Boite du jeu Dice ThroneSalut les combattants ! Après une sortie remarquée dans les pays anglophones, Dice Throne saison 1 est enfin localisé en Français grâce à une campagne Kickstarter bouclée en seulement 14 minutes et affichant un financement à hauteur de 2100% de l’objectif. Le titre de Manny Trembley, Nate Chatellier et Gavan Brown arrive dans notre beau pays sous l’égide de Lucky Duck à la mi-janvier, et sera accessible dans différentes configuration. Les plus téméraires pourront se procurer l’intégrale contenant les 6 personnages de cette saison, ou bien choisir un pack de 2 combattants parmi les 3 sets composés par les créateurs. De notre côté, nous avons reçu le set composé du Moine et du Paladin, et c’est donc de ce dernier dont nous allons parler aujourd’hui. 

Comme évoqué en introduction, les joueurs ont donc le choix entre l’intégrale qui regroupe l’ensemble des combattants pour un tarif de 50€, ou bien peuvent opter pour des boites individuelles contenant 2 personnages pour un peu plus de 20€. Un bon moyen donc de se faire une idée du titre sans trop dépenser, mais également un crève-cœur de devoir racheter l’ensemble si vous devenez accroc au titre. Malgré son petit format, la boîte renferme tout de même pas mal de choses. Chaque personnage a le droit à son petit compartiment thermoformé qui contient le plateau de jeu individuel, une fiche du héros qui contient les altérations du héros (et une petite FAQ) une roue pour les points de combat et une pour la santé, 5 dès et enfin un paquet de cartes d’actions.

Les deux boites de jeu

La mise en place de la partie est donc relativement rapide puisque chaque joueur s’occupe de son héros. Aucune mise en place commune n’est à effectuer. Du côté de la direction artistique, je pense que Dice Throne peut diviser. Si je ne suis pas du tout convaincu par l’esthétique choisie, d’autres membres de l’équipe ont adoré. Comme quoi les goûts et les couleurs ne se discutent pas et peuvent rarement entrer en jeu dans la rédaction d’une critique. 

Plateau individuel du Paladin

Prepare to fight !

Chaque tour se déroule de la même façon, jusqu’à ce qu’un des 2 joueurs voit ses points de vie tomber à 0. Un tour est découpé en 8 phases distinctes, qui suivent le cheminement suivant :

  • L’entretien : Le joueur applique à son héros ses possibles altérations ou capacités. 
  • Revenue : Le héros gagne 1 point de combat et pioche une carte d’action pour l’ajouter à sa pioche.
  • Phase principale : Durant cette partie du tour, le joueur peut gagner des points de combat en défaussant des cartes de sa main ou bien jouer une carte action ou amélioration en échange de ces mêmes points. Durant cette phase, ces trois actions peuvent être réalisées tant qu’il reste des cartes ou points de combats au joueur. Les améliorations sont à placer sur le plateau individuel, et permettent de booster les attaques et la défense du héros. 
  • Lancer offensif : Le joueur lance les 5 dés et détermine ainsi sa capacité offensive en fonction de ses capacités disponibles sur son plateau. Mais attention, les autres joueurs peuvent intervenir durant cette phase en jouant des cartes d’actions spécifiques. 
  • Ciblage : cette phase est accessible uniquement dans des combats à plus de 2 joueurs. En fonction du résultat du lancer d’un seul dés, on attaque la cible à notre droite ou notre gauche. 
  • Lancer défensif : Le joueur ciblé par l’attaque peut alors se défendre. On commence par réaliser les effets qui résultent de la phase offensive, puis le défenseur effectue un lancer pour potentiellement parer en fonction du résultat.
  • Seconde phase principale : Identique à la première phase principale
  • Défausse : A l’issu de son tour, le joueur doit revenir à six cartes maximum dans sa main, il se défausse alors du superflu et obtient un point de combat par carte remises dans sa pile. 

Les différentes cartes d'actions

En plus de toutes ces cartes actions à jouer à des moments spécifiques, il est également possible d’utiliser des cartes d’actions instantanées à tout moment du tour. Selon le niveau d’amélioration et des capacités offensives utilisées, plusieurs types de dégâts sont infligés aux adversaires. Les dégâts normaux, les imparables et purs qui peuvent être évités mais pas parés et enfin les dégâts ultimes qui entrent en jeu lors du déblocage de la capacité ultime du personnage. Ceux-ci sont les plus compliqués à infliger mais sont aussi les plus destructeurs ! 

Chaque personnage possède un ensemble d’altérations positives ou négatives, représentées par des jetons placés sur sa fiche personnelle. Par exemple le Moine possède une altération positive « Évitement » qui lui permet de lancer un dés lorsqu’il reçoit des dégâts et ainsi les éviter s’il réussi à faire 1 ou 2. Au contraire, il possède une altération négative “A terre” qui l’oblige à dépenser 2 points de combat ou sauter sa phase de lancer offensif. Les combats sont ainsi assez profonds mais sans jamais tendre vers une complexité exacerbée qui peut faire perdre le fil aux joueurs. Une bonne part de hasard entre également en jeu, puisque le résultat des dés pourra parfois ne pas correspondre à nos besoins, et il faudra aviser dans ce cas là. Déclencher l’attaque ultime est vraiment un coût de chance avec seulement 3 lancers, mais la puissance développée par celle-ci vaut parfois le coût de tenter. Au fur et à mesure de la partie, les attaques deviennent de plus en plus puissantes, comme la défense évidemment. On a vraiment l’impression d’évoluer au fil des tours, et de devenir puissants mais évidement vulnérables face à la montée des capacités de l’adversaire.  

Les tours peuvent paraître assez longs, mais une fois que toutes les subtilités ont été assimilées on arrive à faire tourner les choses de façon fluide. J’avoue avoir eu un peu de mal avec toutes les règles au départ car je ne suis pas coutumier de ce genre de mécaniques et que le mélange entre textes et pictogrammes n’est pour moi pas la meilleure solution pour une compréhension fluide, mais finalement ça rentre assez vite en tête et retourner aux règles n’est plus trop nécessaire par la suite. J’ai eu un peu l’impression de me perdre dans la masse d’information au départ, et je ne suis pas sûr que le titre soit destiné à un public novice. Les vétérans auront certainement des réflexes et notions qui vont leur faciliter la compréhension des règles. 

Conclusion

Dice Throne est un jeu d’affrontement pouvant mettre en concurrence de 2 à 6 combattants en fonction de l’option choisie. En effet, le titre est disponible sous forme de 3 stand-alone contenant chacun 2 personnages, ou bien sous une forme complète avec les 6 héros. Pour les plus novices, on ne saurait que vous conseiller de choisir une version avec 2 combattants le temps d’apprivoiser les subtilités du titre, mais les joueurs confirmés pourront directement opter pour la version complète tant le jeu est addictif ! Passée la lecture de règles, on s’en passera allègrement pour laisser place à des combats dynamiques et jamais redondants grâce à toutes les possibilités offertes par les cartes d’actions.

La mise en place étant limitée aux deux plateaux individuels et les parties ne dépassant que rarement les 30/40 minutes, nul doute que Dice Throne va revenir régulièrement dans nos pré-sessions de jeux, le temps de se chauffer un peu avant d’attaquer des titres un peu plus gros. Si dans l’équipe nous avons été divisés sur la direction artistique du titre, notre avis a été unanime sur tout le reste. Les différentes phases sont conséquentes et permettent de bien préparer son attaque / défense, mais sans pour autant que les autres joueurs n’aient à patienter trop longtemps. C’est parfois ce qui nous fait sortir d’un jeu lorsque certains (on ne vise personne) prennent trop de temps à réfléchir. Dans notre test de Dice Throne nous n’avons pu prendre part qu’à des duels grâce à la boite Moine vs Paladin, et nous avons hâte de pouvoir investir dans le reste des sets pour nous mettre sur la tronche dans des combats épiques !

La Récap de la Rédac

Nombre de joueurs 2 joueurs
Age conseillé à partir de 8 ans
Durée d’une partie Environ 30 minutes
Auteurs Gavan BrownNate ChatellierManny Trembley
Illustrateurs Gavan BrownManny Trembley
Éditeur Lucky Duck Games
Prix : Environ 23€ Philibert Playin
Mille et un jeux Ludum

Les liens présents dans le tableau récap sont affiliés chez Philibert.netPlayinLudum et Mille et un jeux. En passant par eux pour vos achats, vous pourrez soutenir le site, en nous permettant d’acheter de nouveaux jeux. Merci à ceux qui le feront !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.