Salut les immortels ! Essen vient de se terminer et Sorry We Are French a profité de la grande messe ludique pour sortir son nouveau jeu. Héritier de Koryo et ayant pour thème Immortal 8, voici le petit dernier de l’éditeur français : NINE !

Un jeu neuf mais avec des racines bien ancrées

NINE c’est la réadaptation de Koryo et Choson. Je vais pas vous mentir, je n’ai jamais joué à ces deux jeux. Si vous cherchez des comparatifs entre ces derniers et NINE, je suis bien mal placé pour vous en parler, désolé !
C’est en lisant les carnets d’éditeur que j’ai appris cette filiation. Ce que j’en ai appris également c’est que ces deux titres sont de Gary KIM et que Koryo a été nommé pour l’As d’Or 2014.

Après lecture des 5 carnets d’éditeur, on vous conseille de les lire c’est très instructif, on comprend que NINE est une réécriture de Koryo et Choson. Les deux jeux ont donné son ADN à NINE et l’équipe de Sorry We Are French s’est occupée d’ajuster le jeu pour qu’il colle plus aux attentes modernes.

Une forme commune

Le principe général des trois jeux reste le même : Une pioche commune de laquelle les joueurs vont prendre des cartes pour ensuite en sélectionner quelques unes et tenter d’avoir la majorité de ces dernières pour en activer les pouvoirs et marquer des points à la fin de la partie.

Les cartes sont numérotées et sont en même nombre d’exemplaires que ce numéro (1 carte de valeur 1, 2 de valeur 2, 3 de valeur 3, etc…)

Mais un fond modernisé

C’est dans les détails que NINE se distingue, pouvoirs, changement du nombre de cartes piochées, gardées et posées. Dans l’ensemble, le choix des cartes se raréfiant, le jeu cherche à mettre plus de tension dans chaque décision que vous allez prendre.

Je le reprécise, mais n’ayant pas joué à Koryo et Choson, je me base sur les carnets d’éditeur pour vous donner les différences entre les 3 jeux. Si vous avez déjà joué aux grands frères de NINE et que vous remarquez un détail important manquant, n’hésitez pas à nous le dire en commentaire, nous le rajouterons !

Tour de jeu

NINE se joue en 8 tours, chacun de ces tours est découpé en 4 phrases. Les tours sont détaillés sur des cartes qui permettent de vous y retrouver tout au long de la partie.

Les 4 icônes peuvent paraître un peu bizarre quand on les voit pour la première fois. Mais une fois qu’on connaît les phases, ils permettent de faire des rappels bien utiles à tous.

  • La Phase de distribution : chaque joueur pioche le nombre de cartes indiqué en haut de la carte de la manche, ici 7.
  • La Phase d’ordres : chaque joueur sélectionne 2 cartes différentes ou autant de cartes identiques qu’il le souhaite.
  • La Phase de royaume : on abat ses cartes puis résout les capacités dont on a la majorité et on passe au joueur suivant.
  • La Phase de nettoyage : on ne conserve que le nombre de cartes indiquée en bas de la carte de la manche, ici 2.

Les immortels 

Le cœur du jeu se trouve dans les 45 cartes immortels. Chacun est en nombre d’exemplaire égal à son influence, sa valeur, situé en haut à droite.

A la fin du jeu, vous marquerez des points pour chaque Immortel que vous avez en majorité. Les points sont égaux à leur valeur.

Justice ne vaut qu’1 point mais étant une carte unique, vous vous assurez d’avoir la majorité et marquerez donc forcément 1 point en fin de partie. Son pouvoir, très puissant, permet de gagner en cas d’égalité. Ne la laissez pas passer, c’est un atout majeur.

Mais la majorité à surtout un impact tout le long de la partie. Dès que vous possédez un immortel en majorité, vous pouvez activer son pouvoir. Chaque Immortel à un pouvoir spécifique, certains permettent de récolter des ressources, les jetons Chaos, Science ou Militaire. D’autres ont des pouvoirs plus spécifiques comme Galmi qui protège les immortels adjacents ou Byun Hyung Ja, qui permet de devenir une copie d’un autre Immortel que vous possédez et donc renforcer cette majorité. Mais en même temps, il vaut 9 points si vous avez la majorité en fin de partie. L’utiliser en cours de jeu permet de gagner des majorités mais vers la fin de partie, conserver les 9 points peut vraiment faire la différence.

Chacun d’entre eux à un pouvoir en rapport avec leur rôle. Goan-Sul reste l’Immortel de la guerre, il permet de gagner des jetons militaires mais aussi de les dépenser pour détruire des cartes à un adversaire.

Pour une revue détaillée des pouvoirs de chaque Immortel, je vous renvoie vers la règle en ligne de NINE. Elle est assez courte et très claire

La majorité est la clé

On vous disait plus haut que la majorité était le moyen de marquer les points mais aussi d’activer le pouvoir de son immortel.
Sauf qu’il y a un détail que j’aime beaucoup dans la résolution d’un tour de jeu de NINE :
Un joueur effectue son tour entièrement, dévoilement des cartes choisies et vérification de la majorité inclus.

Par exemple, le joueur de droite obtient la majorité avec 3 Byun Hyung Ja (9) lui permettant d’utiliser sa capacité et donc de venir dupliquer une carte Goan-Sul (7) obtenant la majorité, il peut donc utiliser le pouvoir de ce dernier pour détruire un Narashima (5) adverse en donnant un jeton militaire précédemment acquis et ainsi récupérer la majorité sur Narashima (5) et utiliser son pouvoir pour se débarrasse de Fenghuang qui l’encombrait et lui aurait coûté un point en fin de partie.

Ce qui est assez génial dès qu’on en comprend l’ampleur. Au premier tour, le premier joueur aura forcément la majorité sur les deux premières cartes qu’il joue, qu’elles qu’elles soient vu que ce sont les seules dévoilées.

Les autres joueurs devront anticiper cette donnée pour réussir à placer les immortels qui leur apporteront des majorités et faire les pouvoirs dédiés. A 4 joueurs, le dernier subit la pression des 3 autres joueurs avant lui. Il va devoir choisir des cartes qui lui permettront d’avoir la majorité tout en anticipant ce que les autres vont faire.

NINE permet de se faire des nœuds au cerveau avec peu de cartes et peu de règles.

A chaque moment du jeu des dilemme mettent votre réflexion à l’épreuve, allez vous prendre tel ou tel immortel, oui mais ce joueur en a aussi, ce qui risque de vous bloquer, mais vous pourrez le bloquer aussi, allez vous prendre cette ressource ou celle-ci. Puis quel immortel défausser ? En enlevant celui là vous donnez la majorité à un autre joueur, mais il ne vous est pas spécialement utile, etc. On est soumis à des questionnements tout le temps mais pas parce que les règles sont complexes, juste parce que les possibilités sont nombreuses !

Les héros changent la donne 

Si les Immortels sont puissants, 2 héros viennent chambouler l’équilibre :

Fenghuang permet de récupérer un jeton Culture (utile pour piocher et poser plus de cartes) et de copier le pouvoir d’une majorité adverse.

Mais c’est Alpha qui est le plus jubilatoire, vous volez un jeton à un adversaire et vous lui détruisez une carte. Vos adversaires vont tellement haïr cette carte ! 😀

Heureusement, leur puissance est pondérée car en fin de partie, chaque héros face visible vous fera perdre un point. Et vous ne pourrez pas les défausser enfin de tour sauf en utilisant le pouvoir de Narashima. Il faudra utiliser avec parcimonie les héros si vous ne pouvez pas vous en défaire. Si -1 point est acceptable, se bloquer 1 emplacement de carte l’est beaucoup moins.

Un univers connu

Si vous avez déjà joué à Immortal 8, vous avez forcément reconnu l’univers de NINE, David Stibon (Immortal 8, Greenville 1989) est de retour aux pinceaux et il nous offre des nouvelles versions des immortels.

On aime bien les cartes compte tour qui avancent au fil des saisons !

9 Nouvelles versions qui pourront être incorporées à Immortal 8 grâce à des cartes grand format sans texte. Parfait pour les joueurs d’Immortal 8 qui connaissent bien le jeu et veulent profiter des versions full art des personnages. Offrant en plus Byun Hyung Ja comme 9ème immortel pouvant prendre l’apparence des autres. Un petit bonus pour ceux ayant le premier jeu de Sorry We Are French bien sympa.

L’avantage de cet univers commun est que 1) Il est très chouette et 2) On a des repères quand on a joué au jeu précédent. Les jetons Chaos, Science et Militaire vont tout de suite parler à ceux ayant essayé Immortal 8. Vous pouvez même prendre ceux du premier jeu pour jouer à NINE si vous voulez des plus gros jetons. Personnellement, je préfère les nouveaux, plus petits et découpés à la forme.

On rentre plus facilement dans NINE quand on connaît le premier jeu de l’univers mais rien n’empêche d’y jouer sans avoir côtoyé les immortels avant.
On rassure tout de suite les joueurs ayant eu du mal à se plonger dans Immortal 8NINE est beaucoup plus accessible.

Niveau matériel, c’est assez simple, 45 cartes d’immortels, 10 de héros, 8 pour le compte tour et quelques tokens.
Le jeu ne dégueule pas de matériel, il n’en a pas besoin, il est aussi épuré dans les règles que dans le matériel. A tel point que j’ai pu le transporter dans ma poche pendant les Utopiales.

NINE n’est pas Immortal 8 

Même s’il on parle beaucoup d’Immortal 8 dans cet article, les deux ne font que se ressembler de loin. Les jeux sont bien différents. NINE est beaucoup plus fun à jouer, vous n’avez pas à vous tordre le cerveau pour savoir quel immortel est caché derrière les coups de tel ou tel joueur. Il n’y a pas à déduire une stratégie possible. Les crasses sont plus présentes et le jeu étant en 8 tours et non 2, les erreurs sont moins pénalisantes.

Si Immortal 8 demandait des joueurs de niveau équivalent pour ne pas se faire rouler dessus, NINE est plus accessible. Une courbe de progression est toujours présente mais moins agressive. Un joueur n’ayant jamais joué à NINE peut très bien gagner, les règles étant simples, on voit tout de suite comment utiliser les différents pouvoirs des immortels pour faire des points et des combos.

Le matos 

On a eu la chance de recevoir l’exemplaire presse (Merci encore à l’équipe SWAF) avec les protèges cartes. On ne peut que vous conseiller d’en mettre sur les vôtres. Les cartes tournent beaucoup et il serait vraiment dommage de les abîmer. Non pas qu’elles soient fines mais vu leur grandeur, elles sont plus souples que des cartes habituelles. Les sleeves permettent qu’elles glissent mieux et évitent de laisser des marques sur ces dernières. Attention tout de même quand vous protégez vos cartes, les sleeves sont juste à la taille, il faut forcer un peu pour rentrer les cartes. J’ai un peu plié une carte en forçant trop fort, prenez votre temps si vous ne voulez pas les abîmer.

Petit truc sympa, vous pouvez précommander NINE à prix réduit sur le site de Sorry We Are French et vous aurez les protections offertes. Il y en a plus que nécessaires, j’en ai utilisées 4 pour faire des rappels des règles.
Ça évite que les joueurs me demande “Et il fait quoi lui déjà?… Et lui ? Attends fais voir la règle stp…”

J’ai pas encore trouvé le format parfait mais ça commence à s’en approcher !

2 à 4 immortels

Contrairement à Immortal 8 qui nécessitait au moins 3 joueurs, NINE tourne extrêmement bien à 2. On s’éloigne un peu de la lourdeur que pouvait faire ressentir Immortal 8 pour arriver dans l’efficacité et l’immédiateté pour peu que vos joueurs ne bloquent pas à chaque décision. On a pu essayer le jeu à 4, il offre des sensations différentes qu’en mode duel. Chacun à ses majorités, il faut avoir l’œil partout pour bien comprendre le jeu, c’est plus exigeant. On vous conseillera de commencer à 2 pour bien maîtriser les règles avant de vous lancer à 4.
Les parties à 4 sont plus chaotiques mais aussi plus riches et pleines de coups tordus dans tous les sens. Les fins de parties permettent une analyse plus poussée vu que quasi toutes les cartes sont sur la table, on peut essayer de déduire ce qui a été pioché.

A la fin, il n’en restera qu’un

NINE c’est le cousin de Koryo, Choson et d’Immortal 8. Avec une pioche commune, chaque joueur va tenter d’avoir la majorité de plusieurs immortels, aussi bien pour déclencher leurs pouvoirs lors de la partie mais pour marquer des points à la fin de celle-ci.
Les pouvoirs sont variés et pourront faire basculer la partie assez facilement. Le jeu vous posera des dilemme à chaque étape. Non seulement vous devrez réfléchir pour vous pour créer des majorités mais en plus vous devrez anticiper ce que feront les autres joueurs.

Plus accessible qu’Immortal 8 tout en restant gamer, NINE est agréable à jouer avec des parties rapides et beaucoup de retournement de situation. On s’amuse dès la première partie, les règles simples permettent une compréhension globale rapide pour mettre en place des tactiques. Ne connaissant pas Koryo et Choson, NINE est une excellente découverte pour nous. Facile à sortir et relativement simple à expliquer mais avec une profondeur tactique non négligeable. NINE trouve sa place dès qu’on a quelques minutes à lui consacrer. Laissez lui une chance, vous ne devriez pas être déçu !

La Récap de la Rédac

Nombre de joueurs 2 à 4 immortels
Durée d’une partie Entre 20 et 30 minutes
Auteur La base est de Gary Kim, retravaillée par l’équipe de Sorry We Are French
Illustrateur David Sitbon
Editeur Sorry We Are French
Prix
(disponible à partir du 8 novembre)
Environ 20 €

Ou 19€ avec sleeves offertes sur le site de l’éditeur

 

Les liens dans le tableau récap sont affiliés chez Philibert.net. En passant par eux pour vos achats, vous pourrez soutenir le site, en nous permettant d’acheter de nouveaux jeux. Merci à ceux qui le feront !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.