Salut les Survivants post-nucléaire! Les adaptations de licences vidéoludiques en jeux de plateau ont le vent en poupe en ce moment. Fallout ne fait pas exception et c’est à son tour de se voir imprimé sur du carton. Le jeu de rôles de Bethesda nous arrive traduit en français dans une superbe boîte éditée chez Fantasy Flight Games. Ce jeu de plateau de Nathan I Hajek et Andrew Fischer pour 1 à 4 joueurs leur fera arpenter les Terres Dévastées dans des parties de 2 à 3 heures. Chaussez votre emblématique armure assistée T-45 et on part dans les Terres Dévastées.

Le jeu dans son contexte

La Grande Guerre de 2077 remonte à tellement loin que ces événements n’ont même plus de place dans votre mémoire, mais les paysages arides qui s’étendent devant vous ont leur propre histoire à raconter. Ces maisons immaculées qui abritaient ces familles parfaites et occupaient les Mister Handy, ne sont plus maintenant que des coquilles vides. Les humains errent à travers les Terres Désolées parmi les créatures mutantes et les robots détraqués, à la recherche de quoi survivre. Vous êtes maintenant parmi eux. Ce monde n’est peut-être plus que l’ombre de sa gloire passée, mais il cache encore de nombreuses aventures et de mystères pour les voyageurs courageux. Et votre aventure ne fait que commencer…

Matériel de destruction massive

Maintenant que le contexte est posé, passons en revue le matériel et sur ce point, Fallout n’est pas avare. Il contient un gros paquet de cartes Quête, Rencontre et équipement qui constituent le coeur du jeu. Elles seront utiles pour dérouler l’histoire et augmenter les capacités de vos personnages. Ensuite, viennent les punch, Fallout regorge littéralement de jetons que ce soit pour les caractéristiques S.P.E.C.I.A.L. (Force, Perception…), les ennemis et pions Faction ou encore les fameuses capsules de Nuka Cola caractéristiques de la licence. Trois superbes dés viennent compléter le matériel, nous les verrons plus en détail par la suite.
Comme dans de nombreux jeux FFG, dont Assaut sur l’Empire, les règles sont divisées en deux livrets. Le livret d’apprentissage  permet de se lancer dans l’aventure relativement rapidement en présentant les grandes lignes du jeu. Par la suite, le Guide de Référence viendra éclaircir les quelques zones d’ombre avec son index détaillé. Le ton employé dans ces livrets de règles m’a beaucoup plu. Décontracté et enrichi de petites pubs type années 60 américaines, le livret d’apprentissage rempli son office en douceur.

Que serait un jeu FFG sans figurines? Elles sont peu nombreuses dans ce Fallout mais comme toujours, de qualité. Au nombre de 5, elles représentent les héros de l’aventure. Ma petite préférée est celle du dissident de la Confrérie en armure assistée T-45. Avec 5 figurines, je me dis que j’arriverai peut-être à avoir enfin un jeu complètement peint pour nos futures parties ;).

Pour finir, les plateaux personnels (à assembler) sont extrêmement bien pensés et réalisés. Ils servent de compteurs de vie/radiations, piste d’expérience, stats et emplacements d’équipement/inventaire.

Déroulement des parties.

Fallout propose d’explorer les Terres Dévastées bien connues des adeptes du jeu vidéo mais qui seront tout à fait accessibles aux novices de la licence. Même si avoir quelques connaissances de l’univers du jeu vidéo aide à apprécier un peu plus les clins d’oeil et références que fait le jeu de plateau, ce n’est nullement indispensable.

Un peu de mise en place avant d’attaquer

Pour mettre le jeu en place, c’est assez rapide. On dispose les tuiles de plateau selon les recommandations du scénario choisi. Certaines tuiles sont placée face cachée (assurant de la rejouabilité), les cartes séparées en différent decks et placées à proximité de la zone de jeu, chaque joueur prend son plateau personnel, les points de S.P.E.C.I.A.L., la figurine et la carte correspondants à son personnage et il est temps de se lancer dans l’aventure!

Pour sortir victorieux d’une partie de Fallout, il faudra accumuler des points d’Influence (dont le nombre dépendra du nombre de joueurs). Ces points sont obtenus en accomplissant des quêtes et parfois en fonction de la réputation de la faction à laquelle vous prêtez allégeance.

On entre dans le vif du sujet

Les parties sont constituées d’un enchaînement de tours des joueurs et d’actions d’ennemis gérées par le jeu lui même. Durant leurs tours les joueurs peuvent effectuer deux actions parmi six : Exploration, déplacement, quête, rencontre, combat et campement.

L’exploration consiste à révéler une tuile de terrain face cachée (adjacente à votre personnage), le déplacement porte bien son nom et vous permet de bouger la figurine de votre personnage. Si votre personnage entre dans une zone irradiée, il subira des Rads, dans ce cas vous déplacerez le marqueur Rads d’un cran vers la droite. Si à un moment votre marqueur Points de vie croise celui des Rads, votre personnage meurt.

Ca ne sent pas bon pour la suite… Un repos simpose

Certaines quêtes requièrent que vous dépensiez une action pour progresser, la rencontre quant à elle proposera une interaction avec des personnages du jeu et souvent d’acheter du matériel à l’échoppe à l’aide de capsules de Nuka Cola.
Le combat permet d’affronter les créatures présentes sur le plateau sous la forme de tokens carton et le campement permet de regagner des points de vie et d’obtenir l’état “bien reposé” autorisant une relance de dé en combat.

Les dangers des Terres Dévastées

Et voilà la transition toute trouvée pour parler des combats de Fallout. Toutes les saletés du monde à peu près en état de vivre en ont après vous. Les tokens vous fourniront toutes les informations nécessaires à leur défaite. Le niveau de la créature indique le nombre de dégâts que vous devrez lui faire pour la vaincre et le nombre de points d’expérience que vous récolterez si ça arrive. L’icone Type sert pour l’activation des ennemis, et les créatures possèdent différentes capacités, comme agressif par exemple qui déclenche un combat dès qu’elle est dans la même case qu’un joueur. La silhouette en bas indique la vulnérabilité S.V.A.V. (Système de Visée Automatisée Vaultec), la localisation des dégâts nécessaires pour toucher la créature.

Les dés S.V.A.V.

Les dés S.V.A.V. représentent certaines parties du corps et vous comptabiliserez une touche à chaque fois que la partie sensible du monstre apparaîtra sur une face du dé. les * représentent les dégâts que votre personnage subira durant ce combat. S’il est assez difficile de vaincre certains monstres en début de partie, il devient plus aisé de le faire en récupérant de l’équipement et en progressant en niveaux.

Les mécaniques “classiques” de RPGs adaptées

La progression en Niveaux reprend celle d’un RPG classique et arrive parfaitement à retransmettre la courbe de progression d’un jeu vidéo. En accomplissant des quêtes ou terrassant des monstres, vous gagnerez des points d’expérience et déplacerez le marqueur Exp d’autant de points mais seulement en comptant les cases occupées par un jeton S.P.E.C.I.A.L. En arrivant au bous, vous passez un niveau, et acquiérerez un pion S.P.E.C.I.A.L. à placer dans un emplacement libre de votre plateau. Donc pour le niveau suivant il vous faudra un point d’expérience en plus, et ainsi de suite. si vous obtenez un pion S.P.E.C.I.A.L. que vous possédez déjà, vous pourrez prendre une carte Compétence qui lui est associée à la place. Dans tous les cas votre personnage progressera. Les compétences apportent un intérêt non négligeable en jeu.

Le plateau personnel avec effet Pip Boy 😉

Pour la phase Ennemis, on tire une carte Intrigue (sans s’occuper du texte) et on fait avancer les ennemis des types représentés en bas de carte vers le joueur qui leur est le plus proche. En cas de rencontre, un combat débute. L’affrontement sera résolu comme ceux de la phase Joueur.

La marque de fabrique Bethesda bien retranscrite?

Là ou Fallout le jeu de plateau excelle c’est dans la liberté qu’il offre aux joueurs, comme c’est le cas dans sa version vidéoludique. De nombreuses quêtes viendront bientôt se greffer à la première grâce à un système très malin de cartes. Comme dans un Livre Dont Vous Etes le Héros, vos choix et succès détermineront de la suite de votre aventure.

Au premier coup d’oeil je me suis dit “Ah, seulement quatre scénarios… Dommage, la rejouabilité ne va pas être terrible”. Mais c’était avant d’avoir lancé la première partie et avoir vu à quel point la narration était tentaculaire. Car si ces scénarios constituent les “Quêtes principales” du jeu, tout un panel de quêtes secondaires viendront s’y greffer et assureront une rejouabilité incroyable.

Les quatre cartes Scénario

Contrairement à This War Of Mine où toute l’aventure est compilée dans un livret annexe, dans Fallout, elle se fait par le biais de cartes. Devant être consultables par tous les joueurs et à tout moment, les quêtes sont placées à côté du plateau et chacun suit sa propre voie. Les joueurs peuvent emprunter des chemins différents qui se croisent par moments, et c’est en partie avec ce point que Fallout trouve son intérêt compétitif.

Fallout est une “course” à la victoire, chaque survivant se bat pour avoir le plus de points mais les chemins pour y parvenir sont nombreux. Il ne sera pas rare de réévaluer une stratégie et changer de quête au moment opportun pour prendre quelques points d’avance.

Seul survivant des Terres Dévastées?

J’ai trouvé que Fallout offrait une expérience de jeu assez différente et intéressante entre sa version solo et multijoueur. Quelques règles changent sensiblement, mais globalement c’est sur l’intérêt des cartes Intrigue que j’ai vu la plus grande différence. En solo on s’oriente vers les missions de la faction à laquelle on prête allégeance et la réputation de l’autre faction ne monte pas ou très peu. Les cartes donnant des récompenses en fonction de l’avancée d’une des factions par rapport à l’autre sont donc, en général bien plus intéressantes et font gagner pas mal de points. En multi, on est plus tenté de changer de faction dans le feu de l’action et dans nos parties d’essai j’ai trouvé que les changements de missions étaient également plus fréquents.

Conclusion

Fallout – le jeu de plateau parvient admirablement à retranscrire l’ambiance de la série vidéoludique. Que ce soit en terme d’environnement hostile avec les radiations qui diminuent vos points de vie, les créatures ennemies agressives, la localisation des dégâts ou encore le système d’expérience le jeu de plateau procure d’excellentes sensations. On replonge avec plaisir dans ces années 60 américaines post-nucléaires fantasmées, grâce à l’ambiance du jeu, les petites pubs du livres d’initiation aidant.
Les quatre scénarios proposés dans la boîte seront enrichis de très nombreuses quêtes annexes et rencontres diverses, assurant une excellente rejouabilité au titre. Le matériel, avec la qualité propre à FFG, est très bien pensé et agréable à manipuler permet aux joueurs de profiter du titre dans les meilleurs conditions possibles. Chez Pixel Adventurers on a beaucoup apprécié le fait de pouvoir jouer seul à ce jeu d’aventures, on y a retrouvé les sensations du jeu vidéo dans lequel on suivait l’histoire avec son propre cheminement.
Si vous avez un affect pour la série Fallout, on ne peut que vous recommander de tenter l’aventure sur plateau, mais Fallout est également très bon pour les novices de la série et en fera peut être passer certains sur l’opus vidéoludique.

La Récap de la Rédac

Nombre de joueurs 1 à 4 joueurs à partir de 14 ans
Durée d’une partie  Entre 2 et 3 heures
Editeur Fantasy Flight Games
Prix Environ 60€

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.