Salut les Vikings, on part à l’assaut des fjords! Avec une thématique et un visuel pareils, le jeu nous a forcément tapé dans l’œil. Le titre de Franz-Benno Delonge et Phil Walker-Harding revient dans la lumière grâce à Matagot et suite à une campagne Kickstarter s’étant déroulée début 2021. Il ne s’agit pas pour autant d’un nouveau jeu mais d’une réédition. Fjords  date de 2005, et comme beaucoup de jeux allemands de cette époque, et encore d’aujourd’hui, il était esthétiquement très marqué, et s’est refait une beauté pour l’occasion. Le jeu a tout de même bénéficié d’ajouts au niveau du gameplay, il ne s’agit pas d’un simple reskin.

A l’occasion de la sortie en boutique de Fjords, Matagot nous a proposé d’en recevoir un exemplaire pour que nous puissions nous faire un avis et écrire un retour dessus. On les remercie donc une fois de plus, et voici la chronique!

A la découverte des Fjords

Une partie de Fjords va se dérouler en deux temps. Dans la première phase de jeu les participants vont devoir placer une tuile Paysage par tour, adjacente par des côtes à au moins deux autres tuiles. A noter que la pose est un poil technique, due à la forme hexagonale des tuiles. Lorsqu’un joueur pose une tuile à son tour, il a la possibilité de placer une de ses Maisons longue dessus. Ces maisons serviront de point de départ à l’expansion des peuples lors de la seconde phase, qui démarre lorsque toutes les tuiles Paysage ont été placées. Le nombre de tuiles varie en fonction du nombre de joueurs. 

Il est ensuite temps de passer à la seconde phase de jeu, avec la pose des Meeple. Les joueurs vont tour à tour revendiquer des tuiles inoccupées en posant leurs Meeple dessus, en observant tout de même la contrainte suivante : elle doit être adjacente à au moins un Meeple ou une maison de la couleur du joueur, et reliée par de la plaine à 

La stratégie dans la première phase de jeu à des répercussions très rapidement. Coller ses maisons les unes aux autres ou à celles des adversaires est pénalisant, tout comme leur laisser trop d’espace. On établit rapidement une stratégie pour s’étendre tout en contrant le jeu des adversaires, et évidemment elle évolue constamment en fonction des adaptations adverses. 

Lorsqu’un joueur ne peut poser un de ses meeples, il passe son tour et est exclu de la partie jusqu’à ce que plus aucun joueur ne puisse le faire. On passe alors au décompte des points à raison d’1 point pour chaque viking posé. A noter que si un joueur n’a plus de meeple dans sa réserve et qu’il aurait pu revendiquer des cases inaccessibles aux autres joueurs (bloquées par des cases de mer, montagne), il marque tout de même ces points.

Le jeu se prend très facilement en main grâce à sa mécanique de base simple et efficace. On se fait la main sur les règles et on peut lancer sa première partie très rapidement. Ensuite pour renouveler le plaisir et pousser les joueurs à aller plus loin, on peut intégrer à loisir différents modules d’extension (compris dans la boîte de base). On retrouve la même sensation que dans Carcassonne de Klaus – Jürgen Wrede : Un jeu de base hyper efficace enrichi par des modules facultatifs pour une stratégie plus poussée et variée à chaque nouvelle partie. C’est quelque chose que l’on apprécie et qui fait encore mouche dans Fjords. 

L’avenir est dans les runes ! 

Pour venir pimenter les parties et ajouter de la tension, le jeu propose plusieurs modules d’extension par le biais de runes. Au nombre de 7, ces pierres gravées de symboles magiques viennent modifier le calcul des points, d’autres les règles de placement de Vikings…
Un ordre et des combinaisons de runes sont suggérés par les règles pour les apprivoiser en douceur, mais libre aux joueurs de les implanter au jeu et réaliser les combinaisons qu’ils souhaitent. 

Certaines tuiles Paysage sont marquées du symbole d’une rune. Lorsqu’un joueur place cette tuile sur l’aire de jeu, il y dispose également la pierre runique et en devient le propriétaire. Thor, la rune de force accorde lors du décompte de points, un bonus d’1 point à chaque viking du propriétaire adjacent à la rune.


Ehwaz, la rune du cheval, quant à elle, peut être défaussée par un joueur à son tour au lieu d’effectuer une pose de meeple classique. A la place il choisi une tuile contenant une montagne et un de ses meeple et pourra se placer sur une tuile libre située jusqu’à 3 cases, reliée par des montagnes. Les possibilités stratégiques sont donc bien plus développées avec ce genre d’outils. En revanche, les joueurs n’ont dans ce cas précis qu’une rune reçue en début de partie, et elle est défaussée à l’utilisation. Donc même si ces effets sont puissants, leur utilisation occasionnelle et unique évite de casser le jeu. 

Si toutefois vous préférez goûter au jeu dans sa version d’origine, telle que pensée en 2005, le livret de règle précise également quelles règles et quel matériel utiliser ou non. 

Vues du Nord

On l’a dit en introduction, l’esthétique de Fjords éditions Rio Grande et Hans I’m Gluck était très typée jeux Allemands et, dans l’équipe on est assez peu réceptifs à ce genre de visuels. Même si ça ne nous bloque plus comme avant, Grand Austria Hotel et d’autres nous ont soigné, on se plonge plus volontiers dans des titres dont la direction artistique nous parle dès le premier contact. Avec cette nouvelle édition, Grail Games et Matagot ont remis Fjords au goût du jour, grâce au talent de Beth Sobel, et ce n’est pas pour nous déplaire. Tout en restant avec une esthétique sobre et efficace, le jeu bénéficie de couleurs marquées pour les tuiles qui, une fois posées, forment une aire de jeu très sympathique. Il est à noter également que les zones d’eau de ces mêmes tuiles Paysage bénéficient d’un vernis sélectif, ce qui renforce le côté qualitatif de la production. 

Les runes sur leurs galets ajoutent également une dose de « luxe » à cette version. S’il est tout à fait possible de jouer avec les runes sur les jetons en punch board, il faut avouer que ces éléments plastique rendent mieux en jeu. Avec ses meeple en bois, dont la silhouette assez découpée est sympathique, les galets et le vernis sélectif, Fjords version 2022 à mis toutes les chances de son côté pour tenter de séduire les joueurs. 

Mais Fjords ne le fait pas pour les mauvaises raisons. Il ne tente pas de dissimuler des lacunes mécaniques par du beau matériel, au contraire, tout est au service du plaisir des joueurs. 

Conclusion 

Avec Fjords de Franz-Benno Delonge et Phil Walker-Harding, Matagot remet sur le devant de la scène un jeu de placement de tuiles et d’expansion de 2005. L’éditeur au chat noir et Grail Games ont revu la direction artistique pour coller aux standards actuels et ainsi tenter de séduire un nouveau public par sa remise sur le marché en neuf et par l’esthétique. 

On commence par placer ses maisons longues sur les tuiles que l’on dispose et dans un deuxième temps en s’en sert comme point de départ à l’expansion de sa colonie de vikings. Prospérer en gênant la progression des autres joueurs, tel est l’enjeu des parties de Fjords

La version originale de 2005 a été enrichie de modules d’extension via l’ajout des runes. Ces pierres sont des atouts stratégiques non négligeables qui viennent pimenter les parties une fois le jeu apprivoisé.

Très loin de nous laisser de glace, cette nouvelle édition ramène les joueurs à l’ère de la conquête Viking, ce que nous avons fait avec grand plaisir avec ce titre facile d’accès mais aux nombreuses possibilités.

La Récap de la Rédac

Nombre de joueurs de 2 à 4 joueurs
Age conseillé à partir de 8 ans
Durée d’une partie Environ 45 minutes
Auteurs Franz-Benno Delonge et Phil Walker-Harding
Illustrateurs Beth Sobel
Éditeur Matagot, Grail Games
Prix : Environ 35€ Philibert Playin
Mille et un jeux Ludum

Les liens présents dans le tableau récap sont affiliés chez Philibert.netPlayinLudum et Mille et un jeux. En passant par eux pour vos achats, vous pourrez soutenir le site, en nous permettant d’acheter de nouveaux jeux. Merci à ceux qui le feront !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.