Salut les sorcières ! On vous parlait il y a quelques jours, dans notre débrief de Paris Est Ludique, de notre passage sur le stand de DTDA Games. Outre le plaisir de retrouver l’équipe après de trop nombreuses années (déjà !) sans festival, ils nous ont fait l’honneur de nous laisser repartir de  PeL avec un prototype de leur prochain jeu : Resonance. La présentation du jeu lors du festival nous a beaucoup intrigués, on avait hâte de s’y essayer. 

Le studio parisien proposera très prochainement, le 26 juillet à 18h pour être exact, une campagne Gamefound pour Resonance, un jeu de cartes grand format dans un univers empreint de mysticisme et de démons. 

 

La cérémonie commence

Dans Resonance, les joueurs sont invités à incarner des sorcières en quête de vengeance. Pour accomplir leur dessein, elles tentent d’invoquer des démons, en utilisant des objets rituels. 

Pour ce faire, il faut faire entrer les différentes phases de la lune en résonance avec l’invocation du démon. En début de partie chaque joueur reçoit une carte sorcière, accompagnée de sa carte sortilèges qui lui est propre, ainsi qu’une main de trois objets rituels et un démon. La carte Démon est double face, d’un côté on a une magnifique illustration, et de l’autre les différents niveaux d’invocation et les conditions pour les réaliser.


Le jeu est divisé en 8 rounds (et éventuellement 4 additionnels) durant lesquels les phases de Lune vont être activées. Ces phases sont représentées par les 8 cartes disposées en cercle au centre de l’aire de jeu.

Au début de chaque tour on révèle une carte de la pioche Objet Rituel Transitoire, qui sera placée au centre de l’aire de jeu. Ensuite, à leur tour les joueurs pourront jouer face cachée des objets rituels. Le type d’objet (Herbe, Potion, Minéral) le plus représenté en fin de manche influencera la phase de Lune. Pour s’en rappeler on place une carte du type d’objet sur la phase correspondante. 

On voit ainsi au fil de la partie le rituel se préciser et l’invocation du démon se rapprocher du but. Le joueur qui réalise les trois niveaux du rituel d’invocation de son démon remporte la partie. 

Cela dit, il est possible de jouer d’autres types de cartes et de recourir aux Sortilèges des sorcières pour influer sur les cartes objets rituels en jeu et ainsi faire pencher la balance en faveur du symbole que vous souhaitez voir apparaître en fin de round. Les artefacts permettent de supprimer de l’aire de jeu toutes les cartes objet rituel d’un type choisi, jouées pendant ce tour. Les sortilèges de Sorcière sont propres aux personnages, chacune possède deux sortilèges, le gameplay est donc varié d’une partie sur l’autre. De plus, il est nécessaire de posséder des cartes incantation pour utiliser ces pouvoirs. Or elles ne s’obtiennent qu’en défaussant une carte Potion et une carte Minéral. Les sortilèges sont puissants mais ne déséquilibrent pas le jeu. Idem pour les artefacts dont la pioche utilise l’action du tour. 

L’occultisme accessible aux novices

On aime la simplicité avec laquelle on peut se lancer dans Résonance mais également le fait que le titre de DTDA amène à avoir une stratégie intéressante. On ne se contente pas de jeter des cartes au centre pour espérer avoir le symbole qui nous intéresse en fin de round. En étant limité à une seule action par tour, on réfléchit à ce qu’on pose et surtout quand on le pose. Il est possible de changer de démon en cours de partie, mais cela utilise l’action du tour.

En ayant sept possibilités d’action par tour mais en ne pouvant en réaliser qu’une, je jeu est tendu à souhait, et cela sans qu’on se retrouve sous une cascade d’effets en fin de manche. 

La fin de partie est déclenchée par plusieurs conditions : Si la pioche d’Objets Rituels Transitoires est épuisée ou si un joueur réalise une invocation complète de démon.

Les parties sont dynamiques, stratégiques et intenses. Elles s’étalent en général sur 15/20 minutes qu’on ne voit pas passer. 

Pour réaliser cet article avant la campagne Gamefound, nous n’avons pu faire des parties qu’à trois joueurs. Resonance tourne très bien dans cette configuration, et on imagine qu’à plusieurs les interactions doivent être renforcées. Et les parties sont toujours aussi intenses. 

De plus, pour les parties en nombre pair, il existe un mode par équipe dans lequel les joueurs contrôlent une sorcière par équipe, les règles restent sensiblement les mêmes qu’en mode classique. 

Une direction artistique démoniaque

Comme d’habitude l’esthétique est extrêmement soignée : les illustrations évidemment mais également les dos de carte, la disposition en jeu… on voit que tout est pensé et en harmonie. On a l’impression de participer au rituel dès la mise en place. 

Manon Potier explore un univers résolument plus sombre que dans les précédents jeux du studio. Dans l’équipe, on est plusieurs à aimer les choses assez sombres, on a donc été conquis par la direction artistique de Resonance. De plus, il y a très peu de texte sur les cartes (les noms des sorcières, leurs Sortilèges, et ceux des démons) ce qui renforce l’aspect mystique du jeu. Les cartes de sorcières sont particulièrement réussies, Vuoko en haut de la liste pour moi, mais Blanchefleur n’est pas en reste. En ce qui concerne les démons, les designs sont variés et efficaces. On retrouve des créatures comme Murmur aux airs de Vic Rattlehead, la mascotte de Megadeth, ou comme Vepar aux allures de médecin de peste. Haborym est incroyable aussi 🖤. Comment leur résister et ne pas tomber sous le charme ?

L’occulte financement

Le 26 juillet sera donc le grand jour pour le projet, avec le lancement de la campagne Gamefound. Et on a plusieurs informations à son sujet à vous partager. Premièrement il est possible de suivre dès à présent la page du projet pour recevoir en plus de son pledge, un cadeau bonus. C’est une gentille petite attention de la part de DTDA. En plus, les participants des premières heures (early birds) pourront acquérir leurs contreparties à prix préférentiel. 

En parlant des pledges, il existera deux niveaux de contrepartie. Le jeu de base (et Stretch Goals qu’on espère nombreux) au prix de 24€ et une version de luxe à 49€. Cette dernière comprendra le jeu accompagné de bougies, l’ensemble sera emballé dans un sac rappelant ceux des sorcières. On n’a pas encore vu le produit final, mais étant donné la qualité du pledge similaire de leur précédent jeu, Apogée, on ne peut qu’être confiants.

On a également pu avoir un aperçu des addons du jeu comme la, désormais traditionnelle, nappe des jeux DTDA, un carnet de notes ou encore un t-shirt à l’effigie de Vuoko. De quoi accomplir des rituels d’invocation dans les meilleures conditions!

Conclusion

Resonance est un jeu de majorité où vous devrez user habilement de vos objets rituels, artefacts et de vos sortilèges pour tenter d’invoquer le démon qui sera l’instrument de votre vengeance. 

A chaque tour vous allez choisir une action parmi sept pour tenter de maîtriser les phases de la lune et les faire correspondre à vos desseins. 

Assez simple dans ses règles, Resonance est un jeu dans la lignée des premières créations de DTDA avec de l’interaction forte entre les joueurs. Le tout servi encore une fois par une très belle direction artistique toujours sous les pinceaux de Manon Potier

Vous pouvez soutenir le projet en participant à la campagne Gamefound ici.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.