Seeders – Episode 1 : Exodus s’est fait désirer, il était annoncé pour mars mais il vient tout juste d’arriver, il a prit du retard pour de bonnes raisons mais néanmoins, valait-il toute cette attente?

Alors d’abord c’est quoi Exodus ?

Seeders – Episode 1 : Exodus, de son petit nom complet, est le fruit du travail de Serge Macasdar qui est non seulement l’auteur mais également le créateur du lore des Seeders, il est édité chez Sweet November.

Avant de présenter des mécaniques on va déjà commencer par introduire le jeu.

Seeders est un univers de science fiction spatiale (si c’est l’espace, Younz est jouasse) où l’Humanité a quitté une Terre mourante à bord d’arches pour trouver une planète capable d’accueillir la naissance d’une nouvelle civilisation.

1500 ans de voyage seront nécessaires à trouver un habitat propice, dans ce laps de temps, les hommes changent au sein de leurs arches, certains se tournent vers la cybernétique, des religions apparaissent, de nouvelles classes se forment, au bout de leur périple, ils trouvent la planète Sereis qui regorge de ruines d’une ancienne civilisation maintenant disparue.

Les humains apprennent à maîtriser la technologie indigène et commencent à coloniser d’autres planètes, ils dispersent les graines de l’Humanité, d’où le nom Seeders ou Semeurs en françois bien de chez novs. (haaaan…)

Malheureusement, un jour, une force obscure fait disparaître les nouveaux mondes colonisés des humains.

C’est ici que commence Exodus ! Ce danger approchant rapidement de la planète où vous vous trouvez, vous êtes choisi pour être un des architectes d’une nouvelle arche.

Vous serez mis en concurrence avec d’autres architectes pour présenter le meilleur projet d’arche et ainsi gagner le droit de sauver la population de la planète.

C’est une introduction rapide à l’univers des Seeders, cet univers est prévu pour faire collaborer plusieurs auteurs, dessinateurs, scénaristes, etc…

Voici une vidéo de l’auteur qui introduit son univers bien mieux que moi :

Une dizaine de jeux de sociétés sont prévus pour le moment, vous pouvez en voir déjà 2 autres dans cette vidéo faite chez Tric Trac :

Note perso : J’ai un gros faible pour le jeu de bar présenté

 

Des nouvelles et des romans seront aussi produits, vous pouvez d’ailleurs lire la première gratuitement ici, celle-ci es d’ailleurs fournie avec le jeu, d’autres média sont à l’étude.

Cet univers qui doit se développer sur au moins une dizaine d’années devrait ravir les fans de SF.

 

Y’a quoi dans la boîte :

Ce qui saute aux yeux quand on reçoit Exodus, c’est déjà la qualité de l’illustration de la boîte faite par François Baranger.

 

 

 

 

Et le plus beau c’est qu’elle recouverte de vernis sélectif! C’est beau, ça brille, c’est doux, on a envie de lui faire des câlins !

Quand on l’ouvre, on n’est pas déçus de trouver une ambiance mature et colorée qui convient parfaitement au thème SF, regardez moi la qualité de ces dessins, qui sont eux signés par Gaël Lannurien :

Pour le matériel en tant que tel, c’est pareil, la qualité est au rendez-vous, c’est d’ailleurs l’un des soucis qui a causé un retard.

Voici l’aile des Murmures :

C’est ici que tout se passe, on dispose des modules et des équipages, tirés au hasard, dans les chambres de négociation et on pose ses négociateurs aux emplacements prévus pour : les cercles blancs.

 

 

Votre plateau personnel, c’est ici que vous rangerez vos cubes d’influence (les cubes bleus) et vos négociateurs. Des emplacements au dessus de chaque négociateur permettent de ranger les améliorations d’influences. En haut à droite votre réserve d’argent

 

Le plateau personnel est bien prévu, c’est une double épaisseur, prévue pour que restent en place les cubes d’influence, les crédits et les jetons négociateurs.

 

Par ce que je suis faible, je vous remets des photos des équipages et des modules! Du vernis sélectif partout ! *_*

La monnaie qui vous servira à construire vos modules et acquérir des équipages à y mettre.

Les négociateurs, seule déception dans le matériel, des simples jetons transparent avec des stickers à coller de chaque côté… On aurait aimé des jetons gravé pour coller à la qualité du reste du matériel. Les cubes d’influences par contre, rien à redire, ils sont top.

Des jetons geôliers et mutants relatifs à des compétences des équipages.

 

Détail déroutant pendant l’ouverture du jeu, le vernis sélectif collait un peu les cartes entre elles, il a fallut toutes les décoller une par une. Déjà que je suis du style à protéger les cartes, mais là ça va être obligatoire. (Pour info, il vous faudra des protections 80mm x 80mm).

Ce matériel est beau mais j’ai peur qu’il soit fragile, les cartes sont superbes mais pas très épaisses, le plateau à l’air de s’user rapidement aux points de pliage, il va falloir être soigneux!

Maintenant qu’on a bien apprécié le matériel, passons aux mécaniques en elles-mêmes :

Le but d’Exodus est de faire le maximum de points d’influence en associant des modules et des équipages pour pourrir ses adversaires et gagner le droit de construire l’arche salvatrice.

Pour se faire, le jeu se déroule en 4 tours, chacun d’eux divisé en deux phases :

La Négociation :
Une petite phase de draft où on constitue sa main qui influencera la suite du jeu et on passe au cœur de la négociation.

Vous avez devant vous le plateau de l’aile des murmures , sur chaque chambre de négociation, nous allons placer au hasard des cartes de modules et d’équipages dans ces emplacements, les joueurs devront ensuite placer des “Négociateurs”, d’influence 1 en début de partie, qui devront se placer autour de l’équipage ou du module pour remporter cet élément, en cas d’égalité entre les négociateurs, l’élément est perdu.

Les négociateurs ont des castes qui leur permettent d’avoir 1 d’influence en plus si elles sont concordantes avec celle de l’élément. Aux joueurs de bien placer les négociateurs en fonction donc.

Les négociateurs n’ayant pas réussis à remporter de pièces lors de ce tour, voient leur influence augmenter de 1, favorisant leurs chances de récupérer plus d’éléments au prochain tour.

Pouvant négocier à leur gauche et à leur droite, l’influence a deux côtés par négociateur, au départ 1/1, si on vient à l’augmenter on passera donc à 1/2 ou 2/1 puis 2/2, 1/3 ou 3/1, etc…

Une fois toutes les cartes remportées par chacun, on passe à la deuxième phase.

L’intégration :

Un module et 2 équipages dedans

On construit les modules et on y intègre les équipages. 

Notion importante, un module ne peut contenir que deux équipages et un équipage ne peut être embarqué sans module.

Il va donc falloir construire des modules dans un premier temps et, pour ça il va falloir avoir des ressources, ces ressources vous les obtiendrez en sacrifiant des cartes de votre main et c’est là que le jeu est malin, car il va falloir faire les bons choix entre se séparer de cartes, les meilleures donnant plus de ressources forcément, construire les modules et mettre les équipages dedans.

Les équipages et les modules donnent du prestige et surtout combotent ensemble, certains vous donneront plus de prestige ou des ressources, d’autres serviront à détruire des modules adverses ou bien à voler des équipages ou même les emprisonner, des dizaines de combinaisons sont possibles et raviront les passionnés de coups bas!

Fin de la phase d’intégration, on passe au deuxième tour et on recommence jusqu’à la fin des 4 tours.  

On compte les points, on désigne le gagnant et les perdants jurent d’abattre ce vil tricheur!

Pour moi Exodus est un gros coup de cœur, j’adore les mécaniques et le style visuel.

Le côté “je te fais des crasses” est jouissif entre amis, les possibilités de stratégie sont tellement nombreuses que chaque partie et chaque tirage fera apparaître de nouveaux chemins vers la victoire. Les possibilités de combos apparaissent au fil des parties, la première sera du tâtonnement, vous ne saurez pas dans quelle stratégie vous lancer, quand vous commencerez à connaître les cartes vous apprendrez très vite quels modules/équipages sont les plus appropriés pour vous.

Récap de la Rédac 

Nombre de joueurs 2 à 4
Age conseillé à partir de 14 ans
Durée d’une partie 120 minutes
Éditeur Sweet Games
Tarif 50€

 

Related Post

PARTAGER
Article précédent[Interview] Jérémy Pinget, Outlaws Last Man Standing
Article suivant[Test] Mary Skelter Nightmares

Trentenaire que l’ennui et l’insomnie ont emmené beaucoup trop loin dans les internets du web… J’y ai vu des choses et pour votre plus grand plaisir, je vous en ramène les petites pépites que la moralité et la légalité me permettent!

Passionné de jeux vidéo, j’ai passé mon adolescence sur émulateur à jouer à tous les titres qui m’avaient fait envie sans que je puisse y toucher. Depuis j’ai un salaire et une maladie (bientôt reconnue, du moins j’espère…) qui me permet d’acheter tous les jeux vidéo qui me font envie sauf que j’ai plus le temps de les faire…

Vous me retrouver ici pour vous parler de mes (trop) nombreuses passions !

Laisser un commentaire