Salut les chamans ! Vous souhaitez échapper à la grisaille et aux températures hivernales qui arrivent? On peut vous proposer aujourd’hui une petite balade vers l’archipel de Costa Ruana, mais ce n’est pas le genre de destination dont on profite les doigts de pieds en éventail. A Costa Ruana, il y a des trésors laissés par les pirates, et les tribus locales vont jouer des coudes pour être les plus efficaces dans la récupération de ces richesses. Ce jeu de Yuri Zhuraviev édité par Lifestyle Games, une maison d’édition russe. Il nous arrive en cette année 2019 après 5 ans d’existence grâce à Blackrock qui le distribue dans nos contrées. 

Un archipel plein de richesses

Le but de Costa Ruana est d’obtenir le plus de points de respect pour sa tribu en fin de partie. Dans l’archipel de Costa Ruana, le respect s’évalue en fonction du nombre de trésors récupérés et au nombre de membre de la tribu revenus au camp au bout de cinq tours de jeu. 

La mise en place est assez simple et rapide. on va créer un archipel dont le nombre d’îles dépendra du nombre de joueurs, allant de 4 îles à deux joueurs, jusqu’à 10 quand il y a six participants. Chacune de ces îles accueillera un trésor constitué de perles. 

Chaque joueur récupère le matériel représentant sa tribu, c’est à dire une hutte et 10 meeples. Le premier joueur déterminé aléatoirement prend le jeton Chaman, on place les deux tuiles Rituel au centre de l’aire de jeu et chaque joueur reçoit 5 cartes. 

Allons récupérer ces trésors

Tout est prêt pour lancer la partie. Le but est donc d’aller chercher des trésors laissés sur les îles par des pirates, mais vous vous doutez bien que si tout se faisait en coop, il n’y aurait qu’une seule tribu… Dans Costa Ruana, on va user de cartes pour réaliser des actions et éventuellement faire des crasses aux autres. La récolte de trésors se fait en fin de tour après résolution des cartes et suivant la majorité sur les îles. La tribu la plus représentée sur l’île remportera une perle.

Avec ça en tête, attaquons la séquence de jeu. A tour de rôle, les chef de tribus vont jouer une carte face visible, devant eux ou devant un autre joueur. Une fois que c’est fait, ils recommencent avec une carte face cachée, toujours devant eux ou un autre joueur. Ensuite, ils pourront s’ils le désirent placer un de leurs meeples sur une des cartes déjà posée pour en appliquer l’effet également. 

Rituels chamaniques et effets chaotiques

Le twist du jeu réside dans les cartes Rituel et dans le rôle du chaman. Les cartes Rituel sont recto verso, et vont déterminer quelles couleurs de cartes vont être actives durant ce tour. Le chaman possède 2 tuiles. Sur chacune des faces de ces dernières, 1 des 4 couleurs des cartes du jeu. Il est obligé d’en retourner 1 sur les 2. La couleur qui n’a pas été retournée et celle nouvellement révélée seront les couleurs actives pour cette manche.

C’est à ce moment que tout le jeu d’esprit de Costa Ruana commence. Le chaman a le pouvoir de déterminer la couleur des cartes actives, les autres joueurs vont analyser ce qu’il pose et ou pour tenter de déceler sa stratégie et tenter de jouer en conséquence. Mais voilà, le chaman sait que les autres le savent… Il est possible de brouiller les pistes, de cacher des crasses dans les cartes face cachée… 

Mais quelles sont ces actions possibles et quelles coups bas peut-on faire aux autres joueurs? Elle sont simples et au nombre de 4 : 

  • Ajouter un ou des membre de sa tribu vers une île
  • Retirer un ou des membre de sa tribu vers une île
  • Déplacer un trésor d’une île à une autre
  • Déplacer un meeple d’une île à une autre 

Tous les coups sont permis pour s’approprier les perles

Comme la récupération de trésors se joue à la majorité, vous avez compris que ces actions sont là pour créer la surprise et en profiter pour gratter des points.
Chacun y va de ses cartes bien placées pour essayer de récolter des trésors. Ce qui entraîne en jeu un joyeux chaos. Si vous êtes adepte de la planification, Costa Ruana va vous donner des boutons. On ne sait jamais ce qui va arriver dans le tour. De notre côté, on apprécie la spontanéité apportée par le jeu. Les parties sont en seulement 5 tours et au final assez courtes. Ça ne nous a absolument pas gêné de voir nos plans complètement chamboulés par une carte rituel du mauvais côté ou un adversaire qui parvient à prendre la majorité sur une île alors qu’on n’a rien vu venir.
Les trésors récupérés par les joueurs sont ramenés à la tribu et dissimulés sous les tentes pour en préserver le secret jusqu’au décompte de points.

En fin de partie, La tribu qui compte le plus de membres dans son camp et le plus de trésors l’emporte. Le décompte est simple, l’objectif de partie clair pour tous, il n’y a pas de surprise… jusqu’à la révélation des trésors cachés sous les huttes des tribus.

Fresque tribale

Visuellement, j’aime beaucoup Costa Ruana, mais ça n’a pas toujours été le cas. Luis Francisco à fait un choix très tranché pour son travail d’illustration de ce projet. Sur chacune des cartes il n’y a qu’une couleur, du noir et du blanc. Les formes sont très anguleuses et les contrastes du coup très marqués.

La première fois que j’ai vu la boîte du jeu, je n’ai pas du tout accroché. Je trouvais l’ensemble brouillon. Mais après avoir regardé les cartes en détail et vu le jeu installé, j’ai complètement changé d’avis et j’apprécie vraiment toute l’esthétique du jeu. Pam Whishblow a fait un travail fantastique qui apporte une réelle personnalité à ce titre.
C’est un avis personnel, certains resteront peut-être hermétiques à ce parti pris visuel, mais ici il a fonctionné. 

En jeu, les huttes pour cacher son butin sont une très belle adaptation thématisée du paravent classique que l’on retrouve dans de nombreux jeux. Les demi perles font aussi leur effet en jeu, bien que mes gros doigts aient un peu de mal à les saisir. Du coup j’ai tendance à les mettre à l’envers sur les cartes et la table pour ne pas galérer à les prendre. C’est moins beau en jeu, mais bon, c’est plus pratique.

Conclusion

Dans Costa Ruana il faut aller chercher les trésors laissés sur l’archipel par les pirates. Différents chefs de tribus vont envoyer leurs hommes chercher les précieuses perles pour les ramener sur la terre ferme et ainsi devenir les plus respectés.

Les joueurs vont tour à tour jouer une carte action face visible devant eux ou un autre joueur, et répéter l’opération avec une carte face cachée. Le joueur possédant le jeton chaman va retourner une des deux tuiles Rituel pour déterminer quelles couleurs de cartes seront actives à ce tour. Il est donc possible que plusieurs cartes aient été jouées dans le vent et que les stratégies s’effondrent. La chance et l’aléatoire sont de la partie, apportant une bonne touche de chaos dans le jeu.

Mais c’est aussi une des sources de plaisir de ce titre. On se prend à élaborer des stratégies, faire des suppositions sur les intentions du chaman et des autres joueurs, à essayer de deviner quelles cartes vont être actives… Il faudra user de malice et de déduction pour essayer d’avoir la majorité sur une ou des îles et y récupérer des trésors. Au final, on rigole, on se fait des crasses, on est surpris, mais on essaye de s’organiser pour récupérer les trésors. Costa Ruana est un titre accessible à un public familial pour passer de bons moments.

La Récap de la Rédac

Nombre de joueurs De 2 à 6 joueurs
Durée d’une partie Entre 30 et 45 minutes
Auteur Yuri Zhuraviev
Illustrateur Pam Whishblow
Editeur Lifestyle Games
Prix Environ 30 €

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.