Salut les Conquérants! L’article d’aujourd’hui porte sur une surprise qu’on a découverte il y a deux jours. Il s’agit de la nouvelle série de fascicules hebdomadaires des Editions Hachette en association avec Games Workshop : Warhammer Conquest. Comme d’habitude dans ce genre de séries, le premier numéro est à un prix attractif pour augmenter progressivement jusqu’à son prix définitif. 

Le contenu du n°1

Si vous nous suivez régulièrement, vous avez dû vous rendre compte que nous sommes de grands amoureux des figurines chez Pixel Adventurers. Quand on a vu ce premier numéro consacré à l’univers Warhammer 40 000, on a sauté dessus. 

Il y a plusieurs raison à cet engouement. La première est qu’il s’agit de Warhammer, avec Younz on n’est jamais rentré dans cette licence par manque de temps, et par peur de la place requise par le jeu. On s’explique : Ne connaissant pas vraiment l’univers du Wargame on s’imaginait des parties et campagnes qui s’éternisent sur une table qui doit être dédiée au jeu et ne pas bouger d’une session sur l’autre à cause des décors. 

On s’est récemment essayés à Warhammer Nightvault, un jeu d’escarmouche dans le monde de Warhammer médiéval et on a été très, très, très agréablement surpris. Des règles simples, une efficacité remarquable, de très bonnes sensations en jeu, de l’affrontement nerveux et de la stratégie avec les objectifs… La première prise de contact avec Warhammer est un grand “Oui”. Ce premier fascicule de la série est l’occasion de voir si l’on retrouvera ces sensations dans un autre jeu de la licence et à moindre coût.

En effet, ce n°1 est proposé au prix de lancement de 1.99€. Donc même si l’essai n’est pas transformé, on n’aura pas perdu grand chose. 

Le matériel de peinture

Deuxième point qui nous a poussé à ne pas trop se poser de question, le contenu. On le détaillera un tout petit peu plus loin mais ce qui saute aux yeux et est susceptible de plaire au plus grand nombre : les 3 pots de peinture. Les amateurs de jeu de figurines sont parfois peintres et ne sont pas sans savoir que ce hobby est onéreux. Il y a ici moyen d’économiser quelques euros sur la matière première puisque des pots de peinture sont fournis. On y retrouve 3 couleurs de base : 

  • Macrage Blue
  • Abaddon Black
  • et enfin le Retributor Armour. 

Ce sont des pots Citadel de 12 ml qui sont généralement vendus plus de 3.60 euros le pot dans le commerce… Le calcul est vite fait. C’est parfait pour compléter ou renouveler sa palette de couleurs pour embellir ses figs, ou même se lancer dans la peinture. Un pinceau est également fourni, plus d’excuse pour ne pas s’y essayer.
Pour être tout à fait honnête et, avec ma maigre expérience en peinture sur figurines, le pinceau Citadel fourni est un peu gros pour avoir des détails nets et précis. Mais il est parfait pour les aplats de couleur. 

Le Reste

Mais passons à la suite du contenu. Bien-sûr, il y a les figurines. Elles sont à assembler et toutes les pièces sont grappées à l’ouverture du blister. Ce ne sont pas moins de 3 Space Marines qui sont fournis : Le Sergent Decius, l’Intercessor Apollon et l’Intercessor Galeus. 

C’est la première fois que nous avons un jeu avec des figurines à assembler comme ça. Il faut découper les pièces de la grappe et limer les parties attachées pour obtenir un résultat net. Pour avoir un résultat propre il faut donc un petit peu de matériel. Il est préférable de coller les différentes pièces avant l’étape peinture, mais sinon on peut jouer sans les coller, elles tiennent bien assemblées grâce aux picots. 

Très belle qualité de plastique et c’est assez bluffant au niveau des détails. La sculpture est belle et fine. Notre ami Tentacle reste fan des modèles Rackham en métal qu’il a connu il y a quelques années, mais de notre côté, n’ayant connu que des figs en plastique on est satisfaits. 

Le Fascicule

On a fait le tour du contenu “matériel”, passons au contenu du livret. Il est constitué de 10 feuilles détachables, perforées et de deux couvertures. Divisées en différentes rubriques ces pages sont très intéressantes. On en apprend (plus) sur l’histoire de Warhammer 40 000 et les guerres qui déchirent le 41e millénaire. Il y a des fiches sur les unités de Warhammer 40 000, ici les Space Marines Intercessors. 

La partie qui m’intéressait le plus est le guide de peinture. Destinés aux débutants en la matière, le guide de ce n°1 est tout de même intéressant. On nous rappelle les conseils de base et comment peindre les 3 figurines du set. Je me demandais comment cela serait présenté et j’aime le résultat. On nous explique comment appliquer, et où, les différentes peintures du set. Pas d’ajout de nouvelles teintes de peinture ou de techniques impossibles que seuls les pros peuvent avoir, on ne nous ment pas sur le résultat. La peinture est certes simple mais efficace.
En revanche on croise à quelques occasions dans le fascicule des images de superbes peintures d’armées, qui sont très inspirantes. Voir de belles figurines bien peintes est toujours agréable.
Avec les ajouts de futurs peintures dans les numéros suivants, il sera possible de revenir sur les figurines pour y apporter du détail et des finitions.

Du jeu ?

On parle lecture et matériel depuis le début, mais Warhammer 40 000 Conquest est avant tout un jeu! La dernière feuille du fascicule est un tutoriel mais il faut attendre le numéro 2 pour pouvoir lancer une partie. On n’a ici que le briefing de mission et une rapide présentation du jeu. Avec la  lecture du reste du magazine, on a de quoi patienter jusqu’au prochain numéro.

Dernier petit plus, le poster. L’artwork du Space Marine est dynamique et impressionnant. Ce n’est clairement pas quelque chose que j’afficherai dans le salon ou ailleurs, mais il peut servir de modèle de peinture!

La suite.

Parlons chiffres maintenant. L’ensemble de la collection Warhammer Conquest est constitué de 80 numéros, avec une sortie hebdomadaire. Le numéro 2 sera au prix de 4.99 € et contiendra 3 figurines Plague Marines de la Death Guard, un pot de peinture ainsi que de quoi lancer sa première partie : le tapis de jeu, une réglette et les dés. 

Les numéros suivants seront vendus à 9.99€ l’unité. 

Le site Fauxhammer révèle le contenu de l’ensemble de la collection. Encore une fois je suis surpris. Certes la collection complète est un investissement conséquent. Mais il semblerait que l’on soit vraiment gagnants sur la valeur totale du matériel comparé à un achat au détail. Si l’on prend les calculs de Fauxhammer la réduction complète sur l’ensemble de la collection est de -40%. 

Les fascicules sont composés de feuilles détachables et perforées, c’est pour pouvoir les ranger dans des classeurs, qui seront vendus au prix de 7.99€ l’unité par la suite.

Il est possible de s’abonner à cette collection Warhammer Conquest dans un format Premium en ajoutant 2€/numéro au prix initial. Pour 11.99€ le numéro, vous recevrez à certains envois quatre kits exclusifs. Ils contiendront des dés (plus sympas que ceux du numéro 2), une boîte de rangement un plateau de jeu en carton et des missions. 

Dernière petite chose avant de vous laisser et de me lancer dans la peinture, un point sur l’offre d’abonnement. J’ai souscris à l’abonnement pour les prochains numéros. Il est résiliable à tout moment et permet de bénéficier d’une offre que je trouve très avantageuse. Des cadeaux accompagneront le numéro 2 (au prix de 4.99€). Les cadeaux du premier envoi sont : le n°3 (offert), un classeur et un kit de modélisme composé d’une pince coupante, une lime et un flacon de colle. Le prix est toujours intéressant par rapport au contenu et on pourra se faire une idée du jeu.

Conclusion

Ce premier numéro est à un prix défiant toute concurrence, comme souvent avec les premiers numéros de ce genre de collection, mais vous pourrez vous essayer au montage et à la peinture de figurines pour un prix modique. Si vous avez toujours regardé Warhammer de loin parce que les prix vous effrayaient, jetez un oeil à cette collection qui pourrait bien vous donner le virus figuriniste ! 

On nous a posé la question sur Facebook ce matin, pour le moment ce premier numéro n’est pas difficile à trouver en librairie. Si jamais vous n’arrivez pas à mettre la main dessus, vous pouvez passer par le site des Editions Hachette pour vous le procurer facilement.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.