Salut les Moldus ! Le premier article de cette nouvelle année porte sur : Harry Potter Hogwarts Battle. En grands amateur de jeux coopératifs, ça fait un moment qu’on attendait la localisation de ce jeu et il a finalement transplané jusqu’à chez nous en français.

Il s’agit d’un jeu de deckbuilding créé par Forrest-Pruzan CreativeKami Mandell et Andrew Wolf. Edge s’est occupé de la localisation et Asmodee le distribue en France depuis la fin d’année 2019. Si vous ne l’avez pas trouvé sous le sapin et que vous vous interrogez sur le titre, voici notre petite chronique dessus !

Un matériel magique

Hogwarts Battle est, comme dit juste au dessus, un jeu de deckbuilding qui a la particularité d’être entièrement coopératif. Rien d’étonnant à ce que l’on y trouve un bon paquet de cartes, plus de 250 pour être plus précis. Selon leurs fonctions elles ont divers formats, et certaines sont de belle taille. Lors du rangement on ne peut pas prendre par mégarde une carte Ennemis pour une carte à insérer dans son deck, c’est bien pratique et on évite de perdre du temps. Pour continuer sur le rangement du jeu, des intercalaires sont fournis pour permettre une mise en place rapide, on a beaucoup apprécié leur présence. Le thermoformage est bien pensé et permet de ranger tous les éléments facilement. 

Vous l’avez vu sur les photos, il y a également 7 paquets scellés représentant les 7 années que nos héros vont passer à Poudlard et contenant du matériel qui viendra enrichir la base du jeu.

Chose plus surprenante pour un deckbuilding, on a un grand plateau, qui permet d’avoir une aire de jeu lisible et organisée en cours de partie. Petite mention particulière pour les jetons Contrôle Ennemi en métal. Le motif est top, la finition aussi et ils sont bien lourds pour leur taille et tiendront relativement bien en place sur les cartes. 

Affrontements magiques

Le but de Hogwarts Batlle est relativement simple. Les héros doivent empêcher les forces du mal de prendre le contrôle de lieux. S’ils y parviennent, la partie est gagnée, dans le cas contraire, il faudra recommencer l’année en cours pour découvrir la suivante et son matériel.

La campagne sera donc découpée en sept aventures à parcourir. Mais rassurez-vous, il n’y a rien de Legacy dans ces boîtes. Les cartes sont identifiées comme appartenant à telle ou telle année et vous pourrez facilement reprendre le jeu à un point donné pour accueillir de nouveaux joueurs, ou relancer une campagne. 

Chaque joueur prend le deck de base d’un héros (Hermione, Harry, Ron, et Neville) et un plateau personnel, servant lui aussi à organiser les espaces persos en proposant un compteur de points de vie et des espaces dédiés aux pioches et défausses. 

Des bases solides

Hogwarts Battle s’appuie sur des mécaniques de deck building bien connues et efficaces, mais apporte tout de même son lot d’originalités, tout aussi efficaces.
Pour rester dans le classique, les decks de base des joueurs permettent de produire des ressources pour acquérir de nouvelles cartes et des points de dégâts à attribuer aux ennemis. Ce sera le moyen de venir à bout de ces forces du mal qui tentent de prendre possession des lieux. Toutes les cartes jouées pendant le tour d’un joueur sont défaussées à la fin, et il refait sa main avant de passer au suivant.

Les antagonistes sont gérés tout seuls par le jeu, ce qui en fait un jeu entièrement coopératif. En début de tour d’un joueur, il révèle une carte Forces du Mal, et en applique directement l’effet. Ensuite, le ou les adversaires actifs peuvent également appliquer un effet (indiqué sur leur carte), ce qui fait que le jeu n’est pas si facile que ça à remporter. En début de tour on a pas mal d’effets négatifs à gérer, allant de la perte de points de vie à l’ajout de jetons Contrôle Ennemi sur le lieu actif. En fonction du lieu, les joueurs révéleront à leur tour plus ou moins de cartes Forces du Mal, la difficulté du jeu est croissante et bien dosée. 

Les joueurs devront composer avec ces contraintes pour avancer dans le jeu et tenter de remporter la partie. Pour mettre toutes les chances de leur côté, il pourront, et devront même, acquérir de nouvelles cartes. Le deck Poudlard est fait pour ça. Contenant nouveaux sorts, Alliés et objets magiques, il sera un précieux atout dans lequel aller chercher de nouvelles cartes. Pour cela, une rivière de 6 cartes est dévoilée, dans laquelle les joueurs pourront aller chercher les améliorations s’ils disposent des ressources nécessaires.

Une coopération efficace

Dans les nouveautés que l’on a découvertes avec ce titre, outre la gestion des antagonistes par le jeu lui même, c’est réellement l’aspect coopératif qui a tiré son épingle du jeu. 

Il y a bon nombre de cartes Poudlard ayant des effets positifs sur les autres joueurs, comme la pioche de cartes supplémentaires durant le tour du joueur actif ou le gain de ressources. Certaines cartes permettent même de soigner un ou plusieurs autres joueurs d’un coup.
On met alors en place de vraies stratégies de groupe pour essayer de triompher des forces du mal et quand on y arrive, la satisfaction de la victoire est partagée par tous. 

Les joueurs peuvent se créer des decks polyvalents ou au contraire se spécialiser dans certains domaines comme le soin ou l’attaque; C’est cette technique que l’on a privilégiée dans nos parties, les personnalités de chacun ressortaient de cette manière. 

Un jeu calibré pour les jeunes joueurs?

En ce qui concerne la difficulté, nous avons été agréablement surpris. Avec le thème Harry Potter et en voyant les cartes de l’année 1, on s’attendait à des parties faciles et peu de challenge. Ce n’est pas vraiment le cas. On a remporté certaines années de justesse et on s’est dits qu’à quelques cartes près, on aurait pu laisser les lieux entre les mains des Forces du Mal. En jeu on a un bon ressenti de tension qui vient se mêler aux stratégies pour pousser les joueurs à les affiner un peu plus. 

Les premières années sont évidemment les plus faciles mais pas non plus dénuées d’intérêt. Le manuel propose aux joueurs confirmés de commencer à l’année 3 directement, mais de notre côté on recommande tout de même de commencer par la première pour profiter du jeu au maximum.

Les 7 boîtes Années

Pour approfondir sur le sujet des différentes boîtes Années, on ne vous en dévoilera pas précisément le contenu pour garder le plaisir à chacun de la découverte. (Vous pouvez avoir quelques indices en observant tout de même le thermoformage).
Mais en général, elles ajoutent de nouvelles cartes Poudlard, plus puissantes, de nouveaux antagonistes et de nouveaux lieux. Les personnages sont également amenés à grandir et on prend plaisir à suivre leur évolution. Ils gagnent des capacités supplémentaires qui seront bien utiles dans les années suivantes.

Chaque boite ajoute son lot de règles additionnelles. Elles sont sur un petit feuillet que l’on peut ranger à la fin du livret de règles pour y avoir accès à tout moment grâce au système de rangement très pratique. Cet ajout progressif de règles permet d’accueillir les nouveaux joueurs dans les meilleurs conditions, et aux joueurs confirmés d’approfondir leur expérience de jeu en douceur.

L’univers des films en jeu de plateau

A l’ouverture de la boîte j’ai été très agréablement surpris par le dos du plateau de jeu, superbement illustré avec la carte du Maraudeur. Le recto n’est pas en reste et le joli effet parchemin. Les jetons Contrôle Ennemi font également belle impression.

Par contre… en ce qui concerne les cartes personnellement je ne suis pas fan de leur visuels. Ce sont des images tirées des films pour les cartes Personnages/Alliés/Forces du mal et ce n’est vraiment pas ce que j’affectionne dans un jeu. C’est un point de vue tout à fait personnel et, bien que l’univers des films me plaise, je n’aime pas qu’un jeu soit illustré par des photos. Ca ne gâche pas le plaisir de jeu pour autant. En plus, tout le reste du matériel vient entourer ces cartes et la magie a opéré pour les les faire oublier. 

Conclusion

Hogwarts Battle, le jeu de deckbuilding dans l‘univers d’Harry Potter est arrivé en français ! 

Que vous soyez amateurs de l’univers du petit sorcier de Privet Drive ou que vous aimiez les deck buildings, vous devriez trouver votre compte avec ce titre de Forrest-Pruzan CreativeKami Mandell et Andrew Wolf. Le jeu propose une campagne divisée en 7 années durant lesquelles les joueurs vont suivre les affrontements de Ron, Hermione, Harry et Neville contre les forces du mal. Après chaque victoire vous pourrez passer à l’année suivante et découvrir le matériel contenu dans la boîte correspondante. Mais il n’y à rien de legacy dans ce titre, on ne détruit pas de matériel et les cartes peuvent être ajoutées ou retirées à loisir pour les campagnes suivantes.

En apportant les règles progressivement, Hogwarts Battle est très accueillant pour les nouveaux joueurs de deckbuildings et de jeux de société. Tout en proposant un défi de plus en plus difficile au fil des années, les joueurs les plus chevronnés y trouveront de l’intérêt, Hogwarts Battle n’est pas un simple produit dérivé de la licence Harry Potter, il a un véritable intérêt ludique. L’univers magique très attrayant et fidèle aux films devrait également séduire les amateurs de fantasy.

La Récap de la Rédac

Nombre de joueurs de 2 à 4 Moldus
Durée d’une partie environ 45 minutes
Auteurs Forrest-Pruzan CreativeKami Mandell et Andrew Wolf
Editeur Edge
Prix Environ 45€
Chez Philibert
Chez Magic Bazar

 

Les liens dans le tableau récap sont affiliés chez Magic Bazar et Philibert.net. En passant par eux pour vos achats, vous pourrez soutenir le site, en nous permettant d’acheter de nouveaux jeux. Merci à ceux qui le feront !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.