Salut les festivaliers ! Comme depuis 5 ans maintenant, Panzer et moi allons au festival des Utopiales accompagnés de quelques amis. Cette année encore, nous en avons profité pour voir quelques jeux de société, écouter quelques conférences, voir des films et faire quelques achats. Retour sur un weekend fort riche et assez fatiguant !

Les Utopiales c’est quoi ?

C’est juste LE festival de la science fiction qui se déroule à Nantes début novembre et qui rassemble beaucoup de mes passions, SF, jeu vidéo, jeu de plateau, conférences, films, BD, romans, exposition, sciences. Bref du lourd pour tous les passionnés !

L’édition des 20 ans !

Le festival avait pour thème “Coder/Décoder”. Pour cette 20ème édition, le festival nous a fourni une programmation très riche et très intéressante.

Je vous laisse découvrir la programmation par vous même mais juste pour vous donner l’eau à la bouche, je vous mets 2 noms : Mathieu Bablet, Alain Damasio. On a fait pire comme invités.

L’affiche

Tous les ans, c’est par elle que tout commence. On découvre l’affiche sur les réseaux sociaux et cette année, c’est l’une de mes préférées. Je ne connaissais pas le dessinateur, Mathieu Bablet, avant cette affiche (oui j’ai une culture BD pourrie !). C’est un ami qui nous a conseillé de nous intéresser à son travail. J’ai profité du festival pour acheter Shangri-la. Merci à Jahkusa de m’avoir conseillé de le prendre, les images sont sublimes, même si j’ai un peu plus de mal avec les visages, les thèmes forts et on ne ressort pas tout à fait indemne de la lecture de Shangri-la. On comprend la “sélection officielle 2017 d’Angoulème”. Je pense que je vais me commander Adrastée à noël pour continuer de découvrir le travail de Mathieu Bablet.

Les films

Comme tous les ans, la sélections de films est toujours excellente, on notera la présence d’Alejandro Jodorowsky qui présentait sa version du film Le Voleur d’Arc-En-Ciel, Snowden, 1984, Paprika, Les figures de l’ombre, Imitation Game, Ready Player One et bien d’autres sans parler des courts métrages.
Généralement on ne va pas aux séances pour pouvoir profiter du reste du festival mais les conditions sont toujours très bonnes et si vous aimez le cinéma, jetez y un œil, vous serez conquis. L’année dernière j’avais assisté aux projections d’une session de courts-métrages, dans la salle Dune, c’est une véritable salle de cinéma, avec une capacité impressionnante. L’écran est énorme, le son parfait, toutes les meilleures conditions sont réunies pour profiter au mieux des projections. D’autres salles sont plus intimistes mais toujours avec une bonne technique.

Les expositions

Mathieu Bablet était une fois de plus à l’honneur avec des planches de ses travaux mais aussi Black et Mortimer avec une ÉNORME pyramide à l’envers en rapport avec “Le Dernier Pharaon“. Mais il y avait aussi Le Dernier Atlas, Valérian et Laureline et toute une exposition autour du thème des Utopiales “Coder/Décoder” avec des jeux pour tenter de comprendre les codes et surtout les briser.

Les conférences

Tous les ans, les Utopiales nous offrent des conférences variées, en rapport avec le thème de l’année et riches en intervenants de qualités. On aime beaucoup la diversité des profils d’intervenants invités. Scientifiques et littéraires débattent sur un sujet donné, mêlant leurs points de vue et expériences.
Cette année ce fut aussi le cas, en tout cas pour les quelques auxquelles nous avons pu assister. L’affluence était telle le vendredi qu’a chaque fois nous n’avions pas de place pour assister aux diverses conférences. Nous avons pu assister à l’une d’elle en attendant 45 minutes avant l’ouverture des portes. Nous n’avons jamais vu autant de monde aux Utopiales que ce vendredi 1er novembre. Programmation exceptionnelle, jour de pluie, jour férié, alignement des planètes, les causes sont sûrement variées mais c’était trop. Chaque déplacement d’un lieu à l’autre était pénible et long. Heureusement le samedi et dimanche étaient un peu plus calmes.

Nous n’avons pas assisté à beaucoup de conférences, affairés ailleurs ou bien simplement arrivant trop tard pour avoir de la place. Heureusement, cette année encore France Culture était partenaire des Utopiales et retranscrivait les conférences à la radio, vous pouvez les retrouver en Podcast sur leur site.

L’espace jeux vidéo

On est complètement passés à côté ! Cet pan du festival a été déplacé dans un autre endroit cette année, on l’a simplement loupé… Je ne sais pas du tout ce qui y était présenté, navré pour les personnes ayant préparer des choses sûrement géniales mais ce n’était pas intuitif de vous trouver.

L’espace Ludique

Les deux espaces en fait, au rez de chaussée et au sous sol, les 2 endroits où nous avons passé le plus de temps.

Au rez-de-chaussée nous avons pu essayer des protos chez Bragelonne Games :

Butine : Prototype bien avancé voir terminé mécaniquement, Butine vous propose de faire des points en déplaçant un pion commun à tous sur une suite donnée de 3 fleurs. Chacun a devant lui 3 suites différentes qu’il devra réaliser pour pouvoir en piocher d’autres et continuer à marquer des points. L’originalité du jeu est dans la construction du plateau. Chaque fleur à une forme bien particulière, le plateau est complètement différent à chaque partie et vous devrez non seulement composé avec ce plateau mais aussi avec les mouvements de vos adversaires. Avoir 1 seul pion pour toute la tablée oblige a réfléchir les placements de fleurs. Très simple mais tout aussi sympa à jouer, on a bien apprécié ce jeu familial et on espère le voir prochainement en version définitive.

Drakkatak : Dans ce jeu, vous devrez être le premier à vider votre pioche en plaçant des cartes selon des contraintes différentes selon l’emplacement : Par couleur ou non dans l’ordre croissant ou décroissant.
Tous les joueurs jouent sur les mêmes emplacements, vous devrez apprendre à poser judicieusement vos cartes pour bloquer l’adversaire sans vous bloquer vous-même. Des héros et des dragons viendront mettre le bazar dans vos plans. Jeu familial demandant simplement de savoir compter jusqu’à 12, il est tout indiqué pour jouer avec les plus jeunes a qui on veut apprendre a frustration 😀

Magnum Opus : Ce jeu de draft et de majorité est le plus expert des nouveautés que nous avons pu essayer. Chaque joueur choisi une personnalité parmi 9 et passe le paquet à son voisin. Celui qui possède la majorité d’une personnalité pourra utiliser le pouvoir qui lui est associé. La résolution des pouvoirs se déroulant dans un ordre précis de 1 à 9, comme NINE, les premières majorités viendront chambouler les suivantes. De la programmation, des coups bas et de l’anticipation vous permettront d’accumuler de l’or et des produits alchimiques qui vous apporteront la gloire et la victoire.

On en a profité pour récupérer un guide pour Culte. Avec ça, j’ai peut être une chance de gagner :'(

Une table de Betrayal at house on the Hill était disponible, nous avons fait les 3/4 d’une partie avant de devoir partir pour tenter de voir une conférence (spoiler, raté, la salle était pleine…). On a été un peu poussés vers la sortie par les conditions de jeu également, on en parle un tout petit peu plus loin plus en détails.

La table de Last Bastion, chez Repos Production n’a jamais désemplie, impossible de faire une partie tellement le jeu attirait les foules. On a déjà eu l’occasion de s’y essayer lors de PEL ou au FIJ de Cannes, pas dans sa version finale certes, mais bon. On a préféré laisser la place à d’autres pour qu’ils puissent le découvrir.

Luck Duck Games était présent également avec Paranormal Activity, Jetpack Joyride et Les Forêts des Frères Grimm. Désolé Léandre de ne pas s’être arrêté plus longtemps. On aurait aimé discuter un peu plus avec toi mais tes jeux avaient trop de succès pour qu’on puisse t’accaparer 😀

Sans oublier les jeux Cocktails Games ou Asmodee mais nous n’avons pas pu essayer les jeux présentés. Les tables étant toujours prises.

Les éditeurs commencent à venir de plus en plus nombreux aux Utopiales, c’est très sympa ! Seul bémol : La salle. QU’IL Y FAISAIT CHAUD !!! Bien que relativement grande et mal éclairée, des gros spots de théâtre étaient là pour fournir l’éclairage nécessaire. Mais vu qu’on ne peut pas ouvrir les fenêtres, ça devient très vite l’enfer. Quand on passe le sas qui sépare la salle du reste du festival, on a l’impression de rentrer dans un tournoi de Magic. Yep, la même odeur, le bruit en plus. S’il vous plaît, l’année prochaine, trouvez un moyen de ventiler !

Au sous-sol est l’espace figurines, protos éditeurs et jeu de rôle. Outre les superbes peintures de figurines et les tables de jeux de rôle aux multiples ambiances. La salle était animée par les bénévoles de Ludinantes, une association remplie de gens sympas (du moins ceux qu’on a vu!). Si vous cherchez à jouer sur Nantes, adressez-vous à eux !

Notre samedi a été complètement absorbé par les gars de Paria Edition. Sur les conseils d’un ami qui nous a dit “tu vas voir, c’est entre le jeu de rôle et le jeu de plateau”, Ok c’est hyper vague mais aussi très tentant. Rendez-vous pris le lendemain matin, notre journée commencerait par ça dès 11h00 (spoiler on est parti que 3h plus tard).

L’ordre de Veiel

Donc chez Paria Edition, nous avons découvert deux jeux : L’Ordre de Veiel qui est un projet KS qui nous avait échappé mais qui heureusement on a pu découvrir aux Utopiales.

De 1 à 7 joueurs, vous êtes un groupe d’aventuriers qui agit de concert pour tenter de vaincre un boss, vos aller et retours dans le donjon seront votre seul moyen de devenir plus puissants mais aussi de vous équiper pour espérer détruire le maître du donjon.

Riche en matériel, de bonne qualité, pour permettre une bonne rejouabilité, l’Ordre de Veiel est une excellente surprise pour nous. Le Maître du Donjon a beaucoup de moyens pour mettre des bâtons dans les roues des aventuriers. Dur et demandant coordination et coopération, il nous a séduit aussi bien graphiquement que dans les mécaniques de jeu. Les nombreux personnages assurent une bonne rejouabilité et leurs différents pouvoirs peuvent générer des combos pour engendrer de puissants effets.
Les mécaniques sont très simples et permettent de se laisser absorber par le jeu en lui même. On a eu deux très bons Maîtres du Donjon, certes mais après une petite dizaine de minutes on était partis à l’assaut du donjon.

Divine Corruption

L’autre titre que nous avons pu découvrir, toujours chez Paria, est Divine Corruption. Là encore c’est une très bonne surprise. L’univers du jeu est commun avec celui de l’Ordre de Veiel, mais l’expérience est totalement différente. Ce jeu de cartes est le festival du coup bas, dans le dos, des crasses et des trahisons.
Les joueurs doivent compléter des contrats, visibles au centre de la table, en y faisant participer leurs recrues de différentes maisons (bleue, verte, rouge et jaune). Comme certaines demandent beaucoup de ressources, il sera possible de s’allier aux autres joueurs (très temporairement la plupart du temps) pour réaliser le contrat et partager les gains.
Mais du coup, les autres voient d’un mauvais œil d’être restés sur la touche et vont potentiellement pouvoir mettre des bâtons dans les roues.
Pas de mana, de ressources à épuiser pour lancer les cartes donc en général les réponses aux actions fusent dans tous les sens. On a beaucoup aimé ce moment chaotique et fun, même si on a remis quelques minutes avant de se parler et de se remettre des trahisons.

Les livres et les prix

Les Utopiales c’est aussi voir surtout des livres et des prix, n’ayant pas une grande culture littéraire, je me garderai bien de vous donner mon avis sur les œuvres en compétition et les gagnants de cette année.

Je m’attaque tout juste au Cycle de Fondation et Le Sorceleur pour vous donner une idée de combien je suis à la bourre niveau lecture…
En revanche, pour se procurer des ouvrages fantastiques, SFou fantasy, la librairie du festival est LE lieu à visiter.

Toujours est-il que ce festival est l’un des plus agréables auquel j’ai la chance d’avoir été. Sujet qui me parle profondément, où science et fiction se côtoient, se mêlent de donnent naissance à des œuvres de tout genre qui sont un plaisir pour l’œil et l’esprit. Chaque édition est une nouvelle surprise et on attend la prochaine avec toujours plus d’impatience. On ne saurait que trop peut vous recommander de faire le déplacement jusqu’à la Cité des Congrès de Nantes si vous aimes le genre.

Bravo aux organisateurs pour cette très belle édition, si vous pouviez juste ouvrir une fenêtre ou mettre la clim dans la salle dédiée aux jeux de société l’année prochaine, ça serait parfait !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.