Salut les amateurs de JRPG! Shining Resonance Refrain est un Action RPG développé par Mediavision et publié par Sega. Shining Resonnance Refrain est la version remasterisée avec quelques ajouts de Shining Resonance, sorti exclusivement au Japon en 2014. Les joueurs occidentaux pourront s’essayer à cette licence qui s’est montrée absente sur notre continent ces dernières années. Distribuée dans nos contrées par Koch Media, le jeu est disponible aujourd’hui, 10 juillet, sur PS4, Xbox One et Nintendo Switch.

 

Synopsis : 

Tout débute dans Shining Resonance alors que la jeune princesse Sonia est envoyée en mission dans la prison impériale pour sauver le jeune Yuma Ilvern. Il se trouve que Yuma est le réceptacle du Shining Dragon, le plus puissant des Anciens Dragons aujourd’hui disparus et dont les récits ne sont plus perçus que comme des légendes par la majorité de la population. A la suite d’une guerre opposant Deus et ses Dracomachina aux Dragons Anciens, le monde d’Alfheim a été ravagé par ce que les humains de l’époque ont appelé le Ragnarok.

Les pouvoirs du Shining dragon sont convoités par les dirigeants de Lombardia pour étendre leur empire et annexer le royaume d’Astoria. Pour parvenir à leurs fins, ils n’hésitent pas à pratiquer de nombreuses expériences sur Yuma et bien d’autres détenus.

L’histoire et les croyances des Anciens Dragons sont perpétrées par les dragoniers (dragoneers)  au travers de divers chants. Il apparaît rapidement que le pouvoir que renferme Yuna sera capital pour l’avenir d’Astoria.

L’histoire de Shining Resonance Refrain s’avère très plaisante à suivre et navigue entre intrigues personnelles des personnages et évènements politiques de plus grande ampleur. Les personnages sont assez développés pour être intéressants et ne tombent pas trop dans les clichés du genre (on évite la gamine qui crie dans tous les sens et qui s’extasie devant des pâquerettes!).

Gameplay : 

Shining Resonance Refrain est un action RPG “traditionnel” mais avec des éléments de gameplay tout de même originaux. Vous évoluez dans un univers en 3D dans lequel on peut distinguer la capitale d’Astoria, Magna, du reste du monde.

A Magna vous trouverez tous les artisans et commerçants dont vous aurez besoin pour améliorer vos armes, acheter vos consommables et discuter avec vos coéquipiers.

Vous serez rapidement amenés à explorer le monde extérieur de Magna, mais soyez prévenus, ça ne se fait pas en monde ouvert. Loin de là même. Les zones sont assez petites et il existe souvent un seul chemin pour se rendre dans un endroit donné. Vous allez donc être amené à arpenter souvent les mêmes zones. Mais du fait de leur petitesse et du bouton “course” au final ça se fait assez bien, et les chargements entre les zones sont très courts.

Les ennemis sont visibles sur le terrain d’exploration et vous pourrez donc les éviter si vous souhaitez rusher vers une autre zone. Si vous décidez d’engager le combat, vous entrerez dans une micro-arène en 3D.

Le système de combat est bien fait : vous disposez d’un bouton de parade, d’esquive, d’attaque et de Break Attaque (pour casser la défense de l’ennemi et le mettre à terre) qui consomment des Points d’Action et font regagner des points de Magie. Ces PA sont symbolisés autour de votre personnage par une jauge circulaire, une fois vidée vous ne pourrez plus attaquer tant qu’elle n’aura pas remontée, normal jusque là. Vous avez également des attaques magiques appelées “Forces” qui consomment des points de Magie et pendant lesquelles votre jauge de PA remontera.

Tout l’équilibre du combat dépendra de votre gestion entre attaques classiques et Magies.
De plus, Yuma renferme en lui le Shining Dragon, qui lui prêtera son pouvoir, le transformant en un puissant dragon et consommant sa magie. Attention tout de même, car un grand pouvoirs implique de grandes conséquences et si votre jauge de magie descend trop bas , le Shining Dragon entrera en berserk et attaquera tous les personnages à proximité, amis ou ennemis. Pour avoir fait le test, ça revient plus ou moins à se faire OS les membres de son équipe uns par uns… donc attention.

Vous trouverez occasionnellement des feux de camps dans les zones d’exploration ils permettent de sauvegarder et également de converser avec les membres de votre équipe. Ces petites discussions au coin du feu feront évoluer l’intensité des relations avec vos compagnons. Si vous vous débrouillez bien, vous aurez la possibilité de partir en rendez-vous avec certains d’entre eux, mais rassurez-vous, Shining Resonance ne tombe pas dans le dating sim. C’est juste un moyen d’approfondir le background des personnages et d’en apprendre un peu plus sur le lore du jeu.

L’avancement dans l’histoire est évidemment découpé en plusieurs quêtes qui vous feront parcourir Alfheim, par contre les quêtes secondaires sont inintéressantes au possible… Comme dans Final Fantasy XV, elles sont toutes du type “allez tuer X machins”, “ramenez-moi X trucs”… Et par dessus ça, elles ne rapportent pas d’XP, juste des objets ou de l’argent…

En revanche, pour grinder et faire monter ses personnages en niveaux, il est possible de parler à Alfriede qui génère des donjons aléatoires, mais tous construits sur le même principe. Ils sont divisés en trois niveaux, le dernier étant une salle de boss, et il vous faut abattre un monstre en particulier (entouré d’une lumière orangée) pour accéder à l’étage suivant. En récompense de donjon, vous obtiendrez des objets suivant la difficulté de l’instance. Cette difficulté peut être modifiée en appliquant des sceaux avant d’entrer dans le donjon, comme par exemple +5 niveaux aux monstres, ou le type de monstres qui peupleront les salles que vous arpenterez.

Le sceaux faisant apparaître des oeufs dans l’instance est, à mon sens, le meilleur de tous. Les combats contre les XP Eggs rapportent énormément d’expérience et les Million Eggs de grosses sommes d’argent en fin de combat. De quoi farmer rapidement et efficacement!

Tout ça c’est bien beau, mais on ne parle que de Shining Resonance là! Qu’apporte le Refrain dans tout ça? Premièrement, une amélioration graphique. Le jeu est lissé et porté en 1080p, pour un rendu plus agréable que sur PS3. Les DLCs PS3 sont directement inclus dans le jeu, les costumes, la génération de donjons aléatoires…

Mais le premier changement arrive dès l’écran titre. On vous propose de choisir entre le mode normal et le mode Refrain qui est à réserver aux joueurs ayant déjà fait le mode normal. Pourquoi ça? Et bien parce qu’il introduit deux nouveaux personnages et que ça vous spoilerait l’histoire !

La Direction Artistique : 

Les personnages dessinés par Tony taka, connu pour avoir participé à de précédents épisodes de la série Shining, mais également à de nombreux Eroge, sont superbes.

Malheureusement J’ai découvert assez tôt dans le jeu qu’on pouvait changer les costumes des personnages et que les maillots de bains étaient disponibles… j’ai donc assez peu profité des costumes originaux dessinés par Tony Taka. Le design des personnages appuie vraiment leur caractère et leur personnalité, qui une fois de plus est suffisamment profonde et détaillée pour être intéressante. C’était vraiment une très bonne surprise.

En ce qui concerne le bestiaire, en revanche, je serai un peu plus nuancé. Mis à part les Dragons qui ont une certaine classe, il est très classique et même si quelques adversaires comme les Lilys et les Life Reapers m’ont beaucoup plus, le reste est très classique. En plus d’un manque d’originalité sur les créatures, on les retrouve tout au long de l’aventure, avec des couleurs différentes… Ce n’est pas sur le bestiaire du jeu que s’est porté le gros de l’attention de l’équipe artistique.

L’univers de Shining Resonance est imprégné de musique. Elle est omniprésente et cohérente au sein du jeu, jusque dans les titres des chapitres.

Les armes des protagonistes sont des Armonics et bien qu’ayant une forme martiale assez classique, ce sont également des instruments de musique qui permettent aux personnages de communiquer avec les Dragons. Lorsqu’ils ont rempli, en tapant sur des monstres, la jauge de BPM, les héros peuvent déclencher une action BAND, une chanson qu’ils jouent tous ensemble et ayant un effet de buff à durée limitée sur eux. Les dragoniers perpétuent la mémoire des Dragons par le biais de chants…

Les musiques du jeu sont également très agréables et restent facilement en tête, preuve d’une composition efficace!

Et du côté de la technique? :

Shining Resonance Refrain bénéficie, de graphismes réhaussés par rapport à l’épisode original sorti sur PS3, en revanche, tout n’est pas rose du côté de la technique.

Les graphismes sont très colorés, à la manière d’un Tales of, et c’est un style que j’apprécie beaucoup. Les environnement trahissent un peu l’âge du jeu, les décors sont un peu anguleux, mais sont variés et on voyage entre prairies, déserts et montagnes tout au long de l’aventure.

Bien que le jeu soit plus beau, il s’avère que lors des combats il ait la fâcheuse tendance à avoir de grosses baisses de framerate. Pour peu que vous ayez quelques effets de magies à l’écran, vous aurez des animations très saccadées et pas du tout fluides. C’est dérangeant, mais pas injouable non plus… Je lui ai pardonné ses baisses de framerate très très régulières car j’avais envie de connaître le fin mot de l’histoire.

Le jeu est uniquement sous titré en anglais, pas de traduction française comme a pu l’avoir YS VIII : Lacrimosa of Dana, également distribué par Koch Media. Mais le niveau d’anglais nécessaire pour apprécier le jeu est très correct. Le jeu est doublé en anglais, avec des comédiens de doublage impliqués dans leur travail et qui ont fourni un rendu de qualité! Les voix japonaises sont également présentes, les amateurs de version originale nippone seront ravis.

Verdict :

Shining Resonance Refrain est une très bonne surprise. J’ai dévoré le jeu et n’ai absolument pas vu passer la quarantaine d’heures passée pour connaître la vérité sur l’histoire de Yuma et de ses amis. Bien que le rendu visuel en combat ternisse un peu le tableau de Shining Resonance, il en reste un excellent titre, très coloré et à l’histoire pleine de rebondissements que j’ai eu plaisir à découvrir. Si vous cherchez un bon JRPG à faire cet été, vous pouvez vous arrêter sur celui là, il y a peu de chance pour que vous soyez déçu. Shining Resonance Refrain est disponible dès aujourd’hui en version numérique et physique pour PS4, One et Switch. 

Related Post

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.