Salut les petits commerçants ! En cette période où se retrouver pour faire de gros jeux est assez compliqué, on vous propose aujourd’hui de découvrir Zerzura, un jeu de Romaric Galonnier illustré par Sébastien Caiveau, édité par Bragelonne Games et surtout très rapide à mettre en place et à comprendre. 

Comme tous les ans, l’oasis de Zerzura accueille un marché où tous les commerçants des alentours viennent chiner lampes magiques, turbans et autres spécialités. Dans ce jeu de collection, il va falloir s’approprier les bons objets et les mettre à l’abri ingénieusement pour ne pas se les faire chiper, mais également analyser le jeu des autres joueurs pour leur sortir vos plus belles crasses !

On déballe le matos

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’une boîte si colorée appelle tout de suite à la découverte. Les illustrations sont chatoyantes et appellent au dépaysement. Dans la boîte thermo-formée on retrouve cinq plateaux individuels recto / verso (en fonction de la difficulté sur laquelle on reviendra par la suite), des figurines d’oiseaux, des petits pions de chaque couleur permettant de suivre le calcul des points, des cartes de marchandises / personnages et de commandes. 

Plateaux de Zerzura

Généralement on oublie rapidement le jeton permettant de définir le joueur actif, mais là, la tuile dromadaire est bien utile pour ne pas se perdre dans les tours ! Là encore, les illustrations collent parfaitement au thème sans pour autant rentrer dans la caricature des 1001 nuits. Si l’on n’avait qu’un seul point à relever, ce serait que le plateau individuel manque un peu de relief pour tenir correctement les pions. Bien qu’un peu creusés, ceux-ci ne le sont pas assez pour que les jetons ne bougent pas. Un peu dommage mais loin d’être une tare insurmontable. 

C’est l’heure de faire nos emplettes

La mise en place est on ne peut plus simple, chacun reçoit son plateau de suivi des points puis on place au centre de la table 4 cartes de commandes. Ces cartes représentent des objectifs que les joueurs vont pouvoir réaliser pour obtenir un supplément de points en fin de partie. On dispose autant de cartes marchandises / personnages que de joueurs (sauf à deux joueurs ou l’on place 4 cartes pour que chaque joueur joue deux fois à chaque manche), ce qui va composer le marché. 

A son tour, il est possible de réaliser une action parmi trois proposées. Le joueur peut prendre une carte dans le marché et la placer face visible devant lui. Parmi les cartes, on retrouve bien sûr les marchandises à collectionner, mais également des cartes de personnages qui entreront en jeu en fin de partie lors de la comptabilisation des points. En faisant cette action, il faut placer son oiseau sur la carte fraîchement acquise pour ne pas se la faire voler, ce qui nous amène à la seconde action. Celle-ci permet au joueur d’échanger une carte de son jeu contre une d’un des autres joueurs, tant que celle-ci n’est pas sous son oiseau et donc verrouillée. 

La dernière action permet de stocker face cachée jusqu’à deux cartes à la fois, pour qu’elles ne soient plus récupérées par les autres joueurs. Et c’est sur cette action que la tuile dromadaire permettant de suivre les tours entre en jeu. En effet, en mettant en réserve en premier dans le tour, le joueur s’octroie le droit de redémarrer le tour suivant et ainsi prendre l’avantage. 

Une fois que chaque joueur a joué son tour (ou ses deux tours pour une partie à 2 joueurs), on reforme le marché avec des nouvelles cartes. Les cartes non utilisées sont alors perdues à jamais dans les sables de Zerzura !

Collectionner intelligemment

C’est bien connu, les collectionneurs ont parfois la folie des grandeurs et ne savent pas se raisonner. Dans Zerzura, cette logique ne s’applique pas et il va falloir anticiper les possibles vols de vos concurrents. Chaque marchandise à une courbe de progression de points différente. Par exemple, posséder 8 turbans vous donnera 15 points en fin de partie, alors qu’en possédant 8 piments c’est 6 points qu’il faudra retrancher à votre total ! Il est donc important de suivre sa propre progression, mais également celle des autres et stocker intelligemment les marchandises que vous ne voulez surtout pas vous faire subtiliser. 

Comme évoqué plus tôt dans l’article, le plateau individuel propose un côté simple avec le suivi des points, et un côté expert. En choisissant cette dernière option, on met de côté les cubes de suivi de points et on essaye de se souvenir de ce que font les autres joueurs. En effet, impossible de savoir où en sont rendus les autres joueurs dans leurs collections avant la fin de la partie. Pour les premières parties, on se concentrera sur le mode simplifié, puis on migrera rapidement sur le mode expert qui ajoute un sacré challenge !

En fin de partie, on note sur le carnet fourni le nombre de points pour chaque type de marchandise, puis on ajoute au total les bonus obtenus par l’acquisition des tuiles de commandes. Rentrent également en jeu dans le décompte, les cartes des personnages qui permettent soit d’augmenter ou diminuer le nombre de cartes marchandises d’un type ou d’obtenir un bonus pour chaque lot de 2 ou 3 cartes de même type. C’est donc tout au long de la partie qu’il va falloir penser au décompte final, et encore plus en utilisant le mode expert !

Conclusion

Zerzura est un jeu de collection en apparence simple mais qui va demander un certain degré de concentration pour être apprécié. En plus de récupérer les cartes qui nous intéressent, il faut en effet analyser ce que font les autres pour ne pas se faire voler des marchandises et ou se faire passer devant pour la complétion des objectifs bonus. Ceux-ci rapportent en effet des points non négligeables en fin de partie ! 

Avec une esthétique cohérente et de très belles illustrations, Zerzura est un titre qui se joue aussi bien à deux qu’à quatre, mais qui devient bien plus complexe à maîtriser lorsque le nombre de joueurs augmente ! Faire attention aux actions des autres tout en étant concentré sur son propre jeu est assez complexe, et encore plus lorsque l’on passe en mode expert ! Les parties sont très rapides et permettent d’y revenir souvent sans jamais s’en lasser. En bref on vous recommande chaudement Zerzura si vous appréciez les mécaniques de collection. 

La Récap de la Rédac

Nombre de joueurs de 2 à 5 joueurs
Age conseillé à partir de 8 ans
Durée d’une partie Environ 20 minutes
Auteur Romaric Galonnier
Illustrateur Sébastien Caiveau
Éditeur Bragelonne Games
Prix : Environ 20€ Philibert Playin
Mille et un jeux Ludum

Les liens présents dans le tableau récap sont affiliés chez Philibert.netPlayinLudum et Mille et un jeux. En passant par eux pour vos achats, vous pourrez soutenir le site, en nous permettant d’acheter de nouveaux jeux. Merci à ceux qui le feront !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.