Salut les laboureurs, aujourd’hui on va vous parler d’un festival bien connu dans le milieu des musiques extrêmes : le Motocultor. Derrière ce nom original se cache un festival qui va fêter sa 13ème édition cette année et qui se développe de plus en plus tous les ans. Après 2 ans d’annulation, c’est du 18 au 21 août que 105 groupes vont se relayer à St-Nolff dans le Morbihan (56). J’ai eu la chance de faire les éditions 2014, 2018 et 2019 et j’ai clairement vu une évolution rien qu’en si peu d’éditions.

Ayant fait quelques éditions du Hellfest, j’ai rapidement été plus attiré par le Motocultor qui propose une affiche plus en adéquation avec mes goûts. Pas de grosses têtes d’affiches qui me font rarement rêver, un public bien moins nombreux et pas d’artifices à outrance qui ramènent plus de visiteurs curieux que d’adeptes de musiques extrêmes. Attention je n’ai pas dit que je n’aimais pas le Hellfest, je devais d’ailleurs y aller cette année après 6 ans d’absence, mais j’ai réussi à attraper le Covid deux jours avant de partir …

Le Motocultor c’était jusqu’à l’édition de 2019 trois scènes dont deux qui jouaient en simultané, et les organisateurs ont cette année décidé d’en ajouter une quatrième pour accueillir plus de groupes. Vu la configuration du site actuel j’ai un peu de mal à voir comment cela va être agencé, mis à part empiéter sur l’espace camping qui n’était déjà pas bien grand. Avant de s’affoler on va attendre de se rendre sur place et on vous fera un compte-rendu fin août. Pour la seconde fois, ce sont 4 jours qui sont proposés au festivaliers, et si la première journée de 2019 avait été axée musiques bretonnes, c’est cette année une journée plutôt rock qui est programmée. Pas d’avis sur cette journée, car nous n’irons que les 3 suivants déjà bien suffisants passé 30 ans !

Au niveau des attentes, j’espère aussi que la 8.6 sera oubliée cette année au profit du retour de la Coreff qui était présente en 2018 et bien meilleure ! Sans ça, il faudra compter bien plus de retour à la tente / camion pour boire des bières certes chaudes, mais avec un bien meilleur goût. En parlant de camion, il faudra aussi espérer une météo clémente pour ne pas rester une fois de plus embourbé jusqu’au bas de caisse… Après, ça fait des souvenirs et l’entraide entre les festivaliers et les super bénévoles des parkings avait permit de se dépatouiller assez rapidement. D’ailleurs espérons que les bénévoles seront présents et bien traités, car d’après ce qu’on en lit sur les réseaux sociaux, ils étaient un peu délaissés et pas forcément bien traités les précédentes années. Un peu dommage quand on sait que c’est surtout grâce à eux que le festival tient.

Enfin un dernier point avant de faire un tour de la programmation, et pas des moindres : la communication du festival. Je ne sais pas si on peut faire plus amateur pour un festival qui accueille quand même de grands noms de la scène et qui ambitionne de devenir un incontournable de l’hexagone. Il serait bien que cette communication soit revue, car on doit chercher partout pour avoir des informations parfois contradictoires, pas d’informations sur les groupes qui annulent. C’est le cas des russes d’Arkona par exemple, annoncés sur l’affiche mais absents du running order.

Enfin, un rapide tour de l’affiche, avec ce que j’espère voir sur les trois jours. Panzerodin me rejoindra le dimanche sur place, et c’est aussi l’occasion pour lui de nous parler des concerts qu’il compte voir ce jour là !

Affiche du motocultor

Vendredi

Une fois le camion posé sur le camping et quelques bières ingurgitées pour fêter le premier festival depuis la pandémie, c’est devant Svalbard que je vais me rendre. Les anglais qui faisaient du hardcore à l’origine proposent désormais une sorte de post-rock qui me rappelle vaguement Harakiri for the sky, et dont j’ai beaucoup apprécié la première écoute de leur dernier album When I Die, Will I Get Better?. Premier clash ensuite puisque je voudrais voir 1914 et Klone, mais comme Here comes the sun de ces derniers est un excellent album … ils auront ma préférence.

Seth est une valeur sûre du black metal Français, et le dernier album La morsure du Christ est un chef d’œuvre donc il faudra compter sur ma présence pour ce set. Sonata Artica c’est un peu le groupe que j’ai catalogué comme kitch, et finalement après l’écoute de leur premier album c’est une bonne surprise. Comme ils ont une discographie assez fournie j’espère ne pas me tromper et regretter mon choix !

Après ça, je pense vagabonder entre les scènes car rien ne m’interpelle vraiment, jusqu’à Leprous dont l’album Aphelion sorti en 2021 m’a retourné alors que je n’y attendait pas. C’est du metal progressif donc clairement pas ma tasse de thé, et apparemment en concert c’est prenant et excellemment exécuté. La fin de soirée va être tranquille, puisque rien ne m’interpelle. J’irai sûrement jeter une oreille à Celeste qui a une bonne réputation.

Vendredi Motocultor

Samedi

La seconde journée débute bien, puisque je vais enfin avoir la chance de revoir Hypno5e que j’avais découvert en première partie de Gojira en 2014 et que je n’avais pas eu la chance de revoir car il m’arrivait toujours une tuile avant chacun de leurs concerts. Assez déçu qu’ils ouvrent et bénéficient d’un set si court, surtout que leurs compositions sont longues et méritent bien plus de temps pour qu’on en profite. Le reste de la journée va être uniquement de la découverte jusqu’à Regarde les hommes tomber. J’aime bien l’album Exile mais connait très peu le reste de leur discographie. De l’avis quasi général c’est excellent en concert, donc j’irai voir ça ! Ensuite un second clash avec God is an astronaut et Vader qui jouent des styles très différents. Vader c’est du death classique et God is an astronaut c’est de la musique planante sans chant (ou des vocalises) et j’adore ce groupe. Donc le choix est vite fait, surtout que j’ai déjà eu l’occasion de voir Vader une fois ou deux.

Alcest est une obligation puisque chaque album me fait voyager, et que c’est un groupe encore jamais vu de mon côté. J’ai beaucoup de mal avec l’indus allemand, mais j’irai sûrement jeter une oreille à Eisbrecher voir si c’est aussi mauvais que Rammstein (ça va c’est facile de critiquer !). Le Motocultor est rarement très fourni en hardcore, et j’irai donc voir Sick of it all qui en est un digne représentant ! Quand je parlais de comm désastreuse du festival, on en a encore la preuve puisque c’est grâce au running order que l’on a découvert la présence de Batushka, sortis de nulle part ! De toute façon ça ne change rien puisqu’en face il y a Perturbator dont j’ai un excellent souvenir en 2018. J’étais bien bourré, puisque je me souviens avoir dansé tout le concert alors que ce n’est clairement pas mon truc de bouger mes fesses ! Excellente façon de finir une soirée que de danser sur de la synthwave (ou autre dérivé).

Samedi Motocultor

Dimanche

Dernier jour et on accueillera notre cher Panzerodin ! Déjà que les autres journées risquent d’être chargées musicalement, le dimanche c’est clairement le jour qu’il ne faut pas rater à mon sens. La journée débutera devant Vended qui propose un metal aux relents de Slipknot et pour cause … le chanteur n’est autre que le fils de Corey Taylor, le leader des patrons du Nu Metal.

Le death technique ça m’ennuie assez rapidement, mais j’ai adoré le dernier album de Rivers of Nihil donc j’irai voir comment ils le défendent en live et surtout s’ils sortent le saxophone comme sur CD ! On arrive au groupe que j’attends le plus sur le week-end : Harakiri for the sky qui délivre un post-black qui me touche énormément et dont chaque album est pour moi un chef d’œuvre à l’exception du dernier paru. A voir leur setlist actuelle ils ne jouent pas énormément de mes morceaux favoris, et avec un set de 40 minutes pas sûr qu’ils puissent en jouer plus de 5. Leur dernier concert en 2019 m’avait laissé sans voix (clairement, j’avais trop hurlé les paroles), donc j’espère en prendre encore plein la tronche. Bloodywood je ne connaissais pas leur existence avant de voir leur nom, et ça risque d’être sympa ! Ça mélange sonorités hindoues et metal donc hâte de découvrir ça.

La météo de St Nolff fin août est rarement caniculaire, mais Truckfighters va sûrement faire monter la température avec du stoner bien gras qui collerait pourtant parfaitement avec des températures élevées. Le dernier clash du week-end est complètement improbable, puisque j’hésite entre le metalcore totalement débile d’Eskimo Callboy (depuis renommé Electric Callboy) et le black bien sérieux de Dark Funeral. Le premier me fait rire avec ses morceaux Hypa Hypa et Pump it qui risquent de bien fonctionner en live, et le dernier me fait vibrer avec My Funeral et tous les morceaux issus de Where shadows forever reigns.

Je pense faire un mix des deux en fonction des morceaux joués, au risque de ne rentrer dans aucun show. Le festival va se clôturer sur deux gros morceaux avec deux gros noms : Dark Tranquillity et son death mélodique que j’adore, et Behemoth déjà vu 3 fois mais qui délivre toujours des concerts géniaux. Leur setlist ne change pas vraiment depuis la sortie de The Satanist, mais comme c’est un album excellent je n’y vois pas trop d’inconvénient. Pareil pour leur jeu de scène, c’est toujours la même chose depuis des années mais ça fonctionne bien et on se laisse prendre au jeu de leur pseudo messe noire. Dark Tranquillity c’est surtout des riffs bien mélodiques et des refrains ravageurs que l’on peut reprendre en cœur.

Dimanche Motocultor

Le dimanche de Panzer

N’étant plus aussi fringuant que Thomas, je vais me contenter d’une seule journée de Motocultor. Ca va être l’occasion d’enfin retourner en festival, de retrouver les copains et de partager un bon moment devant des groupes que j’ai envie de (re)voir.

Le Metal étant extrêmement prolifique en terme de groupes, il y en a pas mal que je ne connais pas sur cette affiche. Je ne vais volontairement pas trop creuser avant le festival pour profiter de la découverte sur place et papillonner de scène en scène. C’est comme ça que j’avais découvert Pervert Asshole lors de leur passage au Motocultor en 2012. C’était une très bonne surprise et j’ai pris l’habitude d’aller découvrir des groupes de cette manière. Je suivrai donc les copains sur la première partie de la journée avant de m’en détacher pour aller voir Valley Of The Sun. Contrairement à Thomas, la musique d’Harakiri for The Sky ne me fait aucun effet, le Stoner Rock de Valley of The Sun m’attire un peu plus.

Par contre, j’irai jeter une oreille à Exodus un peu plus tard dans la journée pour la culture. Je ne connais pas vraiment les titres de ce groupe de Thrash américain, mais comme ce sont des pionniers du genre je ferai le détour.

De mon côté, pas d’hésitation pour la suite du programme. Je serai devant Dark Funeral.  C’est un groupe dont j’aime beaucoup d’albums et My Funeral est passé quotidiennement sur ma platine pendant un long moment, et elle y revient toujours très régulièrement. Un peu dégouté d’avoir loupé leur concert à Vannes il y a quelques années, ce sera pour moi l’occasion de voir Dark Funeral pour la première fois. C’est d’ailleurs ce qui a motivé ma venue au festival et ce jour-ci en particulier.

J’enchaînerai certainement avec Igorrr, pour voir si je comprends un peu plus leur musique porté par l’ambiance du live. Les albums studio et clip me laissent assez perplexe, mais ils seront sur le festival, moi aussi, donc pourquoi pas. Et pour finir, je terminerai par Behemoth, que j’ai déjà vu plusieurs fois mais qui ont des titres terriblement bons. Bien que leurs derniers albums depuis l’immense chef d’œuvre qu’est The Satanist me laissent de marbre, les quelques anciens titres qu’ils devraient jouer valent le détour à mon sens.

Prêt à labourer ?

Bien sûr ce running order va être agrémenté de toutes les découvertes faites en cours de journées au fil des déambulations entre les scènes, et j’espère bien faire d’excellentes découvertes comme à chaque édition ! C’est le point fort du Motocultor, le site est relativement petit et permet de vagabonder facilement entre les scènes et d’être placé correctement même en arrivant en cours de concert. L’affiche est bien fournie en groupes moins connus et parfois même locaux, ce qui permet de découvrir des noms qui seront pourquoi pas plus tard bien plus haut dans les affiches des festivals français. Le Motocultor c’est ce que j’attends d’un festival de metal, une barrière moins importante entre les groupes et le public, une taille tout à fait raisonnable et un cadre sympathique. Car oui, le festival a la chance de se trouver dans un champ en bordure de forêt, qu’il faut arpenter en suivant un chemin sinueux entre les arbres pour descendre dans le bourg de St Nolff. Le camping est lui aussi bordé d’arbres et on a l’impression d’être un peu hors du temps pendant quelques jours. J’espère que la plus petite scène sera encore placée comme avant, au milieu des arbres et un peu en descente. La nuit tombée ça donnait une impression étrange et particulièrement agréable surtout dans des concerts de black metal.

Enfin et chose assez importante pour bon nombre de festivaliers, le tarif est encore accessible, puisqu’il faut compter 118€ pour 3 jours de concerts ou 65€ la journée individuelle. Avec la nourriture et la boisson, ça fait certes un bon budget pour un week-end, mais ce n’est pas non plus excessif. La nourriture d’ailleurs n’était pas folle dans mes souvenirs, mais je mélange un peu entre les éditions alors je préfère ne pas m’avancer sur cette partie, et voir ce qui va être proposé cet année ! J’ai juste souvenir de falafels délicieux dégustés devant Stoned Jesus en 2018, et c’était formidable !

Reste à espérer que l’organisation ne soit pas aux fraises parce que c’était clairement un point noir du Motocultor, et que tout le monde soit content de retourner en festival après tant d’attente.

Site officiel : motocultor-festival.com
Facebook : @MOTOCULTOR.FESTIVAL.OpenAir
Twitter : @MotocultorFest
Instagram : @motocultorfestival/
Billetterie : Via digitick

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.