AccueilJeux de sociétéTalisman - Une nouvelle vague d'extensions pour un final tout feu tout...

Talisman – Une nouvelle vague d’extensions pour un final tout feu tout flamme !

-

Salut les héros ! Ca fait un moment qu’on ne vous avait pas parlé de Talisman, ca nous manquait, et on espère qu’à vous aussi ! Au fil des sorties de la nouvelle édition chez Matagot, on a pu vous présenter tout le panel d’extensions que compte ce jeu devenu culte. Leur parution s’est étalée sur presque deux ans chez l’éditeur au chat noir, le temps d’appréhender et de digérer chaque boîte confortablement. 

Si le gameplay de base est simple mais relativement efficace, le jeu a vu son contenu s’étoffer au fil des années, il faut rappeler que ce n’est pas un petit nouveau et que la toute première édition a presque quarante ans.
Les quatre extensions dont on va parler sont de tailles différentes car Les Royaumes Perdus, La Lune de Sang et Le Prophète sont de petite taille, alors que Le Dragon est contenu dans une grosse boîte du type de celle du Cataclysme par exemple. Sans plus attendre, attaquons avec un aperçu et notre avis sur chaque boîte de contenu supplémentaire.

Les Royaumes Perdus

Cette extension se démarque de toutes les autres que l’on a pu faire jusqu’à présent car elle ne comporte pas de personnage supplémentaire. En revanche, elle contient les anneaux colorés, pour identifier plus facilement ses figurines, annoncés sur le livret de base du jeu mais qui étaient absents de la boîte initiale. 

Elle contient également trois cartes de fins alternatives qui nécessitent l’emploi d’un deck de cartes supplémentaires l’Au-Delà. Notre préférence s’est portée sur la fin alternative La Boîte de Pandore. On a adoré jouer avec car elle apporte tension et chance/stratégie pour l’emporter. Tout au long de la partie on est sous pression car dans cette configuration, un seul joueur peut entrer sur la Couronne de Commandement, l’accès est impossible aux autres joueurs dès lors qu’un des participant entre sur la case centrale. Ce joueur pioche alors des cartes du deck Au-Delà et devra assigner les joueurs qui devront résoudre toutes les cartes. Si après résolution, tous les personnages (autres que le joueur sur la zone de Commandement) sont tués, le joueur positionné sur la zone centrale l’emporte. Sinon, il perd la partie et les autres joueurs se partagent la victoire.
Avec cette fin alternative, on surveille constamment la progression des autres joueurs et leur avancée sur le plateau. S’aventurer rapidement au centre du plateau est risqué pour triompher des embûches présentes sur les régions intérieures mais nécessaire pour ne pas laisser les adversaires se développer et avoir une chance de déclencher la fin de partie. Mais même en étant le premier au centre, rien n’est gagné, il faudra attribuer des cartes du deck Au-Delà contenant monstres puissants (mais pas que) et événements tragiques pour les adversaires. Cela dit, rien ne garantit le succès de l’opération. Il est donc important d’y aller dans le bon timing en fonction des adversaires et d’avoir tout de même un peu de chance sur le tirage des cartes.

Le deuxième ajout de taille de cette extension réside dans l’apparition de deux petites cartes Royaume entre la Cité et le Donjon. Le domaine du Seigneur Fantôme et l’Antre de la Reine des Rats sont deux nouvelles zones de 3 cases chacune avec au sommet de la carte un affrontement contre un monstre puissant, mais octroyant un beau trésor. 

La Lune de Sang

Sans grande surprise, cette extension introduit de nombreuses créatures horrifiques comme les momies, les épouvantails mais surtout des vampires et loups-garous. Les combats s’annoncent exigeants. Mais il faudra également composer avec un lycanthrope qui rôde sur le plateau. Lorsque le loup-garou termine son déplacement sur une case contenant un personnage, le joueur le contrôlant lance un dé et résout l’action de rencontre avec le loup-garou, indiquée sur la carte du monstre. S’il obtient un 1, le personnage se transforme en lycanthrope. Il pioche alors une carte du deck dédié et obtient de nouvelles capacités.

Le passage à cet état amène incontournablement à une autre mécanique induite par cette extension : la carte temps. Avec la Lune Sanglante, l’action pourra se dérouler soit de jour, soit de nuit. Et en fonction du moment de la journée, les effets seront différents. Les créatures auront un bonus de +1 à leurs scores d’attaque la nuit ou un malus de -1 en journée.
De plus, certains évènements, dits lunaires, seront actifs tant que la carte Temps sera sur la face nuit et influence le jeu sur une période un peu plus longue que les évènements classiques. 

La Lune de sang propose également trois nouvelles fins alternatives et trois personnages jouables. La Chasseuse de vampires, le Pilleur de Tombes et le Prophète de Malheur viennent compléter le roster du jeu qui devient extrêmement fourni.  Les trois personnages ont des mécaniques qui leur permettent d’influer sur la pioche des cartes lors des rencontres ou visites de certaines cases. Le principe est sympa et apporte un peu plus de contrôle dans ce jeu où l’aléatoire est omniprésent. 

Les figurines sont de belle qualité, le loup garou est un peu plus imposant que les autres, le rendant plus menaçant et facilement identifiable. De son côté, le Pilleur de Tombes a un look qui nous rappelle fortement celui d’un personnage du manga Berserk, on l’aime donc beaucoup !

Le Prophète

L’apocalypse approche et le Prophète parcourt les terres de Talisman pour annoncer la fin du monde. Si vous intégrez cette extension à vos parties, les joueurs se battront entre eux, comme dans une partie classique, mais également contre le temps. Le Prophète est une figurine qui voyagera sur le plateau au gré des actions des joueurs, il dispose de son propre deck de cartes qui se substituent aux cartes Aventure lorsqu’il est sur la même case qu’un personnage. De plus, un deck de cartes Présages et Prophétie s’égrène tout au long de la partie et déclenche la fin de jeu s’il est épuisé. 

Cette boîte de contenu additionnel contient également deux cartes de fin alternative : La Couronne d’Armageddon et La Fin des Temps. La première est sympathique et peut permettre à tous les joueurs sur la Couronne de Commandement de remporter la partie, mais c’est La Fin des Temps qui a eu notre petit coup de cœur.
Cette fin alternative, à la thématique très biblique, convoque La Bête qui fera office de boss final ainsi que les Quatre Cavaliers. Ces ennemis redoutables restent en jeu jusqu’à ce qu’un personnage les terrasse, mais s’il échoue dans sa tâche, les conséquences se feront sentir sur tous les personnages sans talisman. Pour remporter la partie il faut affronter, et bien-sûr triompher de la Bête qui a élu domicile sur la case centrale du plateau. 

Trois nouveaux personnages viendront mettre leurs capacités au service des joueurs dans cette quête. On retrouve ainsi Le Possédé, l’Ascendante divine et Céleste, un ange. L’intellect de Céleste est égal à sa valeur de Destin, et elle peut en récupérer lorsqu’elle se soigne ou gagne une vie. Personnellement j’ai beaucoup aimé cette mécanique qui colle parfaitement à la classe du personnage et au thème de l’extension. Les quatre figurines de cette extension ont une pose dynamique et une belle finition. J’avoue avoir une petite préférence pour celles du Prophète et de Céleste, mais le Possédé n’est pas en reste. Seule celle de l’Ascendant divine m’a fait un peu moins d’effet.

L’extension propose également plusieurs cartes qui altèreront les cases du plateau, remplaçant leur effet en jeu. Au fur et à mesure de l’ajout de nouvelles extensions au jeu de base, le plateau est renouvelé et la durée de vie s’allonge considérablement. Avec toutes les nouvelles cartes aventures introduites par les extensions, les nouveaux plateaux, modifications de plateau existants, la multitude de personnages, il est possible de jouer très régulièrement à Talisman sans s’en lasser tant les possibilités ont nombreuses.

Le Dragon

On termine de passer en revue cette nouvelle vague d’extensions avec Le Dragon, la plus imposante des quatre. Grosse boîte, grosses figurines mais également gros changements en vue !

Premièrement, c’est ce qui conditionne un peu tout le reste, cette extension contient un nouveau plateau de jeu, qui remplace la zone centrale du plateau de jeu standard ou de celui de Cataclysme. Après avoir copieusement garni le pourtour du plateau avec les différentes extensions comme Le Royaume Sylvestre, La Cité, le Donjon et les Hautes Terres, les avoir complétés avec les cartes de l’extension Royaumes Perdus, il est temps de modifier le centre de l’aire de jeu.

Ce petit plateau recto-verso propose donc deux choix possibles pour la zone centrale : La tour du Dragon et le Royaume du Dragon. Le Seigneur Dragon sera à affronter dans les deux cas sur la case centrale, mais les objectifs des cases périphériques varient, et le défi se complexifie en fonction du nombre de médaillons de Dragon présents sur les cartes Seigneur Dragon, dont on vous parle immédiatement.

Dans une partie incluant cette extension, trois seigneurs dragons se livrent bataille pour être le seigneur Dragon. Vanthrax, Cadorus et Grilipus. Ils disposent chacun de médaillons, un deck et des cartes Seigneur Draconique. Les médaillons représentent leur influence sur le jeu et à leur avancement vers leur quête de devenir le nouveau Seigneur Draconique. Les médaillons placés sur les cases du plateau de jeu indiquent que le personnage pourra résoudre une rencontre du paquet Dragon avec bien entendu des créatures à écailles à combattre.
Les sauriens ont des attaques redoutables et de grands pouvoirs en jeu. Ils sont des adversaires féroces et proposent un gros challenge aux différents personnages et joueurs qui s’y frottent.

Ce n’est pas moins de six nouvelles classes de personnages et trois nouvelles fins alternatives qui sont disponibles dans cette extension. Minotaure, Prestidigitatrice, Sorcier du feu, Prêtresse du Dragon, Chevaucheur de Dragon et enfin Chasseur de Dragon seront jouables grâce à cette extension. J’ai beaucoup aimé la Prêtresse du Dragon, qui en plus d’avoir une illustration délicieusement vintage, possède une gestion des disciples assez fun. Elle peut en recruter parmi les cultistes qu’elle croise, les utiliser pour modifier ses résultats aux dés ou les sacrifier pour avoir les mêmes effets que la case Temple. 

Cette grosse extension vient conclure en beauté la gamme de Talisman, en proposant de nouvelles façons de jouer, de nouveaux personnages aux gameplays variés et des mécaniques toujours plus riches.

Conclusion

Talisman à évolué au fil des extensions pour proposer un jeu complet, riche et s’adaptant à son public. La condition de victoire initiale de la couronne de commandement laisse place, grâce aux différentes boîtes d’extensions, à de nombreuses possibilités. 

Les différents plateaux apportent une rejouabilité et des possibilités d’explorations incroyables, au point qu’il est difficile de faire le tour du contenu de Talisman dès lors qu’on mixe les extensions. Parmi cette dernière vague, on a particulièrement apprécié Les Royaumes Perdus et Le Prophète. On l’intègre régulièrement à nos parties, tout comme on le fait très souvent avec La Faucheuse. 

Terminant avec brio cette 4ème édition de Talisman et portant à 69 le nombre de personnages jouables ainsi qu’à 31 le nombre de fins possibles, Talisman, bloc de la culture ludique à su se détacher du simple « jeu de l’oie » qu’il peut donner l’impression d’être pour devenir un jeu riche et complexe aux multiples choix. Véritable ode à la fantasy, tous les amoureux des univers médiévaux fantastiques y retrouveront tous les grandes figures qui ont bercé notre imaginaire ainsi que bien d’autres itération de personnages qui d’une façon ou d’une autre vous rappellerons des héros ou des antagonistes que vous avez croisés dans vos lectures/visionnages/jeux.

On apprécie beaucoup que Matagot ait porté cette nouvelle édition jusqu’au bout. C’est un plaisir de redécouvrir ce mastodonte ludique dont on a tant entendu parler et de pouvoir se le procurer ainsi que les extensions à prix non prohibitif en occasion est  tout aussi plaisant !

La Récap de la Rédac

Nombre de joueurs de 2 à 6 joueurs
Age conseillé à partir de 14 ans
Durée d’une partie Entre 90 et 150 minutes
Auteur Robert Harris et John Goodenough
Illustrateurs Massimiliano Bertolini, Marjorie Davis, Ralph Horsley, Jeremy McHugh, WiL Springer, Sean Turtle, Teejay Ralph Villahermosa
Éditeur Matagot
Prix : Entre 30€ et 60€ Philibert Playin
Mille et un jeux Ludum

Les liens présents dans le tableau récap sont affiliés chez Philibert.netPlayinLudum et Mille et un jeux. En passant par eux pour vos achats, vous pourrez soutenir le site, en nous permettant d’acheter de nouveaux jeux. Merci à ceux qui le feront !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

LES PLUS POPULAIRES

PS Vita – Solutions aux problèmes les plus connus

29
Vous avez une PS Vita, elle vous accompagne dans les transports ou c’est votre valeureux sujet lors que vous présidez sur votre royaume de...
Philibert