Salut les châtelains! Il est de ces jeux cultes que l’on découvre sur le tard, Carcassonne est l’un de ces titres pour nous. Arrivés dans le monde du jeu de société il y a quelques années, nous avons étés happés par le flux constant de sorties et n’avons pas pris le temps de jouer à tous les grands classiques de la chose ludique.

Il est temps de se rattraper et de se frotter à Carcassonne! Et on vise gros car nous allons vous parler de la Big Box Carcassonne, est-ce le meilleur moyen de s’y mettre?

Nombre de joueurs de 2 à 6 bâtisseurs
Age conseillé à partir de 7 ans
Durée d’une partie environ 30 minutes + quelques minutes par extension
Auteur Klaus -Jürgen Wrede
Illustrateur Chris Quilliams et Anne Pätzke
Editeur Zman Games et Edge
Prix 60 €

 

Vieilles pierres?

La big box contient le jeu de base et 11 extensions ! Au niveau matériel, ça se traduit par de nombreuses tuiles carrées, quelques jetons, pas mal de meeples de différentes formes et un plateau de scores.

Fidèle à ses racines allemandes, Carcassonne reste malgré tout sobre en matériel, mais attention,il est de qualité.

Le plus de cette box est son insert thermoformé qui permet d’organiser toutes ces extensions et de les distinguer. Un petit diagramme de proposition de rangement est imprimé au dos du couvercle. A l’utilisation c’est vraiment très pratique pour mettre rapidement en jeu la ou les extensions choisies. Mais ça demande un peu d’organisation et de temps au rangement…

Le thermoformage et son guide de rangement

Chaque extension est repérée sur les tuiles par un petit symbole qui lui est propre. Ils sont assez discrets pour ne pas gêner en jeu, et bien sûr assez visibles pour pouvoir permettre le tri en fin de partie. Tout est rassemblé dans une énorme boîte bleue ciel, il reste même de la place, une fois tout dépunché, pour éventuellement ajouter d’autre matériel. Car, malgré les 11 extensions présentes dans la boîte, il y en a encore quelques unes vendues séparément.

Quelques tuiles d'extensions différentes et leurs symboles

Vous trouverez dans cette big box : Carcassonne et les extensions : la rivière, l’Abbé, Auberges et cathédrales, Marchands et bâtisseurs, Les Ornithoptères, Les Hérauts, Les Bacs, Les Mines d’or, Mage et Sorcière, Les Voleurs et enfin, les Agroglyphes.

Bâtissez mon bon seigneur.

Ce qui fait en partie la force de Carcassonne c’est l’efficacité de son gameplay et sa rapidité d’explication. Les règles du jeu de base tiennent en 4 pages, bien illustrées et agrémentées d’exemples.

Dans Carcassonne vous devrez construire des cités, des routes et des abbayes pour engranger des points en fin de partie. Chaque joueur effectuera ses actions avant que le tour ne passe au suivant. Les tours sont décomposés en trois phases.

la première action est obligatoire, il s’agit de piocher une tuile et de la placer dans l’aire de jeu, en respectant des règles de pose. La continuité des terrains doit être assurée, tout comme les routes. On ne peut pas coller une prairie ou une ville sur une route. On retrouve le principe présent dans Isle of Skye, en un peu plus stricte.

La deuxième action sera de poser un meeple sur sa tuile si vous le décidez. Ceci permet de revendiquer un route, une abbaye ou une ville. et permettant d’engranger des points lorsque l’une ou l’autre sera fermée.

Les villes sont considérées complètes lorsqu’elles sont ceinturées de murailles, les routes lorsqu’elles sont entre deux villages et les abbayes lorsqu’elle sont complètement entourées de tuiles terrain. Cependant, il est impossible pour un joueur de mettre un de ses meeples sur une zone déjà revendiquée par un adversaire. Vous sentez la stratégie arriver? Le placement est capital, en installant vos tuiles ville assez proche de celles revendiquées par un autre joueur, vous pourrez faire communiquer les deux cités en développement et celui qui aura le plus d’influence marquera les points.

Il faudra être assez généreux en Meeples pour contrôler certaines zones, mais les utiliser également à bon escient car une fois vos sept pions utilisés vous ne les récupérerez qu’en fermant une ville ou route. La gestion des meeples est très importante, il faudra trouver le bon rythme pour dépenser ses bonhommes de bois sans pour autant se retrouver à court et donc privé de faire des points lors de bonnes opportunités.

Les extensions peuvent êtres ajoutées au bon vouloir des joueurs, il est même possible de jouer avec les 11 extensions en même temps. Chacune d’elles a environ une page de règles, quelquefois légèrement plus… Il est très facile de se dire “pour cette partie, on ajoute ça?”, les explication du nouveau module prennent 3 minutes et on est prêts à jouer. Certaines sont plus évidentes que d’autres à ajouter pour les premières parties, comme l’abbé. Il a des règles de pose et de scoring très simples à assimiler et ne rallonge pas la durée d’une partie.

Une de mes extensions préférées est la Rivière. extrêmement simple à mettre en place, elle va néanmoins permettre un démarrage différent de la partie. On ne place plus la tuile de départ classique au centre du jeu, elle est même exclue de la partie. A la place, les joueurs vont piocher à tour de rôle dans une nouvelle pile de 12 tuiles qui vont former la rivière. On a une situation de base très étirée et une organisation de partie très différente.

Evidemment en ajoutant des extensions vous augmenterez un peu la durée des parties. Certaines rajoutent des tuiles, d’autres demandent un peu plus de réflexion… Dans tous les cas, le temps ajouté reste très acceptable. La durée de l’extension est d’ailleurs indiqué dans le livret.

La beauté à l’Allemande

On sent avec Carcassonne qu’on est en présence d’un jeu à l’allemande. Mais les visuels accusent bien leurs années. Par contre, une fois de plus il y a quelque chose qui m’a bloqué pendant un moment, c’est la perspective appliquée aux remparts. Ca fait un peu nazi de l’architecture mais ces assemblages de murailles piquant vers l’intérieur m’ont fait très mauvaise impression au début. Avec le temps, la qualité du jeu aidant j’en ai fait abstraction.


Carcassonne fait partie de ces jeux dont le visuel peut sembler peu sexy au premier abord mais qui cache une vraie profondeur et un grand intérêt au niveau du gameplay.

Les meeples sont de couleur vives et avec des formes traditionnelles et facilement identifiables. On retrouve même des petits meeples cochons tout mignons dans l’extension Marchands et Bâtisseurs. Tout est fonctionnel et au service du jeu, on reconnaît l’efficacité des designs à l’allemande.

Conclusion

La Big Box de Carcassonne regroupe le jeu de base et 11 de ses extensions dans une seule et grosse boîte. Ce classique du jeu de pose de tuiles et de placement demandera stratégie optimisation pour en sortir vainqueur. Parfait pour initier les joueurs au jeu moderne, facile à expliquer et à comprendre, les parties s’enchaînent facilement et surtout avec plaisir.

Construisez des routes, des cités fortifiées mais exploitez également des mines d’or et déplacez vous en ornithoptères… Chaque extension apporte sa petite mécanique qui vient enrichir un gameplay simple mais extrêmement efficace.

A notre sens, cette big box est le meilleur moyen de se lancer dans Carcassonne et ce pour plusieurs raisons. Déjà, c’est un excellent jeu et bien que riche de base, les extensions viennent apporter une rejouabilité conséquente au titre. De plus, financièrement parlant c’est très avantageux. Le jeu de base est vendu autour d’une trentaine d’euros (avec les extensions Rivières et Abbé déjà incluses), donc pour environ 25 euros de plus vous lui rajoutez directement 9 autres extensions. Certaines sont vendues 15 euros… Le calcul est vite fait.

La Récap de la Rédac

Nombre de joueurs de 2 à 6 bâtisseurs
Durée d’une partie environ 30 minutes + quelques minutes par extension
Editeur Zman Games et Edge
Prix 60 €

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.