avez été démasqué ? Alors vous perdrez un point de réputation. Vous avez placé la carte de poker sur l’emplacement avec le même chiffre sur votre plateau individuel, alors l’homme de main de l’adversaire se retrouve en cellule et c’est vous qui remportez le point de réputation.

Après la mise vient le moment de réaliser les actions. Celle qui est indiquée sur l’emplacement de la carte jouée, mais également celles des truands que vous auriez pu recruter dans la troisième phase du tour. Pour les recruter, il suffit de dépenser la somme associée et les placer sur le plateau individuel. Chose intéressante, il est possible de réorganiser nos bandits sur le plateau lors d’un recrutement. Cela peut être utile car certaines actions demandent d’interagir avec des cartes limitrophes. Si aucun truand ne vous intéresse où que votre bourse est vide, il est obligatoire de réaliser l’action du shérif (gagner de l’argent ou libérer un homme de main emprisonné).

Lors de la phase d’actions, il est possible d’observer des coffres, ou bien de les voler pour remporter des points en fin de partie. Observer permet de faire un choix éclairé lors de la phase de subtilisation, mais aussi de placer sur la carte en question un jeton de poker avec une valeur. Lors du décompte de points, si le jeton est de la même valeur que celle indiquée sur la carte du coffre, alors un point supplémentaire est attribué. Bien sûr, il est également possible de bluffer lors de cette étape là, puisqu’il est tout à fait possible de consulter une carte qui l’a déjà été et qui comporte donc déjà un jeton dessus. Revers de la médaille, si un adversaire à placé un jeton de la même valeur, vous remporterez également un point si c’est vous qui possédez le coffre en fin de partie. Comme le bluff est au centre de la mécanique de jeu, lorsque l’on remporte un coffre on n’est pas forcé de dévoiler sa valeur. Ainsi, les adversaires ne sauront pas si les jetons placés dessus indiquent la bonne valeur ou si vous aviez bluffé !

Avec pas mal de notions abordées dans le jeu, on pourrait penser que le décompte final est prise de tête mais celui-ci est finalement rapide. On additionne les points indiqués sur les coffres et on y ajoute les points issus des jetons placés dessus par vous ou les autres joueurs. On y ajoute les points sur les fiches des truands s’ils en ont, et enfin on y ajoute la réputation qui a évoluée tout au long de la partie.

On a pas mal évoqué les mécaniques de jeu sans jamais aborder une partie qui nous a beaucoup plu : la direction artistique ! J’avoue avoir un petit penchant pour l’imagerie western et là je suis aux anges, et l’esthétique science-fiction qui est moins ma tasse de thé est subtilement disséminé sans prendre le dessus. Le livret de règles est parsemé de petites cases de BD dont le style a fait mouche au sein de l’équipe. Le fait d’avoir des combinaisons quasi infinies pour les personnages (sauf si vous jouez énormément au jeu et on vous le souhaite) est une bonne chose et apporte de la fraîcheur à chaque partie. Le matériel dans son ensemble est de bonne qualité.

Les plateaux ne sont pas bourrés d’informations à en perdre la tête et tout est clair. A noter que les protèges cartes, indispensables à la création des personnages sont fournis dans le jeu. Seule chose qui m’a un peu dérangée, ce sont les plateaux individuels qui sont souples et risquent de mal vieillir. Les jetons sont quant à eux dans un carton tout à fait générique, rien de bien original de ce côté là ! Avec un tarif assez élevé, on aurait peut être aimé du matériel un peu plus haut de gamme tout de même.

Conclusion

3000 Truands est un jeu de bluff dans lequel il faut récupérer des objets technologiques cachés un peu partout dans la ville. Avec la possibilité de mentir à quasiment toutes les étapes du jeu, il va falloir être aux aguets lors des tours de vos adversaires pour espérer remporter la partie. Avec une esthétique western travaillée et un aspect science-fiction subtil, on aurait cependant aimé un matériel un peu plus haut de gamme pour vraiment en profiter. L’idée des 3000 personnages est une bonne chose et apporte de la nouveauté à chaque partie. Enfin, une fois que vous aurez essayé quelques parties classiques, il est tout à fait possible de passer en mode avancé et jouer sur 3 jours au lieu des 2 habituels. La mise en place rapide et surtout des règles tout à fait compréhensibles dès la première partie fait que l’on reviendra sûrement dessus quelques fois.

La Récap de la Rédac

Nombre de joueurs  de 2 à 4 joueurs
Age conseillé A partir de 12 ans
Durée d’une partie Environ 1h/1h30
Auteurs Corey Konieczka
Illustrateurs David ArdilaMatijos Gebreselassie
Éditeur Unexpected Games
Prix : environ 45€ Philibert Playin
Mille et un jeux Ludum

Les liens présents dans le tableau récap sont affiliés chez  Philibert.netPlayinLudum et Mille et un jeux . En passant par eux pour vos achats, vous pourrez soutenir le site, en nous permettant d’acheter de nouveaux jeux. Merci à ceux qui le feront !

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.