Salut les conjurateurs! Pendant les vacances on s’est essayés à The Banishing de Sean Rumble, édité par Wizkids et Edge. Derrière ce titre de film d’horreur se cache un jeu de cartes coopératif pour 3 à 5 joueurs, dans un univers mystique. Ça tombe bien, on avait envie de jeux simples et courts entre deux barbecues et journées à la plage. 

Des créatures malveillantes sortent des ténèbres et se répandent sur notre monde par un portail Magique. Votre petit groupe de braves est missionné pour enrayer l’invasion et bannir ces êtres abjectes. 

Symboles et Créatures

La partie matériel va être rapidement expédiée puisque le jeu n’est presque composé que de cartes. Les 98 cartes sont réparties en 3 types : les cartes Objet, Symboles et créatures. Toutes ont la même finition, elles sont mélangées en un seul deck par la suite, mais ne sont pas toilées.

Les autres éléments de jeu sont les 8 fiches de personnages, elles sont cartonnées et se rapprochent d’un format A5. 

Vade Retro !

Le but du jeu est de bannir 10 cartes de l’abîme ou ailleurs. Comprenez par là qu’il n’y a pas que les cartes monstres qui peuvent être mises au ban, les cartes symboles magiques également.

En début de partie, chaque joueur reçoit 4 cartes qui constitueront leurs mains de départ. On place ensuite 9 cartes de la pioche en carré au centre de la table, c’est l’Abîme. 

Pour mener leur quête à bien les joueurs vont récupérer des cartes et devoir s’en échanger pour pouvoir utiliser leurs différents pouvoirs et ainsi exorciser l’aire de jeu de tous ces mauvais sorts et créatures. 

A tour de rôle, les joueurs devront prendre des cartes dans l’abîme : une rangée complète (ligne ou colonne) et éventuellement utiliser une capacité. 

Les cartes récupérées ainsi s’ajouteront à leurs mains si ce sont des symboles et infligeront des blessures si ce sont des monstres. Les blessures peuvent être un cas de défaite pour l’ensemble du groupe si un personnage est amené à mourir. S’il est simplement blessé, il perd l’usage des ses pouvoirs spécifiques mais conserve les communs.
En combinant les cartes symboles par couleur ou par couleur et symbole, les joueurs vont être amenés à utiliser leurs pouvoirs propres à leurs personnages.

T’as la classe, ou tu l’as pas

Les classes de personnages sont très marquées. Certains sont plus orientés soin, d’autres avec une grande résistance physique et d’autres très puissants dans le bannissement. L’enchanteresse est clairement l’outil de bannissement ultime, permettant de bannir tous les ennemis du niveau le plus faible présents dans l’Abîme.

Tout le cœur du jeu réside dans les choix de cartes et de stratégie que vont effectuer les joueurs. Pour être efficaces il faudra communiquer, énormément, et établir un plan commun souvent sur plusieurs tours. Les rôles sont très importants à ce moment là du jeu puisqu’en récupérant toute une ligne ou colonne, des joueurs encaisseront immanquablement des blessures. Avec les actions simples d’échange de positions dans l’abîme, les joueurs devront organiser au mieux cette dernière pour optimiser les coups des autres ou les leurs. Il sera judicieux de regrouper les monstres sur la même ligne ou colonne pour que le tank les récupère et laisse les symboles verts au soigneur pour qu’il lui enlève les blessures par exemple. 

Le cultiste a un gameplay assez sympathique à base de familiers qu’il peut asservir depuis l’Abîme et bannir ensuite. 

Toujours plus et toujours plus forts

Les parties sont divisées en 3 rounds maximum au sein desquels on ajoute des monstres de plus en plus puissants. Quand on a fait le tour d’une bibliothèque, on intègre les créatures supérieures, on remélange et on poursuit la partie. Le jeu se corse au fur et à mesure de la progression, les antagonistes étant de plus en plus présents. On a bien aimé cette tension croissante. Des cartes Objet sont disséminées dans la pioche, ils seront autant d’atouts pour surmonter les adversaires. En apportant un bonus sur la santé de votre personnage ou un symbole magique de votre choix, leur utilisation n’est pas à négliger.

Tous les personnages utilisent les mêmes couleurs de symboles pour le même type d’action. Le Rouge est destiné aux capacités offensives, le Vert au soin et le Bleu au bannissement. On a trouvé que c’était un peu dommage car selon les personnages en jeu, certains se démarquent trop du lot, comme l’enchanteresse et monopolisent une couleur. Les autres se retrouvent à lui donner leurs cartes bleues au détriment de leurs actions. Il y a 8 personnages différents dans la boîte, il faut s’organiser pour partager le plus équitablement possible les rôles. 

L’efficacité avant tout

Visuellement, The Banishing est très simpl(ist)e. Ce partie pris graphique a divisé les joueurs de l’équipe. Certains n’ont pas du tout apprécié, d’autres n’étaient pas dérangés par ces visuels. Les symboles colorés sont efficaces, on ne peut pas les confondre, excepté peut être pour les daltoniens vu qu’il y a du rouge et du vert dans les 3 couleurs proposées. Les monstres sont représentés sous forme de silhouettes, différenciées selon leur niveau. On n’y prête plus trop attention en jeu, on se concentre sur le nombre de blessures qu’ils infligeront. 

Conclusion

The Banishing est un jeu de cartes entièrement coopératif dans lequel tous les joueurs doivent s’associer pour bannir 10 cartes. Chacun aura une fiche de classe avec des capacités communes mais surtout 3 pouvoirs personnels. 

Au fil de la partie les joueurs recevront immanquablement des blessures. Il faudra gérer au mieux qui les reçoit et se charger de les soigner pendant que d’autres joueurs banniront les sbires infernaux. L’usage des compétences uniques de chaque classe et la communication seront les clés de votre victoire! Les joueurs trouvent rapidement leur rôle au sein de l’équipe.

L’établissement de stratégies sur les court et long termes sont très plaisantes et la coopération vraiment poussée. Au final on oublie l’esthétique simple et on se concentre sur l’élimination des cartes de l’Abîme et tout le monde passe un bon moment à réfléchir conjointement.

La Récap de la Rédac

Nombre de joueurs De 3 à 5 joueurs
Durée d’une partie Environ 45 minutes
Auteur Sean Rumble
Editeur Wizkids
Prix Environ 20 €

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.