Dinner in Paris - La boite du jeuSalut les bobos Parisiens ! Ouvrir un restaurant dans la période que l’on vit n’est pas forcément la meilleure idée, mais comme on aime le challenge, on vous propose de découvrir Dinner in Paris, un titre de Les Trolls associés, illustré par Alain Boyer et édité par Funnyfox

Dans Dinner in Paris, vous allez devoir vous placer dans la peau d’investisseurs voulant rafler tous les meilleurs emplacements sur une place nouvellement créée au cœur de Paris, et y construire le plus de terrasses possibles afin de faire baisser le rideau à vos concurrents. 

Les amoureux de matos vont êtes aux anges

La première chose qui surprend lorsque l’on prend en main la boite, c’est le poids assez conséquent ! Une fois celle-ci ouverte, on comprend mieux pourquoi la belle affiche quelques kilos en trop sur la balance. On y trouve effectivement beaucoup de bâtiments en plastiques de différentes tailles, un plateau de jeu faisant 4 fois la taille de la boite une fois déplié, 4 planches de jetons, 4 plateaux individuels avec deux niveaux de cartons pour éviter que les jetons ne bougent sur celui-ci, ainsi que des planches d’autocollants. 

Restaurants et autocollants

Avant la première partie, il va donc falloir un peu de manutention pour dépuncher l’ensemble des jetons de terrasses et propriétés (300 environ). De plus, et surtout dans un souci d’économie à la production on suppose, les bâtiments arrivent sans toits. De longueurs différentes (de 2 à 5 emplacements pour les toits), il va donc falloir placer une à une les toitures sur ceux-ci, puis s’attaquer au positionnement des autocollants en façade. Ceux-ci permettent d’identifier le type de restaurant (friterie, bar à vin…).

De petite taille, les jetons terrasses sont fournis en nombre et on a donc un bon nombre de pièces de rechange en cas de perte. Concernant les planches d’autocollants, là aussi on a le droit à une seconde planche dans le cas où certains ne tiendraient pas dans le temps. Personnellement j’ai adoré ce foisonnement de matériel qui donne l’impression de profiter à fond du jeu. J’ai cependant une petite critique à faire sur les bâtiments qui font un peu tâche sur un plateau de jeu si beau. Tout le matériel est cohérent dans son esthétique, mais ces bâtiments blancs sans âme uniquement identifiables par leur autocollant sur la devanture jurent un peu avec l’ensemble. 

Plateau de jeu de Dinner in Paris

Amis peintres qui voudraient ravaler la façade de leurs bâtiments, Funny Fox organise un concours sur son compte Instagram pour montrer vos plus belles créations ! Pas de soucis si vous ne possédez pas encore le jeu, ils se proposent même de vous envoyer un bâtiment par la poste pour que vous puissiez exercer vos talents. 

Les illustrations quant à elles ont un petit côté chatoyant qui fait bien penser à l’image romantique que l’on se fait de Paris lorsque l’on n’y a jamais mis les pieds. Le plateau quant à lui présente deux faces, une pour les parties à strictement deux joueurs et une pour les parties à deux ou plus. En effet, aucune contrainte n’est mise sur le choix du plateau; si ce n’est de n’utiliser la face 2 joueurs que pour les parties à 2; il faudra juste adapter ses placements en fonction du nombre de joueurs, chose que l’on abordera un peu plus tard. 

Plateau individuel de Dinner in Paris

L’amuse bouche

La mise en place ne s’arrête pas là ! Maintenant c’est de façon individuelle qu’il va falloir travailler un peu. Chaque joueur reçoit en début de partie un plateau individuel, des tuiles de propriété (représentant l’enseigne d’un restaurant), un pion qui va permettre de suivre les revenus sur une frise, 52 tuiles de terrasses, des cartes de ressources et d’objectifs. 

Sur ce plateau personnel, on place sur la frise verticale le pion de revenus sur la première case. Dans toutes les cases restantes, on place des tuiles terrasses dans les rainures prévues à cet effet. Encore une fois, on a vraiment apprécié ce carton sur deux étages qui permet de ne pas faire glisser les tuiles dans tous les sens. A côté de son plateau, le joueur place donc les tuiles de propriétés qu’il utilisera à la construction de restaurants, les cartes ressources, et conserve face cachée une carte d’objectif. Il place la seconde carte objectif face visible à côté des autres sur le plateau central. Ces objectifs sont à débloquer le plus rapidement possible car une fois obtenus par un joueur ils ne peuvent plus être réalisés.

Sur le plateau commun, on place une rivière de 4 cartes ressources sur les emplacements prévus, puis on laisse la pioche face cachée. Les cartes Majorité sont mélangées, et on en conserve une seule face visible. Celle-ci représente des bonus qui vont être attribués en fin de partie. On place enfin les cartes Pigeons qui vont apporter des bonus temporaires en cours de partie. 

Rivière de ressources de Dinner in Paris

Chef, on pourrait avoir la suite ?

Après cette grosse partie sur la mise en place, il est temps de se lancer dans le plat de résistance. Comme il faut bien déterminer un premier joueur, il sera demandé à la personne qui a mangé le dernier au restaurant de commencer. Autant dire qu’actuellement il va falloir utiliser sa mémoire pour se souvenir de notre dernier repas pris à l’extérieur (ravale ses larmes). A son tour, le joueur doit piocher une carte ressource dans la rivière de 4 cartes. S’il est un peu plus joueur et que rien ne lui convient dans les 4, il peut également prendre la première de la pioche face cachée. Ces cartes représentent des ressources, une ou plusieurs selon la carte, et permettent d’ouvrir des restaurants par la suite. Ces ressources prennent la forme d’ingrédients (pommes de terre, farine …) ou bien de pièces qu’il sera possible d’ajouter temporairement aux revenus réguliers. 

Après avoir pioché une carte ressource, il doit ensuite choisir 2 actions parmi : piocher une nouvelle carte ressource, ouvrir un restaurant, construire une terrasse ou encore réaliser un objectif. Toutes ces actions peuvent être réalisées deux fois dans le tour, à l’exception de la construction d’une terrasse. 

Pour ouvrir un restaurant, il faudra avoir préalablement collecté les ressources alimentaires affichées sur les plateaux individuels. En respectant les conditions de placement définies par le nombre de joueurs, le joueur doit alors placer le restaurant sur le plateau, puis y apposer un pion correspondant à sa couleur. Rentable dès son ouverture, le restaurant apporte alors un revenu régulier que le joueur doit reporter sur sa jauge de gains. S’il possède assez de ressources, le joueur peut alors ouvrir jusqu’à deux restaurants par tour, puis pourra ensuite y développer ses terrasses.

Placement de terrasses

C’est le moment de terrasser vos concurrents !

En parlant d’elles, c’est une des possibilités offertes à chaque tour. Comme c’est une action réalisable une seule fois par tour, il est possible de construire autant de terrasses que l’on souhaite sur l’ensemble des restaurants que l’on possède. Chaque type de restaurant dispose de sa réserve de terrasses. Là encore on doit posséder les ressources nécessaires ainsi que l’argent. Les revenus réguliers sont alors utilisés, et seront remis au niveau actuel au tour suivant. En effet, une fois acquis, ces revenus sont assurés à tous les tours. Ainsi si un restaurant vous rapporte un revenu de 1, vous aurez à tous les tours ces 1 d’assurés.

Bien sûr, plus vous construisez de terrasses plus les points de victoire en fin de partie vont être élevés, mais il faudra alors débourser un peu plus à chaque nouvelle construction ! En effet, si les ressources alimentaires nécessaires sont toujours les mêmes, le coût augmente rapidement ! Pour apporter un peu de revenus supplémentaires temporairement, il faudra alors compter sur les cartes ressources “pièces” ainsi que sur les cartes Pigeons qui peuvent dépanner. Une fois achetée, la terrasse peut être placée sur le plateau central en respectant des règles de pose. Rapidement il va devenir intéressant d’utiliser les cartes pigeons qui se débloquent en construisant une terrasse dessus. Elles donnent des avantages non négligeables en permettant par exemple de piocher des cartes en plus ou en donnant un peu plus d’argent temporairement !

Carte pigeon donnant des avantages

La dernière possibilité est de réaliser un objectif, personnel ou commun aux autres joueurs. Ceux-ci prennent différentes formes, comme réaliser un motif d’ensemble de terrasses par exemple. Réaliser un objectif donne en fin de partie un petit supplément de points de victoires. Par contre, conserver une carte d’objectif personnel dans sa main octroie un malus ! 

Vous prendrez bien un petit dessert ?

Les tours s’enchaînent jusqu’à ce qu’une des conditions de fin de partie soit remplie. Poser un certain nombre de restaurants (en fonction du nombre de joueurs), ne plus posséder de terrasses à poser pour deux types de restaurants (en fonction de la taille des restaurants) ou enfin avoir bloqué complètement les emplacements de restaurants ou terrasses. Viens alors le décompte à réaliser sur un petit bloc de feuilles fourni, sur lequel on reporte le nombre de points de victoires des restaurants, les points de victoires des terrasses, les majorités définies en début de partie et les points obtenus grâce aux objectifs personnels et communs. 

Carte des majorités

Les majorités demandent un peu plus de travail pour comptabiliser les points, mais rien d’insurmontable non plus on vous rassure ! Elles distribuent un certain nombre de points de victoire en fonction des conditions indiquées sur la carte, à répartir entre les joueurs selon le degré d’accomplissement. 

Et un digeo par dessus ça ?

Dinner in Paris est un jeu de placement de restaurants et terrasses dans lequel il faudra jouer intelligemment pour remporter la victoire. Placer le plus de terrasses possible ou miser sur les objectifs, il va parfois falloir faire des choix qui paieront ou non au décompte final. L’esthétique générale du titre nous a vraiment fait de l’œil lors de son annonce, et une fois la boîte (lourde !) ouverte on ne peut que constater la qualité de celui-ci ! 

Les illustrations sont représentatives de l’idée que l’on se fait du Paris romantique véhiculée par les films un peu mielleux ou les tableaux de grands artistes. Seuls les restaurants sont un peu en deçà et mériteraient un bon coup de peinture pour faire de l’ensemble un jeu magnifique. Le matériel en nombre et les nombreuses informations à appréhender donnent l’impression d’un jeu complexe, mais que nenni ! Une fois la première explication passée, on prend plaisir à étendre nos concessions et le jeu se révèle être un pur plaisir. Cependant, on ne le sortira peut être pas pour une seule partie ou si le temps est compté, la mise en place étant un peu longuette dû à un nombre considérable de jetons à disposer sur le plateau. 

La Récap de la Rédac

Nombre de joueurs de 2 à 4 joueurs
Age conseillé à partir de 10 ans
Durée d’une partie 30 à 60 minutes
Auteur Les trolls associés
Illustrateur Alain Boyer
Éditeur Funny Fox
Prix : Environ 40€ Philibert Playin
Parkage Ludum

Les liens présents dans le tableau récap sont affiliés chez Philibert.netPlayinLudum et Parkage. En passant par eux pour vos achats, vous pourrez soutenir le site, en nous permettant d’acheter de nouveaux jeux. Merci à ceux qui le feront !

1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.