Je dois malheureusement vous dire que le test de Touhou Genso Wanderer a été effectuer sur PS4 et je n’ai pu qu’avoir un rapide aperçu sur la  PS Vita.

Depuis mon enfance j’apprécie les Dungeons Crawlers roguelike et maintenant encore plus sur PS Vita. Après un Shiren the Wanderer tellement dur que je n’ai pas pu vous faire un test. Je ne suis même pas arrivé à la moitié de l’histoire. J’avais alors décidé de faire une pause pour les Dungeons Crawlers. Mais lorsque NIS America et Europe ont annoncé la localisation de Touhou Genso Wanderer. Je suis tombé sous le charme des personnages Chibi. De plus, contrairement à beaucoup de D-RPG, Touhou Genso Wanderer semblait avoir une vraie histoire et des graphismes plutôt attirant. Qu’en est-t-il ? Nous allons le voir ensemble.

Mais c’est quoi Touhou ?

Le monde original de Touhou a été créé par ZUN. C’est un homme couteau suisse. Il a géré à lui tout seul la conception du jeu, le scénario, la programmation, le design des personnages et la production musicale pour plus de 15 jeux dans l’univers Touhou. La série Touhou prend son origine en 1996 comme un moyen de créer sa propre musique de jeu. La série est devenue peu à peu un phénomène grâce au Play Doujin! scène qui a grandi autour et a favorisé une pléthore de jeux développés par des fans comme Touhou Genso Rondo. Vous l’aurez compris la licence Touhou est riche, très riche au Japon. Elle fut d’abord localisée par Xseed mais ils ont perdu la licence pour NIS. On reprochera cependant l’absence de version boite pour la PS Vita au profit de la PS4.

L’histoire de Touhou Genso Wanderer

Reimu Hakurei, le personnage principale de cette histoire, va affronter une aventure pleine de mystères. Les donjons qu’elle affrontera seront différentes chaque fois qu’elle entre, tout comme les objets.

Lorsque les équipements gagnent en niveaux, leur apparence et leurs capacités évolueront également. Grâce aux augmentations et la synthèse de l’équipement, vous pouvez faire de votre arme préférée l’arme la plus puissante!

En outre, en utilisant le système Nito Fusion, vous pouvez synthétiser ou mélanger des éléments où vous le souhaitez. Il y a des milliers de recettes pour créer des objets qui vous permettront de vaincre les donjons. Alors que vous progresserez dans l’aventure, vous rencontrerez un donjon spécial qui restreint votre capacité à apporter des objets avec vous. Vous pourrez l’affronter par vous-même, ou trouver un allié pour vous accompagner.

Tout commence lorsque que Reimu touche une sphère en or et en jailli une lueur, là, la personnalité de Rinnosuke change complètement. Ses yeux tournent au rouge, devenant hostile et agressif. Vous l’aurez compris, il est possédé par un démon. Après que Rinnosuke bat à plate couture Reimu,  Kourindo disparaît pour laisser place à une mystérieuse tour géante. Comme si cette tour géante n’était pas assez troublante, les citoyens de Gensokyo ont été remplacés par des clones malveillants qui attaquent Reimu sur le site. Cela peut ne pas sembler déplacé dans certains quartiers où je suis allé, mais les beaux citoyens de Gensokyo sont normalement un endroit paisible.

Bon et le jeu ?

Touhou Genso Wanderer dispose d’une histoire riche mais qui a tendance à s’enliser sous le texte pour les joueurs occidentaux. Heureusement que ce jeu s’adresse plutôt à un public de niche qui apprécie les jeux Japonais. Pour vous dire, il y autant de texte que dans un Neptunia ou un Criminal Girls, vous allez donc appuyer plus d’une fois sur la touche . C’est après un long texte que vous allez enfin pouvoir jouer.

Le D-RPG est plutôt standard et très agréable à jouer, malgré que vous allez devoir jongler avec votre inventaire qui sera vite plein. À la fin c’est un peu agaçant de toujours devoir faire de la place mais c’est le style qui veut ça. Le soucis sur la PS4 est que la camera semble trop proche sur grand écran : on a l’impression de jouer à la Vita.

Au cours de l’aventure vous allez débloquer des sortilèges, les Danmakus, qui sont en gros des projectiles d’énergie. On retrouve ici les origines schmup de la série. Les Danmakus sont nombreux et m’ont sauvé la mise plus d’une fois en combat.

Pour un D-RPG roguelike, les donjons ressemblent à des gratte ciel ou complexes secrets de Umbrella corporation avec plus de 30 étages ! Heureusement, vous allez trouver plusieurs zones de repos au cours de vos escapades donjonique. Vous allez pouvoir y dépenser votre argent pour du repos et de la nourriture ainsi que d’autre objets qui pourront vous être utiles. Vous comprenez rapidement pourquoi vous pouvez vite vous démoraliser si vous faite un mauvais run et que vous recommencez du début.

L’aléatoire… mouais… 

Comme vous l’avez compris avec l’introduction, le jeu génère aléatoirement les niveaux ainsi que les donjons. Il peut donc arriver de tomber sur des niveaux plutôt sympathiques comme des niveaux de l’enfer sur terre avec des monstres de partout et une difficulté que seul un joueur chinois sous expresso au redbulle pourrait réussir. Pour être mort juste avant le niveau du boss… Je vous conseille de garder toujours un parchemin qui annihilera les ennemis dans la pièce où vous êtes.  Car perdre 30-40min d’escapade dans le donjon pour recommencer depuis le début ça passe une fois ou deux mais après…

Heureusement, contrairement a Shiren the Wanderer, on ne perd pas tout son équipement pour se retrouver comme un péon niveau 1. Vu que vous allez rendre vos armes et armures de plus en plus puissantes à chaque fois, vous allez remonter les étages beaucoup plus rapidement dans le donjon.

Les graphismes et le son 

Touhou Genso Wanderer ne va pas déclencher une surchauffe de votre PS4. On sent clairement que le jeu est plutôt fait pour la PS Vita. Sur les deux versions les graphismes sont beaux. Je n’ai constaté aucune grande différence en dehors des temps de changement plus long sur la PS Vita et bien sûr la résolution. Car, oui, même si j’ai reçu une version PS4 j’ai joué à la version PS Vita pour comparer.

Les musiques sont des remixes des musiques originales de Touhou. J’ai trouvé certaines mélodies plutôt agréables et les garde en tête. Même si la grande majorité ne sont que là pour vous donner une musique d’ambiance. Les voix sont les voix originales en Japonais avec les sous-titres anglais (plutôt bien traduit pour une fois). Mais ce n’est pas des doubleurs de grande qualité. Parfois, malgré la barrière de la langue, on sent que certains tons de voix ne collent pas avec le texte. C’est dommage car souvent les doubleurs sont de meilleurs qualité au Japon, contrairement à beaucoup de productions Occidentales.

Bon Tentacle ton avis? 

Bien que Touhou Genso Wanderer ne ré-invente pas le genre c’est un bon D-RPG roguelike. Ce n’est pas le jeu de l’année ni mon Dungeon Crawler préféré mais celui-ci fait le job. Si vous aimez les chibis vous allez adorer les graphismes. On a l’impression d’incarner de petite Nendoroid qui partent explorer des donjons. L’histoire, bien que mal racontée, et les dialogues trop longs ne sont pas de la grande écriture scénaristique. Mais au moins il y a une histoire alors que souvent dans ce genre là, l’histoire est souvent absente. 
Je pense que les fans de la Licence Touhou ont déjà le jeu chez eux. Pour les fans de D-RPG Roguelike comme moi, vous pouvez clairement vous dirigez dessus si vous souhaitez un nouveau jeu avec du challenge réalisable. Le gameplay est vraiment agréable et les mécaniques sont bien utilisées et fonctionnent très bien.

Le prix pour la version PS4 est plutôt honorable. Elle est livrée avec un autre jeu Touhou Double Focus en code de téléchargement et un petit artbook de 20 pages ainsi que la couverture réversible. Cependant la version PS Vita est clairement hors de prix. Je ne comprend pas pourquoi il n’y a pas de bundle disponible sur le PSN . Je vous conseille d’attendre les soldes pour vous le prendre sur PS Vita. Sinon rabattez-vous sur la version PS4.

Related Post

Laisser un commentaire